Shūsei Tokuda

écrivain japonais

Shūsei Tokuda (japonais 徳田 秋声; à Kanazawa sous le nom Tokuda Sueo (徳田 末雄) - à Tokyo) est un romancier et écrivain japonais.

Shūsei Tokuda
Shusei Tokuda 1938.jpg
Tokuda Shūsei
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Arrondissement de Hongō (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Kodaira (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
徳田秋声Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École municipale de Baba (d)
Quatrième lycée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Kazuho Tokuda (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Hakubunkan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Maître
Distinction
Œuvres principales
Une femme indomptable, Kanshōteki no Koto (d), Hikari o Ōte (d), EpitomeVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Issu d'une famille de la noblesse féodale d'antan, Tokuda écrit d'abord des histoires traditionnelles. Il est avec Tōson Shimazaki, Katai Tayama et Hakuchō Masamune, l'un des principaux représentants du naturalisme japonais. Avec la fin du naturalisme vers 1910, sa productivité littéraire s'amenuise. Ce n'est qu'à partir de 1920 qu'il attire de nouveau l'attention par des récits psychologiques (romans « je »).

Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma au Japon. Un monument honorant Tokuda est érigé près du sommet du mont Utatsu en 1947.

Liste des œuvres traduites en françaisModifier

  • Les Lèvres sèches (Kawaita kuchibiru), dans Anthologie de la littérature japonaise contemporaine (p. 171-185), Xavier Drevet, 1924.
  • Le Dancing de la ville (Machi no odoriba), dans Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines (Tome II), nouvelle traduite par Olivier Jamet, Gallimard, 1989.
  • La Serviette de cuir (Ori-kaban), dans Les Noix La Mouche Le Citron et dix autres récits de l'époque Taishô, nouvelle traduite par Claude Péronny, Le Calligraphe / Picquier, 1986 ; Anthologie de nouvelles japonaises Tome I - 1910-1926 Les Noix La Mouche Le Citron, Picquier Poche, 1999.

Source de la traductionModifier