Ouvrir le menu principal
Siège de Drogheda de 1649
Description de cette image, également commentée ci-après
Massacre de Drogheda.
Informations générales
Date 11 septembre 1649
Lieu Drogheda, en Irlande
Issue Victoire des parlementaires
Belligérants
Flag of the Commonwealth (1649-1651).svg Commonwealth de l'AngleterreFlag of Leinster.svg Confédération irlandaise catholique
Flag of England.svg Royalistes anglais
Commandants
Oliver CromwellArthur Aston
Forces en présence
New Model Army
12 000 hommes
3 100 hommes
Pertes
150 morts2 800 morts
(tués au combats et prisonniers exécutés)
200 prisonniers
700 à 3 000 civils massacrés

Conquête cromwellienne de l'Irlande

Batailles

Drogheda · Wexford · Clonmel · Limerick · Waterford · Galway

Coordonnées 53° 43′ nord, 6° 21′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Siège de Drogheda de 1649

Le siège de Drogheda de 1649 est une bataille ayant eu lieu en Septembre 1649 à Drogheda, lors de la conquête cromwelienne de l'Irlande. Elle se solde par la victoire de la New Model Army de Cromwell.

Sommaire

ContexteModifier

Déroulement de la batailleModifier

 
La ville de Drogheda de 1649.

Le 10 septembre 1649, Cromwell et son armée arrivent devant Drogheda, qui est à cette époque l'une des villes les mieux fortifiées d'Irlande[1]. Le jour même, les Anglais somment la ville de se rendre, ce qu'elle refuse[1]. Le commandant Arthur Aston, qui dirige sa défense, espère que les fortifications de la ville seront assez solides pour soutenir un siège, qu'il espère fatal à l'armée de Cromwell. En effet, l'hiver approchant et le manque de ravitaillement devraient selon ses plans affaiblir l'ennemi[2]. Cromwell a conscience de cette réalité et veut une victoire rapide à Drogheda[2].

L'armée cromwelienne entame alors le pilonnage des fortifications par l'artillerie[1]. Les bombardements ouvrent deux brèches dans les murs de la ville[1].

Le 11 septembre 1649 vers cinq heures de l'après-midi, Cromwell ordonne l'assaut de Drogheda[2]. Les deux premières vagues d'assaillants sont repoussées par la garnison de défense de la ville[2], composée de royalistes et de Catholiques irlandais. Cependant, à la suite de la mort d'un des commandants royalistes dans les combats, ses hommes décident de se replier. L'armée de Cromwell en profite pour entrer dans la ville[1].

Dès l'entrée dans la ville, la bataille se mue en massacre, qui commence par la recherche et la tuerie systématique des soldats et officiers royalistes[2]. Arthur Aston et une partie de ses soldats se replient, puis décident de se rendre à l'armée anglaise à la suite d'une promesse qui leur est faite qu'il ne sera pas attenté à leurs vies. Malgré la promesse, ils seront exécutés une fois désarmés[2].

Le nombre de civils massacrés, dont des femmes et des enfants varie selon les estimations. Selon certaines sources, il irait de 2000 à 3000[3],[4], alors que d'autres le ramènent entre 700 et 800[2].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier