Siège de Laghouat

siège en 1852
Siège de Laghouat
Description de cette image, également commentée ci-après
La prise de Laghouat, par Jean-Adolphe Beaucé

Le général Pelissier entraine les zouaves à l'assaut

Le commandant Morand est l'officier portant le capuchon blanc.
Informations générales
Date Du 21 novembre au 4 décembre 1852
Lieu Laghouat, Algérie
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseHabitants de Laghouat
Commandants
Aimable Pélissier
Forces en présence
6 000 hommes

Conquête de l'Algérie par la France

Coordonnées 33° 48′ 00″ nord, 2° 53′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Algérie
(Voir situation sur carte : Algérie)
Siège de Laghouat

Le siège de Laghouat est un épisode de la colonisation de l'Algérie (1830-1871).

Le siègeModifier

Le général Aimable Pélissier, commandant une armée de 6 000 hommes, assiège la ville de Laghouat le . L'assaut décisif de la ville eut lieu le 4 décembre où la ville fut prise par les Français. Le traitement brutal des habitants de la ville faisait partie de la tactique de la terre brûlée menée par l'armée française, l'un des premiers cas d'utilisation d'armes chimiques sur des civils fut enregistré pendant cet assaut.

L'assaut de Laghouat[1],[2] se transforme rapidement en plusieurs jours de massacres[réf. nécessaire] pour punir la population insurgée. La bataille fait également plusieurs morts du côté français dont le général Bouscaren, ce qui augmente la ferveur des soldats français de vouloir se venger de la population pour en donner l'exemple aux autres villes du sud de l'Algérie. Environ les deux tiers (2 500 à 3 000 sur un total de 4 500 habitants restant dans la ville assiégée), y compris des femmes et des enfants, sont massacrés[réf. nécessaire].

Le massacre laisse un profond traumatisme chez la population de Laghouat qui persiste jusqu'aujourd'hui. L'année de la Khalya (qui signifie « vide » en arabe) est la dénomination commune chez les habitants de Laghouat de cette année, où la ville fut vidée de la majorité de ses habitants. Elle est également connue comme l'année des sacs de joute, par allusion au fait que les hommes et les garçons survivants capturés, toujours en vie, furent mis dans les sacs de joute et jetés dans des tranchées creusées. De nombreux rapports sur la bataille sont rédigés par des chefs et des soldats de l'armée ainsi que par des visiteurs de la ville après le massacre, rendant compte de l'atmosphère morbide de la ville après le siège.

Les femmes qui survivent ont tellement peur que leurs jeunes fils soient récupérés par les forces françaises, ils emploient une ruse pour les cacher, en les habillant en filles et en leur faisant porter des boucles d'oreille. La tradition de protéger les jeunes garçons du mal avec une boucle d'oreille persiste jusqu'aujourd'hui[réf. nécessaire].

Le niveau de brutalité du massacre de Laghouat est à la fois une démonstration de force et une partie de la longue tactique de la terre brûlée menée par les trois généraux français qui prennent la ville fortifiée. Au cours de la bataille de Laghouat, plusieurs tribus et autres républiques et forteresses de la ville apportent leur aide pour tenter d'arrêter l'avancée des Français, à savoir Ghardaïa (et donc l'ensemble de la confédération mozabite), Metlili et Ouargla. Les nobles de ces dernières villes, après avoir été témoins ou entendus des atrocités commises à Laghouat, cherchent rapidement à arrêter un accord pacifique pour rendre leurs villes ou signer des traités gardant leur autonomie sous la protection de la France.

Quelques mois après Laghouat, le , le général Randon, gouverneur français d'Algérie, signe un traité de protectorat avec les nobles des villes du M'zab, connu en France sous la dénomination « traité de protectorat du Mzab »[3].

Notes et référencesModifier

  1. « La conquête coloniale de l'Algérie par les Français - Rebellyon.info », rebellyon.info (consulté le )
  2. Théodore Pein, Lettres familières sur l'Algérie : un petit royaume arabe,, Paris, C. Tanera, , 363–370 p. (lire en ligne)
  3. Edgard Rouard de Card, Traités de la France avec les pays de l'Afrique du Nord : Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc, Paris, A. Pédone, , 9; 95, 420 (lire en ligne)

    « m'zab. »

Voir aussiModifier

liens internesModifier

Liens externesModifier