Les Silures étaient un puissant peuple guerrier de l'île de Bretagne, dans le sud de l'actuel Pays de Galles, occupant les régions de Gwent, Brecon, et Morgannwg. Ils avaient pour voisins les Ordovices et les Demetae. Leur habitat se composait de petites forteresses.

ProtohistoireModifier

 
Les peuples de l'actuel pays de Galles.

L'historien romain Tacite, dans sa Vie d'Agricola, les décrit comme « bruns de peau, à la chevelure noire et bouclée », différents physiquement du reste des Bretons, et en fait un peuple ibère originaire de la péninsule Ibérique, ce qui met en doute leur appartenance (du moins initiale) aux celtes. Au XIXe siècle on les pensait d'origine peut-être phénicienne ou carthaginoise.

Vers 48, les Silures s'opposent farouchement aux Romains, sous la conduite de Caratacos, chef brittonique des Catuvellauni, qui avait fui depuis l'est de la Bretagne après la défaite de son peuple. Leur soumission ne se fait que vers 78, battus par le général romain Frontin.

Les Romains construisirent Isca Silurum, Caerleon sur leur territoire.

Leur capitale, Venta Silurum (Caerwent, à 10 km de Chepstow) fut romanisée. Après le départ des Romains au début du Ve siècle, elle devint un centre religieux chrétien. L'ancien territoire des Silures fut partagé entre les royaumes gallois de Gwent, Brycheiniog, Gwynllwg et Glamorgan.

Selon certaines légendes, le Roi Arthur aurait régné dans la région.

La période géologique du Silurien a été baptisée par Roderick Murchison en 1839 d'après les Silures, car des roches de ce temps affleurent dans le pays.

Article connexeModifier

Liens externesModifier