Sinj

ville de Croatie

Sinj
Sinj
Vue de Sinj
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Split Dalmatie
Code postal 21230
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local 021
Démographie
Population 11 468 hab. (2001)
Population municipalité 25 373 hab. (2001)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 13″ nord, 16° 38′ 22″ est
Altitude 320 m
Superficie municipalité 18 100 ha = 181 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Europe
Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Sinj
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte administrative de Croatie
City locator 14.svg
Sinj
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte topographique de Croatie
City locator 14.svg
Sinj
Liens
Site web www.sinj.hr

Sinj est une ville et une municipalité située en Dalmatie, dans le comitat de Split-Dalmatie, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 25 373 habitants, dont 98,41 % de Croates[1] et la ville seule comptait 11 468 habitants[2].

GéographieModifier

Sinj est située au cœur de l'arrière-pays dalmate, dans la zone connue sous le nom de Cetinska krajina, un groupe de colonies situées sur un champ karstique fertile (Sinjsko polje) à travers lequel passe la rivière Cetina. Sinj se situe entre quatre montagnes : Svilaja, Dinara, Kamešnica et Visoka. Ces montagnes donnent à Sinj son climat supra-méditerranéen spécifique (étés plus chauds et hivers plus froids).

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Installation des CroatesModifier

Domination vénitienneModifier

Occupation ottomaneModifier

En 1524, Sinj est prise par les Turcs ottomans qui en gardent le contrôle jusqu'en 1686, date à laquelle les Vénitiens prennent possession de la ville. La ville s'est développée autour d'une ancienne forteresse tenue par les Ottomans du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle, et du monastère moines franciscains avec l'église de Notre-Dame de Sinj (Gospa Sinjska), lieu de pèlerinage. Le dernier siège turc, en 1715, pendant la Guerre vénéto-austro-ottomane (1714-1718) (deuxième guerre de Morée ottomane), fut repoussé[3].

Après le Congrès de Vienne en 1815 jusqu'en 1918, Sinj intègre l'Empire austro-hongrois (compromis de 1867 qui la désigne comme l'un des 13 « Bezirkshauptmannschaften » du Royaume de Dalmatie).

Le siège de 1715Modifier

Le chef Turc Mehmed-Pasha Čelić avait rassemblé 60 000 à 70 000 soldats pour soumettre la région le . La ville de Sinj refusa de se rendre alors qu'il n'y avait que 700 Croates pour affronter l'armée ottomane. La tradition raconte que Les habitants de la ville, accompagnés de huit moines franciscains, se mettent à prier Notre-Dame de Sinj. Après plusieurs combats, la défaite des habitants de Sinj semblait inéluctable. Mais dans la nuit de la veille de la fête de l'Assomption, les Turcs s'enfuirent en laissant sur place 10 000 morts. Ils auraient été effrayés par une épidémie qui les avait frappés durement et ils racontèrent qu'ils avaient vu plusieurs fois une figure de femme dans un halo de lumière, qui marchait sur leurs bastions[4],[5],[6].

Cet évènement a donné naissance à un tournoi de chevalerie appelé « alka », inscrit en 2010 par l'Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[7], ainsi qu'à un pèlerinage à la Vierge Marie le [8] (voir ci-dessous).

Le tournoi de l'AlkaModifier

 
La compétition de l'Alka

Sinj est connu pour le tournoi équestre de l'Alka ayant lieu dans la ville tous les ans, le premier dimanche d'août. La compétition commémore la victoire de l'armée austro-hongroise contre l'empire ottoman en 1715. Les compétiteurs, appelés Alkar, tentent d'atteindre, au galop un anneau suspendu à un fil.

LocalitésModifier

La municipalité de Sinj compte 14 localités :

JumelagesModifier

en Italie
autres villes

Notes et référencesModifier

  1. (en) Recensement de 2001 : « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le )
  2. (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le )
  3. (hr) « Bitka za Sinj 1715. godine », Zbornik Odsjeka Za Povijesne Znanosti Zavoda Za Povijesne I Društvene Znanosti Hrvatske Akademije Znanosti I Umjetnosti, Croatian Academy of Sciences and Arts, vol. 34,‎ , p. 147–180 (DOI 10.21857/moxpjho5lm, lire en ligne [PDF])
  4. Professeur Borković, V., 1995.: "Cetina – između Svilaje i Kamešnice", Ogranak Matice Hrvatske u Sinju i Pokret prijatelja prirode "Lijepa Naša"
  5. http://www.sinj.hr/OGradu/Povijestgrada/tabid/749/Default.aspx
  6. http://www.fthm.hr/e-student/files/jadranas/vjerski_turizam.pdf
  7. Le Sinjska Alka, un tournoi de chevalerie à Sinj, patrimoine culturel immatériel
  8. http://www.mariedenazareth.com/11819.0.html?&L=0

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier