Shoah en Hongrie

extermination des juifs hongrois à la fin de la Seconde Guerre mondiale, entre mai et juillet 1944

Shoah en Hongrie
Image illustrative de l’article Shoah en Hongrie
Arrivée de Juifs hongrois à Auschwitz II-Birkenau, en Pologne occupée, vers mai ou juin 1944

Date avril 1944 - février 1945
Lieu Royaume de Hongrie (1920-1946)
Victimes Juifs hongrois
Type Extermination systématique des Juifs d'Europe par le Troisième Reich
Morts 564 000 (1941–1945) ; dont plus de 434 000 entre le 15 mai et le 9 juillet 1944
Ordonné par Troisième Reich, Adolf Eichmann, László Ferenczy (en), Parti des Croix fléchées
Guerre Seconde Guerre mondiale

La Shoah en Hongrie recouvre les persécutions, les déportations et l'extermination subies par les Juifs de Hongrie durant la Seconde Guerre mondiale[1]. Peu après l'invasion allemande de la Hongrie, le , les Juifs sont victimes de restrictions. L'armée d'invasion comprend un SS-Sonderkommando dirigé par Adolf Eichmann, qui arrive à Budapest pour superviser la déportation des Juifs du pays vers le camp d'Auschwitz en Pologne occupée. Entre le 15 mai et le 9 juillet 1944, plus de 434 000 victimes juives sont déportées dans 147 convois[2] et la majorité est envoyée à Auschwitz, où environ 80 % sont tués dans les chambres à gaz dès l'arrivée[3].

Au moment de l'invasion, la population hongroise compte 825 000 Juifs[4], la plus importante qui existe encore en Europe[5], à laquelle s'ajoutent des réfugiés juifs venus d'autres régions pour trouver une sécurité relative en Hongrie. Le Premier ministre de Hongrie, Miklós Kállay, s'était montré réticent à les déporter[6]. Adolf Hitler, craignant que la Hongrie ne veuille conclure des accords de paix avec les Alliés, ordonne l'invasion du pays[7].

En juin 1944, des éléments du rapport Vrba-Wetzler (rédigé en avril par deux évadés d'Auschwitz qui décrivent en détail l'extermination des Juifs dans les chambres à gaz) sont diffusés et la pression diplomatique ainsi que le bombardement des Alliés sur Budapest convainquent Miklós Horthy, régent de Hongrie (en), d'ordonner l'arrêt des déportations le 6 juillet[8]. Les convois s'arrêtent trois jours plus tard et, à ce moment-là, la quasi totalité des Juifs vivant dans les campagnes hongroises ont été emmenés[note 1].

Ces assassinats de masse déconcertent les historiens car ils sont perpétrés au moment où la Seconde Guerre touche à sa fin. Les Alliés ont déjà commencé la libération de l'Europe (le débarquement de Normandie a lieu le ) et, dans le monde, les gouvernements savent depuis des mois que les Juifs sont assassinés dans des chambres à gaz. La perplexité des historiens se reflète dans les longs débats sur les motivations du Troisième Reich à poursuivre ses opérations et pour déterminer si les gouvernements, journalistes et chefs de communautés auraient dû se mobiliser davantage pour diffuser l'information et désorganiser les massacres[10].

Population juive en HongrieModifier

 
La Hongrie en 1920 et en 1941

D'après le recensement de 1941, la Hongrie compte 14 683 323 habitants, dont 725 005 se considèrent comme Juifs (soit 4,94 %) et 100 000 sont des « Juifs ethniques » qui se considèrent comme chrétiens. Après le traité de Trianon, plus de 400 000 Juifs vivent en Hongrie et 324 000 vivent dans les territoires acquis par la Hongrie en 1938 : 164 000 en Transylvanie du Nord (en) (obtenue de la Roumanie), 146 000 en Haute-Hongrie (obtenue de la Tchécoslovaquie), 78 000 de la Ruthénie des Carpates (en), ainsi que 14 000 dans la Bačka et d'autres territoires de la Yougoslavie[4].

Budapest Provinces Total Territoires acquis Total Source
Juifs 184,453 216,528 400,981 324,026 725,007 [11]
Chrétiens juifs 62,350 27,290 89,640 10,360 100,000 [11]
Total 246,803 243,818 490,621 334,386 825,007 [11]

Occupation allemandeModifier

InvasionModifier

Le , Adolf Hitler convoque Miklós Horthy à une conférence en Autriche, où il exige une adhésion plus forte de la Hongrie. Horthy résiste mais ses efforts restent vains. Pendant qu'il est à la conférence, les chars allemands foncent vers Budapest et, le 23 mars, le gouvernement de Döme Sztójay s'installe. Sztójay, parmi les premières mesures, autorise le Parti des Croix fléchées, qui ne tarde pas à s'organiser. Pendant les quatre journées d'interrègne après l'occupation allemande, le ministère de l'Intérieur est confié à László Endre (en) et László Baky (en), politiciens d'extrême-droite dont l'hostilité aux Juifs est notoire.

Adolf EichmannModifier

Adolf Eichmann, envoyé en Hongrie pour superviser les déportations, s'installe avec son personnel à l'hôtel Majestic de Budapest. En moins de huit semaines sont imposés le port de l'étoile jaune, la ghettoïsation et la déportation contre les Juifs, avec l'appui enthousiaste des autorités hongroises, notamment la gendarmerie (csendőrség). Leur programme prévoit d'utiliser quatre trains par jour, composés chacun de 45 wagons à bétail, pour déporter chaque jour 12 000 Juifs vivant dans les campagnes, à partir de mi-mai ; puis, selon le plan, s'ensuivrait la déportation des Juifs de Budapest. Rudolf Höss, premier commandant d'Auschwitz, retourne au camp entre le 8 mai et le 29 juillet 1944 pour surveiller l'arrivée et l'exécution des Hongrois[12]. Les nazis appellent donc ces assassinats Aktion Höss (« opération Höss »)[13].

Déportations à AuschwitzModifier

 
Juifs hongrois arrivant à Auschwitz et subissant la « sélection ».

Premiers convoisModifier

Le premier convoi quitte Budapest le avec, à son bord, 1 800 hommes et femmes âgés de 16 à 50 ans et considérés comme valides pour le travail forcé. Un deuxième train quitte Topoly, le 30 avril, avec 2 000 personnes à bord. Les déportés subissent la « sélection » à Auschwitz : 616 femmes et 486 hommes sont retenus pour le travail forcé, 2 698 sont envoyés en chambre à gaz[14].

Déportations de masseModifier

Les déportations de masse (dont la première est organisée par le Reichssicherheitshauptamt)[15] commencent à quitter la Hongrie vers la Pologne le . Le gouvernement hongrois est responsable des convois jusqu'à la frontière Nord. Le chef de la station à Košice tient un registre des trains. Le premier train de marchandises passe à Košice le 14 mai. Sur une journée ordinaire, il y a trois ou quatre convois avec, chacun, entre 3 000 et 4 000 victimes à bord. Pendant 33 jours, jusqu'au 16 juin, 109 trains sont envoyés. Plusieurs fois, six trains sont envoyés dans la même journée.

Les premiers trains, qui comprennent chacun entre 40 et 50 wagons, arrivent à Auschwitz le 16 mai. Après avoir retiré leurs affaires, les déportés sont rassemblés par groupes de cinq et emmenés aux fours crématoires. D'après Danuta Czech, dès la première nuit les fours crématoires émettent de la fumée[15].

D'après la résistance intérieure du camp d'extermination le 15 juillet, 300 000 Juifs de Hongrie sont arrivés au camp, à bord de 113 convois, entre le 16 mai et le 13 juin[16]. Le 9 juillet 1944, d'après László Ferenczy (en), 147 convois avaient déporté 434 351 Juifs. D'après Edmund Veesenmayer, le nombre s'élève à 437 402[note 2][note 3]. Environ 80 % des arrivants sont assassinés dès leur arrivée[3]. Comme les fours crématoires ne peuvent pas brûler les corps à cette cadence, des charniers sont creusés. Des photographies prises à Auschwitz (L'Album d'Auschwitz) trouvées après la guerre montrent l'arrivée des Hongrois au camp[19].

SélectionsModifier

Dans les prisonniers arrivant de Hongrie, 20 % sont gardés en vie pour être exploités soit en tant que travailleurs forcés soit pour des expérimentations médicales. Le 22 mai, puis le 29 mai, 2 000 victimes sont choisies pour être admises dans le camp[20]. Le 28 mai, 963 victimes sont transférées d'Auschwitz I vers le camp de concentration de Mauthausen en Autriche[21] ; le 5 juin, 2 000 autres hongrois sont envoyés à Buchenwald en Allemagne. Le jour suivant, les détenus hongrois dont le numéro commence par A sont déportés à Auschwitz III, camp de travail exploité par IG Farben[22] et 2 000 autres sont envoyés à Mauthausen le même jour et le 13 juillet[23].

Le 29 mai, Miklós Nyiszli, qui travaille par la suite pour Josef Mengele, est admis avec son épouse et leur fille, même s'ils sont dispersés dans des parties différentes du même camp[21]. Tous les jumeaux présents dans les convois sont sélectionnés : Mengele est connu pour ses expériences sur les jumeaux. Le 17 mai, tous les garçons hongrois nés avec un jumeau sont admis. Le 18 mai, vingt filles et femmes ayant des jumelles sont sélectionnées[24].

Rapport Vrba–WetzlerModifier

Juste avant le début des déportations, le rapport Vrba–Wetzler parvient aux Alliés. Ce rapport contient des descriptions détaillées des chambres à gaz et des exactions perpétrées dans les camps. Il est transmis à l'Ústredňa Židov par deux évadés d'Auschwitz, Rudolf Vrba et Alfred Wetzler. Le fils et la belle-fille de Horthy reçoivent tous deux des exemplaires du rapport début mai, avant que ne commencent les déportations en masse[25]. Les renseignements fournis dans le rapport sur l'assassinat des Juifs tchèques à Auschwitz sont diffusés en Allemagne grâce au BBC World Service à midi le , assorti de l'avertissement que les Allemands devront en répondre après la guerre[note 4]. Se fondant sur ce rapport, les différents gouvernements occidentaux, notamment Pie XII le 25 juin, Franklin D. Roosevelt le 26 juin et Gustave V le 30 juin, demandent à Horty de mettre fin aux déportations. Roosevelt émet des menaces de représailles armées et, le 7 juillet, Horthy ordonne d'arrêter l'envoi des trains[27].

Initiatives de sauvetageModifier

Comité d'aide et de sauvetageModifier

Joel BrandModifier

Joel Brand, l'un des principaux membres du Comité d'aide et de sauvetage, devient connu pour ses efforts de négociation avec Eichmann dans l'intention de mettre fin aux déportations. Lors d'une réunion avec Brand à Budapest le , Eichmann propose d'échanger un million de Juifs contre 10 000 camions des Alliés qu'il utilisera sur le front de l'Est[28]. Eichmann appelle ce projet « sang contre argent »[29]. Grâce à des papiers allemands, Brand se rend en Turquie pour transmettre la proposition à l'Agence juive, mais la négociation tourne court quand les Britanniques arrêtent Brand[30] et laissent filtrer certains détails dans les médias[31]. Le 20 juillet, The Times décrit cette affaire comme « l'une des plus haïssables » de la guerre et un « nouveau degré de fantasme et d'auto-duperie »[note 5].

Rudolf KastnerModifier

Un autre membre du Comité d'aide et de sauvetage, Rudolf Kastner, participe aux négociations de Brand dans la proposition « sang contre argent » d'Eichmann et il parvient à conclure une affaire séparée avec Kurt Becher pour autoriser 1 685 Juifs à quitter la Hongrie pour aller en Suisse, en contrepartie d'argent et d'autres biens. Ce convoi est surnommé le « train Kastner ». Après-guerre, Kastner a témoigné en faveur de Becher et de certains autres nazis aux procès de Nurmeberg[33].

Plus tard, Kastner migre en Israël, où il participe au Mapaï et exerce au service presse du ministère du Commerce et de l'Industrie[34]. En 1954, il est poursuivi d'après des accusations de collaboration avec les nazis. Il s'agit du premier grand procès sur la Shoah en Israël[35].

Kastner est assassiné à Tel Aviv en mars 1957[36].

Raoul WallenbergModifier

Raoul Wallenberg, diplomate suédois, emploie son personnel pour préparer des passeports de protection (Schutzpass) délivrés sous l'autorité de la Suède ; cette initiative sauve des milliers de Juifs en Hongrie entre juillet et décembre 1944. Plusieurs lieux honorent sa mémoire et Yad Vashem lui décerne le titre de « Juste parmi les nations » en novembre 1963[37].

Train d'or hongroisModifier

Le train d'or hongrois est un convoi, organisé par les nazis, qui transporte des biens volés, principalement aux Juifs de Hongrie ; il traverse la Hongrie pour rejoindre Berlin en 1945. Le train est saisi par la Septième armée (États-Unis) (en) et par la suite, aucun des biens pillés n'est restitué en Hongrie ni remis aux proches survivants des propriétaires[38].

SurvivantsModifier

Environ 119 000 Juifs sont libérés à Budapest (25 000 dans le petit ghetto « international », 60 000 dans le grand ghetto et 25 000 qui se cachent avec de faux papiers) ; en outre, 20 000 ont survécu aux camps et 5 000 au travail forcé[39]. Randolph Braham (en) estime qu'un peu plus de 564 000 Juifs hongrois sont morts entre 1941 et 1945[40]. La population hongroise compte plus de 800 000 Juifs en 1941-1944 ; environ 255 500 ont survécu[39].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Randolph Braham (en) (2011): "[F]rom May 15 through July 9 [1944], close to 440,000 of the Jews of Hungary were deported to Auschwitz–Birkenau, where most of them were murdered soon after their arrival. By July 9, when Horthy's decision to halt the deportations took effect and Raoul Wallenberg arrived on his rescue mission, all of Hungary (with the notable exception of Budapest) had become judenrein."[9]
  2. "By July 9, when Horthy's July order halting the deportations was finally heeded, László Ferenczy (en) could report the deportation of 434,351 Jews in 147 trains. Ferenczy's figures were slightly lower than the 437,402 reported by Veesenmayer to the German Foreign Office."[17]
  3. Veesenmayer's telegram to Wilhelmstrasse (German Foreign Ministry) on July 11: "The concentration and transportation of the Jews from Zone V and the Budapest suburbs was concluded with 55,741 Jews on July 9, as planned. The total result from Zones I-V and the Budapest suburbs has been 437,402."[18]
  4. "News has reached London that the German authorities in Czechoslovak [sic] have ordered the massacre of 3,000 Czechoslovak Jews in gas chambers at Birkenau on or about June 20th. ... 4,000 Czechoslovak Jews who were taken from Theresienstadt to Birkenau in September 1943 were massacred in the gas chambers on March 7th.pbThe German authorities in Czechoslovakia and their subordinates should know that full information is received in London about the massacres in Birkenau. All those responsible for such massacres from top downwards will be called to account."[26]
  5. The Times (20 July 1944): "It has long been clear that, faced with the certainty of defeat, the German authorities would intensify all their efforts to blackmail, deceive and split the allies. In their latest effort, made known in London yesterday, they have reached a new level of fantasy and self-deception. They have put forward, or sponsored, an offer to exchange the remaining Hungarian Jews for munitions of war—which, they said, would not be used on the Western front.pb"The whole story is one of the most loathsome of the war. It begins with a process of deliberate extirpation and ends, to date, with attempted blackmail. ... The British Government know what value to set on any German or German-sponsored offer ... they know, as well as the Germans, what happens when one begins paying blackmail. The blackmailer increases his price. Such considerations provided their own answer to the proposed bargain."[32]

RéférencesModifier

  1. Randolph L. editor1-last=Braham Braham, The Nazis' Last Victims: The Holocaust in Hungary, Detroit, Wayne State University Press, , 27–43 p. (ISBN 0-8143-2737-0), « The Holocaust in Hungary: A Retrospective Analysis »
  2. Randolph L. Braham, The Politics of Genocide: The Holocaust in Hungary, vol. 1, New York, Columbia University Press, 2016a, 771, 774–775 p. (ISBN 978-0880337113)
  3. a et b Gabor Kadar et Zoltan Vagi, Self-financing Genocide: The Gold Train, the Becher Case and the Wealth of Hungarian Jews, Budapest and New York, Central European University Press, (ISBN 963-9241-53-9), p. 125
  4. a et b Braham 2016a, p. 88.
  5. Yehuda Bauer, Rethinking the Holocaust, New Haven and London, Yale University Press, (ISBN 0-300-09300-4), p. 224
  6. Braham 2016a, p. 429–430.
  7. Braham 2016a, p. 434.
  8. Braham 2016b, p. 960–961, 967.
  9. Randolph L. Braham, The Auschwitz Reports and the Holocaust in Hungary, New York, Columbia University Press, (ISBN 978-0880336888), « Hungary: The Controversial Chapter of the Holocaust », p. 45 (29–49)
  10. Braham 2016a, p. xxxiv–xliiipb Also see Randolph L. Braham, The Politics of Genocide: The Holocaust in Hungary, vol. 2, New York, Columbia University Press, 2016b, 938–990 p. (ISBN 978-0880337113)
  11. a b et c Braham 2016a, p. 88, citing Hungarian Jewry Before and After the Persecutions. Budapest: Hungarian Section of the World Jewish Congress, 1949, p. 2.
  12. Aleksander Lasik, Auschwitz, 1940–1945. Central Issues in the History of the Camp, vol. I: The Establishment and Organization of the Camp, Oświęcim, Auschwitz-Birkenau State Museum, (ISBN 978-8385047872, OCLC 874340863), « Organizational Structure of Auschwitz Concentration Camp », p. 154 (pp. 145–279)
  13. Aleksander Lasik, Anatomy of the Auschwitz Death Camp, Bloomington, IN, Indiana University Press, (1re éd. 1994) (ISBN 0-253-20884-X, lire en ligne), « Rudolf Höss: Manager of Crime », p. 295 (pp. 288–300)
  14. Danuta Czech, Auschwitz Chronicle 1939–1945, New York, Henry Holt and Company, (ISBN 0-8050-0938-8), p. 618
  15. a et b Czech 1990, p. 627.
  16. Czech 1990, p. 666.
  17. Braham 2016a, p. 774–775.
  18. Kadar et Vagi 2004, p. xxvi.
  19. « The Auschwitz Album » [archive du ], Yad Vashem
  20. Czech 1990, p. 630, 636.
  21. a et b Czech 1990, p. 636.
  22. Czech 1990, p. 641.
  23. Czech 1990, p. 642–643.
  24. Czech 1990, p. 628.
  25. Bauer 2002, p. 157.
  26. Michael Fleming, Auschwitz, the Allies and Censorship of the Holocaust, Cambridge, Cambridge University Press, , 215, 366, note 190, citing the BBC Written Archives Centre (en) (BBC WAC), C165, 16 June 1944 p. (ISBN 978-1-107-06279-5)
  27. Szabolcs Szita, Trading in Lives? Operations of the Jewish Relief and Rescue Committee in Budapest, 1944–1945, Budapest and New York, Central European University Press, , 50–54 p. (ISBN 963-7326-30-8)
  28. Braham 2016b, p. 1254ff.
  29. Jack R. Fischel, Historical Dictionary of the Holocaust, Lanham, Scarecrow Press, (ISBN 978-0-8108-6774-1), p. 31
  30. Braham 2016b, p. 1259–1261.
  31. Fleming 2014, p. 236.
  32. "A Monstrous 'Offer'". The Times. Issue 49913, 20 July 1944, p. 2.
  33. Ladislaus Löb (en) (2008). Dealing with Satan. Rezsõ Kasztner's Daring Rescue Mission. New York: Jonathan Cape, pp. 274–277. (ISBN 978-0-224-07792-7)
  34. Tom Segev, The Seventh Million: The Israelis and the Holocaust, New York, Hill and Wang, (ISBN 978-0809085637, lire en ligne), 257
  35. Segev 1993, p. 255.
  36. Segev 1993, p. 308.
  37. « A Swedish Rescuer in Budapest », Yad Vashem
  38. « The Mystery of the Hungarian 'Gold Train' », Presidential Advisory Commission on Holocaust Assets in the United States,‎ (lire en ligne[archive du ])
  39. a et b Braham 2016b, p. 1507.
  40. Braham 2016b, p. 1509.

DocumentationModifier