Ryōsuke Shiina

(Redirigé depuis Shiina Ryosuke)
Shiina Ryosuke
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
椎名亮輔Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Doshisha Women's College of Liberal Arts (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ryōsuke Shiina (椎名亮輔, Shiina Ryōsuke?, né le 27 septembre 1960 à Kodaira), est un musicien, musicologue et philosophe japonais. Docteur en philosophie (nouveau régime). Professeur au Doshisha Women’s College of Liberal Arts à Kyoto[1].

BiographieModifier

Né le 27 septembre 1960 à Kodaira de la préfecture de Tōkyō au Japon, après avoir obtenu la licence à l’Université de Tokyo, il travaille avec Daniel Charles à l’Université de Paris VIII et obtient le Diplôme d'études approfondies de musicologie en 1985.

Après l’obtention d'une maîtrise à l’Université de Tokyo, il retourne à Paris pour s'inscrire en doctorat à l’Université de Paris-VIII et il poursuit les activités d’accompagnateur de chant tout en travaillant avec Régine Crespin ou Liliane Mazeron etc. jusqu’en 1989, année dans laquelle il est nommé assistant à l’Université de Tokyo.

En 1991, après trois ans d’assistanat à Tokyo, il revient en France, où il enseigne d’abord à l’INALCO à Paris-Dauphine et ensuite à l’Université de Lille III. Entretemps, en 1994, il décroche le doctorat à l’Université de Nice Sophia-Antipolis sous la direction de Daniel Charles avec pour thèse la Recherches sur la transformation du temps musical)[2].

Depuis 2001, il enseigne au Doshisha Women’s College of Liberal Arts à Kyoto. En 2009, il a été professeur invité à l’Université de Paris-VIII. Il reçoit le Prix Hidekazu Yoshida (吉田秀和賞) en 2011 pour son travail sur Déodat de Séverac[3].

OuvragesModifier

Ouvrages principauxModifier

Articles en français et anglaisModifier

  • Le paysage japonais à travers Cage : Revue d'Esthétique, nos 13-14-15, Éditions Privat, Paris, 1987-88, pp. 429-440[4].
  • Hasard et temps dans la musique : Les Cahiers du CIREM, nos 18-19, Université de Rouen, 1991, pp. 51-63.
  • Conversion de la nuit : une forme de pensée chez Shinobu Orikuchi : Cipango, no 3, INALCO, Paris, nov. 1994, pp. 175-192.
  • Deux silences chez John Cage : Les Cahiers du CIREM, nos 32-33-34, Université de Rouen, 1994, pp. 95-100.
  • Vide et excès : le postmoderne dans la musique : ICLA '91 Tokyo, Actes du XIIIe Congrès de l'Association Internationale de Littérature Comparée, 1996, pp. 544-549.
  • Contradictions of Modernism of Yoritsune Matsudaira  : Contemporary Music Review, Vol.17, Part 4, pp. 17-30, 1998.
  • L'errance de la voix japonaise" : Po&sie n° 100, Éditions Belin, Paris, 2002, pp. 272-278.
  • Le traité sur le paysage nippon (1894) de Shiga Shigetaka. Regards croisés sur le Japon moderne : Le Pittoresque aux limites du moderne, Rapport final au 2e appel à propositions: Programme interdisciplinaire de recherche "Art, architecture et paysage", Ministère de la Culture et de la Communication et Institut National de l'Histoire de l'Art, juin 2005, pp. 104-110.
  • De profundis artes Jiro Okura’s Home Page[5].
  • Mitate et Shakkei : Rapport DAPA, DAP/INHA, Recherche interdisciplinaire "Art-Architecture-Paysage", École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette, octobre 2007, pp. 196-203.
  • Introduction à l'histoire de la folie dans la musique : Nouvelle revue d'esthétique n°5 : Daniel Charles et les mondes multiples, Presses universitaires de France, juin 2010, pp. 63-70.
  • La poésie japonaise et l’environnement sonore : Sonorités n°7 : Ecologie sonore entre sens, art, science, Champs Social, septembre 2012, pp.87-102.

CDModifier

  • Déodat de Séverac, Mélodies et vieilles chansons de France (Soprano: Yumi Nara, Piano: Ryosuke Shiina), ALM Records, 2011, ALCD-7158.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier