Siège de Riga (1710)

Le siège de Riga de 1710 est un siège de la grande guerre du Nord qui s’est terminé par la capitulation des dominions suédois d’Estonie et de Livonie, et leur intégration à l’Empire russe[1],[2].

La noblesse de Livonie et de la ville de Riga ont capitulé le [3],[4], Pernau en août[2] et la noblesse estonienne et la ville de Reval le [5]. La Russie a laissé les institutions locales en place et a confirmé les privilèges traditionnels des nobles et des bourgeois allemands, en particulier concernant la religion protestante[6]. Bien entendu, les capitulations furent conclues exclusivement par les bourgeois allemands de la Baltique et la classe noble, la population estonienne et lettone ne fut même pas mentionnée[7]. La réforme agraire introduite par le roi Charles XI de Suède, qui fit de nombreux serfs des sujets de la Couronne, fut invertie.

L’Empire suédois n’a officiellement accepté les capitulations qu’en 1721 dans le traité de Nystad[8]. Le transfert des provinces baltes a marqué la fin de la Suède et le début de la Russie comme grande puissance[9]. Les provinces de la Baltique ont conservé leur statut spécial jusqu’à la fin du XIXe siècle[10].

RéférencesModifier

  1. Luts (2006), p. 159.
  2. a et b Frost (2000), p. 294
  3. Luts (2006), p. 160.
  4. Bushkovitch (2001), p. 294.
  5. Luts (2006), p. 161.
  6. Hatlie (2005), p. 115-116.
  7. Dauchert (2006), p. 55.
  8. Loit (2004), p. 72.
  9. Loit (2004), p. 69.
  10. Hatlie (2005), p. 116.

BibliographieModifier

  • (en) Paul Bushkovitch, Peter the Great. The struggle for power, 16711725, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « New studies in European history », , 485 p. (ISBN 0-521-80585-6)
  • (de) Helge Dauchert, "Anwalt der Balten" oder Anwalt in eigener Sache?, vol. 11, Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, coll. « The Baltic Sea region. Northern dimensions - European perspectives », , 371 p. (ISBN 3-8305-1567-7, lire en ligne)
  • (en) Robert I Frost, The Northern Wars. War, State and Society in Northeastern Europe 1558-1721, Harlow, Longman, (ISBN 978-0-582-06429-4)
  • (en) Mark R. Hatlie, Religion, Ethnie, Nation und die Aushandlung von Identität(en). Regionale Religionsgeschichte in Ostmittel- und Südosteuropa, Frank & Timme Verlag für wissenschaftliche Literatur, , 115-146 p. (ISBN 3-86596-009-X), « Crisis and Mass Conversion. Russian Orthodox Missions in Livonia, 1841-1917 »
  • (de) Andreas Kappeler, Rußland als Vielvölkerreich. Entstehung, Geschichte, Zerfall, vol. 1447, Munich, C.H.Beck, coll. « Beck'sche Reihe », , 2e éd., 416 p. (ISBN 978-3-406-57739-0 et 3-406-57739-3, lire en ligne)
  • (de) Kristine Koch, Deutsch als Fremdsprache im Russland des 18. Jahrhunderts, vol. 1, Berlin/New York, Walter de Gruyter, coll. « Die Geschichte des Deutschen als Fremdsprache », , 456 p. (ISBN 3-11-017503-7, lire en ligne)
  • (de) Aleksander Loit, Ostseeprovinzen, Baltische Staaten und das Nationale. Festschrift für Gert von Pistohlkors zum 70. Geburtstag, vol. 14, Münster, LIT, coll. « Schriften der Baltischen Historischen Kommission », , 69-88 p. (ISBN 3-8258-9086-4), « Das Balitkum in der Außenpolitik Schwedens im 18.-20. Jahrhundert. Eine Übersicht »
  • (de) Marju Luts (Modernisierung durch Transfer im 19. und frühen 20. Jahrhundert), Rechtskulturen des modernen Osteuropa. Traditionen und Transfers. Volume 1, vol. 205, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Ius Commune. Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », , 159-200 p. (ISBN 3-465-03489-9), « Modernisierung und deren Hemmnisse in den Ostseeprovinzen Est-, Liv- und Kurland im 19. Jahrhundert. Verfassungsrechtlicher Rahmen der Rechtsordnung. Die Kapitulationen von 1710 und 1795 »