Ski freeride

pratique du ski hors des pistes
Ski freeride

Généralités

Le ski freeride (ou freeriding , anglicisme, littéralement « balade pendant laquelle on fait ce que l'on veut ») est une pratique de descente à ski hors des pistes, sur de larges pentes de neige poudreuse, et dont la finalité consiste à s'affranchir des règles et contraintes[1] imposées par certaines disciplines sportives alpines comme, par exemple, le slalom avec son portillon de départ, ses portes, le tracé, le chronométrage, etc. Dérivé du ski alpin, il se pratique en ski de loisirs ou de compétition.

Freerider en action

Le ski freeride est l'appellation contemporaine du ski hors-piste qui a évolué vers une discipline extrême avec des choix d'itinéraires engagés ou des sauts de barres rocheuses. Les pratiquants sont nommés « freeriders »[2].

DescriptionModifier

Le freeride peut se pratiquer sur des pentes sécurisées par les pisteurs-secouristes ou sur des pentes vierges. Appellation contemporaine du très classique ski « hors-piste », le freeride existe depuis longtemps mais connaît un véritable essor en 2008 : c'est le skieur Candide Thovex qui, en s’inspirant des snowboarders, décide de les suivre et de les imiter, en combinant le ski freestyle (dans sa version backcountry) avec le ski freeride.

Le freeride est une discipline à risque car les pratiquants ne sont jamais à l’abri d’une avalanche ou d’une chute depuis une corniche. Chaque année, il y a de nombreux accidents corporels mais aussi mortels en raison des quantités de neige dans lesquelles le skieur évolue et des rochers ou obstacles qui y sont parfois enfouis, avec la présence de falaises. Ces accidents touchent autant les débutants que les professionnels, comme Andreas Fransson (en) ou encore JP Auclair (en), deux légendes du freeride (Andreas Fransson et JP Auclair ont disparu dans la même avalanche en 2014). À cet égard et compte tenu de l'engagement, le ski freeride est considéré comme étant un sport extrême.

PhilosophieModifier

 
Skieur de freeride en Autriche.

Le ski freeride a pour finalité la descente de pentes en neige poudreuse, souvent raides, parfois avec sauts de barres rocheuses, sans atteindre toutefois le niveau d'engagement (prise de risque) qu'exige par exemple le ski de pente raide. Il se distingue également du ski de randonnée dont le but est d'atteindre un sommet ou un col depuis la vallée, ascension suivie d'une descente en hors-piste en mode contemplatif, tandis que l'objectif du ski freeride reste la performance (vitesse, audace, engagement, enchaînement) dans une descente technique en hors-piste, après un bref déplacement à pied, à skis ou avec utilisation de remontées mécaniques.

Ski hors-piste par excellence, le ski freeride a donné naissance à de nouvelles disciplines qui sont des déclinaisons d'un sport qui connaît un réel engouement parmi la nouvelle génération de skieurs :

  • la freerando : freeride + randonnée. On atteint le site de neige poudreuse après un court déplacement avec un matériel hybride randonnée/freeride ;
  • le freeski : combinaison du freeride et du freestyle.

Spécialistes du freerideModifier

Mike Douglas, 43 ans, est largement considéré comme étant le parrain du freeski pour son rôle dans le lancement du mouvement New School. Dans les années 1990, Douglas, à l'origine skieur de bosses (avec JP Auclair, JF Cusson, Shane Szocs et d'autres), s'est opposé aux nouvelles règles strictes de la FIS (Fédération Internationale du Ski) en repoussant les limites du ski. La révolution, naissante, s'est étendue à l'Amérique du Nord : un groupe de skieurs canadiens connu sous le nom de la Nouvelle Force aérienne du Canada, s'est retiré dans des parcs à neige (snowpark) et a commencé à sauter et réaliser des figures, comme les hucking airs massifs, 360s, et autres backflips. Cette expansion du freestyle New School voit naître une nouvelle génération de skieurs adeptes de sensations fortes en prenant de plus en plus de risques. Ils se retirent alors dans les vastes champs de poudreuse et associent le ski freestyle au ski freeride, ce qui donnera naissance au ski (freestyle) backcountry (à ne pas confondre avec la discipline éponyme de la famille du ski nordique).

MatérielModifier

Le ski freeride nécessite un matériel avec des caractéristiques différentes de celui du ski de piste ou de randonnée.

SkisModifier

La forme du ski doit permettre au skieur d'évoluer dans une neige poudreuse abondante. Le ski peut être très large, dit « ski fat », le plus large du marché. Sa longueur est plus importante que celle d'un ski de piste traditionnel, de l'ordre de 5 à 10 cm de plus que la taille de l'utilisateur, voire 15 cm pour une utilisation exclusivement en poudreuse. La largeur du patin peut excéder les 115 millimètres, ce qui permet d'exécuter des virages plus facilement grâce à une meilleure portance sur la poudreuse. Il peut comporter une double spatule avant-arrière (ski « backcountry »), la spatule avant étant alors plus large que celle d'un ski conventionnel afin d'éviter de s'enfoncer (« déjaugeage »). Le ski de freeride est équipé d'une fixation réglable avec un stop-ski conçu pour éviter un déclenchement intempestif, compte tenu des fortes contraintes subies par le matériel.

ChaussuresModifier

Les chaussures diffèrent peu de celles utilisées pour le ski de piste. Elles sont parfois dotées de zones d'amortisseurs pour encaisser les chocs et d'un collier moins incliné vers l'avant. La flexion globale de la chaussure étant aussi plus importante, elle permet plus de liberté de mouvement.

AccessoiresModifier

L'équipement du skieur comprend :

  • les bâtons n'ont pas de caractéristiques particulières mais doivent correspondre à la morphologie du skieur ;
  • le casque est fortement conseillé ;
  • le masque ou les lunettes de soleil, afin de se protéger de l'ophtalmie ou des intempéries ;
  • les gants ;
  • le détecteur de victimes d'avalanches (DVA) est un élément très important car il permet d'être localisé ou de retrouver une personne enfouie sous la neige grâce à l'émission d'un signal radio ;
  • la sonde, qui va permettre de localiser avec précision une victime ;
  • la pelle, qui sert à dégager une victime de la neige.

CompétitionsModifier

Le ski freeride, discipline désormais reconnue dans le monde des sports extrêmes, propose de plus en plus de compétitions. L’une d’entre elles, probablement la plus emblématique, est le Freeride World Tour (FWT).

Cette compétition regroupe les meilleurs skieurs et snowboardeurs du monde qui s’affrontent sur les pentes les plus spectaculaires à travers le monde.

Le FWT se décline en plusieurs sous-compétitions dont le Freeride World Qualifier (FWQ) et le Freeride Junior Tour (FJT). Ces compétitions sont conçues pour faire connaître ce sport auprès des plus jeunes et déceler les talents parmi les amateurs de haut niveau.

Le but de ces compétitions, qui s'appliquent à respecter l'esprit et l'éthique originels de ce sport, est de favoriser l’expression, la libération, et l’amusement. Loin du cadre strict qui caractérise, par exemple, le slalom, le terrain de jeu est ici 100 % naturel : départ généralement depuis le sommet d'une montagne aménagé en aire de départ avec, pour tout balisage, une porte au départ et à l’arrivée. L'épreuve n'est pas chronométrée, les rideurs se lancent à la conquête de chaque flanc de la montagne exploitable dans le but de faire le meilleur run sans reconnaissance préalable (à l'exception des ouvreurs) mais l'observation du terrain aux jumelles est autorisée. Le style est libre, aucune figure n'est imposée mais les compétiteurs sont notés sur cinq critères : ligne, fluidité, contrôle, air and style (sauts et figures) et technique[3]. Ils choisissent les lignes et les couloirs les plus complexes, franchissent d'impressionnantes corniches ou barres rocheuses et exécutent des virages à vitesse élevée[4].

Des compétitions pour les jeunes voient le jour : le Freeride Junior Tour pour les 14-18 ans et le Freeskid Tour pour les 10-13 ans, inventé par Evolution 2 La Clusaz[Quoi ?][réf. nécessaire].

D'autres compétitions dans l'esprit Freeride se développent, comme Le Redbull Linecatcher qui allie le freeride au freestyle backcountry.

Notes et référencesModifier

  1. Christophe Guibert, Surf et "contre-culture" : la dimension symbolique des constructions journalistiques de la presse spécialisée en France, www.cairn.info, 2011
  2. Yann Drouet et David-Claude Kemo Keimbou, « « Comment devient-on freerider? » Une approche socio-anthropologique », Loisir et Société, vol. 28, no 1,‎ , p. 37-88 (DOI 10.1080/07053436.2005.10707671, lire en ligne)
  3. Freeride World Tour, étape à Ordino Arcalis, L'Équipe, 7 mars 2021.
  4. (en) « Freeride World Tour | Home », sur www.freerideworldtour.com (consulté le ).

Voir aussiModifier

  • Freeride, notion commune à plusieurs sports

Liens externesModifier