Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Shigure.

Shigure (時雨)
Image illustrative de l’article Shigure (1935)
Le Shigure en 1939.
Type Destroyer
Classe Shiratsuyu
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commanditaire Drapeau du Japon Japon
Chantier naval Compagnie des docks d'Uraga
Commandé 1931
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 265 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 107,5 m
Maître-bau 9,9 m
Tirant d'eau 3,5 m
Déplacement 1 712 tonnes
Propulsion 2 turbine à gaz Kampon
3 chaudières Kampon
2 hélices
Puissance 42 000 ch
Vitesse 34 nœuds (63 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 5 canons de 127 mm
2 mitrailleuses de 13,2 mm
8 tubes lance-torpilles de 610 mm
16 charges de profondeur
Rayon d'action 4 000 milles marins (7 400 km) à 18 nœuds (33 km / h)
Localisation
Coordonnées 6° 00′ nord, 103° 48′ est

Géolocalisation sur la carte : mer de Chine méridionale

(Voir situation sur carte : mer de Chine méridionale)
Shigure (時雨)
Shigure (時雨)

Le Shigure (時雨?) était un destroyer de classe Shiratsuyu en service dans la Marine impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

HistoriqueModifier

Fin 1941, il patrouille au large du Japon avant d'effectuer de nombreuses missions de convoyage dans le Pacifique. En 1942, il participe à la bataille de la mer de Corail et à la bataille de Midway. En octobre et novembre 1942, il prend part à des « Tokyo Express » puis à la première bataille navale de Guadalcanal dans la nuit du 12 au avant de reprendre ses missions d'escorte entre Truk et le Japon.

Durant la moitié de l'année 1943, il escorte divers convois et navires de guerre tout en effectuant de nombreux « Tokyo Express ». Survivant de la bataille du golfe de Vella les 6-7 août, il prend part à la bataille d'Horaniu les 17-18 août, puis couvre des opérations d'évacuation de troupes avant de retourner à Sasebo à la mi-novembre pour des réparations. Le 24 décembre, il entre en collision avec un bateau de pêche dans le détroit de Bungo.

 
Les Samidare et Shigure au large de la côte de l'île de Bougainville, quelques heures avant la bataille navale de Vella Lavella, le .

En janvier 1944, pendant une escorte de convoi entre Truk, Tarakan et Balikpapan, le destroyer subit de lourds dégâts lors d'un raid aérien américain sur Truk, tuant 21 membres d'équipage et en blessant 45 autres. En juin, il prend part à l'operation "KON" (renforcement de Biak), en réponse aux débarquements américains. Il sauve 110 survivants du destroyer Harusame le 8 juin, puis un accrochage entre un groupe de croiseurs et de destroyers alliés, tua sept membres d'équipage et en blessa 15 autres. Du 19 au 20 juin, le Shigure prend part à la bataille de la mer des Philippines avec la « Force B » de l'amiral Takatsugu Jōjima, au cours duquel il sauve des survivants du porte-avions Hiyō. Il est endommagé lors de la bataille du golfe de Leyte, touché d'une bombe à sa tourelle le 24 octobre, tuant cinq membres d'équipage et en blessant six. Il est de nouveau endommagé lors de la bataille du détroit de Surigao, atteignant Brunei le 27 octobre. Le Shigure retourne à Sasebo pour des réparations en novembre, il pourrait avoir couler le sous-marin USS Growler au large de Mindoro le 8 novembre. Les Shigure et Momi sauvent 146 survivants du porte-avions Unryū.

Le , alors qui escortait un convoi de Hong Kong à Singapour, le Shigure est torpillé et coulé par le sous-marin USS Blackfin dans le golfe du Siam, à environ 160 milles (260 km) à l'est de Kota Bharu, à la position 6° 00′ N, 103° 48′ E. Le navire coule lentement, permettant à 270 survivants de s'échapper, tandis que 37 hommes ont été tués. Les survivants sont sauvés par les navires d'escorte Kanju et Miyake. Le Shigure est rayé des listes de la marine le .

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Andrieu D'Albas, Death of a Navy: Japanese Naval Action in World War II, Devin-Adair Pub, (ISBN 0-8159-5302-X)
  • David Brown, Warship Losses of World War Two, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-914-X)
  • Capt. Tameichi Hara, Japanese Destroyer Captain, New York, Ballantine Books, (ISBN 978-1-59114-384-0) (2011 edition)
  • Stephen Howarth, The Fighting Ships of the Rising Sun: The Drama of the Imperial Japanese Navy, 1895–1945, Atheneum, (ISBN 0-689-11402-8)
  • Hansgeorg Jentsura, Warships of the Imperial Japanese Navy, 1869–1945, US Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-893-X)
  • Hans Lengerer, The Japanese Destroyers of the Hatsuharu Class, London, Conway, , 91–110 p. (ISBN 1-84486-041-8)OCLC 77257764
  • Andrew N. Nelson, Japanese–English Character Dictionary, Tuttle, (ISBN 0-8048-0408-7)
  • Anthony J Watts, Japanese Warships of World War II, Doubleday,
  • M J Whitley, Destroyers of World War Two: An International Encyclopedia, London, Arms and Armour Press, (ISBN 1-85409-521-8)

Liens externesModifier