Seul contre tous (film, 1998)

film français
Seul contre tous
Réalisation Gaspar Noé
Scénario Gaspar Noé
Acteurs principaux
Sociétés de production Canal+
Les Cinémas de la Zone
Love Streams Productions
Procirep
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 93 minutes
Sortie 1998


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Seul contre tous est un film français réalisé par Gaspar Noé en 1998. C'est la suite de sa première œuvre cinématographique, le moyen métrage remarqué Carne (1991).

Gaspar Noé a eu énormément de difficultés à réunir les fonds nécessaires à la réalisation de ce premier long métrage, refusé par toutes les chaînes de télévision. Il a dû le financer lui-même, ce qui lui a pris cinq ans.

En dépit d'une audience confidentielle à sa sortie, Seul contre tous a depuis acquis un statut de film culte, et est rattaché à ce que des critiques étrangers ont par la suite qualifié de « new french extremism ».

Il est sorti en version anglaise sous le titre I Stand Alone.

SynopsisModifier

1980. Sorti de prison, et après avoir abandonné sa fille pour laquelle il a des sentiments troubles (lui-même ayant été abusé sexuellement par un prêtre quand il était enfant), un ex-boucher chevalin décide de « remettre les compteurs à zéro » et de redémarrer sa vie. Il est seul, dans une société hostile, avec la vengeance au cœur… Une tentative d'utiliser la patronne d'un bar qu'il fréquentait et qui cherche un homme échoue lamentablement car finalement elle aussi le méprise. Sans argent, sans amis, avec un revolver et trois cartouches, il imagine plusieurs solutions, descendre les gens qui l'ont humilié ou tuer sa fille et se suicider...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

RécompensesModifier

  • Prix de la Semaine de la Critique et mention du Prix de la jeunesse au Festival de Cannes
  • Prix de la critique internationale au festival de Sarajevo
  • Prix spécial du jury aux Rencontres franco-américaines d'Avignon
  • Prix du meilleur acteur au Festival de Namur
  • Prix du meilleur scénario au festival de Sitges
  • Prix du meilleur premier film et de la meilleure photo au festival de Stockholm
  • Prix Très Spécial[Quoi ?]
  • Prix Mercedes-Benz 1998

Autour du filmModifier

  • Selon les commentaires du réalisateur accessibles sur le DVD, le film Eraserhead de David Lynch a beaucoup influencé la forme de Seul contre tous.
  • La voix du boucher (dite par Philippe Nahon), en voice-over, exprime tout au long du film ses pensées. Cette technique atteint son paroxysme dans la scène du meurtre de sa fille Cynthia (fantasmé en réalité) où des fragments vocaux exprimant des pensées convergentes ou contradictoires se superposent à un rythme effréné.
  • À de multiples reprises est utilisé un effet atypique consistant en un zoom très rapide accompagné d'un bruitage dissonant, à la fois mat et percutant, mettant l'accent sur le caractère sordide d'une situation (par exemple lors de la mort d'une vieille dame dans une maison de retraite, montrée de façon très crue ; ou encore lors de la rencontre du protagoniste avec une femme qui l'aguiche dans un bar, et qui s'avère être une prostituée, psychologiquement fragile, qui l'accueille dans une chambre misérable, le suppliant de se déshabiller tout en caressant une petite peluche[1]).
  • Au bout d'un peu plus d'une heure de film, apparaît sur fond noir le message « Vous avez 30 secondes pour abandonner la projection de ce film », afin de préparer le spectateur à la dureté des scènes qui suivent.
  • Le personnage du boucher (toujours joué par Philippe Nahon) refait une brève apparition au début du film suivant de Gaspar Noé Irréversible. Il est dans un appartement, couché sur un lit, entièrement nu, et avoue à ce qui semble être un ami qu'il a fait de la prison pour avoir « couché avec sa fille », à quoi son interlocuteur répond « On est tous des Méphisto » et « Il n'y a pas de méfaits, il n'y a que des faits ».
  • Seul contre tous apparaît sur un écran de télévision dans le film Baise-moi, lors d'une scène de prostitution.
  • Des extraits du film ont été samplés et utilisés dans les morceaux suivants :
    • Dis Moi, Tic Tac, Danse Des Morts, Destins Croisés d'Odezenne (sur l'album Sans. Chantilly)
    • Chronique ordinaire de Swift Guad
    • L'étoile noire de Furax Barbarossa
    • Mauvais vent de Furax Barbarossa
    • Biographie d'un inconnu de Swift Guad
    • No surrender de Kickback
    • Pierre tombale de MC Circulaire
    • Morale de Roméo Elvis
    • Orgasm in Paris des Orties
    • Les Silences de Fallujah
    • F.E.R.T de Baise ma hache
    • Première Ligne de Haïs et Fiers
    • Travail Famille Suicide de Nono Futur

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier