Shūōshi Mizuhara

Shūōshi Mizuhara
Mizuhara Shuoshi.JPG
Shūōshi Mizuhara
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Sarugaku (en) ou TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
水原 秋桜子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
水原 豊Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Haruo Mizuhara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université Showa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Shūōshi Mizuhara (水原 秋櫻子, Mizuhara Shūōshi?) à Sarugaku, (aujourd'hui Chiyoda) - ), nom véritable Yutaka Mizuhara (水原 豊, Mizuhara Yutaka?), est un médecin et poète japonais de haïku. Un autre pseudonyme est Kiutei (喜雨亭?).

BiographieModifier

Shūōshi Mizuhara naît dans le quartier Kanda de la ville de Tokyo, (aujourd'hui communauté Kanda-Sarugaku dans le quartier Chiyoda), fils d'une famille de médecins.

Il termine ses études de médecine à l'université impériale de Tokyo et commence à s'intéresser au haïku au sein de l'association locale de poésie.

Parallèlement à ses activités professionnelles en tant que médecin, il participe à la revue de haïku Hototogisu édité par Kyoshi Takahama. En compagnie de Seishi Yamaguchi, Seiho Awano et Sujū Takano, il compte dans le cercle de la revue parmi ceux qu'on appelle les « quatre S », dénomination due à la lettre commune de leurs noms.

Parce que, contrairement à la « description objective de la nature » préconisée par Kyoshi Takahama, il adopte un style littéraire émotionnel, il quitte Hototogisu et publie la revue Ashibi en 1928 dont il assume la direction. En 1931, il fonde le mouvement "progressiste" Shinkō haiku (新興俳句運動, shinkō haiku undō), qui fait figure de contre-mouvement à la revue Hototogisu, et qui sera plus tard réprimé (Shinkō haiku dan'atsu jiken (ja)) par le pouvoir militaire lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il plaide pour des cycles de plusieurs haïkus individuels (série de haïkus, ou rensaku 連作) et rejette l'obligation du kigo « mot de saison ». Il apporte une nouvelle expression émotionnelle au haiku moderne

En 1922, il fonde avec Seison Yamaguchi, Seishi Yamaguchi, Tomiyasu Fūsei et Sujū Takano la « Société de haïku de l'Université de Tokyo ».

Recueils de haïku (sélection)Modifier

  • Katsushika (葛飾), Katsushika (siège du magazine Ashibi), .
  • Mizuhara Shūōshi Kushū (水原秋桜子句集), S. M. – recueil de poésie, .
  • Shinju (新樹), « jeune arbuste », .
  • Shūen (秋苑), « Jardin d'automne », .
  • Ganshō (岩礁), « Corail », .
  • Ashikari (蘆刈), « Coupe de roseau », .
  • Kokyō (古鏡), « Vieux Miroir », .
  • Bandai (磐梯), « Bandai » (lieu), .
  • Chōyō (重陽), « Festival du chrysanthème », .
  • Sōrin (霜林), « Bosquet de givre », .
  • Zanshō (残鐘), « Réverbération de cloche », .
  • Kishin (帰心), « Mal du pays », .

RéférencesModifier

  • Shimmura, Izuru (éditeur) : Kōjien. 4e édition Iwanami Shoten, Tokyo 1991.
  • Kanaoka, Shōji (éditeur) : Shinteikokugosōran. 3e édition Kyōtoshobō, Kyoto 2004.

Liens externesModifier

Source de la traductionModifier