Sheer K est un groupe trip-hop français.

Origine et formationModifier

En 2000, deux amis guitaristes étudiants à l’université de Brest, Olivier et Seb, décident de créer un groupe de musique aux influences rock anglais. Ils recrutent un bassiste, Flow, puis un batteur, Vince.

La formation, nommée No rehearsal effectue plusieurs concerts dans la région brestoise.

En 2002, un cinquième membre, Arturo Pop, rejoint le groupe et apporte une influence plus électro. Le projet change alors d’identité et prend le nom de Sheer K.

En 2003, Sté rejoint la formation au chant, en remplacement d’Olivier, qui prend en charge le management.

Le projet Sheer K se stabilise sous cette forme et produit ses premières démos entre électro et musique instrumentale influencée par le trip-hop.

CarrièreModifier

Après avoir envoyé une démo à l’association des Bars en Trans, le groupe est repéré par Jean-Louis Brossard, directeur des Transmusicales de Rennes, qui décide de le programmer sur l’édition 2003 des Transmusicales[1].

En 2004, Sheer K remporte le tremplin des Jeunes Charrues[2], organisé par le festival des Vieilles Charrues. La même année sort le premier LP Elovation[3]. Celui-ci est enregistré et mixé en Bretagne, et voit la collaboration avec le DJ Pierre Lucas (The Big Knife) et Arnaud Grosfilley (contrebassiste de Mix City).

En 2005, Sheer K est sélectionné pour jouer au Printemps de Bourges[4]. À l’été 2005, la formation joue en ouverture du festival des Vieilles Charrues[5].

En , Sheer K effectue ses premiers concerts à l’étranger avec deux dates dans le cadre du festival de musique émergente[6] à Rouyn-Noranda, dans la province d’Abitibi-Témiscamingue (Canada). Durant les années 2005 et 2006, la formation exécute environ cinquante représentations par an, sur toute la France.

Sheer K publie début 2007 un EP, Miximum remixed EP, qui réunit cinq titres choisis par les membres à l’issue d’un concours de remix d’un titre du premier album, Miximum[7].

À partir de 2006, le groupe prépare son deuxième album. Dans le cadre de l’écriture de nouveaux morceaux, Sheer K sollicite le pianiste de jazz Didier Squiban pour jouer sur deux morceaux. Le reste de l’album est enregistré dans les studios Jarring Effects[8] à Lyon durant l’été 2006, et mixé en 2007 aux studios Passage à Niveaux à Rennes.

Le deuxième album VIA est publié en 2008[9]. L'année suivante, Sheer K renouvelle la collaboration avec le pianiste Didier Squiban pour la préparation d’un projet live intitulé Mesk ! Ce projet se présente comme une rencontre entre la culture jazz, celtique, le trip-hop et les musiques électroniques[10]. Après plusieurs représentations, le projet est finalement scellé par la publication d’un album éponyme en 2012, enregistré et mixé au Studio Black Horses[11].

Esthétique musicaleModifier

Les productions de Sheer K sont marquées par plusieurs influences[12]. De l’univers trip-hop, on retrouve des tempos majoritairement lents et une utilisation forte des machines, mais les morceaux de Sheer K sont régulièrement construits en rupture, permettant de libérer une énergie tantôt rock[13], tantôt dub-drum’n bass.

Les instrumentations sont hybrides : la formation instrumentale est composée d’un trio guitare/basse/batterie et rencontre des arrangements issus d’univers urbains[14], électros ou symphoniques.

Les voix sont également diverses : à la voix de chanteuse Sté, qui rappelle Erykah Badu[15], répondent les voix masculines de Seb, dont le débit évoque le hip-hop new-yorkais, et celle de Flow, mélancolique et posée. La plupart des textes sont écrits en anglais[16].

Le groupe utilise également des instrumentations originales (trompettes, piano, instruments à cordes, percussions orientales) et propose régulièrement des collaborations avec des artistes d’univers différents (jazz, hip-hop, électro).

Sur scène, Sheer K apporte un éclairage différent sur ses productions : les prestations scéniques du groupe sont focalisées sur une énergie exaltée[17] et le jeu live.

DiscographieModifier

Tous les disques de Sheer K[18],[19] sont des autoproductions.

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Sheer.K - Mémoires de Trans », sur www.memoires-de-trans.com (consulté le 28 novembre 2016)
  2. a et b « Jeunes Charrues. Victoire de Sheer-K, bleus de Brest », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  3. « Elovation : la musique de Sheer K enfin dans les bacs », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  4. a et b Le Printemps de Bourges, « Le Printemps de Bourges 2005 - Fiche artiste », sur edition2005.printemps-bourges.com (consulté le 28 novembre 2016)
  5. Programmation du festival des Vieilles Charrues#De 2005 à 2009
  6. « Les longues nuits du FME », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2016)
  7. « Sheer-K, de retour en 2007 en forme « Miximum » », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  8. « Electro : Sheer K et Wax Taylor jeudi 29 novembre au Vauban », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  9. « Cabaret Vauban. Sheer.K ressort ses griffes », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  10. « Mesk à l'Avel-Vor. Un mélange superbement réussi », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  11. « «Mesk!». Détonnant mélange des genres », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  12. « Agitation tribale : Sheer. K et Darlin'Nikki au Vauban », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2016)
  13. « Grioo.com Mobile: Sheer.K, élévation trip hop aux doux parfums de soul. », sur mobile.grioo.com (consulté le 30 novembre 2016)
  14. « Sheer.K : chroniques, biographie, infos, concerts. », sur www.w-fenec.org (consulté le 30 novembre 2016)
  15. « Jeunes Charrues : Tahiti Bob ira faire la fiesta à Carhaix », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2016)
  16. « Album. Squiban + Sheer.K = «Mesk!» », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2016)
  17. « Association iMiouzik | Sheer-K », sur www.imiouzik.com (consulté le 30 novembre 2016)
  18. « Sheer.K », Discogs (consulté le 5 août 2017)
  19. « Sheer.K », rateyourmusic (consulté le 5 août 2017)
  20. « « L'électro-sensualité » de Sheer K récompensée », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  21. « Sheer K, la relève trip hop au Nova, aujourd'hui », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)

Liens externesModifier