Siège d'Ulsan

Siège d'Ulsan
Description de cette image, également commentée ci-après
Premier siège d'Ulsan. Paravent japonais (Musée municipal de Fukuoka)
Informations générales
Date du 23 décembre 1597 au 4 janvier 1598
Lieu Ulsan (sud de la péninsule Coréenne)
Issue Impasse stratégique
Belligérants
Corée et ChineToyotomi Hideyoshi, armée Japonaise
Commandants
Gwon Yul
Yang Hao
Ma Gui
Katō Kiyomasa
Forces en présence
11 500 Coréens et 36 000 Chinois5000 de l’armée de Kato et 60 000 renforts
Pertes
20 00010000

Guerre Imjin

Batailles

Coordonnées 35° 33′ 17″ nord, 129° 20′ 22″ est

Le Siège d'Ulsan (Hangul : 울산성 전투, Hanja : 蔚山城戰鬪) fut une tentative infructueuse des Coréens et des Chinois de s'emparer du château japonais d'Ulsan à la fin de la guerre Imjin. Les Chinois subirent de lourdes pertes durant le siège.

Premier siège d'UlsanModifier

 
Détail du paravent.

En 1597, les Japonais lancèrent de nouvelles[Quoi ?] attaques contre la Corée. Privés d'approvisionnement et de troupes fraîches par leur défaite navale de Myong-Yang, leurs troupes durent rapidement se retirer dans le sud de la province de Gyeongsang, à l'abri de celles de leurs forteresses côtières (les wajō) qu’elles contrôlaient encore. L’armée du commandant Katō Kiyomasa était stationnée à Ulsan, où il fit construire un château.

Les commandants d'Ulsan, Yang Hao et Ma Gui, à la tête d’une armée de 36 000 Chinois et le commandant Gwon Yul à la tête de 11 500 Coréens, lancèrent un premier assaut le . Ils prirent les Japonais par surprise, leur campement encore largement sans défenses à l’extérieur des murs en construction d'Ulsan.

Les soldats coréens, équipés de singijeons et de hwach'as, étaient prêts à s'emparer de la forteresse lorsque des renforts Japonais vinrent à son secours en traversant la rivière sous le commandement de Mōri Hidemoto. Plus tard, alors que les Japonais commençaient à manquer de nourriture et que la victoire s’annonçait pour les forces alliées, de nouveaux renforts arrivèrent par l’arrière des troupes chinoises et coréennes, les forçant à se retirer. Cependant, l’accumulation des pertes japonaises affaiblit significativement leur position en Corée.

Second Siège d'UlsanModifier

Le , les forces alliées coréennes et chinoises tentèrent une seconde attaque contre les forces japonaises. Leur commandant, Ma Gui, était à la tête d’une armée de 24 000 Chinois et le général Kim Eung-seo dirigeait une armée de 15 000 Coréens. Ils échouèrent une nouvelle fois à capturer le château d'Ulsan.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Source de la traductionModifier