Ouvrir le menu principal

Simon Pagenaud

pilote automobile français
Simon Pagenaud
Description de cette image, également commentée ci-après
Simon Pagenaud en 2019.
Biographie
Date de naissance (35 ans)
Lieu de naissance Montmorillon (France)
Nationalité Drapeau : France Français
Site web

simon-pagenaud.racing

simon-pagenaud.com

Carrière
Qualité Pilote automobile en IndyCar Series
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Schmidt Peterson Motorsports (2012-2014)
Team Penske (2015-)
Statistiques
Nombre de courses 138
Pole positions 14
Meilleurs tours en course ?
Podiums 32
Victoires 14
Champion IndyCar Series 2016

Simon Pagenaud, né le à Montmorillon, est un pilote automobile français. Il fait ses débuts en IndyCar Series en 2012 avec l'écurie Schmidt Peterson Motorsports et évolue depuis 2015 avec Team Penske. L’année suivante, il devient le premier Français champion dans cette discipline, puis remporte la 103e édition des 500 miles d'Indianapolis en 2019. Il termine la saison 2019 à la deuxième place, comme en 2017.

BiographieModifier

Les débutsModifier

Après avoir commencé sa carrière par le karting en 1994, Pagenaud accède au sport automobile en 2001 grâce à sa victoire l'année précédente dans le Volant Elf. Deuxième du championnat de Formule Renault Campus en 2001, il passe l'année suivante en Formule Renault, dans le championnat de France, ainsi que dans le championnat d'Europe (l'Eurocup). En 2004, il termine vice-champion de l'Eurocup, battu par l'Américain Scott Speed.

En 2005, Pagenaud accède au championnat de World Series by Renault (Formule Renault 3,5 l) mais n'obtient que des résultats mitigés, ce qui l'incite à réorienter sa carrière vers les États-Unis. Au cours de l'hiver 2005-2006, il obtient plusieurs tests avec des écuries du championnat de Formule Atlantic, alors en plein renouveau. Finalement engagé par l'écurie Team Australia, Pagenaud s'affirme dès le début de l'année comme l'un des hommes forts du championnat. Très régulier, il remporte le titre dès sa première saison dans la discipline à l'issue d'un long duel avec Graham Rahal, le Français remportant une victoire, à Edmonton[1], contre cinq à son adversaire[2].

Grâce à la prime de 2 millions de dollars offerte au vainqueur du championnat, il accède au Champ Car en 2007, toujours au sein du Team Australia. Très régulier, il termine sa saison de rookie à la 8e place finale du championnat, ce dernier étant remporté par son compatriote Sébastien Bourdais pour la quatrième saison consécutive. Malgré ce que de nombreux observateurs considèrent comme une saison réussie, il ne parvient pas à trouver un volant en 2008 dans le championnat unifié IndyCar Series, en grande partie en raison de l'incapacité financière du Team Australia à rejoindre la série. L'écurie fait finalement faillite[3]. Il réoriente alors sa carrière vers le championnat American Le Mans Series au sein de l'écurie de Gil de Ferran[4]. Remplacant Stéphane Ortelli, il dispute pour la première les 24 heures du Mans, en LMP1 sur une Courage-Oreca LC70 de l'écurie Team Oreca Matmut, avec Marcel Fässler et Olivier Panis, Fässler suppléant pour sa part Nicolas Lapierre[5]. Cette équipe abandonne à la suite d'une sortie de route de Fässler[6]. En préparation à l'édition 2009 de l'épreuve mancelle, il participe aux 1 000 kilomètres de Spa sur Peugeot 908 HDi FAP et remporte l'épreuve, avec de Nicolas Minassian et Christian Klien[7]. Il prend le des 24 heures du Mans 2009 au volant d'un Peugeot 908 HDi FAP de l'écurie Pescarolo Sport, faisant équipe avec Jean-Christophe Boullion et Benoit Treluyer[8]. Cet équipage abandonne après une sortie de route lors de la nuit[9].

Le , Simon Pagenaud annonce sa signature avec l'écurie Patrón Highcroft Racing pour remplacer Scott Sharp au sein de l'équipe championne en titre en American Le Mans Series. Il y pilote en 2010, l'Acura ARX-01c, rebaptisé HPD ARX-01c (HPD pour Honda Performance Development)[10]. Il est champion des American Le Mans Series 2010 avec David Brabham.

En 2011, Simon Pagenaud est une nouvelle fois engagé par Peugeot aux 1 000 kilomètres de Spa et aux 24 Heures du Mans 2011, tout en pilotant lors des 12 Heures de Sebring 2011 et dispute trois courses en IndyCar Series avec Dreyer et Reinbold (8e en Alabama et 13e à Mid-Ohio) et HVM (15e à Sonoma)[11]. Avec Sébastien Bourdais et Pedro Lamy, il termine deuxième des 24 Heures du Mans à seulement 13 secondes de l'Audi victorieuse[3].

2012 : débuts en IndyCar SeriesModifier

En fin d'année, il signe avec Sam Schmidt Motorsports pour disputer l’intégralité de la saison IndyCar en 2012[11]. Il a fini 6e, 5e et 2e, à Long Beach derrière Will Power[12], des trois premières courses. Il signe trois autres podiums lors des sixième, à Détroit, douzième à Mid-Ohio, et quatorzième à Baltimore, course. Il termine la saison cinquième et meilleur rookie.

2013-2014 : premières victoires en IndyCarModifier

En 2013, il signe sa première victoire lors de la deuxième course du Grand Prix automobile de Détroit, en s'imposant devant les Anglais James Jakes et Mike Conway[13]. Deuxième à Mid-Ohio derrière l'Anglais Charlie Kimball[14], il gagne ensuite le Grand Prix de Baltimore[15]. Avec 508 points, il termine troisième de la saison, derrière le Néo-Zélandais Scott Dixon, vainqueur avec 577 poins, et le Brésilien Helio Castroneves, 550 points[16].

En 2014, après trois courses régulières et sages (2 fois 5e, puis 4e), il remporte sa 3e victoire de sa carrière et la 1re de la saison lors du GP d'Indianapolis, deux semaines avant les 500 Miles d'Indianapolis. Il déclare après cela qu'il « peut jouer le titre »[17]. Il signe la première pole position de sa carrière à la 1re course du Grand Prix automobile de Houston, avant de terminer 16e. Il remporte la 4e victoire de sa carrière en IndyCar Series lors de la 2e course du Grand Prix automobile de Houston[18]. Il termine la saison 5e.

2015 : transfert chez Team PenskeModifier

 
Pagenaud au Grand Prix de Sonoma 2015.

Après trois années passées à Sam Schimdt Motorsport, il intègre à trente ans l'une des écuries les plus prestigieuses de l'IndyCar Series, en l’occurrence le Team Penske, pour la saison 2015, étant ainsi épaulé par Will Power, Hélio Castroneves et Juan Pablo Montoya[19] qui sont respectivement 1er, 2e et 4e du championnat 2014. Le patron de la Team Penske, Roger Penske, déclare alors : « Nous savons combien il a été difficile de rivaliser avec lui [Simon Pagenaud] ces dernières années et nous sommes très heureux de l'accueillir. (...) Nous disposerons de quatre pilotes en mesure de gagner chaque week-end et de quatre prétendants légitimes au titre »[20]. La saison est cependant très décevante, avec une pole et seulement deux podiums, alors que ses trois coéquipiers sont encore en lutte pour le titre lors de la dernière manche. Il finit l'exercice 2015 à une anonyme 11e place au classement du championnat.

2016 : champion du monde d'IndyCarModifier

Lors de l'ouverture de la saison, le Grand Prix automobile de St. Petersburg, la course est remportée par le Colombien Juan Pablo Montoya qui devance Pagenaud et Ryan Hunter-Reay[21]. La course suivante, le Grand Prix automobile de Phoenix, est remportée par le Néo-Zélandais Scott Dixon, Pagenaud terminant de nouveau deuxième[22]. Lors du Grand Prix de Long Beach, il s'impose devant Scott Dixon, sa première victoire depuis qu'il a intégré le Team Penske[23]. Il s'impose lors de la course suivante, le Grand Prix d'Alabama, devant Graham Rahal[24]. Lors du Grand Prix automobile d'Indianapolis, il réussit la pôle puis remporte la course, sa troisième victoire consécutive, devant le Brésilien Helio Castroneves et le Canadien James Hinchcliffe[25]. Il occupe alors la tête du classement général avec 242 points, 76 points d'avance sur Dixon et 82 sur son Juan Pablo Montoya[25].

Il figure parmi les les neuf pilotes qualifiés pour la session déterminant les trois premières lignes de la grille des 500 miles, occupant finalement la huitième place. Retardé par une pénalité pour une sortie des stands dangereuse, il termine 19e de la course, remportée par Alexander Rossi[26]. 13e de la première course de Détroit, remportée par Sebastien Bourdais, il est devancé par Will Power lors de la deuxième[27]. De nouveau 13e, au Grand Prix automobile d'Elkhart Lake, il termine quatrième Grand Prix automobile de l'Iowa et neuvième au Grand Prix automobile de Toronto avant de renouer avec la victoire lors du Grand Prix automobile du Mid-Ohio, où parti en pôle, il devance son coéquipier chez Penske Will Power[28]. 18e au Grand Prix automobile de Pocono, il termine quatrième du Grand Prix automobile du Texas puis septième du Grand Prix automobile de Watkins Glen. Lors de la dernière course de la saison, il obtient sa septième pôle de la saison[29]. Possédant 40 points d'avance sur Will Power, le seul pilote pouvant le priver du titre, il s'impose devant Graham Rahal[30]. Avec 659 points, il devance de 127 points Will Power[29], obtenant sept pôles, dix top 5, et 406 tours en tête de course[30]. Il devient ainsi le premier Français à s'imposer dans la discipline[31].

2017 : vice-championModifier

 
En jaune, la voiture de Simon Pagenaud aux 500 miles 2017.

Après trois places dans le top 5, deuxième au Grand Prix automobile de St. Petersburg derrière Sébastien Bourdais[32], cinquième à Grand Prix de Long Beach et troisième à Grand Prix automobile d'Alabama, il remporte sa première victoire de la saison 2017, sa deuxième en Indy Series, lors du Grand Prix automobile de Phoenix, sa première sur un circuit ovale[33]. Lors de la course suivante, il termine quatrième du Grand Prix automobile d'Indianapolis remporté par Will Power[34].

Lors des 500 miles, il est en manque de vitesse avec sa voiture et termine 14e d'une course remportée par le Japonais Takuma Sato[35]. Il renoue ensuite avec le top 5 lors de la deuxième course du Grand Prix automobile de Détroit, ayant terminé 16e de la première disputée sur ce circuit. Il enchaîne par une troisième place au Grand Prix automobile du Texas, obtenant ensuite des places de quatrième au Grand Prix automobile d'Elkhart Lake, cinquième à Toronto, quatrième au Grand Prix automobile du Mid-Ohio et à Pocono, troisième au Grand Prix automobile de Gateway.

Lors du dernier grand prix de la saison, sur le circuit routier de Sonoma, il termine en tête, devant Josef Newgarden[36], ce dernier remportant le championnat avec 13 et 17 points d’avance sur Simon Pagenaud et Scott Dixon[37].

2018 : saison sans victoireModifier

Simon Pagenaud obtient son meilleur résultat du début de la saison 2018 au Grand Prix d'Indianapolis en terminant huitième d'une course remporté par Will Power. Il termine à la deuxième place des qualifications de 500 miles d'Indianapolis, derrière Ed Carpenter[38], course où il termine neuvième et remportée par Will Power, la première victoire de ce dernier dans cette épreuve[39].

Il obtient son premier podium de la saison à l'occasion du Grand Prix automobile du Texas à Fort Worth, où il prend le départ en deuxième postion derrière Josef Newgarden[40]. Il termine deuxième derrière l'Australien Scott Dixon[40],[41]. Il obtient une nouvelle deuxième place lors du Grand Prix automobile de Toronto, de nouveau derrière Scott Dixon[42].

2019 : victoire aux 500 miles d'IndianapolisModifier

Après une saison compliquée, Simon Pagenaud se distingue en remportant sa première victoire depuis un an et demi au Grand Prix d'Indianapolis, sur le circuit routier, remportant pour la troisième fois cette épreuve, en doublant Scott Dixon dans l'avant-dernier tour, au terme d'une course perturbée par la pluie[43]. La semaine suivante, il prend pour la première fois de sa carrière la pole position lors des 500 miles d'Indianapolis, devenant le premier Français depuis René Thomas en 1919[44] à décrocher la pole position dans cette épreuve mythique.

Le , après avoir dominé presque la totalité de la course, il remporte un duel final face à Alexander Rossi pour la victoire. Il devient ainsi le premier Français depuis 1920[45] à remporter les 500 miles d'Indianapolis[N 1], devenant également le premier pilote depuis dix ans, et la victoire d'Hélio Castroneves, à réaliser le doublé pole position-victoire[46].

Parti en pôle position sur le circuit en ville du Grand Prix de Toronto, il s'impose devant Scott Dixon et Alexander Rossi[47]. De nouveau en pôle lors la semaine suivante en Iowa, il termine à la quatrième place d'une course remportée par son coéquipier Josef Newgarden, qui occupe la tête du championnat[48]. En terminant quatrième de la dernière course de la saison, le Grand Prix automobile de Monterey disputé sur le circuit de Laguna Seca, il termine à la deuxième place du classement de la saison avec 616 points, derrière son coéquipier chez Penske Josef Newgarden[49].

Autres disciplines en 2018-2019 : IMSAModifier

En 2018, trois courses du United SportsCar Championship 2018, série endurance américaine organisée par l'International Motor Sports Association (IMSA) figurent à son programme[50]. Il dispute en janvier les 24 Heures de Daytona, sur un chassie Oreca au sein du Team Penske avec Dane Cameron et Juan Pablo Montoya. Ils terminent dixième, à 15 tours de l'équipe victorieuse[51]. En mars, le même équipage doit abandonner lors des 12 Heures de Sebring. Pagenaud retrouve Cameron et Montoya pour la dernière course de la saison, le Petit Le Mans en octobre. L'équipage termine à la 32e place.

Lors de l'édition 2019 des 24 Heures de Daytona, il fait équipe avec Dan Cameron et Juan-Pablo Montoya au sein du Team Penske sur une Acura ARX-05. Pendant une neutralisation à cinq heures du terme, la voiture s'arrête au stand pour un problème moteur, l'équipage perdant douze tours durant la réparation et toute possibilité de victoire[52]. Lors des 12 Heures de Sebring, où son coéquipier obtient la pole position[53], ils terminent à neuvième place.

CarrièreModifier

 
Team Australia 2007
 
Long Beach 2012

24 Heures du MansModifier

IndyCar SeriesModifier

Saison Écurie GP disputés Pole Victoires Podiums Meilleur tour Points inscrits Classement
2012 Schmidt Peterson Motorsports 15 0 0 3 1 387 5e
2013 Schmidt Peterson Motorsports 19 0 2 3 0 508 3e
2014 Schmidt Peterson Motorsports 18 1 2 3 3 565 5e
2015 Team Penske 16 1 0 2 0 384 11e
2016 Team Penske 16 6 4 3 5 659 Champion
2017 Team Penske 17 1 2 6 2 629 2e
2018 Team Penske 17 0 0 2 0 492 6e
2019 Team Penske 17 3 3 4 1 616 2e

Résultats détaillés en Indycar SeriesModifier

Année Écurie Châssis Moteur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Classement Points
2011 Dreyer & Reinbold Racing Dallara
IR-05
Honda HI7R (en) V8 STP ALA
8
LBH SAO INDY TXS TXS MIL IOW TOR EDM MDO
13
NHM (en) 31e 56
HVM Racing SNM
15
BAL MOT (en) KTY LVS
2012 Schmidt Peterson Motorsports Dallara DW12 Honda HI12TT V6 t STP
6
ALA
5
LBH
2
SAO
12
INDY
16
DET
3
TXS
6
MIL
12
IOW
5
TOR
12
EDM
20
MDO
3
SNM
7
BAL
3
FON
15
5e 387
2013 Honda HI13TT V6 t STP
24
ALA
6
LBH
8
SAO
9
INDY
8
DET
12
DET
1
TXS
13
MIL
12
IOW
6
POC
6
TOR
9
TOR
12
MDO
2
SNM
5
BAL
1
HOU
4
HOU
6
FON
13
3e 508
2014 Honda HI14TT V6 t STP
5
LBH
5
ALA
4
IMS
1
INDY
12
DET
22
DET
6
TXS
4
HOU
16
HOU
1
POC
6
IOW
11
TOR
4
TOR
22
MDO
9
MIL
7
SNM
3
FON
20
5e 565
2015 Team Penske Chevrolet IndyCar V6 t STP
5
NLA
20
LBH
4
ALA
9
IMS
25
INDY
10
DET
3
DET
14
TXS
11
TOR
11
FON
9
MIL
9
IOW
14
MDO
3
POC
7
SNM
16
11e 384
2016 STP
2
PHX
2
LBH
1
ALA
1
IMS
1
INDY
19
DET
13
DET
2
RDA
13
IOW
4
TOR
9
MDO
1
POC
18
TXS
4
WGL
7
SNM
1
1er 659
2017 STP
2
LBH
5
ALA
3
PHX
1
IMS
4
INDY
14
DET
16
DET
5
TXS
3
ROA
4
IOW
7
TOR
5
MDO
4
POC
4
GTW
3
WGL
9
SNM
1
2e 629
2018 STP
13
PHX
10
LBH
24
ALA
9
IMS
8
INDY
6
DET
17
DET
10
TXS
2
ROA
7
IOW
8
TOR
2
MDO
8
POC
8
GTW
4
POR
6
SNM
4
6e 429
2019 STP
7
COA
10
ALA
9
LBH
6
IMS
1
INDY
1
DET
6
DET
17
TXS
6
ROA
9
TOR
1
IOW
4
MDO
6
POC
3
GTW
5
POR
7
LAG
4
2e 616
Année Écurie Course Poles Victoires Podiums Top 5 Top 10 Titre
7 4 138 14 14 32 ? ? 1

Mis à jour le 23 septembre 2019.

Résultats aux 500 miles d'IndianapolisModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les sources utilisent deux années pour la précédente victoire d'un Français : 1920, avec Gaston Chevrolet, né en France de parents suisses, avant d’émigrer aux États-Unis, et 1914, pour la victoire de René Thomas[44].

RéférencesModifier

  1. (en) « Atlantic: Pagenaud claims maiden win for Team Australia », sur moto123.com, .
  2. (en) « OWRS ChampCar Formula Atlantic - Season 2006 : Point standings: OWRS ChampCar Formula Atlantic - Season 2006 », sur speedsport-magazine.com.
  3. a et b Catherine Pacary, « Simon Pagenaud, roi tricolore de l’IndyCar : Seul Français couronné du championnat américain de monoplaces, le Poitevin rêve de gagner les 500 miles d’Indianapolis dimanche, et de voler la vedette à Fernando Alonso », sur lemonde.fr, (consulté le 2 août 2017).
  4. (en) Matt Beer, « Pagenaud joins De Ferran's team », sur autosport.com, .
  5. « Le Mans : Nicolas Lapierre (Oreca) forfait », sur autoplus.fr, .
  6. Patrick Garcia, « 24h du Mans - le rush final : la Peugeot n°7 rattrapera-elle l'Audi n°2 ? », sur caradisiac.com, .
  7. a et b « ALMS : Victoire pour Pagenaud et triplé des Acura », sur autonewsinfo.com, .
  8. « La 908 Pescarolo avec Boullion, Treluyer et Pagenaud », sur autohebdo.fr, .
  9. Antoine Dufeu, « [Le Mans 2009] Retour sur l'accident de Benoît Tréluyer (Peugeot 908 Pescarolo Sport) », sur caradisiac.com, .
  10. « Signature au Patrón Highcroft Racing »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  11. a et b Fabien Volari, « Saison complète en IndyCar pour Simon Pagenaud (et un peu de 908) », sur leblogauto.com, .
  12. « Long Beach : Power a résisté à Pagenaud », sur autohebdo.fr, .
  13. « IndyCar - Detroit : première victoire de Pagenaud », sur lepoint.fr, .
  14. « IndyCar ? Mid-Ohio : Charlie Kimball, première ! », sur autohebdo.fr, .
  15. Bernard Dussol, « IndyCar : Simon Pagenaud gagne le Grand Prix de Baltimore », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  16. (en) Jeff Olson, Heather Tucker, « Scott Dixon wins third IndyCar championship », sur usatoday.com, .
  17. « IndyCar - Simon Pagenaud premier vainqueur du GP d'Indianapolis », sur autohebdo.fr, .
  18. « IndyCar-C2 : Pagenaud prend sa revanche à Houston ! », sur http://www.autohebdo.fr/, (consulté le 30 juin 2014)
  19. « IndyCar - Simon Pagenaud rejoint le Team Penske pour 2015 », sur autohebdo.fr, (consulté le 29 septembre 2014)
  20. Penske, le meilleur pour Pagenaud, Stéphane Barbé, L'Équipe, p. 13, 30 septembre 2014. Consulté le 30 septembre 2014.
  21. « IndyCar: Montoya s'impose pour l'ouverture de la saison », sur rtbf.be, .
  22. (en) « Dixon Wins at Phoenix to Tie Al Unser for Fourth on All-Time List », sur lincolnelectric.com, .
  23. (en) « Pagenaud wins Long Beach IndyCar », sur sbs.com.au, .
  24. « Simon Pagenaud triomphe au Barber Motorsports », sur auto.lapresse.ca, .
  25. a et b « IndyCar: au Grand Prix d'Indianapolis Pagenaud est sur sa planète », sur leparisien.fr, .
  26. « IndyCar - Rossi s'offre le 100ème Indy 500 », sur sportauto.fr, .
  27. (en) Mike Brudenell, « Will Power speeds to Dual II win at Detroit Grand Prix », sur freep.com, .
  28. « Indy 200: le Français Simon Pagenaud gagne à Lexington », sur auto.lapresse.ca, .
  29. a et b « IndyCar - Le titre pour le Français Simon Pagenaud », .
  30. a et b (en) « Simon Pagenaud takes the IndyCar crown following Sonoma win. », sur lemans.org, .
  31. Antoine Grenapin, « Indycar : Simon Pagenaud, un champion français en Amérique », (consulté le 19 septembre 2016).
  32. « IndyCar: Bourdais triomphe devant Pagenaud au GP de St Petersburg », sur lepoint.fr, .
  33. « Pagenaud, vainqueur à Phoenix, prend date pour Indianapolis », sur lepoint.fr, .
  34. « IndyCar - GP d'Indianapolis: Power sans rival, Pagenaud toujours leader », sur lepoint.fr, .
  35. « 500 miles d'Indianapolis: Alonso, étincelant, casse, Sato s'impose », sur lepoint.fr, .
  36. Michaël Duforest, « Course - À Pagenaud la victoire, à Newgarden le titre ! », sur ch-fr.motorsport.com, .
  37. Richard Burgan, « INDYCAR 2017 – Pilotes, équipes, calendrier, classements… Découvrez toutes les informations essentielles de la saison 2017 du championnat Indycar. », sur ch-fr.motorsport.com, .
  38. « 500 miles d'Indianapolis: Carpenter en pole, Pagenaud et Bourdais placés », sur lepoint.fr, AFP, .
  39. « 500 miles d'Indianapolis : Will Power enfin sacré », sur sport.francetvinfo.fr, .
  40. a et b (en) « The Latest: Dixon wins 2nd IndyCar race in a row at Texas », sur sports.mynorthwest.com.
  41. Pierre Tassel, « Scott Dixon vainqueur au Texas devant Simon Pagenaud », sur autohebdo.fr, .
  42. « Scott Dixon remporte le GP de Toronto, le Français Simon Pagenaud 2e », sur eurosport.fr, .
  43. C.H, « IndyCar: Simon Pagenaud fait le show et remporte le Grand Prix d'Indianapolis », sur france3-regions.francetvinfo.fr, AFP, .
  44. a et b Lohan Benaati, « 500 Miles d’Indianapolis : Simon Pagenaud, pour une première française depuis plus d’un siècle », sur lemonde.fr, .
  45. « Le vainqueur Gaston Chevrolet, Frontenac - 500 Miles d'Indianapolis - Photos IndyCar - Motorsport.com », sur fr.motorsport.com (consulté le 29 mai 2019)
  46. « Pagenaud triomphe à Indy 500, une première pour un Français depuis un siècle », sur eurosport.fr, .
  47. M. Ma., « Indycar : Simon Pagenaud s'impose à Toronto », sur lequipe.fr, .
  48. Pierre Samit, « Indycar : Simon Pagenaud au pied du podium dans l'Iowa », sur lanouvellerepublique.fr, .
  49. Michaël Duforest, « Josef Newgarden remporte le titre IndyCar ! », sur motorsport.com, .
  50. « Automobile : Pagenaud, l'endurant », sur lanouvellerepublique.fr, .
  51. Medhi Casaurang-Vergez, « 24h de Daytona - Cadillac et Ford triomphent avec la manière », sur autohebdo.fr, .
  52. Nicolas Anderbegani, « 24 heures de Daytona : Cadillac et Alonso triomphent », sur leblogauto.com, .
  53. Peter Griswold, « Dane Cameron offre la pole des 12 Heures de Sebring à l’Acura du Team Penske », sur autonewsinfo.com, .
  54. Victoire à Long Beach 2009
  55. Victoire à Salt Lake City 2009
  56. Victoire à Lime Rock 2009
  57. Victoire à Lexington 2009
  58. Victoire à Laguna Seca 2009
  59. Victoires à Long Beach 2010
  60. Victoire à Monterey 2010
  61. Victoire à Salt Lake City 2010
  62. Simon Pagenaud au Rallye de la Vienne avec une Citroën C2.
  63. Indycar: Simon Pagenaud au départ du Grand Prix d’Alabama
  64. Rallye National de la Vienne 2014 (eWRC).
  65. « Simon Pagenaud remporte les 500 miles d'Indianapolis ! », sur L'Équipe, (consulté le 26 mai 2019).

Voir aussiModifier