Sir Barton

cheval de course

Sir Barton
Image illustrative de l’article Sir Barton

Race Pur-sang
Père Star Shoot
Mère Lady Sterling
Père de mère Hanover
Sexe M
Robe Alezan
Naissance 26 avril 1916
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort 30 octobre 1937
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur John E. Madden
Propriétaire John E. Madden
J.K.L. Ross
Entraîneur Billy Walker (1918)
H. Guy Bedwell (1918-1920)
Jockey Johnny Loftus
Earl Sande
Nombre de courses 31
Nombre de victoires 13 (11 places)
Gains en courses $ 116 857
Distinction Cheval de l'année aux États-Unis (1919)
Poulain de 3 ans de l'année (1919)
US Racing Hall of Fame (1957)
Canadian Racing Hall of Fame
Principales victoires Kentucky Derby
Preakness Stakes
Belmont Stakes
Withers Stakes
Saratoga Handicap
Potomac Handicap

Sir Barton (1916-1937) est un cheval de course pur-sang. Membre du Hall of Fame des courses américaines, cheval de l'année en en 1919, il devient cette année-là le premier détenteur de la Triple Couronne américaine.

Carrière de courseModifier

Élevé dans le Kentucky par le grand éleveur John E. Madden, Sir Barton débute à 2 ans sous les couleurs de ce dernier. Aligné dans des courses prestigieuses, il vole d'échec en échec et ne parvient pas à confirmer en course le potentiel qu'il dévoile le matin à l'entraînement. Pourtant, c'est un poulain estimé, ce qui explique les $ 10 000 déboursé fin août 1918 par le richissime Canadien J.K.L. Ross, qui possède alors l'une des écuries de course les plus en vue d'Amérique du Nord. Sir Barton est alors transféré des effectifs de l'entraîneur et ancien jockey Billy Walker à ceux de Harvey Guy Bedwell, l'entraîneur particulier de l'écurie Ross. Alors il y a du mieux : catastrophique dans les Hopeful Stakes, Sir Barton prend une encourageante deuxième place dans le Belmont Futurity. Mais dans la foulée il est victime d'une septicémie consécutive à un coup de pied reçu d'un autre cheval, et reste sur la touche toute la fin de la saison.

 
Sir Barton et Johnny Loftus après les Preakness Stakes 1919

10 mai 1919, jour de Kentucky Derby. Les deux favoris se nomment Eternal et Billy Kelly (représentant de l'écurie Ross), les deux poulains qui se sont partagés le titre de champion des 2 ans en 1918 . Mais qui est ce poulain aligné au départ, paré lui aussi de la casaque Ross ? C'est Sir Barton, zéro victoire, zéro chance a priori. Alors que fait sur son dos le grand jockey Johnny Loftus ? Deux légendes s'affrontent : selon les uns il n'aurait été que le leader de son compagnon d'écurie Billy Kelly, chargé de faire du train pour lui ; selon les autres, Sir Barton était présumé meilleur que Billy Kelly, malgré son année de 2 ans catastrophique, d'où son association avec Loftus. Toujours est-il que Sir Barton, ce jour-là, a remporté la première victoire de sa carrière. Victoire écrasante : cinq longueurs devant Billy Kelly. Et il enchaîne, comme si enfin son entourage avait trouvé les bons boutons. Victoire dans les Preakness Stakes, quatre longueurs devant Eternal cette fois. Victoire dans les Withers Stakes, deux longueurs et demi devant Eternal encore. Victoire dans les Belmont Stakes, cinq longueurs dans un match à trois avec deux autres cadors de sa génération, Sweep On et Natural Bridge. Le tout en 32 jours. On ne le sait pas encore, parce que la dénomination devient courante à partir de 1923, mais avec ses victoires dans le Derby, les Preakness et les Belmont, Sir Barton vient de décrocher la première Triple Couronne de l'histoire. Il recevra son titre rétroactivement en 1950, lorsque la Thoroughbred Racing Association, l'institution des courses américaines, promulguera officiellement le titre[1].

Battu ensuite par un autre poulain estimé, Purchase, dans les Dwyer Stakes, Sir Barton se blesse et reste deux mois au repos. Lors de sa deuxième partie de saison, il ne finit jamais plus loin que troisième, dans des lots il est vrai souvent maigrelets. Il s'adjuge notamment le Potomac Handicap (devant Billy Kelly) et le Maryland Handicap, et à la fin de l'année se voit récompensé des titres de Cheval de l'année et meilleur 3 ans. Avec près de $ 90 000, il est le cheval ayant amassé le plus de gains cette année-là, juste devant un 2 ans extraordinaire, un certain Man o'War, monté par Johnny Loftus.

En 1920, Sir Barton a 4 ans et poursuit sa belle carrière, enchaînant les victoires à partir de mai, avec quelques records de vitesse en prime, comme dans le Saratoga Handicap où il domine un vrai champion, le 5 ans Exterminator, ou le Merchants and Citizens Handicap, dans lequel il établit un record du monde sur 1 900 mètres[2]. Mais la vedette des courses américaines, celui qui défraie la chronique, ce n'est pas lui. C'est ce Man o'War, invincible ou presque (il n'a perdu qu'une de ses 19 courses et n'aurait jamais dû la perdre), et qui en est réduit à chercher des adversaires voulant bien lui servir de victime expiatoire. Man o'War doit faire ses adieux, mais personne ne veut l'affronter. A.P. Orpen, propriétaire de l'hippodrome de Kenilworth Park Gold Cup à Windsor, au Canada, propose $ 75 000 et invite Exterminator et Sir Barton à se mesurer au phénomène[3]. Exterminator décline, ce sera donc une "match race" (une course à deux) et la première course hippique entièrement filmée de l’histoire. On y verra un Sir Barton mal à l'aise sur la piste très dure de Kenilworth, et de toute façon incapable de rivaliser avec son cadet qui le laisse à sept longueurs et finit au ralenti.

Sir Barton courra encore trois fois, mais sans pouvoir gagner, avant de se retirer. Admis au Hall of Fame des courses américaines en 1957, il figure à la 49ème place sur la liste des 100 meilleurs chevaux de sport hippique américain du XXe siècle établie en 1999 par le magazine The Blood-Horse[4].

Résumé de carrièreModifier

Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1918, 2 ans
6 juin Aqueduct   États-Unis Tremont Stakes 1 200 m A. Collins 5e / 9 6 Lord Brighton
1er août Saratoga   États-Unis Flash Stakes 1 100 m A. Collins 9e / 15 15 Billy Kelly
3 août Saratoga   États-Unis United States Hotel Stakes 1 200 m A. Collins 9e / 14 16 Billy Kelly
14 août Saratoga   États-Unis Sanford Memorial Stakes 1 200 m A. Collins 7e / 8 19 Billy Kelly
31 août Saratoga   États-Unis Hopeful Stakes 1 200 m E. Sande 16e / 20 loin Eternal
14 septembre Belmont Park   États-Unis Futurity Stakes 1 200 m E. Sande 2e / 15 2 ½ Duboyne
1919, 3 ans
10 mai Churchill Downs   États-Unis Kentucky Derby 2 000 m J. Loftus 1er / 12 5 Billy Kelly
14 mai Pimlico   États-Unis Preakness Stakes 1 800 m J. Loftus 1er / 12 4 Eternal
24 mai Belmont Park   États-Unis Withers Stakes 1 600 m J. Loftus 1er / 6 2 ½ Eternal
11 juin Belmont Park   États-Unis Belmont Stakes 2 200 m J. Loftus 1er / 3 5 Sweep On
10 juillet Aqueduct   États-Unis Dwyer Stakes 1 800 m J. Loftus 2e / 3 3 Purchase
11 septembre Havre de Grace   États-Unis Allowance 1 200 m R. Troxler 2e / 7 1 Billy Kelly
13 septembre Havre de Grace   États-Unis Potomac Handicap 1 700 m T. Nolan 1er / 5 1 ½ Billy Kelly
24 septembre Havre de Grace   États-Unis Allowance 1 600 m E. Sande 2e / 5 5 The Porter
27 septembre Havre de Grace   États-Unis Havre de Grace Handicap 1 800 m J. Metcalf 3e / 8 1/2 Cudgel
4 octobre Laurel   États-Unis Maryland Handicap 2 000 m J. Loftus 1er / 6 2 Mad Hatter
5 novembre Pimlico   États-Unis Autumn Handicap 2 000 m J. Loftus 3e / 5 12 Mad Hatter
7 novembre Pimlico   États-Unis Pimlico Fall Serial #2 1 600 m C. Kummer 1er / 4 2 The Porter
11 novembre Pimlico   États-Unis Pimlico Fall Serial #3 1 800 m C. Kummer 1er / 3 3 Billy Kelly
1920, 4 ans
19 avril Havre de Grace   États-Unis Bel Air Handicap 1 200 m C. Kummer 4e / 6 2 ½ Billy Kelly
24 avril Havre de Grace   États-Unis Climax Handicap 1 200 m C. Kummer 1er / 3 1 ½ Milkmaid
27 avril Havre de Grace   États-Unis Marathon Handicap 1 700 m E. Sande 3e / 3 4 Wildair
30 avril Havre de Grace   États-Unis Philadelphia Handicap 1 700 m C. Kummer 4e / 10 1 ½ Crystal Ford
4 mai Pimlico   États-Unis Renato Handicap 1 600 m E. Sande 1er / 5 1 Foreground
2 août Saratoga   États-Unis Saratoga Handicap 2 000 m E. Sande 1er / 5 2 Exterminator
11 août Fort Erie   Canada Dominion Handicap 2 000 m E. Sande 1er / 4 1 ½ Bondage
28 août Saratoga   États-Unis Merchandize & Citizens Handicap 1 900 m E. Sande 1er / 3 nez Gnome
12 octobre Kenilworth Park   Canada Kenilworth Park Gold Cup 2 000 m F. Keogh 2e / 2 7 Man o'War
23 octobre Laurel   États-Unis Laurel Stakes 1 600 m W. O'Brien 3e / 6 2 Blazes
5 novembre Pimlico   États-Unis Pimlico Fall Serial #2 1 600 m F. Keogh 3e / 4 1 ¼ Mad Hatter
20 novembre Pimlico   États-Unis Pimlico Fall Serial #3 1 800 m F. Keogh 2e / 5 1 ½ Billy Kelly

Au harasModifier

Installé en Virginie, Sir Barton n'eut pas un succès d'étalon à la hauteur des attentes, mais il a tout de même produit la lauréate des Kentucky Oaks et championne des 3 ans 1928 Easter Stockings. En 1932, il intègre la cavalerie de l'armée américaine et fait la monte pour 5 ou 10 dollars, d'abord à Front Royal en Virginie, puis à Fort Robinson dans le Nebraska[5]. Quelque peu oublié, le vieux champion est finalement acheté par un éleveur du Wyoming et passe ses vieux jours dans son ranch près de Douglas. C'est là qu'il meurt, en 1937, victime d'une crise de coliques. Il est enterré dans son paddock, non loin des montagnes de Laramie.

En 1968, ses restes sont exhumés et placés dans une statue à Washington Park, près de Douglas[6]. Une reconnaissance pour ce cheval tombé dans l'oubli mais, ultime injure, cette statue en fibre de verre, censée représenter le premier vainqueur de la Triple Couronne, n'a en fait rien à voir avec la morphologie de Sir Barton, ayant été réalisée par une entreprise du Montana spécialisée dans la modélisation grandeur nature des animaux, qui a simplement utilisé les mensurations standard d'un pur-sang[5].

OriginesModifier

Sir Barton est un fils du grand étalon Star Shoot, champion anglais à 2 ans qui fut importé aux États-Unis où il a été titré cinq fois tête de liste des étalons dans les années 1910, cinq fois tête de liste des pères de mères lors de la décennie suivante, et engendré un autre Hall of Famer, Grey Lag.

Sa mère, Lady Sterling, l'eut assez tard, à 17 ans, mais elle était une poulinière aguerrie puisqu'elle avait donné quelques années plus tôt Sir Martin, meilleur 2 ans de l'année en 1908 avant de faire une carrière européenne ponctuée de victoires dans le Grand Prix de Deauville et la Coronation Cup. Il s'agit d'une famille maternelle anglaise, qui a essaimé tant aux États-Unis qu'en Argentine.

PedigreeModifier

Origines de Sir Barton (USA), mâle alezan né en 1916
Père
Star Shoot
1898
Insinglass
1890
Isonomy
1875
Sterling
Siola Bella
Dead Lock
1878
Wenlock
Malpractice
Astrology
1887
Hermit
1864
Newminster
Seclusion
Stella
1879
Brother to Strafford
Toxophilite Mare
Mère
Lady Sterling
1899
Hanover
1884
Hindoo
1878
Virgil
Florence
Bourbon Belle
1869
Bonnie Scotland
Ella D.
Aquila
1891
Sterling
1868
Oxford
Whisper
Eagle
1882
Phoenix
Au Revoir

RéférencesModifier

  1. (en) « Triple Crown | History & List of Winners | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
  2. (en-US) « Sir Barton Sets New World Mark », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  3. Tom Hall, « Man o' War, Sir Barton Face Off in 1920 Match Race », sur www.bloodhorse.com (consulté le )
  4. (en) Blood-Horse Inc, Thoroughbred Champions: Top 100 Racehorses of the 20th Century, Eclipse Press, (ISBN 978-1-58150-024-0)
  5. a et b (en-US) Stephanie Diaz, « A Nearly Forgotten First », sur Sports Illustrated Vault | SI.com (consulté le )
  6. (en) Casper Brendan Meyer, « How horse racing's 1st Triple Crown winner came to be buried in Wyoming », sur Billings Gazette (consulté le )