Siège de Douai (1667)

siège de Douai en 1667
Siège de Douai
Description de cette image, également commentée ci-après
Louis XIV pendant le siège de Douai en juillet 1667, Adam Frans van der Meulen
Informations générales
Date du au
Lieu Douai, Pays-Bas espagnols (aujourd'hui France)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Commandants
Louis XIV
Sébastien Le Prestre de Vauban
Jean-Philippe-René d’Ive, seigneur d’Ostiches
Forces en présence
200 soldats; plusieurs milliers de civils armés (milices bourgeoises et étudiants)
Pertes
inconnues, mais très faibles

Guerre de Dévolution

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 50° 22′ 15″ nord, 3° 04′ 45″ est

Le siège de Douai se déroula du au , pendant la guerre de Dévolution.

Après la prise de Tournai, Louis XIV commande au comte Duras d'investir Douai et se rend lui-même sur place deux jours plus tard. La tranchée est ouverte le 3 juillet. Quatre jours après le début du siège, les troupes françaises franchissent le fossé, emportent la contre-escarpe et s'installent sur la demi-lune. La ville capitule le même jour[1]. Le 8 juillet 1667, Louis XIV se présenta par la porte de Valenciennes pour se rendre place Saint-Amé, lieu des origines de la ville et reçu la clé d'or des mains du corps municipal. Il se rendit à la collégiale Saint-Amé où les hommages lui furent rendus par les ecclésiastiques et civils dans la chapelle du Saint-Sacrement. Il repartit le lendemain avec 2 000 chevaux vers Compiègne[2].

AnecdotesModifier

C'est au cours de ce siège que Sébastien Le Prestre de Vauban reçut un coup de mousquet qui lui entailla la joue gauche, et qui lui laissera une cicatrice toute sa vie[3].

Notes et référencesModifier

  1. Eudore Soulié, Notice du Musée National de Versailles, (lire en ligne), p. Louis XIV arriva le 2 juillet devant Douai, qu'il avait fait investir deux jours auparavant- par le comte de Duras. Il alla aussitôt reconnaître la place, marqua les endroits les plus propres pour l'attaquer et fit ouvrir la tranchée le 3 juillet. Le lendemain, après avoir visité tous les postes, il descendit dans la tranchée, et quelques officiers et quelques gendarmes y furent blessés auprès de lui. Cette démarche du roi inspira une telle ardeur aux troupes, que le quatrième jour du siège elles passèrent le fossé, emportèrent la contrescarpe et firent un logement sur la demi-lune. La ville, qui se vit sur le point d'être forcée, capitula le même jour..
  2. Pierre-Antoine-Samuel-Joseph Plouvain, Souvenirs à l'usage des habitans de Douai, ou Notes pour servir à l'histoire de cette ville, jusques et inclus l'année 1821, Deregnaucourt (Douai), (lire en ligne).
  3. Georges-Gustave Toudouze, Monsieur de Vauban, Berger-Levrault, , p. 47

SourceModifier

Galeries historiques du Palais de Versailles, volume 2, page 96 - Charles Gavard - 1839 -