Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Kehl.
Siège de Kehl (1733)

Informations générales
Date 13 octobre 1733
Lieu Kehl
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Commandants
Jacques Fitz-James de Berwick

Guerre de Succession de Pologne

Batailles

Kehl · Pizzighettone · Dantzig · Bitonto · Trarbach · San Pietro · Philippsbourg · Gaéte · Capoue (en) · Guastalla · Clausen

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 48° 34′ nord, 7° 49′ est

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Siège de Kehl (1733)

Le Siège de Kehl (du 13 octobre au 29 octobre 1733) est le premier épisode de la Guerre de Succession de Pologne.

Sommaire

ContexteModifier

À la mort d’Auguste II le 1er février 1733, son fils, Auguste III, et Stanislas Ier, beau-père de Louis XV, se disputent le trône. Tandis qu'un sosie quitte ostensiblement Brest par la mer, Stanislas traverse incognito l'Allemagne et arrive à Varsovie le 8 septembre. Le 12 septembre, grâce au soutien de la France, Stanislas est élu par la diète, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie.

Dès son élection, la Russie et l'Autriche, partisans d'Auguste III envahissent la Pologne. Le 22 septembre, Stanislas doit se réfugier à Dantzig (Gdańsk) pour y attendre de l'aide promise par la France. Le 5 octobre à Varsovie, sous la protection des armées russes, Auguste III est proclamé roi.

L'Angleterre, les Provinces-Unies, la Suède, le Danemark, la République de Venise reconnaissent que l'agression de l'Autriche et de la Russie contre la Pologne est un motif de guerre et s'engagent à rester neutres. L'Espagne qui convoite le Royaume de Naples et la Sardaigne qui convoite le Milanais, s'unissent à la France.

Les courtisans de Louis XV, parmi lesquels se trouvent les princes de Conti et de Dombes, les comtes de Clermont, de Charolais, de Belle-Isle, le duc de Richelieu, mais aussi Maurice de Saxe, demi-frère de Auguste III et ancien amant d'Anna Ivanovna, l'actuelle tsarine de Russie, rejoignent le maréchal Jacques de Berwick pour former l'armée du Rhin.

Le début du conflitModifier

L'armée française envahit la Lorraine[1] du duc François III, futur gendre de l'empereur Charles VI[2] et se porte sur la frontière allemande.

ConséquencesModifier

Par souci d'économie, ou par crainte d'exciter plus qu'il ne faut la jalousie des États allemands, le cardinal de Fleury ordonne à Berwick de prendre les quartiers d'hiver. Là s'arrête la campagne de 1733.

Notes et référencesModifier

  1. Par le traité de Ryswick (1697) qui met fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg, en échange de l'Alsace, la France renonce à l'annexion de la Lorraine
  2. François III de Lorraine gendre de Charles VI en 1736, Roi de Germanie et Empereur des Romains en 1745

SourcesModifier