Ouvrir le menu principal

Shoah en Pologne
Image illustrative de l’article Shoah en Pologne
Carte de la Pologne occupée indiquant les principaux ghettos, les camps de concentration et d'extermination répartis sur le pays.

Date Septembre 1939 - Avril 1945
Lieu Pologne occupée, de nos jours l'Ouest de l'Ukraine et l'Ouest de la Biélorussie, entre autres
Victimes « Indésirables » au régime nazi
Type Génocide
Morts 5 770 000
Survivants 50 000–120 000[4] ; 230 000[5] ; ou un total de 350 000[6]
Auteurs Nazi Swastika.svg Troisième Reich
Ordonné par Adolf Hitler
Motif Destruction des Juifs d'Europe, Antisémitisme, idéologie nazie
Participants SS-Totenkopfverbände
Einsatzgruppen
Ordnungspolizei
BKA
OUN-UPA
Ypatingasis būrys[1]
TDA
Wehrmacht
Guerre Seconde Guerre mondiale

La Shoah en Pologne recouvre les persécutions, les déportations et l'extermination subies par la population juive polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Durant l'occupation allemande, le pays perd 20 % de sa population, soit six millions de personnes[2],[7], dont trois millions de Juifs[8] (90 % de la population juive du pays), victime des purges, de massacres et de déportations. Les Juifs, assassinés systématiquement par les nazis, constituent ainsi la moitié des pertes polonaises, l'importante communauté juive polonaise d'avant-guerre étant quasiment détruite.

La totalité des branches de la bureaucratie allemande ont été impliquées dans le processus d'assassinat, des ministères de l'Intérieur et des Finances aux chemins de fer gérés par l'État[9] et aux entreprises allemandes soumissionnées pour des contrats de construction de crématoriums dans les camps de concentration gérés par l'Allemagne au sein du gouvernement général ainsi que dans de nombreuses régions de la Pologne occupée[10],[11].

ContexteModifier

Après l'invasion de la Pologne en 1939, conformément au protocole secret du pacte Molotov – Ribbentrop[12], l'Allemagne nazie et l'Union soviétique ont divisé la Pologne en zones d'occupation. L'Allemagne a annexé de vastes régions de la Pologne occidentale[13] tandis que les Soviétiques ont tenté de tromper les Polonais en leur faisant croire qu'ils envahissent l'est de la Pologne afin d'assister le pays dans la lutte contre l'Allemagne[14] en s'emparant de 52% du territoire polonais. La totalité de la région de Kresy (région frontalière de la Pologne orientale), peuplée de 13,2 à 13,7 millions de personnes[13] y compris des populations majoritairement ukrainiennes et biélorusses et 1 300 000 Juifs, a été annexée par l'Union soviétique dans une atmosphère de terreur entourant un simulacre de référendum organisé par le NKVD et l'armée rouge[15]. Quelques mois plus tard, les Juifs polonais de la zone soviétique qui refusaient de prêter allégeance ont été déportés au fin fond de l'Union Soviétique. Le nombre de Juifs polonais déportés est estimé entre 200 000 et 230 000 hommes, femmes et enfants[16].

Les deux puissances occupantes étaient hostiles à l'existence d'un État polonais souverain et ont approuvé des politiques génocidaires[17]. Cependant, la possession soviétique fut de courte durée car les termes du pacte soviétique nazi, signé plus tôt à Moscou, furent brisés lorsque l'armée allemande envahit la zone d'occupation soviétique le 22 juin 1941. De 1941 à 1943, la totalité de la Pologne était sous le contrôle de l'Allemagne[18]. Le gouvernement général semi-colonial, établi dans le centre et le sud-est de la Pologne, représentait 39% du territoire polonais occupé[19].

Politique de ghettoïsation nazieModifier

 
Principaux ghettos en Pologne et en Europe de l’Est (1941-1942).

Avant la Seconde Guerre mondiale, 3 500 000 Juifs vivaient en Pologne principalement dans des villes, ce qui constituait environ 10% de la population[6]. La base de données du musée de l'Histoire des Juifs polonais fournit des informations sur 1 926 communautés juives du pays[20]. Après la conquête de la Pologne et l'assassinat des intellectuels et élites socio-économiques et spirituelles en 1939, les premières mesures allemandes anti-juives consistaient en une politique d'expulsion des Juifs des territoires polonais annexés au Troisième Reich[21]. Les provinces les plus occidentales, la Grande-Pologne et la Poméranie, ont été transformées en de nouveaux Reichsgaue allemand, nommés Dantzig-Prusse et Wartheland[22] dans le but de les germaniser complètement par le biais de la colonisation (Lebensraum)[23]. Annexée directement au nouveau district de Warthegau, la ville de Lodz a absorbé un premier afflux d'environ 40 000 Juifs polonais chassés des zones environnantes[24]. Au total, 204 000 Juifs ont transité par le ghetto de Lodz. Initialement, ils devaient être expulsés vers le gouvernement général[25],[26]. Cependant, la destination et le sort final de la population juive déportée dans cette zone sont flous jusqu'à ce que la solution finale soit mise en œuvre deux ans plus tard[27].

 
L'extermination massive des Juifs en Pologne occupée par les Allemands, livret du gouvernement polonais en exil adressé aux Nations unies pour les Alliés (1942)[28].

Dès le début de l'occupation, les Allemands ont comme objectif de regrouper les Juifs dans des ghettos en vue de leur déportation ultérieure dans des réserves juives. Les entreprises juives sont confisquées et offertes à des industriels allemands ou des Allemands ethniques. Au cours de la première année et demie, les nazis dépouillent les Juifs de leurs biens et les regroupent dans des ghettos improvisés en les forçant aux travaux forcés pour l'économie de guerre[10]. Durant cette période, les Allemands ont ordonné aux communautés juives de nommer des conseils juifs (Judenräte) pour administrer les ghettos et d'être « responsables au sens strict » de l'exécution des ordres[29]. La plupart des ghettos ont été installés dans des villes et villages où la vie juive était bien organisée. Pour des raisons logistiques, les communautés juives des localités sans liaisons ferroviaires en Pologne occupée ont été dissoutes[30]. Lors d'une action de déportation massive impliquant l'utilisation de trains de marchandises, tous les Juifs polonais ont été séparés du reste de la société dans des quartiers délabrés (Jüdischer Wohnbezirk) adjacents aux corridors ferroviaires existants[31]. L'aide alimentaire était totalement dépendante des SS. Initialement, il était interdit aux Juifs de cuire du pain[32] et ils ont été isolés du grand public de manière[33].

 
Carte de travailleur forcé délivrée à un jeune homme juif de Pologne occupée.

« Le ghetto de Varsovie contient plus de Juifs qu'il n'y en a en France et le ghetto de Łódź plus de Juifs qu'il n'y en a aux Pays-Bas. Rien qu'à Cracovie, la population juive est plus importante qu'en Italie et les Juifs étaient plus nombreux dans la quasi-totalité des villes de taille moyenne polonaises que dans toute la Scandinavie. Tous les pays du sud-est de l'Europe — Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Yougoslavie et Grèce — comptaient moins de Juifs que les quatre districts d'origine du gouvernement général[34]. »

La situation critique des Juifs dans une Pologne déchirée par la guerre peut être divisée en étapes définies par l’existence des ghettos. Avant leur formation[35], fuir les persécutions n'entrainait pas la mort[36]. Une fois les ghettos isolés de l'extérieur, la mort par faim et par maladie est devenue endémique, atténuée seulement par la contrebande de nourriture et de médicaments, décrite par Ringelblum comme « l'une des plus belles pages de l'histoire entre les deux peuples »[36]. À Varsovie, jusqu'à 80% des aliments consommés dans le ghetto ont été importés illégalement. Les coupons alimentaires introduits par les Allemands ont fourni 9% des calories nécessaires à la survie. Entre novembre 1940 et mai 1943, environ deux cent mille Juifs sont morts de faim et de maladie dans le ghetto de Varsovie ; et environ 40 000 personnes dans le ghetto de Łódź entre mai 1940 et août 1944[37]. À la fin de 1941, la plupart des Juifs ghettoïsés n'avaient plus d'économies pour payer quelconques livraisons en vrac aux SS[37]. Les « productionnistes » parmi les autorités allemandes — qui ont tenté de rendre les ghettos autonomes en les transformant en entreprises — n'ont prévalu qu'après l'attaque allemande contre les positions soviétiques dans l'est de la Pologne (opération Barbarossa) . Les ghettos les plus importants ont été stabilisés grâce à la production de biens nécessaires au front[33] et le taux de mortalité parmi la population juive a diminué (du moins temporairement)[38].

Shoah par ballesModifier

 
Des Juifs de voïvodie de Tarnopol abattus par balles dans une fosse commune près de Złoczów.

Dès les premiers jours de la guerre, des violences contre des civils ont accompagné l'arrivée des troupes allemandes. Lors du massacre de Częstochowa (en) en septembre 1939, 150 Polonais juifs figuraient parmi les 1 140 civils polonais abattus par les troupes allemandes de la Wehrmacht[39],[40]. En novembre 1939, près de 500 hommes, femmes et enfants juifs ont été abattus dans une fosse commune près d'Ostrów Mazowiecka[41]. En décembre 1939, une centaine de Juifs furent fusillés par des soldats de la Wehrmacht et des gendarmes à Kolo[42].

À la suite de l'attaque allemande contre l'URSS en juin 1941, Himmler réunit une force d'environ 11 000 hommes pour poursuivre un programme d'anéantissement physique des Juifs[43]. Au cours de l'opération Barbarossa, les SS avaient également recruté des policiers auxiliaires parmi les ressortissants soviétiques[44],[45]. La Schutzmannschaft locale a mis à la disposition de l’Allemagne des effectifs et une connaissance accrue des régions et des langues locales[46]. Dans ce que l’on a appelé « Shoah par balles », les bataillons de la police allemande (Orpo), SiPo, Waffen-SS et les Einsatzgruppen, ainsi que leurs auxiliaires ukrainiens et lituaniens (Ypatingasis būrys et bataillons TDA), opéraient systématiquement derrière des lignes de front. La Wehrmacht a également participé à de nombreux aspects de la « Shoah par balles »[47].

Des massacres ont été commis à plus de 30 endroits dans les régions polonaises autrefois sous occupation soviétique : notamment à Brześć, Ternopil et Białystok, ainsi que dans les capitales provinciales de Loutsk, Lviv, Stanisławów et Wilno (voir Poneriai)[48]. Les survivants des opérations d'assassinat de masse ont été incarcérés dans les nouveaux ghettos d'exploitation économique[19] et affamés lentement par la famine volontaire instaurée par les autorités allemandes. En raison de problèmes d'assainissement, les cadavres de personnes décédées des suites de la famine et de mauvais traitements étaient enterrés dans des fosses communes par dizaines de milliers[49]. Les camions à gaz ont été mis à disposition en novembre 1941[50]. En juin 1942, Samuel Zygelbojm, membre du Conseil national polonais, rapporta que ceux-ci avaient tué 35 000 Juifs à Łódź[51], signalant également des exécutions par balles en pleine rue en journée par des agents de la Gestapo[51]. En décembre 1941, environ un million de Juifs avaient été tués par balles en Union soviétique[52]. La politique de « guerre de destruction » menée à l'Est contre « la race juive » est devenue notoire parmi les Allemands à tous les niveaux[53]. À l'Est, le nombre total de victimes par fusillade est d'environ 1,3 à 1,5 million[54],[55]. Des régions entières situées derrière la frontière germano-soviétique ont été signalées à Berlin par les Einsatzkommando comme étant « Judenfrei »[56].

Récemment, Timothy Snyder, du Comité de la conscience du Holocaust Memorial Museum a déclaré : « Au total, autant, sinon plus de Juifs ont été tués par balles que par gaz.[57] »

Solution finale et liquidation des ghettosModifier

Article détaillé : Solution finale.
 
Photos d’exécutions de civils publiées à Londres en 1942 par le gouvernement polonais en exil.

Le , lors de la conférence de Wannsee près de Berlin, le secrétaire général du gouvernement, Josef Bühler, exhorta Reinhard Heydrich à mettre en oeuvre le plus rapidement possible la « solution finale à la question juive »[58]. La destruction industrielle par les gaz d'échappement avait déjà fait ses preuves pendant plusieurs semaines dans le camp d'extermination de Chełmno, dans le Wartheland d'alors, sous prétexte de « remigration »[59],[60]. Tous les prisonniers du ghetto condamnés, sans exception, ont été informés qu'ils se rendaient dans des camps de travaux forcés et ont été invités à faire leurs bagages. Beaucoup de Juifs croyaient en la ruse des transferts, car les déportations faisaient également partie du processus de ghettoïsation[4],[61]. Entre-temps, l’idée de meurtres de masse perpétrés au moyen de chambres à gaz fixes a déjà été évoquée à Lublin depuis septembre 1941. C'était une condition préalable à l'opération Reinhard planifiée peu de temps auparavant, dirigée par Odilo Globocnik, qui avait ordonné la construction de camps de la mort à Belzec, Sobibór et Treblinka. À Majdanek et Auschwitz, les chambres à gaz ont été construites respectivement en mars et mai, précédées d'expériences avec le Zyklon B[62]. Entre 1942 et 1944, l’extermination de millions de Juifs de Pologne et de toute l’Europe, mesure la plus extrême de l’Holocauste, a été menée dans six camps d’extermination. Il n'y avait pas de gardes polonais dans les camps, la totalité d'entre-eux étaient conçus et gérés par les nazis dans le plus grand secret, avec l'aide de gardes Ukrainiens opérant au sein de la SS-Totenkopfverbände[63]. Les civils n’avaient pas le droit de s’approcher et pouvaient être abattus après sommations[64].

 
En haut : vue d'ensemble de l'entrée et grille d'entrée avec l'inscription Arbeit macht frei (« Le travail rend libre ») d'Auschwitz I. En bas : entrée du camp par voie ferrée d'Auschwitz II.

La liquidation systématique des ghettos a commencé au sein du gouvernement général au début du printemps 1942. À ce moment-là, la seule chance de survie était la fuite du côté « aryen ». Les rafles allemandes concernant les trains de réinstallation étaient directement liées à l'utilisation d'installations d'extermination très secrètes construites pour les SS à peu près au même moment par diverses sociétés d'ingénierie allemandes, notamment HAHB[65], Topf und Söhne d'Erfurt, et C.H. Kori GmbH[66],[67],[68].

Contrairement aux autres camps de concentration nazis où des prisonniers de toute l'Europe étaient exploités pour l'effort de guerre, les camps de la mort allemands — qui faisaient partie de l'opération secrète Reinhard — étaient exclusivement conçus pour éliminer rapidement les Juifs polonais et étrangers, qui vivaient dans l'isolement. Les surveillants allemands du camp rapportaient à Heinrich Himmler à Berlin, qui était responsable du programme d'extermination, mais qui avait délégué le travail en Pologne à la SS et au chef de la police, Odilo Globocnik, du camp de Lublin[69]. La sélection des sites, la construction des installations et la formation du personnel étaient basées d'après un programme similaire (Aktion T4) d'hygiène raciale, d'assassinat à grande échelle par euthanasie volontaire développé en Allemagne[70],[71].

Le programme d'évacuationModifier

Article connexe : Action Zamość.

L'ampleur de la solution finale n'aurait pas été possible sans la Reichsbahn. L’extermination des Juifs polonais et étrangers dépendait autant des chemins de fer que des centres de mise à mort isolés. Les trains de l'Holocauste ont accéléré l'ampleur et la durée de l'extermination ; et, le type de wagons de marchandises a également réduit le nombre de soldats requis pour les garder. Les expéditions ferroviaires ont permis aux nazis de construire et d'exploiter des camps de la mort plus importants et plus efficaces, tout en mentant ouvertement au monde — et à leurs victimes — à propos d'un programme d'évacuation[9],[72]. Lors d'une conversation téléphonique, Heinrich Himmler a informé Martin Bormann au sujet de l'extermination des Juifs en Pologne, ce à quoi Bormann répondit : « Ils n'ont pas été exterminés, ils ont simplement été évacués, évacués, évacués ! »[73].

 
Liquidation du ghetto de Cracovie, en mars 1943. Les familles marchent jusqu'à la gare de Prokocim en vue d'un « déplacement ». Destination : Auschwitz.

Un nombre inconnu de déportés sont morts en transit au cours de l'opération Reinhard de suffocation ou de soif. Aucune denrée n'étaient fournie pendant le trajet. Les wagons Güterwagen n'étaient équipés que d'une latrine à seau. Une petite fenêtre à barreaux permettait peu de ventilation, ce qui entraînait souvent de nombreux décès[74]. Un survivant ayant participé au soulèvement de Treblinka témoigna à propos d'un de ces trains, en provenance de Biała Podlaska. Lorsque les portes scellées s'ouvrirent, 90% des quelque 6 000 prisonniers juifs étaient à l'agonie. Leurs corps ont été jetés dans la fosse commune du « Lazarett ». Des millions de personnes ont été transportées dans des rames similaires vers les camps d'extermination sous la direction du ministère allemand des Transports et suivies par Dehomag, filiale allemande d'IBM, jusqu'à la date officielle de la fermeture du complexe d'Auschwitz-Birkenau en décembre 1944[75],[76].

Les usines de la mort ne sont que l’un des nombreux moyens d’extermination massive. Des sites de mise à mort isolés ont été établis plus à l'est. À Bronna Góra, 50 000 Juifs sont morts dans des fosses pour exécution, livrés par les trains de l'Holocauste à partir des ghettos de Brześć, Bereza, Janów Poleski, Kobryń, Horodec, Antopol et d'autres localités situées le long de la frontière occidentale du Reichskommissariat Ostland. Des explosifs ont été utilisés pour accélérer le creusement de ces fosses. Dans la forêt de Sosenki, à la périphérie de Równe, dans la voïvodie de Wołyń d'avant-guerre, plus de 23 000 Juifs ont été abattus, hommes, femmes et enfants. Dans la forêt de Górka Połonka, 25 000 Juifs contraints de se déshabiller et de s'étendre sur les corps d'autres personnes ont été abattues par vagues ; la plupart d'entre elles ont été déportées via le ghetto de Lutsk (en). Le lieu d'exécution pour les détenus du ghetto de Lwów a été aménagé près de Janowska. Entre 35 000 et 40 000 victimes juives ont été tuées et enterrées dans le ravin de Piaski[77],[78],[79].

Alors que la police de l’ordre procédait à la liquidation des ghettos juifs de la Pologne occupée, chargeant les prisonniers dans des wagons et tirant ceux qui étaient incapables de se déplacer ou tentaient de fuir, la police auxiliaire collaborationniste était utilisée comme moyen de terroriser le peuple juif en procédant à des actes de violence à grande échelle[80],[81]. Ils ont été déployés dans tous les principaux sites d’assassinat de l’opération Reinhard (la terreur était l’objectif principal de leur entraînement SS)[82]. Les Trawnikis ukrainiens constitués en unités ont joué un rôle actif dans l'extermination des Juifs à Belzec, Sobibór et Treblinka II ; pendant le soulèvement du ghetto de Varsovie (à trois reprises, voir le rapport Stroop), Częstochowa, Lublin, Lwów, Radom, Cracovie, Białystok (deux fois), Majdanek, Auschwitz, le camp de concentration de Trawniki lui-même[44] et les autres sous-camps / complexe de Majdanek comprenant Poniatowa, Budzyń, Puławy ; et également lors de massacres à Łomazy, Międzyrzec, Łuków, Radzyń, Parczew, Końskowola, Komarówka ainsi que de nombreux autres endroits. Ils étaient supplées par des membres de la SS, du SD, du Kripo, ainsi que les bataillons de police de réserve de l'Orpo (chacun responsable de l'anéantissement de milliers de Juifs)[83]. Les exécutions de masse de Juifs (notamment au sein du camp de Szebnie (en)) faisaient partie de l'entraînement régulier des soldats ukrainiens de la division SS Galizien de la base d'entraînement des troupes SS-Truppenübungsplatz Heidelager (en) à Pustków, dans le sud-est de la Pologne[84],[85]. Dans le nord-est du pays, la 36e Waffen-Grenadier-Division d'Oskar Dirlewanger a menée des expéditions meurtrières en formant le bataillon collaborationniste biélorusse Bielaruskaja Krajovaja Abarona, assisté par la police auxiliaire biélorusse[86]. À la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe en mai 1945, plus de 90% des Juifs polonais ont péri dans les massacres[4].

ChełmnoModifier

 
Des Juifs déportés dans le camp d'extermination de Chełmno, forcés d'abandonner leurs ballots en cours de route. Ci-dessous : chargement des victimes déplacés du ghetto de Łódź (1942).

Le camp d'extermination de Chełmno a été construit après le lancement par Hitler de l’opération Barbarossa. Ce fut un projet pilote pour le développement de futurs sites d'extermination. Les expériences sur les gaz d'échappement ont été finalisées par l'assassinat de 1 500 Polonais au camp de concentration de Soldau. La méthode de mise à mort à Chełmno est issue du « programme d'euthanasie », dans lequel des bus remplis de patients de l'hôpital étaient gazés dans des douches étanches à l'air de Bernburg, Hadamar et Sonnenstein. Les massacres de Chełmno y étaient perpétrés à une cinquantaine de kilomètres de Łódź, dans un domaine seigneurial vacant (semblable à Sonnenstein) où les déportés s'y déshabillaient, et composée une rampe de chargement des camions à l'arrière. Une vaste clairière forestière à 4 km au nord-ouest de Chełmno étaient utilisée pour l'inhumation en masse puis pour la crémation à ciel ouvert des cadavres après leurs gazages.

La zone du district de Wartheland a été déclaré Judenfrei après l'achèvement des déportations à Chełmno. Au moins 145 000 prisonniers du ghetto de Łódź ont péri à Chełmno lors de plusieurs vagues de déportations de 1942 à 1944[87],[88]. En outre, 20 000 Juifs étrangers et 5 000 Roms ont été déportés d'Allemagne, d'Autriche et de Tchécoslovaquie[89]. Toutes les victimes ont été tuées à l'aide de fourgonnettes à gaz mobiles (Sonderwagen), les tuyaux d'échappement ayant été reconfigurés et l'essence de poison ajouté. Au cours de la dernière phase de l’existence du camp, les corps exhumés ont été incinérés à l’air libre pendant plusieurs semaines au cours de la Sonderaktion 1005. Les cendres, mélangées à des os écrasés, étaient transportées chaque nuit par camion dans la rivière voisine afin de cacher toutes preuves des meurtres de masse[90],[91].

Auschwitz-BirkenauModifier

 
Prisonniers d'Auschwitz II – Birkenau (mai 1944).

Auschwitz est le plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich, à la fois camp de concentration et camp d'extermination. Situé en Haute-Silésie, à 64 km à l'ouest de Cracovie, Auschwitz traita en moyenne 1,5 train de l'Holocauste par jour[73] ; la grande majorité des prisonniers déportés ont été assassinés quelques heures après leur arrivée[92]. La construction de quatre complexes de chambres à gaz-crématoires a débutée au début de 1942, la première étant achevée en mars. L'extermination de Juifs par Zyklon B est mis en oeuvre dès juillet[93].

À Birkenau, quatre complexes supplémentaires (composés chacun de vestiaires, multiples chambres à gaz et crématoriums industriels) ont été construits l'année suivante[94]. À la fin de 1943, Birkenau était considéré comme une usine meurtrière composé de quatre soi-disant « Bunkers » (totalisant plus d'une douzaine de chambres à gaz), opérant de jour comme de nuit. Jusqu'à 6 000 personnes y étaient gazées et incinérées chaque jour, après le « processus de sélection » impitoyable à la Judenrampe[95],[96]. Environ 10% des déportés ayant rejoint le camp par transport organisés par le Bureau de la sécurité du Reich (RSHA) ont été enregistrés et affectés à la caserne de Birkenau[96].

En cinq années, plus d’un million cent mille hommes, femmes et enfants meurent à Auschwitz, dont 900 000 le jour même de leur arrivée[97]. Sur l'ensemble des victimes, 90 % d'entre elles étaient juives, soit environ un million, dont 200 000 enfants[92],[98]. Parmi les 400 000 victimes enregistrées (moins du tiers du nombre total d'arrivées à Auschwitz) se trouvaient entre 140 000 et 150 000 Polonais non Juifs, 23 000 Tsiganes, 15 000 prisonniers de guerre soviétiques et 25 000 de divers ethnies[99]. Environ 300 000 Juifs de Pologne occupée ont été déportés à Auschwitz[100], embarqués à bord de trains de marchandises provenant de ghettos liquidés ou de camps de transit[101] : notamment Bytom (), Olkusz (trois jours de juin), Otwock (août), Łomża et Ciechanów (novembre)[102], Cracovie ()[103], Sosnowiec, Będzin, Dąbrowa (juin-août 1943)[104] et plusieurs autres villes métropolitaines[20], dont le dernier ghetto de Pologne occupée, liquidé qu'en août 1944 à Łódź[105]. Les chambres à gaz et crématoriums d'Auschwitz-Birkenau ont été dynamités le dans le but de détruire les preuves des massacres de masses, sur ordre du Reichsführer-SS Heinrich Himmler[106].

TreblinkaModifier

 
Treblinka II en train de brûler lors du soulèvement d'un prisonnier le  : caserne et réservoir d'essence incendiés. Photo clandestine prise par Franciszek Ząbecki (en).

Conçu et construit dans le seul but d'extermination à 80 km au nord-est de Varsovie[107], Treblinka est l’un des trois seuls établissements de ce type existants ; les deux autres étant Bełżec et Sobibór. Les trois se trouvaient dans des zones boisées éloignées des centres de population et reliés au système ferroviaire polonais par un embranchement, composé de personnels SS transférables[108]. Un quai a été construit le long des voies, entouré de 2,5 mètres de haute clôture de fer barbelé. Plusieurs grandes casernes ont été construites pour stocker les effets personnels des victimes. L'une d'elles était déguisée en gare comportant une billetterie factice, des panneaux indiquant les correspondances et une horloge peinte indiquant toujours la même heure, afin d'empêcher toute méfiance des nouveaux arrivants[109].

Les passeports et l'argent étaient stockés dans une caisse installée le long d'un chemin de 100 mètres de long conduisant aux chambres à gaz (déguisée en douches collectives) et appelé « chemin du ciel » (Himmelstrasse) par les nazis. Juste derrière se trouvaient les fosses funéraires, creusées par une excavatrice à chenilles[110].

 
Carte d'identité allemande délivrée à un travailleur affecté à la gare de Malkinia, près de Treblinka.

Le , débute la Grande Action[111] : Les Allemands commencent à déporter les Juifs du ghetto de Varsovie[112]. Ces déportations se produisent à partir de l'Umschlagplatz, place du ghetto située à proximité de la gare de triage de Varsovie, où sont entassés jusqu'à 8 000 personnes et d'où partent les convois en direction de Treblinka, situé à 80 km. Dès le lendemain (), le camp d'extermination entre en activité, alors qu'arrivent les premiers déportés, après trois mois de travaux forcés exécutés par des expulsés d'Allemagne[113],[114],[115].

Pendant deux mois de l'été 1942, environ 254 000 détenus du ghetto de Varsovie sont exterminés à Treblinka (au moins 300 000 selon d'autres sources)[116]. À leur arrivée, les personnes transportées étaient déshabillées — les hommes, suivis des femmes et des enfants — puis forcés de pénétrer par lots de 200 dans des chambres à double paroi alimentées par un moteur Diesel qui asphyxie les victimes à l'aide de monoxyde de carbone[117],[118],[119]. Aux alentours de la mi-octobre 1942, dix nouvelles chambres à gaz sont opérationnelles. La capacité des chambres augmente alors de 600 %, ce qui permet aux nazis d'assassiner 3 000 Juifs par heure[120],[121] ; et d’une capacité maximale de 22 000 exécutions en vingt-quatre heures[122]. Les morts étaient initialement enterrés dans de grandes fosses communes, mais la puanteur des corps en décomposition pouvait se sentir jusqu'à dix kilomètres[123]. En conséquence furent construits trois fosses à crémation durant l'hiver 1943, constituées de piliers en béton et de voies ferrées formant une grille, afin d'y entasser les cadavres[124]. Le travail de crémation s'est étalé sur une période de quatre mois, d'avril à juillet 1943[125].

Le nombre de personnes tuées à Treblinka varie selon les sources, les estimations tablent entre 800 000 et 1 200 000 morts[126],[127]. Le camp a été fermé par Globocnik le , peu après le soulèvement des prisonniers[128], l’opération meurtrière Reinhard étant presque terminée.

BełżecModifier

Le camp d'extermination de Belzec, établi près de la gare de Bełżec dans le district de Lublin, entre en activité le  ; trois chambres à gaz temporaires sont remplacées par six permanentes construites en brique et en mortier, ce qui permet d'augmenter significativement le nombre de victimes gazées quotidiennement[129],[130]. Au moins 434 500 Juifs ont été exterminés pendant son fonctionnement. Preuve de la redoutable efficacité du système d’extermination de Belzec, on ne dénombre que quelques survivants — quatre rescapés selon Cerheli[131] — par rapport à un effectif total situé entre 450 000 et 500 000 déportés[132],[133]. La plupart des survivants identifiés ne se sont pas évadés du camp lui-même, mais lors de transferts ultérieurs ou à l'occasion d'une mission à l'extérieur du camp.

La décision d'incinérer les cadavres est finalement prise en [134],[135] : un premier bûcher, formé de traverses et de rails de chemin de fer, est érigé sur un socle en pierre, une pelleteuse étant transportée, depuis le camp d'extermination de Sobibor, afin de faciliter et d’accélérer l’exhumation des cadavres des fosses communes[134].

L'ingénieur Kurt Gerstein, qui fournissait du Zyklon B de la société Degesch pendant les tueries[136], écrivit après la guerre dans un rapport destiné aux Alliés, qu'en date du , il assista à Belzec à l'arrivée de 45 wagons transportant 6 700 prisonniers, dont 1 700 étaient déjà morts à l'intérieur[137]. La dernière cargaison de Juifs atteint Bełżec en décembre 1942[138],[139]. Les corps des cadavres exhumés ont été incendiés jusqu'au mois de mars[140]. Au cours des mois suivants, les 500 prisonniers restants du Sonderkommando ayant démantelé le camp ont été assassinés dans le camp d'extermination de Sobibór[133], situé à proximité[141],[142].

SobibórModifier

 
Le « télégramme Höfle » confirmant la déportation par train d'au moins 101 370 Juifs vers le camp d'extermination de Sobibór en 1942.

Le camp d'extermination de Sobibor, déguisé en camp de transit ferroviaire non loin de Lublin, débute ses opérations de gazage de masse en mai 1942[143]. Les Juifs descendaient des trains en provenance des ghettos et des camps de transit liquidés (Izbica, Końskowola) puis accueillis par un SS vêtu d’une blouse médicale. L'Oberscharführer Hermann Michel annonçait aux déportés qu'il allaient être envoyés au travail, Sobibor n'étant soit disant qu'une étape de transit.

Les nouveaux arrivants furent divisés en groupes, forcés de remettre leurs objets de valeur et de se déshabiller dans une cour murée. Les femmes se faisait couper les cheveux par les barbiers du Sonderkommando. Après s'être déshabillés, les déportés sont amenés au « boyau », un chemin clos qui conduit directement aux chambres à gaz. Ils sont entassés dans les chambres à gaz par les gardiens supplétifs ukrainiens et non par le personnel allemand. Après leur entrée dans les chambres à gaz, les portes sont refermées par les gardes ukrainiens. Le moteur produisant les gaz asphyxiants est ensuite mis en marche par un Ukrainien appelé Émil et par un chauffeur allemand, Erich Bauer[144]. Le nombre total de Juifs polonais assassinés à Sobibór est estimé à 170 000 au minimum. Le , une insurrection permet à bon nombre de déportés de s'évader du camp. Cette révolte entraîne le démantèlement de celui-ci et l'arrêt des opérations de l'opération Reinhard[145],[146].

Lublin-MajdanekModifier

Le camp de travaux forcés de Majdanek situé à la périphérie de Lublin (de même que Sobibór) et fermé temporairement pendant une épidémie de typhus, a été rouvert en mars 1942 pour l’opération Reinhard. Sa fonction première fut de servir de dépôt pour les objets de valeur volés aux victimes provenant des centres d'extermination de Belzec, Sobibór et Treblinka[147]. Le camp devint un lieu d'extermination de la population juive originaire du sud-est de la Pologne (Cracovie, Lwów, Zamość, Varsovie) après la construction des chambres à gaz à la fin de 1942[148].

Le gazage des Juifs polonais a été réalisé à la vue des autres détenus travaillant dans le camp, seul une clôture les séparaient des installations de mise à mort[149]. Selon le témoignage d'un survivant : « les nazis laissaient tourner des moteurs de tracteurs à proximité des chambres à gaz afin de noyer les cris des mourants ». D'après le directeur du musée de Majdanek, 78 000 personnes y ont été assassinées dont 59 000 Juifs[150],[151]. À la fin de l'Aktion Erntefest menée à Majdanek au début de novembre 1943 (il s'agit du plus grand massacre commis par des Allemands pendant la guerre)[152], il ne restait plus que 71 juifs[152]. De la musique était diffusée par haut-parleurs pour couvrir le bruit des exécutions de masse. L'opération d'extermination fut menée à bien en une journée[153].

Résistance armée et soulèvements dans les ghettosModifier

 
Photographie de femmes insurgées juives capturées par les SS lors du soulèvement du ghetto de Varsovie, tiré du rapport Stroop (avril-mai 1943).

Le grand public croit à tort que la plupart des Juifs sont morts passivement[56],[154]. Les Polonais juifs représentaient 10% de l'armée polonaise : 100 000 hommes avaient ainsi combattu les Allemands et les Soviétiques pendant l'invasion de la Pologne en 1939[155]. Parmi eux, les Allemands firent 50 000 prisonniers de guerre et ne respectèrent naturellement pas la Convention de Genève ; la plupart furent envoyés dans des camps de concentration puis exterminés[155]. Tandis que la Pologne continua de mener une guerre d'insurrection contre les puissances occupantes, de nombreux Juifs rejoignirent la résistance polonaise, formant parfois des unités exclusivement juives[155].

La résistance juive comprenait non seulement une lutte armée, notamment autour de l'Armia Krajowa qui parvint à mettre sur pied un véritable État clandestin, mais également une opposition spirituelle et culturelle qui apportait une dignité malgré les conditions inhumaines de la vie dans les ghettos[156]. De nombreuses formes de résistance furent présentes, malgré la peur de représailles massives contre les femmes et les enfants en cas de révolte antinazie[157], [158]. Lorsque les autorités allemandes commencèrent à liquider les ghettos, une résistance armée fut organisée dans plus de 100 localités situées de part et d'autre de la frontière polono-soviétique de 1939, principalement dans l'est de la Pologne. Les soulèvements ont éclaté dans 5 grandes villes, 45 villes de province, 5 camps de concentration et d'extermination, ainsi qu'au moins 18 camps de travaux forcés. Les seules rébellions ayant éclatés dans les camps nazis furent de la part des Juifs[159].

Les insurgés du ghetto de Nieśwież dans l'est de la Pologne ont riposté le . La révolte du ghetto de Łachwa a éclaté le 3 septembre. Le , le ghetto de Mizocz (en) fit de même. La liquidation du ghetto de Varsovie du conduisit le 19 avril au plus grand acte de résistance juive de la Seconde Guerre mondiale mené par les organisations militaires juives ŻZW et ŻOB. Le 25 juin, les Juifs du ghetto de Częstochowa se révoltèrent tandis qu'à Treblinka, les prisonniers du Sonderkommando armés d'armes volées attaquèrent les gardes le 2 août 1943. Un jour plus tard, la révolte frappa les ghettos de Będzin et de Sosnowiec (en), et le 16 août marqua le début du soulèvement du ghetto de Białystok. La révolte dans le camp d'extermination de Sobibór eut lieu le , tandis qu'à Auschwitz, les insurgés firent exploser un des crématoriums de Birkenau le [160],[161],[162]. Des actes résistances similaires se déroulèrent à Łuck (en), Mińsk Mazowiecki (en), Pińsk, Poniatowa (en) et Vilnius[163].

L'attitude des Polonais vis-à-vis des JuifsModifier

Malgré le comportement parfois hostile de la population, comme dans nombre d'autres pays occupés, la Pologne est le pays qui compte le plus grand nombre de Juste parmi les nations, titre décerné par le musée de Yad Vashem, grâce notamment aux actions du colonel Henryk Woliński, du lieutenant-colonel Henryk Iwański ou de l'enseignante Krystyna Adolnhowa. Il est vrai que le nombre d’israélites y était beaucoup plus important que partout ailleurs en Europe. Le gouvernement polonais en exil fut également le premier à diffuser (en novembre 1942) des informations sur les camps d’extermination nazis à la suite des rapports de Jan Karski et de Witold Pilecki, membres d’Armia Krajowa. Le gouvernement polonais en exil est aussi le seul gouvernement à avoir mis en place une cellule de résistance (Żegota) dont l’objectif unique a été d’aider les Juifs en Pologne occupée[164].

Le , Hans Frank instaure la peine capitale pour des Polonais assistant les Juifs « de quelque manière que ce soit : en les hébergeant pour la nuit, en les transportant par véhicule, en nourrissant des Juifs en fugue ou leur vendre des denrées alimentaires »[165]. La loi est rendue publique grâce à des affiches distribuées dans toutes les grandes villes. Des règlements similaires ont été adoptés par les Allemands dans d’autres territoires qu’ils contrôlaient sur le front de l'Est[166]. Plus de 700 Justes polonais parmi les nations ont reçu cette reconnaissance à titre posthume, après avoir été assassinés par l'occupant pour avoir aidé ou protégé leurs voisins juifs[167]. De nombreux Justes polonais reconnus par Yad Vashem étaient originaire de la capitale[168].

Selon l'historienne Doris Bergen (en), il existe trois interprétations traditionnelles des relations entre les Polonais chrétiens et les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. La première fait référence à la théorie de « l'architecture antisémite polonais » selon laquelle la population participe à la Shoah. Bergen rejette cette approche car la population subit elle-même la brutalité de l'occupation. Bergen place à l’autre extrême l’école de pensée « tous les Polonais ont été victimes de l’Holocaust », ce qui souligne le fait que presque autant de Polonais non juifs que de Juifs sont morts pendant la guerre. Selon cette approche, les Polonais « ont fait tout ce qui était en leur pouvoir (...) dans les circonstance » pour aider les Juifs et ont tendance à considérer les Polonais chrétiens comme des victimes autant que des Juifs. La troisième interprétation est la théorie des « victimes inégales », qui considère à la fois les gentils polonais et les juifs comme des victimes de l'Allemagne nazie ; bien que chaque ethnie ont subi des pertes en nombre égal, les 3 millions de Polonais non juifs représentaient 10% de la population respective, mais pour les Juifs polonais, les 3 millions de personnes assassinées constituaient 80% de la population d'avant-guerre. Bergen affirme que, même si cette vision a une certaine validité, elle finit trop souvent par se livrer à une « compétition dans la souffrance » et qu'un tel « jeu de chiffres » n'a pas de sens moral lorsqu'il est question d'agonie humaine. En réponse à ces trois approches, Bergen met en garde contre les généralisations générales, elle souligne la diversité des expériences et note que les destins des deux groupes de population étaient inexorablement liés de manière compliquée[169].

AntisémitismeModifier

L’antisémitisme polonais avait deux motifs formateurs : des allégations de souillure de la foi catholique ; et « Żydokomuna » (communisme juif), une accusation antisémite ou antijudaïque[170]. Au cours des années 1930, des revues catholiques en Pologne ont mis en parallèle l'antisémitisme social-darwiniste d'Europe occidentale et la presse nazie. Cependant, la doctrine de l'église excluait la violence, qui ne devint plus courante qu'au milieu des années trente. Contrairement à l'antisémitisme allemand, les antisémites politico-idéologiques polonais ont rejeté l'idée d'un génocide ou de pogroms des Juifs, préconisant plutôt l'émigration massive[Note 1].

L'occupation par la terreur mise en place par Staline dans l'Est de la Pologne en 1939 a entraîné ce que Jan Gross qualifie d'« institutionnalisation du ressentiment » : les Soviétiques mirent en place un système de propagande afin de concilier et d'encourager les différences ethniques et religieuses entre Juifs et Polonais, provoquant alors une recrudescence du stéréotype antisémite selon laquelle les Juifs étaient des traîtres anti-communistes. Par ailleurs, les meurtres de masse éclatèrent lorsque l'Allemagne nazie envahit l'est de la Pologne soviétique à l'été 1941.

Un groupe d'au moins 40 Polonais bénéficiant d'un soutien non confirmé de la part de l'Allemagne a tué des centaines de Juifs lors du massacre de Jedwabne, aggravé par le caractère racial. D'autres massacres de Juifs se produisirent à peu près à la même époque dans les régions de Łomża et Białystok, anciennement sous occupation soviétique, avec divers degrés d'incitation ou d'implication de l'escadron de la mort allemand : notamment à Bielsk Podlaski (village de Pilki), Choroszcz, Czyżew, Goniądz, Grajewo, Jasionowka, Kleszczele, Knyszyn, Kolno, Kuźnica, Narewka, Piątnica, Radzilow, Rajgród, Sokoły, Stawiski, Suchowola, Szczuczyn, Trzcianne, Tykocin, Wasilków, Wąsosz et Wizna[171].

Certains habitants ont tiré un profit substantiel des massacres. Les biens des Juifs, repris par les Polonais, ont été un facteur à l’origine du passage à tabac et du meurtre de Juifs par les Polonais entre l’été 1944 et 1946, dont le pogrom de Kielce[172].

En 2007, le ministre polonais Sikorski a été critiqué pour avoir suggéré dans une interview avec Adar Primor du journal israélien Haaretz que « l'Holocauste qui a eu lieu sur notre sol a été menée contre notre volonté par quelqu'un d'autre »[173]. Les déclarations de Sikorski, a conclu un représentant du Congrès Juif Mondial, ont démontré un mépris des conclusions des historiens polonais qui avaient découvert des preuves considérables de la participation locale dans la destruction des Juifs polonais[174].

« Judenjagd », la « Chasse aux Juifs »Modifier

Szymon Datner, survivant de l'Holocauste et historien, écrivit que le nombre de Polonais ayant assassiné des Juifs par cupidité ou haine raciale était inférieur au nombre de Polonais ayant abrité et aidé des Juifs[175]. Selon lui, 100 000 Juifs « étaient la proie des Allemands et de leurs assistants locaux, ou avaient été assassinés dans diverses circonstances inexpliquées ». Dans les campagnes polonaises, il arrivait aussi que, spontanément, les populations organisent des battues pour prendre les Juifs et recevoir des primes en les remettant à la police. De simples haches, faux, bâtons suffisaient le plus souvent aux batteurs. La battue était organisée comme à la chasse : la manœuvre consistait à pousser les Juifs éparpillés dans les bois vers les Allemands. Beaucoup de Juifs étaient pris à ce piège. Pour les populations locales, c'était aussi parfois une façon de se distraire[176]. Pendant les deux premières phases de la Shoah en campagne, le rôle des Polonais fut marginal. Il s'agissait d'organiser les ghettos, puis d'organiser des camps de la mort. Les Polonais pouvaient, par exemple, introduire des vivres en cachette pour soutenir les Juifs enfermés ou au contraire écrire des lettres de dénonciation pour des Juifs qui avaient échappé aux ghettos. Pendant la troisième phase, le rôle des Polonais devient crucial. Ils deviennent acteurs et la triade définie par Raul Hilberg -bourreau-victime-témoin- est brisée. Chaque habitant avait dès lors un rôle à jouer et un témoin n'est jamais neutre écrit l'historien Jan Grabowski (en)[177].

Les historiens s'accordent, selon Kichelewski, sur les chiffres suivants : environ 10 % des 3 millions de Juifs polonais tentèrent d'échapper aux déportations. Sur le territoire du gouvernement général seuls 40 000 à 50 000 étaient encore en vie en 1945. Il faut donc compter entre 200 000 et 250 000 victimes de la « Judenjagd (en) »[178],[179],[180].

Sauvetage et aideModifier

 
Enfants dans le ghetto de Varsovie (mai 1941).

La grande majorité des Juifs polonais constituait une « minorité visible » selon les normes modernes et se distinguait par la langue, le comportement et l'apparence[181]. Lors du recensement national polonais de 1931, 12% seulement des Juifs déclaraient le polonais comme première langue, tandis que 79% indiquaient le yiddish et les 9% restants l'hébreu comme langue maternelle[182]. Sur le marché du travail de nombreuses villes et villages, y compris les capitales provinciales de Pologne, la présence d'une minorité aussi importante, pour la plupart non acculturée[181] était une source de tension concurrentielle. Il faut résister à la tentation de tirer des conclusions sur les relations entre Juifs et Polonais en temps de guerre, écrit Gunnar Paulsson : « Abstraction faite des actes de guerre et de la perfidie nazie, les chances d'un Juif de se cacher ne sont pas pires à Varsovie, en tout cas, qu'aux Pays-Bas » une fois l'Holocauste mis en oeuvre[183].

Vers la fin de la période de liquidation des ghettos, le plus grand nombre de Juifs ont réussi à s'échapper du côté « aryen »[183] et à survivre avec l'aide de leurs assistants polonais. Pendant l'occupation nazie, la plupart des Polonais de souche étaient eux-mêmes engagés dans une lutte désespérée pour leur survie. Entre 1939 et 1945, de 1,8 million à 2,8 millions de Polonais non juifs sont morts aux mains des nazis et 150 000 à la suite de la répression soviétique[2],[184],[185]. Environ un cinquième de la population polonaise d'avant-guerre a péri[186]. Leur mort résultait d'actes de guerre délibérés[187], de meurtres de masse, d'incarcérations dans des camps de concentration, de travaux forcés, de malnutrition, de maladies, d'enlèvements et d'expulsions[188]. Cependant, de nombreux Polonais ont risqué la mort pour cacher des familles juives entières ou pour les aider de manières humanitaires[189]. Les cacheurs de Juifs étaient parfois exposés par ces mêmes Juifs s'ils étaient retrouvés par les Allemands, entraînant la chute de réseaux d'aide complets au sein du gouvernement général[190]. Le nombre de Juifs cachés avec des Polonais volontaires, cité par Arski-Zajdler, était d'environ 450 000[189], ce chiffre atteignant peut-être le million[191]. L'historien Richard C. Lukas (en)[4] estime quant à lui le chiffre de trois millions ; une estimation similaire à celles citées par d'autres auteurs[192],[193],[194].

 
Pendaison publique de l'ethnie polonaise, accusé d'avoir aidé des juifs (Przemyśl, 1943).

Le gouvernement polonais en exil fut le premier (en novembre 1942)[195] à révéler l'existence de camps de concentration gérés par les Allemands pratiquant l'extermination systématique des Juifs. Le génocide a été rapporté aux Alliés par le lieutenant Jan Karski et par le capitaine Witold Pilecki, qui s'est délibérément laissé emprisonner à Auschwitz afin de recueillir des renseignements, et a par la suite rédigé un rapport de plus de 100 pages pour l'Armia Krajowa et les Alliés occidentaux[196].

En septembre 1942, à l'initiative de Zofia Kossak-Szczucka et avec l'aide financière de l'Etat polonais clandestin, un comité provisoire d'aide aux juifs (en) (Tymczasowy Komitet Pomocy ydom) est créé dans le but de secourir les Juifs. Il a été remplacé par le Conseil d'aide aux Juifs (Rada Pomocy Żydom), connu sous le nom de code Żegota et présidé par Julian Grobelny. On ne sait pas combien de Juifs, au total, ont été aidés par l'organisation Żegota. Elle reçut à partir de 1942 près de 29 millions de zlotys (plus de 5 millions de dollars) provenant de dons pour porter assistance à des milliers de familles juives cachées en Pologne[197]. À Varsovie, la section de l'enfance de Żegota dirigée par Irena Sendler, a réussi à placer environ 2 500 enfants juifs sortis du Ghetto dans des familles polonaises catholiques et des orphelinats. L'action de Żegota a permis de sauver environ 100 000 Juifs polonais.

Le gouvernement polonais en exil, dont le siège est à Londres, a également fourni une assistance spéciale — fonds, armes et autres fournitures — à des organisations de résistance juives telles que l'Organisation juive de combat et l'Union militaire juive[198].

Opportunisme et collaborationModifier

 
Publication de la Żegota menaçant d’exécution tout type de personne dénonçant des juifs aux nazis (septembre 1943).

Aucun gouvernement collaboratif polonais ne sera formé pendant la Seconde Guerre mondiale[199],[200]. Comme le note Piotrowski, « les Polonais n'ont jamais crée de division SS Quisling ou de divisions spécifiquement polonaises ». L'État polonais clandestin s’opposait fermement à toute collaboration dans le cadre de persécutions anti-juives et menaçait de mort tous collaborateurs ou dénonciateurs, au nom des tribunaux militaires polonais de l’Armée de l'Intérieur[201]. Cependant, la brutalité persistante de la guerre entraîna l'effondrement des normes et valeurs sociales traditionnelles, certains trahissaient des Juifs cachés par les Polonais qui les protégeaient[202]. Le nombre de délateurs notoires est estimé à plusieurs milliers, sur la base du nombre de condamnations à la peine capitale prononcées pour trahison par les tribunaux spéciaux polonais[203]. Selon Gunnar S. Paulsson (en), probablement 20 000 Polonais furent condamnés pour des « actes monstrueux »[204].

John Connelly et Leszek Gondek (en) ont décrit le phénomène de la collaboration polonaise comme marginal, vu dans le contexte de l'histoire européenne et mondiale[199]. Le franchissement des frontières morales s’était d'abord déroulé sous les Soviétiques avec la participation de la milice juive (dite opaskowcy), armée par le NKVD, impliqués dans les déportations massives (en) de familles polonaises de l'Est en Sibérie en 1940 et 1941 après la prise d'une partie du pays par les Soviétiques[205],[206],[207],[208], puis au début de la guerre germano-soviétique, lorsque plus de 300 Juifs périssent à Jedwabne le , enfermés dans une grange puis incendiée par un groupe d'hommes polonais en présence de l'ordre allemand Ordnungspolizei (conclusions finales de l'IPN)[209]. Les circonstances entourant l'incident de Jedwabne font encore l'objet de débats : notamment la présence inquiétante de l'Einsatzgruppe Zichenau-Schroettersburg, sous la responsabilité du SS-Obersturmführer Hermann Schaper, déployé dans le district de Bialystok[210],[211], mais aussi le mécontentement généralisé suscité par l'accueil chaleureux réservé aux Juifs à l'armée rouge en 1939[205],[206],[207],[208].

À cette époque, les Polonais inventèrent le terme szmalcownik, un mot argotique polonais intraduisible désignant un malfaiteur qui se livra au chantage ou à d'autres formes de vols, extorsions et violences à l'encontre des Juifs ou d'autres personnes qui cachaient ou aidaient les Juifs[212].

Rôle des minorités nationales dans l'HolocausteModifier

La République de Pologne était un pays multiculturel avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Près du tiers de sa population provenait de groupes minoritaires : 13,9% d’Ukrainiens; 10% de Juifs ; 3,1% de Biélorusses ; 2,3% d’Allemands et 3,4% de Tchèques, de Lituaniens et de Russes[213]. Peu après la reconstitution d'un État polonais indépendant en 1918, environ 500 000 réfugiés des républiques soviétiques ont rejoint la Pologne lors de la première vague d'immigration spontanée fuyant les persécutions, en particulier en Ukraine (voir Zone de Résidence), où jusqu'à 2 000 pogroms ont éclaté durant l’année 1919[214]. Lors de la deuxième vague d'immigration, entre novembre 1919 et juin 1924, quelque 1 200 000 personnes ont quitté le territoire de l'URSS pour la nouvelle Pologne. On estime qu'environ 460 000 réfugiés parlaient le polonais comme première langue[215]. Entre 1933 et 1938, environ 25 000 Juifs allemands ont fui l'Allemagne nazie pour se réfugier en Pologne[216].

Environ un million de citoyens polonais sont membres de la minorité allemande du pays[217]. À la suite de l'invasion de 1939, 1 180 000 germanophones supplémentaires arrivèrent en Pologne occupée, en provenance du Reich (Reichsdeutsche (en)) ou (se revendiquant Volksdeutsche ou « Heim ins Reich ») de l'Est[218]. Plusieurs centaines d'hommes d'origine allemande en Pologne ont rejoint la Volksdeutscher Selbstschutz (en) nazie, ainsi que les formations Sonderdienst (en) créées en mai 1940 par le Gauleiter Hans Frank et stationnées à Cracovie occupée[219],[220]. De même, parmi les quelques 30 000 nationalistes ukrainiens ayant fui l'occupation soviétique, des milliers ont rejoint le pokhidny hrupy en tant que saboteurs, interprètes et miliciens civils formés dans les bases allemandes situées à travers le district de Cracovie (en)[221],[222].

L’existence de formations de Sonderdienst constituait un grave danger pour les Polonais catholiques qui tentaient d’aider les Juifs ghettoïsés dans les villes où les minorités allemandes et pro-allemandes étaient importantes, comme dans le cas d'Izbica ou de Mińsk Mazowiecki, entre autres. Les attitudes antisémites étaient particulièrement visibles dans les provinces de l'Est occupées par les Soviétiques à la suite de l'invasion soviétique du Kresy. Les populations locales ont été témoins de la répression contre leurs propres compatriotes et des déportations massives en Sibérie[223],[205] conduites par le NKVD soviétique, certains Juifs formant des milices, reprenant des postes administratifs clés et collaborant avec le NKVD. De nombreux locaux ont supposé que, poussés par la vengeance, les communistes juifs avaient joué un rôle de premier plan dans la trahison des victimes de l'ethnie polonaise et d'autres non juives[207].

Massacres d'inspiration naziModifier

Articles détaillés : Massacre de Poneriai et Pogroms de Lviv.

De nombreux massacres inspirés par l'Allemagne ont été commis dans l'est de la Pologne occupée avec la participation active des peuples autochtones. Les directives pour de tels massacres ont été formulées par Reinhard Heydrich[152] qui a ordonné à ses officiers de provoquer des pogroms anti-juifs sur les territoires récemment occupés par les forces allemandes[224],[225]. Dans la période qui a précédé la création du ghetto de Wilno, dans la cinquième plus grande ville d'avant-guerre en Pologne et dans la capitale de la province de Wilno (aujourd'hui Vilnius, en Lituanie)[226], un Einsatzkommando germanique et des bataillions de la police auxiliaire lituanienne (Ypatingasis būrys) massacrent plus de 21 000 Juifs à Poneriai fin 1941[227]. À cette époque, Wilno ne comptait qu'une minorité minoritaire d'environ 6% de la population lituanienne[228]. Dans la tristement célèbre série de pogroms de Lviv commis par les militants ukrainiens dans la ville orientale Lwów (aujourd'hui Lviv, en Ukraine), quelque 6 000 Juifs polonais ont été assassinés dans les rues entre le 30 juin et le , en plus des 3 000 arrestations et fusillades de masse commises par l'Einsatzgruppe C[229],[230]. Les milices ukrainiennes formées par l'OUN avec les bénédictions de la SS ont semé la terreur dans des dizaines de localités du sud-est de la Pologne[231] .

 
Une femme juive poursuivie dans la rue Medova lors des pogroms de Lviv en 1941.

Bien avant la création du ghetto de Tarnopol (en), et seulement deux jours après l’arrivée de la Wehrmacht, près de 2 000 Juifs ont été tués (certains décapités[232]) dans la capitale de la province de Tarnopol (aujourd'hui Ternopil, en Ukraine)[233], par la milices ukrainienne[234] ; les SS poursuivirent les massacres dans la même semaine[234]. À Stanisławów (en) — une autre capitale provinciale de la micro-région de Kresy (aujourd'hui Ivano-Frankivsk, en Ukraine) — le plus grand massacre de juifs polonais avant l'Aktion Reinhard y a été perpétré le , par des membres de l'Orpo, du SiPo et de la police auxiliaire ukrainienne. Des tables avec des sandwiches et des bouteilles de vodka avaient été mis à disposition autour du cimetière pour les tireurs qui devaient se reposer du bruit assourdissant des coups de feu ; 12 000 Juifs ont été assassinés avant la tombée de la nuit[235],[236].

Au total, 31 pogroms meurtriers ont été menés dans la région conjointement avec les Schutzmannschaft biélorusses, lituaniens et ukrainiens. Les techniques génocidaires apprises par les Allemands, telles que le planning avancé des actions en vue d'une future zone « judenrein », la sélection de sites stratégiques et l'encerclement soudain, sont devenues la marque des massacres de Polonais et de Juifs par l'OUN-UPA en mars 1943, parallèlement à la liquidation des ghettos du Reichskommissariat Ostland ordonnée par Himmler[237],[238]. Des milliers de Juifs cachés dans les forêts essayant d'échapper aux déportations ont été traqués puis assassinés par les « Banderites (en) »[239].

Taux de survieModifier

La question concernant les chances réelles de survie des Juifs au début de l’Holocauste continue d’attirer l’attention des historiens[183]. En premier lieu, les Allemands ont rendu extrêmement difficile l’échappée des ghettos juste avant que les déportations dans des camps de la mort ne soient faussement déguisées en « remigration à l’Est ». Tous les laissez-passer ont été annulés, les murs surélevés contenant moins le moins d'entrées possibles et les policiers remplacés par des SS. Certaines victimes déjà déportées vers Treblinka ont été contraintes de rédiger des « lettres types » à la maison, indiquant qu'elles étaient en sécurité. Environ 3 000 autres personnes sont tombées dans le piège allemand de l’hôtel Polski. Beaucoup de Juifs ghettoïsés n'imaginaient pas leur sorts réels jusqu’à la fin, car ce type d'extermination industriel était inédit et impensable à l’époque[183]. David J. Landau (en) a également suggéré que les impuissants dirigeants juifs pourraient avoir joué un rôle[240]. L'apport de Israel Gutman à l'étude de la Shoah met en lumière le caractère unique de celle-ci. Il souligne la combinaison inédite de différents facteurs qui permettent la perpétration de ce crime de masse : antisémitisme historique, diabolisation des Juifs en Europe, exil prolongé, persécution persistante par le christianisme combinés aux considérations raciales et biologiques par les nazis les considérant comme un danger immuable, rendus responsables de la défaite et de l'affaiblissement de l'Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale[183].

 
Le ghetto de Slonim en feu au cours de la révolte juive qui a éclaté pendant la liquidation finale du ghetto. Avant l'invasion commune germano-soviétique de la Pologne en 1939, Slonim était le chef-lieu du voïvodie de Nowogródek. Les envahisseurs soviétiques annexèrent la ville à la RSS de Biélorussie dans une atmosphère de terreur[15].

Le nombre exact de survivants de l'Holocauste est inconnu. Près de 300 000 Polonais juifs figuraient parmi les 1,5 million de citoyens polonais déportés de l’est de la Pologne par les Soviétiques après l’invasion germano-soviétique de la Pologne en 1939, plaçant les Juifs au cœur de l’URSS et se trouvant ainsi hors de portée des nazis lorsque ceux-ci envahissent totalement le pays en 1941[241]. De nombreux déportés meurent dans les Goulags, mais des milliers de Juifs rejoignent l'armée polonaise de l'Est de Władysław Anders au cours de son périple depuis les camps soviétiques jusqu'à l'empire britannique, et forment ainsi l'Alya, tandis que des milliers d'autres ont rejoint l'armée polonaise de Zygmunt Berling, qui s'est frayé un chemin vers la Pologne et la bataille de Berlin.

Selon certaines estimations, environ 300 000 Juifs polonais ont fuit la Pologne occupée par les Allemands et les Soviétiques peu après leurs offensives[242]. Notamment, un très fort pourcentage s'étant déplacé vers l'est étaient des hommes et des femmes sans famille[242]. Des milliers d’entre eux ont péri aux mains des unités spéciales OUN-UPA, TDA et Ypatingasis būrys lors des massacres de Polonais en Volhynie, de l’Holocauste en Lituanie (voir massacre de Poneriai) et en Biélorussie[1],[243]. La majorité des Juifs polonais du gouvernement général sont restés sur place[183]. Avant les déportations massives, il n’était pas nécessaire de quitter le domicile familiale, mais lorsque les ghettos ont été construits, la contrebande de vivres permettait de maintenir en vie la plupart des habitants. Quelque 100 000 Juifs tentèrent de fuir dans la clandestinité du côté « aryen » et, contrairement aux fausses idées répandues, le risque d'être dénoncés par les Polonais était très faible[183].

On estime qu'environ 350 000 Juifs polonais ont survécu à l'Holocauste[16]. Environ 230 000 d'entre eux ont survécu en URSS et dans les territoires polonais contrôlés par l'URSS, y compris des hommes et des femmes s'étant échappés des régions occupées par l'Allemagne[16],[244]. Après la fin de la guerre, 150 000 à 180 000 Juifs Polonais ont été rapatriés ou expulsés vers la nouvelle Pologne avec les plus jeunes hommes enrôlés dans l'armée rouge du Kresy en 1940-1941. La quasi-totalité de leurs familles sont mortes dans la Shoah[245]. Selon les historiens Gunnar S. Paulsson, David Engel, Grzegorz Berendt et Peter Longerich, près de 50 000 Juifs ont survécu dans les forêts (sans compter la Galicie[246]) ainsi que parmi les soldats ayant réintégré la Pologne avec l'armée de Berling polonaise pro-soviétique formée par Staline. 30 000 Juifs polonais ont survécu dans les camps de travail[183], le chiffre atteignant même 70 000 à 80 000 dans les seuls camps d'Allemagne et d'Autriche en comptant ceux n'ayant pas déclarés leurs nationalités[5]. Selon Czesław Madajczyk, près de 110 000 Juifs polonais se trouvaient dans les camps de personnes déplacées[247]. Le nombre de Juifs ayant rejoints puis cachés avec succès du côté « aryen » des ghettos pourrait atteindre 100 000, écrit Peter Longerich[246] bien que beaucoup auraient été tués par les Jagdkommandos allemands[246]. Tous les survivants n'ont pas été enregistré auprès du CKŻP après la fin de la guerre. Des milliers d'enfants de couvent cachés par les civils Polonais et l'Église catholique sont restés dans des orphelinats tenus par les Franciscaines de la famille de Marie dans plus de 20 lieux, dont bon nombre de couvents catholiques[248],[249],[Note 2]. Compte tenu de la sévérité des mesures allemandes destinées à prévenir ces événements, le taux de survie parmi les fugitifs juifs était relativement élevé et de loin, les individus qui déjouaient l'expulsion étaient ceux qui prémunissaient le mieux[183],[250].

Changements de frontière et rapatriementsModifier

Les puissances occidentales restèrent ignorantes du pacte top secret germano-soviétique[251] de 1939, qui ouvrit la voie à la guerre mondiale[252],[253]. La capitulation allemande de mai 1945 a été suivie d'un changement radical de la géographie politique de l'Europe[4],[247]. Les frontières de la Pologne ont été redessinées par les Alliés conformément aux demandes formulées par Josef Staline lors de la conférence de Téhéran, confirmé comme non négociable lors de la conférence de Yalta de 1945[254]. Le gouvernement polonais en exil a été exclu des négociations[255] et le territoire du pays a été réduit d'environ 20%[256]. Avant la fin de 1946, quelques 1,8 million de citoyens polonais ont été expulsés et réinstallés de force à l'intérieur des nouvelles frontières[254],[255]. Pour la première fois de son histoire, la Pologne est devenue un État-nation homogène par la force, la richesse nationale ayant été réduite de 38%, le système financier polonais a été détruit, l'Intelligentsia et les Juifs Polonais quasiment réduit à néant et la population réduite d'environ 33%[256].

 
Réunion des membres de Żegota à l'occasion de l'anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie au théâtre Polski (1946).

En raison du déplacement territorial imposé par les pays vainqueurs, le nombre de survivants de l’Holocauste en provenance de Pologne fait toujours l’objet de délibérations[247]. Selon les statistiques officielles, le nombre de Juifs dans le pays a considérablement changé en très peu de temps[257]. En janvier 1946, le Comité central des Juifs polonais (CKŻP) dénombre quelque 86 000 survivants des environs. À la fin de l'été, celui-ci passe d'environ 205 000 à 210 000 (pour 240 000 inscriptions et plus de 30 000 doublons)[258]. Parmi les survivants figurent 180 000 Juifs arrivés des territoires sous contrôle soviétique à la suite d'accords de rapatriement. Quelque 30 000 autres Juifs sont rentrés de l'URSS en Pologne après la fin de la répression stalinienne une décennie plus tard[5],[258].

Aliyah Bet d'EuropeModifier

En juillet 1946, quarante-deux Juifs et deux Polonais de souche furent assassinés dans le pogrom de Kielce[5],[259]. Onze des victimes sont décédées des suites de blessures à la baïonnette et onze autres ont été mortellement blessées par balle à l'aide de fusils d'assaut militaires, ce qui indique une implication directe des troupes régulières[259]. Le pogrom a incité le général Spychalski du PWP de Varsovie en temps de guerre[260] à signer un décret législatif autorisant les survivants à quitter la Pologne sans visas occidentaux ni autorisations de sortie polonaises[261],[258]. Cela a également servi à renforcer l'acceptation du gouvernement parmi la droite anticommuniste, ainsi qu'à affaiblir l'emprise britannique au Moyen-Orient[5]. La plupart des réfugiés franchissant les nouvelles frontières ont quitté la Pologne sans passeport en cours de validité[258]. En revanche, l'Union soviétique a ramené de force les juifs soviétiques des camps de personnes déplacées en URSS, ainsi que tous les autres citoyens soviétiques, quels que soient leurs souhaits, comme convenu par la conférence de Yalta[262].

Le trafic ininterrompu à travers les frontières polonaises a considérablement augmenté[263],[5],[264]. Au printemps 1947, il ne restait que 90 000 Juifs en Pologne[265],[266], [267],[268]. Malgré de nombreuses pressions mises en place par la Grande-Bretagne, la Pologne (entre autres) ne mit aucunement fin à l'exode massif juif à travers l'Europe[269]. Le massacre de Kielce a été condamné par une annonce publique envoyée par le diocèse de Kielce à toutes les églises. La lettre dénonçait le pogrom et « soulignait que les valeurs catholiques les plus importantes étaient l'amour de la personne humaine et le respect de la vie humaine, tout en faisant allusion à l'effet démoralisant de la violence anti-juive, puisque le crime a été commis en présence de jeunes et d'enfants ». Les prêtres l'ont lu sans faire de commentaires pendant la messe, laissant entendre que « le pogrom pourrait en fait être une provocation politique »[270].

Environ 7 000 hommes et femmes juifs d’âge militaire ont quitté la Pologne pour la Palestine mandataire entre 1947 et 1948 en tant que membres de l’organisation Haganah, formée en Pologne. Le camp d'entraînement a été organisé à Bolków, en Basse-Silésie, avec des instructeurs juifs et polonais. Il a été financé par la JDC en accord avec l'administration polonaise. Le programme, qui formait principalement des hommes âgés de 22 à 25 ans au service dans les forces de défense israéliennes, a duré jusqu'au début de 1949[271]. La formation était un moyen pratique de quitter le pays, car les diplômés n'étaient pas contrôlés à la frontière et pouvaient transporter des objets de valeur non déclarés et même des armes à feu à autorisation restreinte[260].

Procès d'après-guerreModifier

Article connexe : Procès de Nuremberg.

Après la guerre, le Tribunal militaire international de Nuremberg et le Tribunal national suprême de Pologne (en) ont conclu que l'objectif de la politique allemande en Pologne — l'extermination de Juifs, Polonais, Roms et autres — avait « toutes les caractéristiques d'un génocide au sens biologique du terme »[272],[273].

Mémoriaux de l'Holocauste et commémorationModifier

Un grand nombre de monuments commémoratifs en Pologne sont consacrés à la mémoire de l'Holocauste. Le monument aux héros du ghetto de Varsovie a été inauguré en avril 1948. Parmi les principaux musées, on compte le musée national Auschwitz-Birkenau dans la banlieue d'Oświęcim, qui accueille 1,4 million de visiteurs par an, et le musée de l'Histoire des Juifs polonais à Varsovie sur le site de l'ancien ghetto, qui présente l'histoire millénaire des Juifs de Pologne[274],[275]. Depuis 1988, un événement international annuel appelé la Marche des Vivants a lieu en avril dans l'ancien complexe du camp d'Auschwitz-Birkenau, le jour de la commémoration de l'Holocauste, la participation totale dépassant les 150 000 jeunes du monde entier[276].

Il existe des musées national dans chacun des camps de la mort de l'opération Reinhard, y compris le musée national de Majdanek (en) à Lublin, déclaré monument national dès 1946. Celui-ci comprend des chambres à gaz intactes et des crématoriums visitables datant de la Seconde Guerre mondiale. Les succursales du musée de Majdanek comprennent également les musées de Bełżec et Sobibór, où des études géophysiques avancées sont actuellement menées par des archéologues israéliens et polonais[277]. Le nouveau musée de Treblinka a quant à lui ouvert ses portes en 2006. Il a ensuite été agrandi et transformé en une branche du musée régional de Siedlce situé dans un quartier historique de Ratusz (en) (voir ghetto de Siedlce (en))[278],[279]. Il existe également un petit musée à Chełmno nad Nerem.

La gare de Radegast est un mémorial de la Shoah à Łódź. La Deutsche Emailwarenfabrik couvre la Shoah à Cracovie[280].

Un mémorial de l'Holocauste subsiste à l'ancienne place Umschlagplatz, près du ghetto de Varsovie d'où partaient les convois de déportation des Juifs.

Notes et référencesModifier

Notes 
  1. La difficulté d'inclure les Polonais parmi les peuples ayant collaboré avec les nazis au génocide est récurrente lorsque nous examinons les attributs de l'antisémitisme polonais. L'histoire et la conscience nationales polonaises ne rappellent aucunement un mouvement pogromiste anti-juif. Des actes de violence, parfois graves, ont été commis à l'encontre des Juifs avant et après la Première Guerre mondiale, mais contrairement aux violences russes et ukrainiennes, ils ne sont pas révélateurs d'un mouvement de masse politiquement significatif. En outre, malgré quelques incidents violents, un pogrom dans lequel une foule enragée attaqua et mutila des Juifs était étrangère à l'identité polonaise — du moins jusqu'aux événements de Kielce en 1946. Cette dernière affirmation est fondée sur le fait que l'antisémitisme polonais, même pendant la guerre, n'était pas de nature meurtrière et ne parlait pas en termes de liquidation pure et simple, sauf à sa périphérie. Il exprimait des messages extrêmes et des conclusions sans équivoque — l'impératif de l'émigration juive massive en provenance de Pologne — mais ne préconisait aucun pogrom ou génocide. Cependant, l'image anti-juive persistait dans le débat public national et dans la résistance en Pologne occupée. En 1939, l’image d’une nation polonaise mêlée à une lutte acharnée contre la minorité juive s’est solidifiée dans la conscience nationale polonaise — lutte dans laquelle la rhétorique anti-juive, les images et les associations apparentées ont pris le caractère de défense existentielle et ont adopté la violence manifestement légitime.
  2. Malgré le fait qu'au moins plusieurs centaines de Franciscaines de la famille de Marie aient risqué leur vie pour sauver des Juifs, seules trois d'entre elles, Mère Matylda Getter de Varsovie, Sœur Helena Chmielewska de Podhajce et Soeur Celina Kędzierska de Sambor (voir: Ghetto de Sambor) ont été décorées par Yad Vashem.
Références 
  1. a b et c Snyder, Timothy (2004), The Reconstruction of Nations. New Haven: Yale University Press: pg. 162
  2. a b et c (en) « Polish Victims », sur Holocaust Encyclopedia, United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 15 novembre 2019)
  3. (pl) Wojciech Materski et Tomasz Szarota, Polska 1939-1945: straty osobowe i ofiary represji pod dwiema okupacjami [« Pologne 1939-1945 : pertes humaines et victimes de la répression sous les deux occupations »], Warsaw, Instytut Pamięci Narodowej, 2009, p. 9.
  4. a b c d et e Lukas, « Introduction »,
  5. a b c d e et f David Engel, Liberation, Reconstruction, and Flight (1944–1947), YIVO, coll. « The YIVO Encyclopedia of Jews in Eastern Europe, pp. 5–6 in current document », (ISBN 9780300119039, lire en ligne[archive du ]), « Poland », "The largest group of Polish-Jewish survivors spent the war years in the Soviet or Soviet-controlled territories."
  6. a et b 'Part III Introduction', Michael Schudrich, (lire en ligne), p. 137
  7. (pl) Wojciech Materski et Tomasz Szarota, Polska 1939-1945: straty osobowe i ofiary represji pod dwiema okupacjami [« Pertes humaines et victimes de la répression sous les deux occupations »], Varsovie, Instytut Pamięci Narodowej, , p. 9.
  8. « Poland: Historical Background », Yad Vashem.
  9. a et b (en) Aish HaTorah, Jerusalem, Holocaust: The Trains, sur aish.com, Internet Archive.
  10. a et b (en) Michael Berenbaum, The World Must Know, Little Brown / USHMM, (ISBN 978-0-316-09135-0, lire en ligne), rééd. 2006 USHMM / Johns Hopkins Univ Press, (ISBN 978-0-8018-8358-3), p. 140.
  11. (en) American Jewish Committee, "Statement on Poland and the Auschwitz Commemoration.", communiqué de presse, 30 janvier 2005.
  12. (en) Kirsten Sellars, 'Crimes Against Peace' and International Law, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-02884-5, lire en ligne), p. 145.
  13. a et b Piotr Eberhardt, « Political Migrations on Polish Territories (1939–1950) », Monographies, vol. 12,‎ , p. 25, 27, 29 (lire en ligne[archive du ] [PDF])
  14. David G. Williamson, Poland Betrayed: The Nazi-Soviet Invasions of 1939, Stackpole Books, 2011, (ISBN 978-0811708289, lire en ligne[archive du ]), p. 127 :

    « The Russians initially stressed that they were the protectors of the Poles and were Poland's `friendly Slavonic neighbour´! »

  15. a et b Bernd Wegner, From peace to war: Germany, Soviet Russia, and the world, 1939–1941, Berghahn Books, (ISBN 978-1-57181-882-9, lire en ligne), p. 74
  16. a b et c Laura Jockusch et Tamar Lewinsky, Paradise Lost? Postwar Memory of Polish Jewish Survival in the Soviet Union, vol. Volume 24, Number 3, (lire en ligne[archive du ])
  17. Judith Olsak-Glass, « Review of Piotrowski's Poland's Holocaust » [archive du ], Sarmatian Review,  : « Both regimes endorsed a systematic program of genocide. »
  18. Piotr Eberhardt et Jan Owsinski, Ethnic Groups and Population Changes in Twentieth-century Central-Eastern Europe: History, Data, Analysis, M.E. Sharpe, , 199–201 p. (ISBN 978-0-7656-0665-5, lire en ligne)
  19. a et b Andrzej Paczkowski, The Spring Will Be Ours: Poland and the Poles from Occupation to Freedom, Penn State Press, , 54, 55–58 p. (ISBN 978-0-271-02308-3, lire en ligne[archive du ]) :

    « Further Reading: "Einsatzgruppen," at the Holocaust Encyclopedia. »

  20. a et b "Glossary of 2,077 Jewish towns in Poland" February 8, 2016 - Virtual Shtetl, Museum of the History of the Polish Jews, ou "Getta Żydowskie" by Gedeon, et "Ghetto List" by Michael Peters. (Gamme comparative) Consulté le 14 mars 2015.
  21. (pl) Maria Wardzyńska, Był rok 1939. Operacja niemieckiej policji bezpieczeństwa w Polsce. Intelligenzaktion, Instytut Pamięci Narodowej, (ISBN 978-83-7629-063-8, lire en ligne[archive du ] [PDF]), p. 8–10 du document.
  22. (pl) Czesław Łuczak, Położenie ludności polskiej w Kraju Warty 1939–1945. Dokumenty niemieckie, Poznań, Wydawn. Poznańskie, , V–XIII p. (ISBN 978-83-210-0632-1, lire en ligne).
  23. (en) « Poles: Victims of the Nazi Era » [archive du ] [PDF], United States Holocaust Memorial Museum, (présentation en ligne).
  24. Rotbein Flaum, « Lodz Ghetto Deportations and Statistics » [archive du ], Timeline, JewishGen (en), (consulté le 26 mars 2015).
    Source : (en) Baranowski, Dobroszycki, Wiesenthal, Encyclopedia of the Holocaust, 1990, Yad Vashem Timeline of the Holocaust, others.
  25. (en) Rosenberg, « The Łódź Ghetto » [archive du ], .
    Sources : (en) Adelson, Alan and Robert Lapides (éd.), Lodz Ghetto: Inside a Community Under Siege, New York, 1989 ; (en) Web, Marek (éd.), The Documents of the Łódź Ghetto: An Inventory of the Nachman Zonabend Collection, New York, 1988 ; (en) Yahil, Leni, The Holocaust: The Fate of European Jewry, New York, 1991.
  26. Rosenberg, « The Lódz Ghetto (1939–1945) » [archive du ], History & Overview, Jewish Virtual Library, (consulté le 19 mars 2015).
  27. (en) Moishe Postone et Eric L. Santner, Catastrophe and Meaning: The Holocaust and the Twentieth Century, University of Chicago Press, , 75–6 p. (ISBN 978-0-226-67610-4, lire en ligne).
  28. (en) Ministère des Affaires étrangères de la République de Pologne, Gouvernement polonais en exil, The Mass Extermination of Jews in German Occupied Poland, London, New York, Melbourne, Hutchinson & Co. Publishers, (lire en ligne [PDF]), p. 1–16 (1–9 du document).
  29. Isaiah Trunk, Judenrat: the Jewish Councils in Eastern Europe under Nazi Occupation, New York, Macmillan, , 5, 172, 352 p. (ISBN 978-0-8032-9428-8, lire en ligne)
  30. Louis Weber, Contributing Writers, « 1939: The War Against the Jews » [archive du ], The Holocaust Chronicle: A History in Words and Pictures, Publications International,
  31. Michael Berenbaum, The World Must Know, United States Holocaust Memorial Museum, (ISBN 9780801883583, lire en ligne), p. 114
  32. Marek Edelman, « The Ghetto Fights » [archive du ], The Warsaw Ghetto: The 45th Anniversary of the Uprising, Literature of the Holocaust, at the University of Pennsylvania
  33. a et b Peter Vogelsang, Brian Larsen, « The Ghettos of Poland » [archive du ], The Danish Center for Holocaust and Genocide Studies,
  34. Christopher Browning, The Path to Genocide: Essays on Launching the Final Solution, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-55878-5, lire en ligne), p. 194
  35. Yisrael Gutman, The First Months of the Nazi Occupation, Indiana University Press, (ISBN 978-0-253-20511-7, lire en ligne), p. 12
  36. a et b Emmanuel Ringelblum, Polish-Jewish Relations, p.86.
  37. a et b Walter Laqueur, Judith Tydor Baumel, « The Holocaust Encyclopedia », Yale University Press, (ISBN 978-0300138115), p. 260–262
  38. Christopher Browning, « Before the "Final Solution": Nazi Ghettoization Policy in Poland (1940–1941) » [archive du ], Center for Advanced Holocaust Studies. United States Holocaust Memorial Museum, , pp. 13–17 of 175 in current document.
  39. Martin Gilbert, The Holocaust: a history of the Jews of Europe during the Second World War, Macmillan, (lire en ligne), p. 87
  40. Adam Marczewski, Miłosz Gudra, Aleksandra Król, Martyna Rusiniak-Karwat, « Tablica przy ul. Olsztyńskiej upamiętniająca ofiary „krwawego poniedziałku” », Muzeum Historii Żydów Polskich POLIN,  : « Masowe egzekucje były połączone z licznymi przypadkami pobić, gwałtów i rabunku żydowskiego mienia ... rozstrzelano ok. 990 Polaków i 150 Żydów. »
  41. https://www.yahadinunum.org/the-holocaust-by-bullets-digital-exhibit/
  42. https://yahadmap.org/#village/kolo-ko-o-greater-poland-poland.686
  43. Browning (2004) p.229
  44. a et b « Holocaust Encyclopedia -Trawniki » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 21 juillet 2011)
  45. « Ukrainian Collaboration », Piotrowski,
  46. Meredith M. Meehan, Auxiliary Police Units in the Occupied Soviet Union, 1941–43, USNA, (lire en ligne), p. 1 :

    « Sans la police auxiliaire, les intentions meurtrières des nazis à l'égard de la population juive du front de l'Est n'auraient pas été aussi meurtrières. »

  47. United States Holocaust Memorial Museum, « Holocaust by Bullets » [archive du ],
  48. Ronald Headland (1992), Messages of Murder: A Study of the Reports of the Einsatzgruppen of the Security Police and the Security Service, 1941–1943. Fairleigh Dickinson Univ. Press, pp. 125–126. (ISBN 0-8386-3418-4).
  49. Tal Bruttmann, Mémorial de la Shoah, « Report: Mass graves and killing sites in the Eastern part of Europe » [archive du ], Grenoble, Task Force for International Cooperation on Holocaust Education and Research (ITF),  : « Les fosses communes résultant de décès dans les ghettos et divers lieux de détention pour maltraitance, famine, etc... concernent le sort de plusieurs centaines de milliers de Juifs. Dans le seul ghetto de Varsovie, plus de 100 000 Juifs sont morts et ont été enterrés dans divers endroits. »
  50. Rhodes, Richard (2002), Masters of Death: The SS-Einsatzgruppen and the Invention of the Holocaust. New York: Vintage Books, pp. 243, 255. (ISBN 0-307-42680-7).
  51. a et b https://www.jta.org/1942/06/26/archive/nazis-massacre-700000-polish-jews-thousands-executed-in-mobile-gas-chambers
  52. (en) Timothy Snyder, Bloodlands: Europe Between Hitler and Stalin, Basic Books, , 218 p. (ISBN 9780465032976, lire en ligne)
  53. Leni Yahil, The Holocaust: The Fate of European Jewry, 1932–1945, Oxford University Press, (ISBN 978-0195045239, lire en ligne), p. 264–266, 270.
  54. (en) Roderick Stackelberg, The Routledge Companion to Nazi Germany, Routledge, , 163 p. (ISBN 9781134393862, lire en ligne)
  55. (en) D. D. Guttenplan, The Holocaust on Trial, W. W. Norton & Company, , 115 p. (ISBN 9780393322927, lire en ligne)
  56. a et b Yehuda Bauer, Rethinking the Holocaust, Yale University Press, (ISBN 978-0300093001, lire en ligne), p. 5
  57. http://www.learntoquestion.com/resources/database/archives/003384.html
  58. « Minutes of the Conference » [archive du ], discovered in Martin Luther's files after the war, Selected Documents. Vol. 11: The Wannsee Protocol.
  59. Richard Rhodes, « Masters of Death: The SS-Einsatzgruppen and the Invention of the Holocaust », Knopf Doubleday, (ISBN 978-0307426802), p. 233
  60. Simone Gigliotti, « The Train Journey: Transit, Captivity, and Witnessing in the Holocaust » [archive du ], Berghahn Books, (ISBN 978-1571812681), p. 45
  61. Lukas (2001) p.13.
  62. Bogdan Musial, « The Origins of Operation Reinhard », sur Holocaust: From the persecution of the Jews to mass murder, (ISBN 978-0415275118), p. 196–197
  63. Cherry, « Hilfswilliger »,
  64. Edward Kopówka & Rytel-Andrianik (2011), p. 405.
  65. Michael Thad Allen, The Business of Genocide: The SS, Slave Labor, and the Concentration Camps, Univ of North Carolina Press, (lire en ligne), p. 139
  66. Dwork, Deborah and Robert Jan Van Pelt,The Construction of Crematoria at Auschwitz W.W. Norton & Co., 1996.
  67. University of Minnesota, Majdanek Death Camp. February 26, 2011
  68. Cecil Adams, Did Krups, Braun, and Mercedes-Benz make Nazi concentration camp ovens? June 4, 2011
  69. Jack Fischel, The Holocaust, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-313-29879-0, lire en ligne), p. 129
  70. Sereny, Gitta, Into That Darkness, Pimlico 1974, p. 48.
  71. Lifton, Robert Jay (1986), The Nazi Doctors: Medical Killing and the Psychology of Genocide, Basic Books, p. 64.
  72. HOLOCAUST FAQ: Operation Reinhard: A Layman's Guide (2/2). Internet Archive.
  73. a et b Hedi Enghelberg, The trains of the Holocaust, Kindle Edition, (ISBN 978-1-60585-123-5, lire en ligne), p. 63 :

    « Book excerpts from Enghelberg.com. »

  74. Joshua Brandt, « Holocaust survivor gives teens the straight story » [archive du ], Jewish news weekly of Northern California, (consulté le 15 avril 2015)
  75. Edwin Black, IBM and the Holocaust, Crown Books 2001; Three Rivers Press 2002, (OCLC 49419235, lire en ligne)
  76. « German Railways and the Holocaust », dans The Holocaust Encyclopedia, United States Holocaust Memorial Museum (lire en ligne[archive])
  77. AŻIH, « Bronna Góra – Holocaust mass murder site » [archive du ], Museum of the History of Polish Jews Virtual Shtetl, (consulté le 16 juillet 2017) : « Testimony of B. Wulf, Docket nr 301/2212, Archives of the Jewish Historical Institute in Warsaw. »
  78. John Garrard et Carol Garrard, « Monument at Bronnaya Gora » [archive du ], sur The Brest Ghetto Passport Archive, JewishGen,
  79. « Antopal: Brest. The Antopol Ghetto » [archive du ], sur The ghetto liquidation 'Aktion', International Jewish Cemetery Project, with links to resources (consulté le 26 novembre 2017) : « Deportations to Bronna Gora lasted four days beginning October 15, 1942 »
  80. Christopher Browning, Arrival in Poland, Penguin Books, (1re éd. 1992), 52, 77, 79, 80, 135 p. (lire en ligne) :

    « Also: PDF cache archived by WebCite. »

  81. ARC, « Erntefest » [archive du ], Occupation of the East, ARC, (consulté le 26 avril 2013)
  82. Jochen Böhler, Robert Gerwarth, The Waffen-SS: A European History, Oxford University Press, (ISBN 978-0198790556, lire en ligne), p. 30 :

    « Karl Streibel a mis en place des détachements d'hommes formés à la garde et à l'exploitation des centres de mise à mort [et] à l'appui d'opérations de déportation et d’exécutions au sein du gouvernement général. »

  83. Edward Crankshaw, Gestapo, A&C Black, (ISBN 978-1448205493, lire en ligne), p. 55–56 :

    « As part of Amt IV of the R.S.H.A., the SS, SD, Kripo, and Orpo were responsible for `the rounding up, transportation, shooting, and gassing to death of at least three million Jews.´ »

  84. (pl) Mirek Kusibab, « HL-Heidelager: SS-TruppenÜbungsPlatz » [archive du ], History of the Range with photographs, Pustkow.Republika.pl,
  85. Terry Goldsworthy, Valhalla's Warriors, Dog Ear Publishing, (ISBN 978-1-60844-639-1, lire en ligne), p. 144
  86. Andrew Wilson, Belarus: The Last European Dictatorship, Yale University Press, , 109, 110, 113 p. (ISBN 978-0-300-13435-3, lire en ligne)
  87. « Holocaust Encyclopedia – The Jews of Lodz » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum, (consulté le 12 avril 2015)
  88. Michal Latosinski, Litzmannstadt Ghetto, Lodz, Litzmannstadt Ghetto homepage, (ISBN 978-83-7415-000-2, lire en ligne)
  89. Shirley Rotbein Flaum, Roni Seibel Liebowitz, « Lodz Ghetto Deportations and Statistics » [archive du ], Sources: Encyclopedia of the Holocaust, Baranowski, Dobroszycki, Wiesenthal, Yad Vashem Timeline, Łódź ShtetLinks · JewishGen, (consulté le 12 avril 2015)
  90. JTA, « Jewish Survivors of Chelmno Camp Testify at Trial of Guards » [archive du ], Internet Archive, Jewish Telegraphic Agency, (consulté le 14 juin 2013)
  91. Fluchschrift, « 01.11.1941. Errichtung des ersten Vernichtungslagers in Chelmno » [archive du ], Heiner Lichtenstein, Daten aus der Zeitgeschichte, in: Tribüne Nr. 179/2006, Fluchschrift – Deutsche Verbrechen, (consulté le 14 juin 2013)
  92. a et b Memorial and Museum, « Auschwitz as a center for the extermination of the Jews » [archive du ], Jews in Auschwitz, Auschwitz-Birkenau Memorial and State Museum, (consulté le 13 avril 2015) : « Countries of origin, Selection in the camp, Treatment. »
  93. Auschwitz-Birkenau Museum (2008), SS-Hauptsturmführer Karl Fritsch "testing" the gas. (Internet Archive: The 64th Anniversary of the Opening of the Auschwitz Camp) Auschwitz-Birkenau State Museum, Poland (Muzeum Auschwitz-Birkenau w Oświęcimiu).
  94. Institut Fuer Zeitgeschicthe (Institute for Contemporary History), « Gassing Victims in the Holocaust: Background & Overview » [archive du ], Extermination camps in occupied Poland, Munich, Germany, Jewish Virtual Library,
  95. « Holocaust Encyclopedia – Gassing Operations » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 15 juin 2015)
  96. a et b Vincent Châtel & Chuck Ferree, « Auschwitz-Birkenau Death Factory » [archive du ], The Forgotten Camps, (consulté le 13 avril 2015)
  97. Franciszek Piper, « Number of deportees by ethnicity » [archive du ], Ilu ludzi zginęło w KL Auschwitz. Liczba ofiar w świetle źródeł i badań, Oświęcim 1992, tables 14–27, Auschwitz-Birkenau Memorial and State Museum, (consulté le 14 avril 2015)
  98. Rees, Laurence. Auschwitz: A New History. 2005, Public Affairs, (ISBN 1-58648-303-X), p. 168–169
  99. Auschwitz-Birkenau Foundation, « How many people were registered as prisoners in Auschwitz? » [archive du ], sur History of KL Auschwitz, Auschwitz-Birkenau Memorial and Museum,
  100. Timothy Snyder, « Bloodlands: Europe Between Hitler and Stalin » [archive du ], Basic Books, (ISBN 978-0465032976), p. 314
  101. Deborah Dwork, Robert Jan van Pelt (1997), Auschwitz: 1270 to the Present, Norton Paperback edition, (ISBN 0-393-31684-X), p. 336–337.
  102. Ber Mark, Isaiah Avrech, « The Scrolls of Auschwitz », Am Oved, (ISBN 9789651302527), p. 71, 260
  103. Jean-Claude Pressac et Robert-Jan Van Pelt, The Machinery of Mass Murder at Auschwitz, Indiana University Press, (ISBN 978-0-253-20884-2, lire en ligne), p. 232
  104. « Book of Sosnowiec and the Surrounding Region in Zaglembie » [archive du ]
  105. Jewish Virtual Library, Overview of the Ghetto's history July 1, 2015
  106. « Online Exhibitions: Give Me Your Children – Voices from the Lodz Ghetto » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum
  107. Steiner, Jean-François and Weaver, Helen (translator). Treblinka (Simon & Schuster, 1967).
  108. Yitzhak Arad, Belzec, Sobibor, Treblinka: The Operation Reinhard Death Camps, Indiana University Press, (1re éd. 1987), 152–153 p. (ISBN 978-0-253-21305-1, lire en ligne)
  109. Testimony of Alexsandr Yeger at the Nizkor Project
  110. Mark S. Smith, Treblinka Survivor: The Life and Death of Hershl Sperling, The History Press, , 103–107 p. (ISBN 978-0-7524-5618-8, lire en ligne) :

    « See Smith's book excerpts at: Hershl Sperling: Personal Testimony by David Adams, and the book summary at Last victim of Treblinka by Tony Rennell. »

  111. « Aktion Reinhard » [archive du ], Yad Vashem Shoah Resource Center, The International School for Holocaust Studies. "Aktion Reinhard" tire son nom de Reinhard Heydrich, l'organisateur principal de la "Solution finale" ; voir aussi, le camp de la mort de Treblinka construit en juin / juillet 1942 à quelque 80 kilomètres au nord-est de Varsovie.
  112. (pl) Władysław Bartoszewski et Zofia Lewinówna, Ten jest z ojczyzny mojej, Cracovie, Wydawnictwo Znak, (ISBN 978-83-240-2790-3), p. 98.
  113. Kopówka & Rytel-Andrianik (2011), chapt. 3:1, p. 77.
  114. Barbara Engelking: Warsaw Ghetto Internet Database hosted by Polish Center for Holocaust Research. The Fund for support of Jewish Institutions or Projects, 2006.
  115. Barbara Engelking: Warsaw Ghetto Calendar of Events: July 1942 Timeline. See: July 22, 1942 — the beginning of the great deportation action in the Warsaw ghetto ; transports leave from Umschlagplatz for Treblinka. Publisher: Centrum Badań nad Zagładą Żydów IFiS PAN, Warsaw Ghetto Internet Database 2006.
  116. « Warsaw Ghetto Uprising », dans The Holocaust Encyclopedia, United States Holocaust Memorial Museum (lire en ligne[archive du ])
  117. McVay, Kenneth, « The Construction of the Treblinka Extermination Camp » [archive du ], Yad Vashem Studies, XVI, Jewish Virtual Library.org, (consulté le 3 novembre 2013)
  118. Court of Assizes in Düsseldorf, Germany. Excerpts From Judgments (Urteilsbegründung). AZ-LG Düsseldorf: II 931638.
  119. "Operation Reinhard: Treblinka Deportations" The Nizkor Project, 1991–2008
  120. Saul Friedländer 2008, p. 551.
  121. Ainsztein, Reuben, Jewish Resistance in Nazi-Occupied Eastern Europe, University of Michigan (reprint), (1re éd. 1974) (ISBN 978-0-236-15490-6, lire en ligne), p. 917
  122. David E. Sumler, A history of Europe in the twentieth century. Dorsey Press, (ISBN 0-256-01421-3).
  123. David Cymet, History vs. Apologetics: The Holocaust, Lexington Books, (ISBN 978-0739132951, lire en ligne), p. 278 :

    « In the town of Ostrow, thirteen miles [13 milles (20,921472 km)] away from Treblinka, the stench was unbearable. »

  124. Klee, Ernst., Dressen, W., Riess, V. The Good Old Days: The Holocaust as Seen by Its Perpetrators and Bystanders. (ISBN 1-56852-133-2).
  125. Saul Friedländer 2008, p. 552.
  126. Kopówka et Rytel-Andrianik 2011, pp. 76–102 (of 610) in PDF.
  127. Bogdan Musiał (ed.), "Treblinka – ein Todeslager der Aktion Reinhard," in: "Aktion Reinhard" – Die Vernichtung der Juden im Generalgouvernement, Osnabrück 2004, pp. 257–281.
  128. Arad 1999, p. 375.
  129. Kuwalek, p. 39-43.
  130. Alex Bay, The Reconstruction of Belzec, featuring 98 photos, Holocaust History.org, (lire en ligne[archive du ]), Belzec. The Nazi Camp for Jews in the Light of Archaeological Sources par Andrzej Kola, traduit par Ewa et Mateusz Józefowicz, pour la protection de la mémoire du combat et du martyre et le United States Holocaust Memorial Museum, Warsaw-Washington Le survivant Rudolf Reder, écrivit dans un récit d'après-guerre comme quoi les chambres ont été reconstruites en béton. Cependant, aucune trace de béton n'a été trouvée dans les études archéologiques, seuls les débris de briques constituaient les fouilles retrouvées.
  131. Cehreli, p. 139-140.
  132. Holocaust Research Project.
  133. a et b « Holocaust Encyclopedia – Belzec » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 1er mai 2016)
  134. a et b Kuwalek, p. 129-132.
  135. Rudolf Reder, Bełżec, Kraków, Centralna Żydowska Komisja Historyczna division of the Central Committee of Polish Jews, (OCLC 186784721, lire en ligne[archive du ]), p. 1–65.
  136. Leni Yahil, Ina Friedman et Hayah Galai, The Holocaust: The fate of European Jewry, 1932–1945, Oxford University Press, , 356–357 p. (ISBN 978-0-19-504523-9, lire en ligne)
  137. Kurt Gerstein, « Gerstein Report in English translation » [archive du ], Tübingen, May 4, 1945, Deathcamps.org, (ISBN 978-90-411-0185-3), see, the Gerstein Report in Wikipedia.
  138. « Holocaust Encyclopedia – Belzec: Chronology » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum
  139. Arad 1999, p. 102.
  140. ARC contributing authors, « Belzec Camp History » [archive du ], Aktion Reinhard Camps,
  141. "Archeologists reveal new secrets of Holocaust", Reuters News, July 21, 1998
  142. Belzec, Complete Book and Research by Robin O'Neil
  143. Raul Hilberg. The Destruction of the European Jews. Yale University Press, 1985, p. 1219. (ISBN 978-0-300-09557-9)
  144. Chris Webb, C.L., « Former Members of the SS-Sonderkommando Sobibor describe their experiences in the Sobibor death camp in their own words » [archive du ], Belzec, Sobibor & Treblinka Death Camps, H.E.A.R.T, (consulté le 16 avril 2015) : « It was a heavy Russian benzine engine – presumably a tank or tractor motor at least 200 horsepower V-motor, 8 cylinders, water cooled (SS-Scharführer Erich Fuchs). »
  145. « Sobibor Death Camp HolocaustResearchProject.org » [archive du ]
  146. Jules Schelvis. Sobibor: A History of a Nazi Death Camp. Berg, Oxford & New Cork, 2007, p. 168, (ISBN 978-1-84520-419-8).
  147. « Lublin/Majdanek Concentration Camp: Conditions », dans The Holocaust Encyclopedia, United States Holocaust Memorial Museum, (lire en ligne[archive du ])
  148. Jennifer Rosenberg, 20th Century History, about.com, (ISBN 978-0-404-16983-1, lire en ligne[archive du ]), « Majdanek: An Overview »
  149. Jewish Virtual Library 2009, Gas Chambers at Majdanek The American-Israeli Cooperative
  150. Tomasz Kranz, « Ewidencja zgonów i śmiertelność więźniów KL Lublin » [archive du ], Lublin, Zeszyty Majdanka, , p. 7–53
  151. Paweł P. Reszka, « Majdanek Victims Enumerated. Changes in the history textbooks? », Gazeta Wyborcza,‎ (lire en ligne[archive du ] [Internet Archive])
  152. a b et c Browning 2004, p. 262
  153. The Trial of German Major War Criminals: Sitting at Nuremberg, Germany, vol. 7, London, HM Stationery Office, (ISBN 978-1-57588-677-0, lire en ligne[archive du ]), « Session 62: February 19, 1946 », p. 111
  154. Patrick Henry, Jewish Resistance Against the Nazis, CUA Press, (ISBN 978-0813225890, lire en ligne), « The Myth of Jewish Passivity », p. 22–23
  155. a b et c https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3302233,00.html
  156. Christopher Browning, « Raul Hilberg », sur Yad Vashem Studies, Wallstein Verlag, (ISSN 0084-3296), p. 9–10
  157. Isaiah Trunk, Judenrat: The Jewish Councils in Eastern Europe Under Nazi Occupation, U of Nebraska Press, (ISBN 978-0803294288, lire en ligne[archive du ]), « The Attitude of the Councils toward Physical Resistance », p. 464–466, 472–474
  158. Martin Gilbert, The Holocaust: the Jewish tragedy, Collins, (lire en ligne), p. 828
  159. Yad Vashem, « An Interview With Prof. Yehuda Bauer » [archive du ], Shoah Resource Center, The International School for Holocaust Studies, , pp. 28–30 of 58 in current document.
  160. (en) The Holocaust Encyclopedia, « Jewish Resistance » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum, .
  161. Shmuel Krakowski, « Armed Resistance » [archive du ], YIVO,
  162. United States Holocaust Memorial Museum, « Resistance during the Holocaust » [archive du ], The Miles Lerman Center for the Study of Jewish Resistance, p. 6 of 56 in current document.
  163. The Holocaust Encyclopedia, « Resistance in the Vilna Ghetto » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum,
  164. Yad Vashem Shoa Resource Center, Zegota page 4/34 of the Report.
  165. Mordecai Paldiel, Gentile Rescuers of Jews, KTAV Publishing House Inc., (ISBN 978-0881253764, lire en ligne), p. 184
  166. Hunt for the Jews Jan Grabowski, page 55, Indiana University Press
  167. Chefer, Chaim (2007), "Righteous of the World: List of 700 Polish citizens killed while helping Jews During the Holocaust." Internet Archive.
  168. Unveiling the Secret City H-Net Review: John Radzilowski
  169. Doris L. Bergen, War and Genocide: A Concise History of the Holocaust, Rowman & Littlefield Publishers, , 118-9 p. (ISBN 9780760789063)
  170. Poland and the Jews: reflections of a Polish Jew By Stanisław Krajewski pg 87
  171. "Pogrom in Jedwabne: Course of Events, Polin Museum, July 9, 2016; accessed April 2, 2018
  172. Jews and the Sporting Life: Studies in Contemporary Jewry XXIII (Polish Antisemitism: A National Pshychosis?) Daniel Blatman in volume edited by Ezra Mendelsohn, Oxford University Press, pages 213–225
  173. Adar Primor "Polish FM to Haaretz: Nazi Germany carried out the Holocaust against our will" Haaretz, February 27, 2011, additional text.
  174. « Laurence Weinbaum "Warsaw Can do Better," Haaretz, April 8, 2011 », Spiegel.de,‎ (lire en ligne)
  175. Hunt for the Jews: Betrayal and Murder in German-Occupied Poland, Indiana University Press, Jan Grabowski, pp. 2–3.
  176. Barbara Engelking 2015, p. 140-146
  177. Ivan Jablonka et Annette Wieviorka 2013, p. 78.
  178. Ivan Jablonka et Annette Wieviorka 2013, p. 75.
  179. Jan Grabowski, Hunt for the Jews: Betrayal and Murder in German-Occupied Poland, Indiana University Press, , 2–4 p. (ISBN 978-0-253-01087-2, lire en ligne)
  180. Perpetrators and Perpetration of Mass Violence: Action, Motivations and Dynamics, edited by Timothy Williams, Susanne Buckley-Zistel, Routledge.
  181. a et b Celia Stopnicka Heller, On the Edge of Destruction: Jews of Poland Between the Two World Wars, Wayne State University Press, 396 pages, (ISBN 978-0-8143-2494-3, lire en ligne), p. 65
  182. (pl) Główny Urząd Statystyczny, Drugi Powszechny Spis Ludności, 9.XII.1931, Warsaw, (lire en ligne) :

    « Religion and Native Language (total). Section, Jewish: 3,113,933 with Yiddish: 2,489,034 and Hebrew: 243,539 »

    .
  183. a b c d e f g h et i Gunnar S. Paulsson, « The Rescue of Jews by Non-Jews in Nazi-Occupied Poland », Journal of Holocaust Education, vol. 7, no 1&2,‎ summer–autumn 1998, p. 19–44 (DOI 10.1080/17504902.1998.11087056)
  184. http://www.bbc.co.uk/tyne/content/articles/2005/01/20/holocaust_memorial_other_victims_feature.shtml
  185. Materski et Szarota 2009, page 9.
  186. Piotrowski 1998, 'Poland's losses.', p. 305–
  187. Materski et Szarota 2009, page 16.
  188. Materski et Szarota 2009, page 28. Quelque 800 000 Polonais ont péri dans des camps de concentration et des meurtres de masse.
  189. a et b Władysław Żarski-Zajdler, Martyrologia ludności żydowskiej i pomoc społeczeństwa polskiego, Warsaw, ZBoWiD, (ISBN 978-0813143323, lire en ligne), p. 16
  190. Wacław Zajączkowski, Christian Martyrs of Charity, Washington, D.C., S.M. Kolbe Foundation, (ISBN 978-0945281009, lire en ligne[archive du ]), pp. 152–178 (1–14 of 25 in current document)
  191. Hans G. Furth One million Polish rescuers of hunted Jews? Journal of Genocide Research, June 1999, Vol. 1 Issue 2, pp. 227–232; AN 6025705.
  192. Caryn Mirriam-Goldberg, Needle in the Bone: How a Holocaust Survivor and a Polish Resistance Fighter Beat the Odds and Found Each Other, (ISBN 978-1612345680, lire en ligne), p. 6 :

    « Approximately 3 million Poles rescued, hid, or otherwise helped Jews during the war, and fewer than a thousand denounced Jews to the Nazis. »

  193. Richard Kwiatkowski, The Country That Refused to Die: The Story of the People of Poland, (ISBN 978-1524509156, lire en ligne), p. 347 :

    « The number of Poles estimated to be actively involved in the rescue of Jews is estimated between one and three million. »

  194. David Marshall Smith, Moral geographies: ethics in a world of difference, (ISBN 9780748612789, lire en ligne), p. 112 :

    « It has been estimated that a million or more Poles were involved in helping Jews. »

  195. « Note to the Governments of the United Nations – December 10th, 1942 » [archive du ], Republika.pl (consulté le 7 octobre 2011)
  196. (pl) Jacek Pawłowicz, Rotmistrz Witold Pilecki 1901–1948, Instytut Pamięci Narodowej, IPN, , 254– p. (ISBN 978-83-60464-97-7, lire en ligne)
  197. David Cesarani et Sarah Kavanaugh, Holocaust, Routledge (lire en ligne), p. 64
  198. Dariusz Stola (2003), "The Polish government in exile and the Final Solution: What conditioned its actions and inactions?" In: Joshua D. Zimmerman, ed. Contested Memories: Poles and Jews During the Holocaust and Its Aftermath. Rutgers University Press.
  199. a et b John Connelly, Why the Poles Collaborated so Little: And Why That Is No Reason for Nationalist Hubris. Slavic Review, Vol. 64, No. 4 (Winter, 2005), pp. 771–781.
  200. Klaus-Peter Friedrich, Collaboration in a "Land without a Quisling": Patterns of Cooperation with the Nazi German Occupation Regime in Poland during World War II. Slavic Review, ibidem.
  201. Polacy ratujący Żydów w latach II wojny światowej, Warsaw, Institute of National Remembrance, , 7, 18, 23, 31 p. :

    « Kierownictwo Walki Cywilnej w "Biuletynie Informacyjnym" ostrzega "szmalcowników" i denuncjatorów przed konsekwencjami grożącymi im ze strony władz państwa podziemnego. [p.37 in PDF] Ot, widzi pan, sprawa jednej litery sprawia ogromną różnicę. Ratować i uratować! Ratowaliśmy kilkadziesiąt razy więcej ludzi, niż uratowaliśmy. – Władysław Bartoszewski [p.7] »

  202. Piotrowski 1998, "Blackmailers.", p. 66
  203. Richard C. Lukas, Out of the Inferno: Poles Remember the Holocaust, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0813116921, lire en ligne), p. 13 Also in: Richard C. Lukas, The Forgotten Holocaust: The Poles Under German Occupation, 1939–1944, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0781809016, lire en ligne), p. 120
  204. « Dr. Paulsson's Commentary in Refuting the Editor's "Hate Poles" Campaign » [archive du ], isurvived.org (consulté le 7 juin 2018)
  205. a b et c Jerzy Jan Lerski, Piotr Wróbel et Richard J. Kozicki, Historical Dictionary of Poland, 966–1945, Greenwood Publishing Group, , 110, 538 p. (ISBN 978-0-313-26007-0, lire en ligne)
  206. a et b Tomasz Strzembosz, « Thoughts on Professors Gutman's Diary », Yad Vashem Studies, vol. XXX,‎ , p. 7–20 (lire en ligne[archive du ]) :

    « Les localités en question sont les suivantes : Grodno, Skidel, Jeziory, Łunna, Wiercieliszki, Wielka Brzostowica, Ostryna, Dubna, Dereczyn, Zelwa, Motol, Wołpa, Wołpa, Janów Poleski, Wołkowysk, et Doi. »

  207. a b et c Iwo Cyprian Pogonowski (8 juin 2002). « Jedwabne: The Politics of Apology and Contrition » dans Panel Jedwabne – A Scientific Analysis , Georgetown University, Washington DC: Polish Institute of Arts and Sciences in America. 
  208. a et b Elazar Barkan, Elizabeth A. Cole et Kai Struve, Shared History, Divided Memory: Jews and Others in Soviet-occupied Poland, 1939–1941, Leipziger Universitätsverlag, , 136, 151 p. (ISBN 978-3865832405, lire en ligne) :

    « Dans des dizaines de villes et de villages, des "milices", des "groupes d'autodéfense" et des "opaskowcy" (appelés ainsi pour les brassards rouges qu'ils portaient) ont attaqué, composés principalement de Juifs et de Biélorusses.[p.151] »

  209. « Jedwabne Tragedy: Final Findings » [archive du ], Info-poland.buffalo.edu (consulté le 7 octobre 2011)
  210. Rossino, « Polish 'Neighbors' and German Invaders: Contextualizing Anti-Jewish Violence in the Białystok District during the Opening Weeks of Operation Barbarossa », Polin: Studies in Polish Jewry, vol. 16,‎ (lire en ligne[archive du ])
  211. Piotr Wróbel, Polish-Jewish Relations, Northwestern University Press, , 391–396 p. (ISBN 978-0-8101-2370-0, lire en ligne)
  212. (pl) Grabowski Jan, "Ja tego żyda znam!": szantażowanie żydów w Warszawie, 1939–1943 / "I know this Jew!": Blackmailing of the Jews in Warsaw 1939–1945, Warsaw, Poland, Wydawn. IFiS PAN : Centrum Badań nad Zagładą Żydów, (ISBN 83-7388-058-5, OCLC 60174481, lire en ligne)
  213. Stanisław Gregorowicz, « Rosja. Polonia i Polacy », dans Encyklopedia PWN, Polish Scientific Publishers PWN, coll. « Online », (lire en ligne[archive du ])
  214. Sharman Kadish, Bolsheviks and British Jews: The Anglo-Jewish Community, Britain, and the Russian Revolution, Routledge, (ISBN 978-0-7146-3371-8, lire en ligne), p. 80
  215. Joseph Marcus, Social and political history of the Jews in Poland, 1919–1939, Walter de Gruyter, , 17–19 p. (ISBN 978-90-279-3239-6, lire en ligne)
  216. Martin Gilbert, The Routledge Atlas of the Holocaust, Psychology Press, (ISBN 978-0-415-28146-1, lire en ligne)
  217. Piotr Wróbel, Historical Dictionary of Poland 1945-1996, Routledge, (ISBN 978-1135926946, lire en ligne), p. 108
  218. Leszek A. Kosiński, Demographic developments in Eastern Europe, Praeger, (lire en ligne), p. 314
  219. Roszkowski, « History: The Zero Hour » [archive du ], Tygodnik.Onet.pl weekly, (consulté le 18 mai 2014)
  220. The Erwin and Riva Baker Memorial Collection, Yad Vashem Studies, Wallstein Verlag, , 57– p. (ISSN 0084-3296, lire en ligne)
  221. Cantorovich, « Honoring the Collaborators – The Ukrainian Case » [archive du ], Kantor Program Papers, (consulté le 25 novembre 2016) : « Lorsque les Soviétiques ont occupé la Galicie orientale, environ 30 000 nationalistes ukrainiens ont fui vers le gouvernement général. En 1940, les Allemands ont commencé à mettre en place des unités d’entraînement militaire ukrainiens et, au printemps 1941, des unités ukrainiennes ont été créées par la Wehrmacht. » Voir aussi: Marek Getter, « Policja w Generalnym Gubernatorstwie 1939–1945 » [archive du ], Przegląd Policyjny nr 1-2. Wydawnictwo Wyższej Szkoły Policji w Szczytnie, , p. 1–22
  222. Richard Breitman, U.S. Intelligence and the Nazis, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521617949, lire en ligne), p. 249
  223. Materski et Szarota 2009, Source: Z.S. Siemaszko (pl) (1991), p. 95. (ISBN 0850652103).
  224. Michael C. Steinlauf. Bondage to the Dead. Syracuse University Press, p. 30.
  225. Paweł Machcewicz, "Płomienie nienawiści", Polityka 43 (2373), October 26, 2002, p. 71–73 The Findings
  226. Gross, Jan Tomasz, Revolution from Abroad: The Soviet Conquest of Poland's Western Ukraine and Western Belorussia, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-09603-2), p. 3
  227. Timothy Snyder, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, , 84–89 p. (ISBN 978-0-300-10586-5, lire en ligne)
  228. Müller, Jan-Werner, Memory and Power in Post-War Europe: Studies in the Presence of the Past, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-00070-3), p. 47
  229. Peter Longerich, Holocaust: The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford; New York, Oxford University Press, , 194– p. (ISBN 978-0-19-280436-5, lire en ligne)
  230. « Holocaust Encyclopedia – Lwów » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum
  231. Dr. Frank Grelka, Ukrainischen Miliz, Viadrina European University, Otto Harrassowitz Verlag, (ISBN 978-3-447-05259-7, lire en ligne), p. 283–284 :

    « RSHA von einer begrüßenswerten Aktivitat der ukrainischen Bevolkerung in den ersten Stunden nach dem Abzug der Sowjettruppen. »

    Pour les divisions administratives allemandes du kresy polonais avec d'importantes communautés juives détruites sous l'occupation nazie, voir: Yehuda Bauer, « The Death of the Shtetl », Yale University Press, (ISBN 978-0300152098), p. 1–6, 65
  232. Talking with the willing executioners. Haaretz.com May 18, 2009 via Internet Archive. A horrific page of history unfolded last Monday in Ukraine. It concerned the gruesome and untold story of a spontaneous pogrom by local villagers against hundreds of Jews in a town [now suburb] south of Ternopil in 1941. Not one, but five independent witnesses recounted the tale.
  233. Kuwałek, Riadczenko et Marczewski, « Tarnopol » [archive du ], Virtual Shtetl, (consulté le 16 janvier 2017)
  234. a et b « Tarnopol Historical Background » [archive du ], Yad Vashem
  235. Dieter Pohl, Hans Krueger and the Murder of the Jews in the Stanislawow Region, Yad Vashem Resource Center, 12/13, 17/18, 21 p. (lire en ligne [PDF]) :

    « Il est clair qu'un massacre de telles proportions sous l'administration civile allemande était pratiquement sans précédent. »

  236. Andrea Löw, « Holocaust Encyclopedia – Stanislawów (now Ivano-Frankivsk) » [archive du ], United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 1er mai 2016)
  237. Timothy Snyder, The Reconstruction of Nations. Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, , 162–170 p. (ISBN 978-0-300-10586-5, lire en ligne)
  238. Shmuel Spector et Geoffrey Wigoder, The Encyclopedia of Jewish Life Before and During the Holocaust, vol. Volume III, NYU Press, (ISBN 978-0814793787, lire en ligne), p. 1627
  239. Grzegorz Rossolinski, Stepan Bandera: The Life and Afterlife of a Ukrainian Nationalist : Fascism, Genocide, and Cult, Columbia University Press, (ISBN 978-3838206844, lire en ligne), p. 290
  240. David J. Landau, Caged — A story of Jewish Resistance, Pan Macmillan Australia, 2000, (ISBN 0-7329-1063-3). Note : « La fin tragique du ghetto de Varsovie n’aurait pas pu être changée, mais la tournure aurait été différente si le ghetto s'était structuré militairement. Il ne fait aucun doute que si le soulèvement du ghetto de Varsovie avait eu lieu en août — septembre 1942, peuplé d'encore 300 000 Juifs, les Allemands auraient payé un prix beaucoup plus élevé. »
  241. https://www.ibtimes.com/how-joseph-stalin-inadvertently-saved-some-polands-jews-1099571
  242. a et b Ben Cion Pinchuk, The Nazi Holocaust. Part 8: Bystanders to the Holocaust, Volume 3, Walter de Gruyter, , 1036–1038 p. (ISBN 978-3110968682), « Réfugiés juifs en Pologne soviétique » :

    « L'éventail des différences d'estimations pourrait nous donner une idée de la complexité du problème. Ainsi, Avraham Pechenik a estimé le nombre de réfugiés à 1 000 000.[p.1038] »

  243. Józef Turowski et Władysław Siemaszko, Crimes Perpetrated Against the Polish Population of Volhynia by the Ukrainian Nationalists, 1939–1945, Warsaw: Główna Komisja Badania Zbrodni Hitlerowskich w Polsce – Instytut Pamięci Narodowej, Środowisko Żołnierzy 27 Wołyńskiej Dywizji Armii Krajowej w Warszawie, Main Commission for the Investigation of Nazi Crimes in Poland – Institute of National Remembrance with the Association of Soldiers of the 27th Volhynian Division of the Home Army, Warsaw 1990, (OCLC 27231548, lire en ligne)
  244. Elżbieta Trela-Mazur, Sovietization of educational system in the eastern part of Lesser Poland under the Soviet occupation, 1939–1941, Kielce, Wyższa Szkoła Pedagogiczna im. Jana Kochanowskiego, , 43, 294 p. (ISBN 978-83-7133-100-8, lire en ligne) Also in: Trela-Mazur (1997), Wrocławskie studia wschodnie. Wrocław: Wydawn. Uniwersytetu Wrocławskiego. Volume 1, pp. 87–104.
  245. Grzegorz Berendt, « Emigration of Jewish people from Poland in 1945–1967 », Polska 1944/45–1989. Studia I Materiały, vol. VII,‎ , pp. 25–26 (pp. 2–3 in current document) (lire en ligne[archive du ])
  246. a b et c Peter Longerich, Holocaust: The Nazi Persecution and Murder of the Jews, OUP Oxford, (ISBN 978-0191613470, lire en ligne), p. 748
  247. a b et c Frank Golczewski, Nazism, OUP Oxford, (ISBN 978-0191512032, lire en ligne), p. 329–330 :

    « Czesław Madajczyk dénombre 2 000 000 de victimes juives polonaises dans les camps d'extermination et 700 000 autres dans les ghettos, camps de travail et opérations de meurtrières sur le terrain. Le nombre totale de 2 770 000 victimes est considéré comme faible mais réaliste. Madajczyk estime quant à lui à 890 000 le nombre de survivants juifs polonais ayant survécu à la Seconde Guerre mondiale. Quelques 110 000 d'entre eux ont survécu dans les camps de personnes déplacées dans le reste de l'Europe et 500 000 en URSS ; portant le nombre à 610 000 Juifs le nombre de rescapés en dehors du pays en 1945. »

    Note: d'autres estimations, voir par exemple: Engel (2005), substantiellement différentes.
  248. Bogner 2012, p. 41–44.
  249. Paul 2009, p. 16, 63–71, 98, 185
  250. Snyder, « Hitler's Logical Holocaust », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne[archive du ])
  251. Timothy Snyder, « Hitler's Logical Holocaust », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne[archive du ])
  252. U.S. Department of State, « The Tehran Conference, 1943 », 1937–1945 Milestones,‎ (lire en ligne[archive du ])
  253. ESLI, « Property restitution/compensation in Poland », European Shoah Legacy Institute,‎ (lire en ligne[archive du ])
  254. a et b Simon Berthon et Joanna Potts, Warlords: An Extraordinary Re-Creation of World War II, Da Capo Press, (ISBN 978-0306816505, lire en ligne), p. 285
  255. a et b Fertacz, « Carving of Poland's map », Magazyn Społeczno-Kulturalny Śląsk,‎ (lire en ligne[archive du ])
  256. a et b Ben Slay, The Polish Economy: Crisis, Reform, and Transformation, Princeton University Press, (ISBN 978-1400863730, lire en ligne) :

    « La seconde république fut détruite pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945). Suite à sept années de combats brutaux et de résistance à l'occupation militaire nazie et soviétique, la population de la Pologne a été réduite d'un tiers, passant de 34 800 000 à la fin de 1938 à 23 900 000 en février 1946.[pp.19–20] »

  257. Hakohen 2003, 'Poland'., p. 70
  258. a b c et d Hakohen 2003, 'Poland'., p. 70
  259. a et b « The Kielce pogrom as told by the eyewitness », Niezalezna Gazeta Polska,‎ (lire en ligne[archive du ]) Also in Around the Kielce pogrom, vol. 2, IPN, , 166–71 p. (ISBN 978-83-60464-87-8, lire en ligne)
  260. a et b Tamara Włodarczyk, Osiedle żydowskie na Dolnym Śląsku w latach 1945–1950 (na przykładzie Kłodzka), (lire en ligne), « 2.10 Bricha » :

    « The decision originated from the military circles (and not the party leadership). The Berihah organization under Cwi Necer was requested to keep the involvement of MSZ and MON a secret.(24 in PDF) The migration reached its zenith in 1946, resulting in 150,000 Jews leaving Poland.(21 in PDF) »

  261. Natalia Aleksiun, « Beriḥah », YIVO : « Suggested reading: Arieh Josef Kochavi, "Britain and the Jewish Exodus ... ," Polin 7 (1992): pp. 161–175. »
  262. Arieh J. Kochavi, Post-Holocaust politics: Britain, the United States & Jewish refugees, 1945–1948, The University of North Carolina Press, (ISBN 978-0-8078-2620-1, lire en ligne), p. 15
  263. Michael Robert Marrus et Aristide R. Zolberg, The Unwanted: European Refugees from the First World War Through the Cold War, Temple University Press, (ISBN 978-1-56639-955-5, lire en ligne), p. 336 :

    « "This gigantic effort, known by the Hebrew code word Brichah(flight), accelerated powerfully after the Kielce pogrom in July 1946" »

  264. Ana Siljak et Philipp Ther, Redrawing nations: ethnic cleansing in East-Central Europe, 1944–1948, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-0-7425-1094-4, lire en ligne), p. 138
  265. Michael C. Steinlauf, Poland, (ISBN 9780801849695, lire en ligne)
  266. Lukas 1989
  267. Lukas 2001, p. 13.
  268. Albert Stankowski, with August Grabski and Grzegorz Berendt; Studia z historii Żydów w Polsce po 1945 roku, Warszawa, Żydowski Instytut Historyczny 2000, pp. 107–111. (ISBN 83-85888-36-5)
  269. Arieh J. Kochavi, Post-Holocaust Politics: Britain, the United States & Jewish Refugees, 1945–1948, The University of North Carolina Press, , xi, 167–169 p. (ISBN 978-0-8078-2620-1, lire en ligne)
  270. Natalia Aleksiun, The Polish Catholic Church and the Jewish Question in Poland, 1944–1948, vol. Volume 33, Yad Vashem Martyrs' and Heroes' Remembrance Authority, (lire en ligne[archive du ]), p. 156–157
  271. Anne Applebaum, Iron Curtain: The Crushing of Eastern Europe, 1944–1956, Knopf Doubleday, (ISBN 978-0385536431, lire en ligne), p. 48
  272. Law-Reports of Trials of War Criminals, The United Nations War Crimes Commission, volume VII, London, HMSO, 1948, "Case no. 37: Le procès du Haupturmfuhrer Amon Leopold Goeth", p. 9: "Le Tribunal retint ces arguments et déclara dans son jugement contre Amon Goeth: "Ses activités criminelles découlaient de directives générales qui ont guidé l'organisation criminelle fasciste-hitlérienne, sous la direction d'Adolf Hitler, visant à conquérir le monde et à exterminer les nations qui s'opposaient à la consolidation de son pouvoir... La politique d'extermination était dirigée en premier lieu contre les Juifs et la nation Polonaise... Cette organisation criminelle n'a rejeté aucun moyen de poursuivre son objectif pour détruire en particulier la nation juive. L'extermination en masse des Juifs et des Polonais avait toutes les caractéristiques d'un génocide dans le sens biologique du terme."
  273. "Les nazis perpétraient un génocide délibéré et systématique, à savoir l’extermination de groupes raciaux et nationaux, contre les populations civiles de certains territoires occupés afin de détruire des races et des classes particulières ainsi que des groupes nationaux, raciaux ou religieux, en particulier des juifs, des polonais, Tziganes et autres." trial of German major war criminals : proceedings of the International Military Tribunal sitting at Nuremberg Germany - site : avalon.law.yale.edu
  274. The Associated Press, « Poland's new Jewish museum to mark community's thousand-year history » [archive du ],
  275. POLIN Museum of the History of Polish Jews (2014), "Core Exhibition."
  276. « History of the Holocaust. Remembering the Past, Ensuring the Future » [archive du ], Open registration, International March of the Living 2012–2013 (consulté le 5 janvier 2013)
  277. Nir Hasson, « Archaeologists find escape tunnel at Sobibor death camp », Haaretz Daily Newspaper,‎ (lire en ligne[archive du ])
  278. Memorial Museums.org, « Treblinka Museum of Struggle and Martyrdom » [archive du ], Portal to European Sites of Remembrance,
  279. Kopówka, Edward, « The Memorial » [archive du ], Treblinka. Nigdy wiecej, Siedlce 2002, pp. 5–54., Muzeum Walki i Męczeństwa w Treblince. Oddział Muzeum Regionalnego w Siedlcach [Museum of Struggle and Martyrdom at Treblinka. Division of the Regional Museum in Siedlce],
  280. « Schindler factory opens as Holocaust memorial | the Spokesman-Review »

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexesModifier

BibliographieModifier