She Hate Me

film américain réalisé par Spike Lee et sorti en 2004
She Hate Me
Titre québécois 12 fois papa
Réalisation Spike Lee
Scénario Michael Genet
Spike Lee
Musique Terence Blanchard
Sociétés de production 40 Acres & A Mule Filmworks
Rule 8
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Durée 138 minutes
Sortie 2004


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

She Hate Me est un film américain réalisé par Spike Lee, sorti en 2004.

Le film raconte le parcours d'un homme sans emploi qui devient donneur de sperme pour de riches lesbiennes. C'est un échec commercial et critique.

SynopsisModifier

Jack Armstrong est vice-président de la société de biotechnologie Progeia. Il apprend que des malversations financières ont été commises dans l'achat d'actions de sa société. Il appelle la SEC, commission chargée d'enquêter sur les irrégularités financières mais il se retrouve sans travail. Sa recherche d'emploi s'avère vaine et son compte en banque est bloqué. Un soir, Fatima, son ex-fiancée devenue lesbienne, vient lui proposer un étrange et avantageux marché. Il devient ainsi donneur de sperme pour de riches lesbiennes et touche 10 000 $ par don. Cette « affaire » devient très vite lucrative et attire de nombreuses personnes : des lesbiennes voulant des enfants mais également les anciens employeurs de Jack.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  États-Unis : (New York et Los Angeles)
  États-Unis : (sortie nationale)
  Canada : (sortie limitée)
  Belgique,   France :

DistributionModifier

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Dans ses films, Spike Lee a toujours décrypté les inquiétudes et les maux des États-Unis : le racisme, la sexualité et la politique. She Hate Me continue sur la même voie. Cette fois-ci , le cinéaste s'intéresse aux rapports entre les Américains et leur sens de l'éthique. Le film s'inscrit dans un contexte de problèmes financiers divers : les faillites de multinationales comme Enron, WorldCom ou Tyco en 2001 et 2002, la condamnation pour fraude sur des transactions financières de Martha Stewart en 2004 ainsi qu'autres affaires de manipulation boursière très médiatisées.

« L'intrigue de She Hate Me est d'une grande simplicité : le film parle de sexualité, d'avidité, d'argent et de politique. J'ai eu envie d'inscrire la problématique de la sexualité et de la procréation dans ce contexte. Le film porte également un regard critique sur l'hypocrisie de l'Amérique en matière de sexualité et s'interroge sur le déclin de notre sens de l'éthique qui touche aussi bien les rapports professionnels que personnels[3]. »

— Spike Lee

Le réalisateur regrette que les citoyens américains ne soient pas plus concernés par les scandales financiers, comme celui autour de l’entreprise Halliburton en 2007 :

« Le cinéma, la télévision, la musique, les reality shows - toute cette industrie du divertissement n'est autre qu'un nouvel opium du peuple destiné à endormir les gens[3]. »

— Spike Lee

Distribution des rôlesModifier

Anthony Mackie est repéré par Spike Lee sur le tournage de son téléfilm Sucker free city pour Showtime[3].

Pour que les actrices incarnant des lesbiennes soient crédibles et surtout pas caricaturales convaincantes, Spike Lee a demandé à l'écrivaine et chroniqueuse Tristan Taromino, spécialiste des questions de sexualité, d'être consultante sur le film. Les actrices se sont donc entretenues avec elle à propos de la sexualité des lesbiennes, de leur identité, deux heures par jour[3].

Il s'agit de la dernière apparition d'Ossie Davis, déjà apparu dans plusieurs films de Spike Lee.

Spike Lee propose le rôle d'Evelyn à la rappeuse Lil' Kim. Celle-ci refuse, pensant que le film va écorner son image[4].

TournageModifier

Le tournage a eu lieu à New York et Jersey City[5].

Spike Lee et son directeur de la photographie Matthew Libatique ont voulu illustrer les différents univers du film avec des couleurs différentes et tons bien marqués. Matthew Libatique explique ainsi : « Il y a d'abord Wall Street, un monde froidement professionnel, puis la sphère personnelle de Jack et, enfin, le milieu des lesbiennes qui est à cheval entre les deux précédents »[3].

MusiqueModifier

Spike Lee fait appel à Terence Blanchard avec qui il travaille depuis quasiment tous ses films depuis Jungle Fever (1991).

AccueilModifier

Le film reçoit des critiques négatives aux États-Unis. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 19% d'opinions favorables pour 103 critiques et une note moyenne de 3,9310[6]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 30100 pour 37 critiques[7].

En France, le film obtient une note moyenne de 2,85 sur le site AlloCiné, qui recense 18 titres de presse[8].

Le film ne connait qu'une sortie limitée en salles et est ainsi un échec cuisant au box-office. Il ne récolte que 366 037 $ aux États-Unis et 1 522 377 $ dans le monde[9]. En France, il n'attire que 109 348 entrées[2].

NominationsModifier

CommentairesModifier

Le titre She Hate Me (et sa faute d'orthographe volontaire - au lieu de « she hates me ») est à l'origine une réplique du film La Fiancée de Frankenstein (1935), que le monstre de Frankenstein (Boris Karloff) prononce lorsque sa fiancée montre son dégoût envers lui[3]. Cela renvoie aussi au joueur de XFL Rod Smart (en) surnommé « He Hate Me ». Par ailleurs, le nom du personnage principal s'inspire du héros folklorique John Henry.

L'acteur Isiah Whitlock Jr. incarne ici l'agent Amos Flood, rôle qu'il tenait déjà dans La 25e Heure (2002), le précédent film de Spike Lee.

Dans le générique d'entrée du film, on peut voir un billet de 3 dollars, qui n'existe pas dans la réalité. George W. Bush est sur ce billet fictif[4].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  2. a et b « She Hate Me », sur JP's Box-office (consulté le 30 juillet 2020)
  3. a b c d e et f Secrets de tournage - Allociné
  4. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Lieux de tournage - Internet Movie Database
  6. (en) « She Hate Me (2004) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 30 juillet 2020)
  7. (en) « She Hate Me Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 30 juillet 2020)
  8. « She Hate Me - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 30 juillet 2020)
  9. (en) « She Hate Me », sur Box Office Mojo (consulté le 30 juillet 2020)
  10. (en) Distinctions - Internet Movie Database

Liens externesModifier