Sixte de Sienne

théologien et dominicain italien du XVIe siècle

Sixte de Sienne (en latin Sixtus Senensis ; né vers 1520[1]– mort à Gênes[2] en 1569) est un juif converti et théologien catholique. Convaincu d'hérésie, il obtint sa grâce après avoir renié ses écrits et sollicité son admission chez les pères dominicains. Il est considéré par Ashley comme l'un des deux principaux théologiens dominicains de sa génération[3].

Sixte de Sienne
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Condamné pour

BiographieModifier

Après sa conversion, il rejoignit l'ordre des Franciscains[2] où il fut le disciple du dominicain Lancelotto Politi (appelé Ambroise Catharin après son entrée en religion), dont il dénonça plus tard publiquement les écrits. Convaincu d'hérésie et déjà condamné au bûcher, il céda aux prières de l'inquisiteur général, le cardinal Antonio-Michele Ghislieri, abjura ses écrits et demanda son admission chez les dominicains. Sous le pontificat de Pie V, il bénéficia de la faveur papale, non seulement comme auteur de l’Histoire Sacrée, mais aussi en raison de son érudition et de sa connaissance de l'hébreu[2].

On lui doit les adjectifs « apocryphe » et « deutérocanonique »[4], qualifiant les livres de l’Ancien Testament rejetés du canon biblique par les Juifs et les Protestants, mais déjà présents dans la version des Septante.

Son recueil : Bibliotheca sancta ex præcipuis Catholicæ Ecclesiæ auctoribus collecta (« Bibliothèque Sacrée des principaux auteurs de l’Église ») décrit en huit livres la vie et analyse l’œuvre des docteurs de l'Église, traite de la meilleure manière de traduire et d'expliquer les Écritures, enfin dresse une liste très complète des exégètes de la Bible. C'est la première Encyclopédie sacrée abordant la doctrine et la tradition de l’Église dans la mouvance du Concile de Trente. Elle a été portant critiquée par Possevin, qui reproche à l'auteur de suivre aveuglément certaines idées d'Annius de Viterbe[5].

ÉcritsModifier

  • Bibliotheca sancta ex præcipuis Catholicæ Ecclesiæ auctoribus collecta (Venise, 1566)
  • In varios Scripturæ locos astronomicarum quæstiones
  • In varios Scripturæ locos geographicarum quæstiones
  • In varios Scripturæ locos problematicarum epistolarum quæstiones
  • Homeliæ in evangelia

NotesModifier

  1. Sixte écrit en 1566 dans la préface de son Histoire Sacrée qu'il est âgé de 46 ans.
  2. a b et c D'après Moreri, Grand Dictionnaire Historique, p. 461.
  3. ...l'autre étant le R.P. Sante Pagnini : cf. Benedict Ashley, History of the Dominican Order.
  4. Bibliotheca sancta, Lyon, Pesnot 1575, reprint Leiden, IDC 1988, vol. 1, p. 13-14
  5. D'après A. de Thou, Additions aux Éloges des hommes savans.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Sixte de Sienne », dans Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l'histoire des hommes illustres, chez Briasson, Paris, 1739, tome 40, p. 67-72 (lire en ligne)
  • Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire Historique : Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, Lyon, , p. 461
  • Fausto Parente et Daniel Tollet (dir.), Les Églises et le Talmud : ce que les chrétiens savaient du judaïsme (XVIe-XIXe siècles), Paris, Pr. Univ. de Paris-Sorbonne, 2006., « Quelques contributions à propos de la biographie de Sixte de Sienne et de sa (prétendue) culture juive », . 57-94
  • Auguste de Thou et Antoine Teissier, Les Eloges des hommes savans - Additions, vol. 2, Leyde, Théodore Haak, .

Liens externesModifier