Ouvrir le menu principal

Sinn und Form (Sens et forme) est une revue bimensuelle de littérature et de culture publiée par l' Académie des arts de Berlin[1].

Il existait déjà en RDA et était connu à l’époque pour sa relative ouverture et sa résistance au dogmatisme.

Avec la dissolution de la République démocratique allemande les choses ont changé, mais comme Weimarer Beiträge, l'autre revue littéraire très réputée, Sinn und Form a réussi à survivre.

Sinn und Form se concentre sur la littérature. Mais il présente également des essais philosophiques et politiques, ainsi que des conversations avec d’éminents auteurs, artistes et philosophes.

HistoireModifier

La revue a été fondée en 1949 par le poète Johannes Robert Becher et par Paul Wiegler. Becher a conçu la revue à la fois comme un organe de communication pour les intellectuels et comme une figure de proue culturelle de la RDA vers le monde extérieur.

Sinn und Form n’était pas un organe du parti et il publiait également des textes de jeunes auteurs qui ne trouvaient pas d’autre moyen de publier en RDA. En tant qu'organe de l'Académie des sciences, la revue, contrairement à de nombreux autres médias, n'était soumis à aucune censure.

Son rédacteur en chef, de 1949 à 1962, était un poète de renom, Peter Huchel – un homme absolument intègre et honnête.

L'écrivain Bodo Uhse n'était que brièvement « le numéro 1 » du Sinn und Form (en 1962)[2]. Son successeur comme rédacteur-en-chef était Wilhelm Girnus (jusqu'en 1981)[3].

En 1982, le poète Paul Wiens était le rédacteur responsable jusqu'à sa mort la même année[4].

Depuis 1983 et jusqu'à la fin du « socialisme réel » en Allemagne de l'Est, l’écrivain Max Walter Schulz était responsable pour Sinn und Form et la "ligne correcte" de la revue[5].

Dans les nouvelles conditions créées après la disparition de la RDA, Sebastian Kleinschmidt a été nommé rédacteur en chef en 1991.

Depuis 2013, le rédacteur-en-chef de la revue est Matthias Weichelt qui avait rejoint l'équipe de Sinn und Form en 2006.


Notes et référencesModifier

  1. En allemand : Akademie der Künste.
  2. Uhse – membre de l'aile gauche ou aile Strasser du NSDAP fasciste de 1927 à 1930 (année de son exclusion) – devint un ami du communiste Bruno von Salomon en 1929. En 1933, il émigra à Paris où il fut une figure clé parmi les journalistes allemands en exil qui attaquèrent le prétendu Troisième Reich dans leurs publications. Après son retour en Allemagne (de l’Est) en 1948, il fut président de l’Association des écrivains allemands de 1950 à 1952. Après le XXe Congrès du PC soviétique, Uhse a connu une crise grave. Il voyait sa vie comme gâchée alors qu'il vendait son âme au "cochon Staline". Il souffrait d'un problème d'alcool. Son mariage avec Alma Agee, l'ex-épouse de James Agee, a échoué en 1960. Peu après qu'Uhse soit devenu rédacteur en chef de Sinn und Form , il est décédé en 1963.
  3. Girnus a étudié l'art à Breslau et Kassel, ainsi que la littérature française et allemande et l'histoire de l'art à Breslau, Paris et Königsberg. Il était membre de l'organisation de gauche Secours rouge (Rote Hilfe) depuis 1926 et depuis 1929 également du Parti Communiste d'Allemagne (KPD). Girnus fut incarcéré par le régime nazi en 1933 et put fuir en 1934. Il fut à nouveau arrêté et emprisonné dans un pénitencier de 1935 à 1940. De 1940 à 1945, il fut détenu dans les camps de concentration de Sachsenhausen, Flossenburg et Dachau. En 1946, il devint directeur artistique adjoint de Berliner Rundfunk (Radio Berlinoise) et de 1949 à 1953, il était rédacteur du quotidien Neues Deutschland. Sa thèse de doctorat sur "Goethe - Le plus grand réaliste de la langue allemande : représentation critique de ses vues esthétiques" a été adoptée en 1953. De 1953 à 1955, il dirigea le département des belles lettres et beaux-arts du comité central du SED. Du 28 février 1957 au 4 juillet 1962, Girnus était responsable des universités et des collèges techniques comme secrétaire d’État. Il a été professeur de littérature générale à l'université Humboldt de Berlin de 1962 à 1971.
  4. Wien est né à Königsberg en 1922. Sa mère juive a réussi à émigrer en Suisse. Il a été arrêté par les nazis en Autriche en 1943 en raison de sa propagande anti-guerre et maintenu dans un camp de travaux forcés jusqu'en 1945. En 1947, il se rendit à Berlin où il travailla jusqu'en 1950 comme « Lektor » (éditeur de l'édition) et éditeur de traduction à Aufbau-Verlag. Depuis environ 1950, il a publié ses premiers poèmes et chansons de jeunesse. À partir de 1952, il était écrivain indépendant et écrivait principalement de la poésie et des paroles de chansons de masse. En outre, Wiens a également écrit des scripts, tels que le script pour le film ... und deine Liebe auch (1962) de Frank Vogel, et le script pour le film Sonnensucher de Konrad Wolf (1958). Il traduisit des œuvres de Pablo Neruda, Vladimir Maïakovski, Nâzım Hikmet et d'autres. De 1972 à 1977, Paul Wiens était marié avec Irmtraud Morgner. Wiens fut corédacteur de la série de poèmes Antwortet uns et de 1982 à sa mort rédacteur en chef de Sinn und Form.
  5. Schulz était un ouvrier non qualifié en 1945/46 puis un « Neulehrer » (soi-disant nouvel enseignant). Il a étudié la pédagogie de 1946 à 1949 à l'Université de Leipzig. Pendant cette période, il a rejoint le SED. De 1950 à 1957, il travailla comme enseignant. De 1957 à 1959, il suivit des études à l’« institut de littérature Johannes R. Becher » de Leipzig. Il est devenu le directeur de cet institut en 1964. Schulz était également l'auteur de romans, d'histoires, de critiques et d'essais. Ses œuvres narratives sont des exemples typiques de la littérature associée avec la Voie de Bitterfeld (ou « Bitterfelder Weg »), en particulier son livre Nous ne sommes pas une poussière dans le vent (la première partie d'une série de romans qu'il avait projetée). Ce livre a été lu par beaucoup de gens. À l'époque, Nous ne sommes pas une poussière dans le vent était véritablement populaire auprès des Allemands ordinaires de la RDA. Mais Schulz était presque une voix officielle de la bureaucratie culturelle lorsqu'il critiquait certains jeunes écrivains – des auteurs comme Maxie Wander (1933-1977), Irmtraud Morgner (née 1933), Reiner Kunze (né 1933), Uwe Johnson (né 1934), Ulrich Plenzdorf (né 1934), Sarah Kirsch (née 1935), Wolf Biermann (né 1936), Hartmut Lange (né 1937), Jurek Becker (né 1937), Elke Erb (née 1938), Volker Braun (né 1939), Wolfgang Hilbig (né 1941), Monika Maron (née 1941), ou Thomas Brasch (né 1945). Les déclarations critiques de Schulz sur les jeunes auteurs ont influencé le développement de la littérature sur la RDA depuis la fin des années soixante. Gerhard Zwerenz a quitté la RDA en 1958, Uwe Johnson en 1959, Hartmut Lange en 1965, Thomas Brasch en 1976, Reiner Kunze et Jurek Becker en 1977, Wolfgang Hilbig en 1985, Monika Maron en 1988. Wolf Biermann n'a pas pu retourner à la RDA en 1976.