Siaugues-Sainte-Marie

commune française du département de la Haute-Loire

Siaugues-Sainte-Marie
Siaugues-Sainte-Marie
Panorama général.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Gilles Ruat
2020-2026
Code postal 43300
Code commune 43239
Démographie
Population
municipale
800 hab. (2019 en augmentation de 0,25 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 41″ nord, 3° 38′ 00″ est
Altitude 910 m
Min. 540 m
Max. 1 301 m
Superficie 40,01 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Siaugues-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Siaugues-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Siaugues-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Siaugues-Sainte-Marie

Siaugues-Sainte-Marie est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Siaugues-Sainte-Marie se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Elle se situe à 26 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[1], préfecture du département, à 35 km de Brioude[2], sous-préfecture, et à 15 km de Langeac[3], bureau centralisateur du canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Vissac-Auteyrac (3,6 km), Sainte-Eugénie-de-Villeneuve (5,1 km), Vazeilles-Limandre (5,6 km), Saint-Jean-de-Nay (5,7 km), Fix-Saint-Geneys (6,1 km), Saint-Julien-des-Chazes (6,5 km), Saint-Bérain (6,8 km), Le Vernet (7,1 km).

Hameaux de la communeModifier

  • Siaugues Saint Romain (Le bourg), Laniac, Griniac, Bussac-Bas, Bussac-Haut, Lair, Farges, Plancheresse, Vacheresse, Montplot, Silcuzin, Marminhac, Parredon, Lespitalet, Cacheresse, Le Mas, Limagne, Sainte Marie des Chazes, Vergonzac, Pommier, Rilhac et Boissières.

RoutesModifier

La RD 590 traverse le bourg et permet de rejoindre Langeac par l'Ouest et Le Puy-en-Velay par l'Est.

La RD 117 commence au nord du bourg et rejoint la RN 102.

La RD 302 commence au croisement de Laniac et rejoins les Gorges de l'Allier.

La RD 55 commence au sud du bourg et rejoins l'ancienne commune de Sainte Marie-des-Chazes.

Voie ferréeModifier

Aucune voie ferrée ne traverse la commune. Les Gares ferroviaires les plus proches sont Lachaud-Curmilhac et Langeac.

Voie aérienneModifier

L'aérodrome le plus proche est l'aérodrome de Loudes qui dessert les voyages à Paris, ensuite viennent les aéroports de Clermont-Ferrand et Lyon pour les voyages européens et internationaux.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Siaugues-Sainte-Marie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[5],[I 2],[6].

La commune est en outre hors attraction des villes[I 3],[I 4].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (72,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (27,6 %), forêts (26,2 %), terres arables (23,8 %), zones agricoles hétérogènes (20,8 %), zones urbanisées (1,1 %), zones humides intérieures (0,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logementModifier

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 643, alors qu'il était de 646 en 2013 et de 629 en 2008[I 5].

Parmi ces logements, 57,9 % étaient des résidences principales, 26,6 % des résidences secondaires et 15,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5,4 % des appartements[I 6].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Siaugues-Sainte-Marie en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (26,6 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 78,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (77,7 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 7].

Le logement à Siaugues-Sainte-Marie en 2018.
Typologie Siaugues-Sainte-Marie[I 5] Haute-Loire[I 8] France entière[I 9]
Résidences principales (en %) 57,9 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 26,6 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 15,6 12,4 8,2

ToponymieModifier

HistoireModifier

La commune résulte de la fusion[8], en 1974, de Siaugues-Saint-Romain et de Sainte-Marie-des-Chazes ; cette dernière porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune le nom de Marie-Pénible[9].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune de Siaugues-Sainte-Marie est membre de la communauté de communes des Rives du Haut Allier[I 10], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Langeac. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Brioude, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 10].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 10], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[11].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1996 mars 2001 Jean-Paul Destable    
mars 2001 mars 2014 Robert Chausse    
mars 2014 En cours Gilles Ruat    
Les données manquantes sont à compléter.

Équipements et services publicsModifier

EnseignementModifier

La commune possède une école maternelle et primaire publique Albert et Alice Thomas ; les collégiens se rendent dans les deux collèges de Langeac et les lycéens au Puy-en-Velay ou Brioude.

Il existe un Relais Assistance Maternelle à la crèche « Les p'tites canailles » ainsi qu'un Centre de loisirs pendant les vacances scolaires dans les locaux de l'école publique.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2019, la commune comptait 800 habitants[Note 4], en augmentation de 0,25 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8231 5781 6801 8752 0232 0851 9682 0801 867
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7161 7011 7061 7601 7031 7201 7861 7341 803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7431 7131 6301 5391 3341 3041 2521 0751 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9058831 012954832798796796792
2017 2019 - - - - - - -
799800-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 36,7 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 419 hommes pour 381 femmes, soit un taux de 52,38 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
0,5 
9,1 
75-89 ans
12,9 
25,7 
60-74 ans
24,2 
20,8 
45-59 ans
20,3 
16,5 
30-44 ans
14,5 
10,7 
15-29 ans
10,3 
16,0 
0-14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Vie associativeModifier

De nombreuses associations animent la commune comme le comité des fêtes, le club des deux marais (club des ainés), le club de pétanque, le moto club ou encore l'association des artisans/commerçants.

ÉconomieModifier

RevenusModifier

En 2018, la commune compte 379 ménages fiscaux[Note 5], regroupant 801 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 270 [I 13] (20 800  dans le département[I 14]).

EmploiModifier

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 15] 8 % 7,2 % 8,2 %
Département[I 16] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 17] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 443 personnes, parmi lesquelles on compte 72,9 % d'actifs (64,7 % ayant un emploi et 8,2 % de chômeurs) et 27,1 % d'inactifs[Note 6],[I 15]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France.

La commune est hors attraction des villes[Carte 2],[I 18]. Elle compte 385 emplois en 2018, contre 382 en 2013 et 381 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 288, soit un indicateur de concentration d'emploi de 133,5 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 48,7 %[I 19].

Sur ces 288 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 139 travaillent dans la commune, soit 48 % des habitants[I 20]. Pour se rendre au travail, 75,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,3 % les transports en commun, 11,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 12,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 21].

AgricultureModifier

Une vingtaine d'exploitations agricoles sont présentes sur la commune avec l'élevage (bovins, ovins, porcins et volailles) ainsi que la culture céréalière notamment la lentille verte du Velay AOP.

Le marché aux veaux a lieu tous les dimanches matin.

IndustrieModifier

L'usine PEM (spécialisée dans le traitement des métaux) est implantée à Siaugues depuis les années 1960, en 2006 la société vend son activité semi-conducteur au groupe Allemand DIEHL Power Electronic[16].

TourismeModifier

Le GR 40 traverse la commune.

De nombreuses balades à pied, à vélo, en moto, en quad ou 4x4 peuvent se faire sur la commune.

Un camping équipé de chalets accueil en saison et est sous la propriété de la mairie.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Ruines du château de Saint-Romain, dominant au sud le bourg de Siaugues-Saint-Romain.
  • Église de Siaugues-Saint-Romain.
  • Monument aux morts.
  • Chapelle Sainte-Marie-des-Chazes : chapelle romane, située au pied des falaises basaltiques, elle comporte une unique nef voûtée en berceau, qui s'achève par une abside en cul-de-four. Elle était ornée de peintures murales qui ont disparu dans un effondrement partiel en 1905, mais qui sont connues par des reproductions. La chapelle est aujourd'hui sur la commune de Saint-Julien-des-Chazes.
  • Vierge en majesté de Sainte-Marie-des-Chazes, statue de bois polychrome du XIe siècle conservée dans la chapelle.
  • Chapelle Saint-Blaise de Lespitalet qui fut une léproserie par le passé.
  • Marais de Limagne où figurent plusieurs espèces endémiques de plantes carnivores.
  • Marais de Lair.
  • La Durande (1 301 mètres) point culminant de la commune situé au Sud Est de celle-ci, une table d'orientation au sommet avec magnifique vue sur les monts de la Margeride, les monts du Cantal, les monts du Mezenc, les monts du Pilat et les monts du Sancy lors des beaux jours.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  5. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  6. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  5. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Siaugues-Sainte-Marie - Section LOG T2 » (consulté le ).
  7. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Siaugues-Sainte-Marie - Section LOG T7 » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  9. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  11. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Siaugues-Sainte-Marie (43239) », (consulté le ).
  12. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  14. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  15. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  16. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  17. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Siaugues-Sainte-Marie » (consulté le ).
  20. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  21. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Stephan Georg, « Distance entre Siaugues-Sainte-Marie et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Siaugues-Sainte-Marie et Brioude », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Siaugues-Sainte-Marie et Langeac », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Siaugues-Sainte-Marie », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Siaugues-Sainte-Marie », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Sainte-Marie-des-Chazes », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  10. « communauté de communes des Rives du Haut Allier - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  11. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. « Traitement de surface en continu par électrolyse », sur www.pem.fr (consulté le ).
  17. « Gagne Felix », sur Le comité français pour le Yad Vashem (consulté le ).
  18. « Maurice Fombeure », sur Mairie de Siaugues Ste Marie (consulté le ).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :