Ouvrir le menu principal
Shamash-shum-ukin porteur d'une corbeille (détail d'un monument du temple de Nabu à Borsippa, actuellement au British Museum).

Shamash-shum-ukin (mort à Babylone en 648 av. J-C) fut roi de Babylone. Il fut nommé à la tête de la ville par son père, le souverain assyrien Assarhaddon[1]. Cela se produisit vers 670 av. J-C. Il était le frère ainé d'Assurbanipal et devint son vassal lorsque celui-ci monta sur le trône assyrien[1].

En 664 av. J-C, le territoire de Babylone est envahi par une armée élamite[2]. La ville n'est sauvée que par un renfort assyrien[2].

Vers 655 av. J-C, l'empire assyrien connaît une nouvelle vague de révoltes, commençant à l'ouest par le refus de Psammétique Ier, qui administre l'Égypte, de payer de nouveau tribut[1].

Vers 653 av. J-C, Shamash-shum-ukin profite de ces difficultés pour se révolter. Il obtient le soutien des Elamites et des tribus chaldéennes[1]. C'est le début d'une violente guerre civile qui tourne à l'avantage des Assyriens, les coalisés étant défaits lors de la bataille d'Ulai. Babylone est assiégée à partir de 650 av. J-C[3]. Shamash-shum-ukin meurt dans l'incendie de son palais lorsque la ville tombe aux mains de l'armée assyrienne en 648[1]. Assurbanipal place alors Kandalanu sur le trône de Babylone.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Françoise Briquel-Chatonnet, Les relations entre les cités de la côte phénicienne et les royaumes d'Israël et de Juda, Peeters Publishers (1992), p. 209.
  2. a et b (en) Karen Rhea Nemet-Nejat, Daily life in ancient Mesopotamia, Greenwood Publishing Group (1998), p. 41
  3. (en) Karen Rhea Nemet-Nejat, Daily life in ancient Mesopotamia, Greenwood Publishing Group (1998), p. 42