Setsuko Hara

actrice japonaise

Setsuko Hara (原 節子, Hara Setsuko?), née Masae Aida (会田 昌江, Aida Masae?) le à Yokohama et morte le , est une actrice japonaise.

Setsuko Hara
Description de cette image, également commentée ci-après
Setsuko Hara en 1953.
Nom de naissance Masae Aida (会田 昌江, Aida Masae?)
Surnom « La Vierge éternelle »
Naissance
Hodogaya-ku (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès (à 95 ans)
Préfecture de Kanagawa (Japon)
Profession Actrice
Films notables Je ne regrette rien de ma jeunesse
Printemps tardif
Le Repas
Voyage à Tokyo

Setsuko Hara commence sa carrière d'actrice à 15 ans et tourne dans plus de 110 films. Figure emblématique de l'âge d’or du cinéma japonais des années 1950, elle annonce brutalement, à 43 ans, qu'elle arrête le cinéma avant de se retirer dans la ville balnéaire de Kamakura, à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo, décor de nombre de ses films mais aussi endroit où se trouve le temple Engaku-ji où sont déposées les cendres de Yasujirō Ozu.

BiographieModifier

Les débuts au cinémaModifier

 
De d. à g. : Chōjūrō Kawarasaki, Setsuko Hara et Kanʼemon Nakamura dans Kōchiyama Sōshun (1936).

Setsuko Hara, de son vrai nom Masae Aida, nait à Tsukimidai[n 1], un quartier de Yokohama situé dans l'arrondissement de Hodogaya-ku[1]. Elle est la benjamine d'une fratrie de sept enfants, cinq filles et deux garçons[2]. Son père, un riche négociant en soie brute, perd sa fortune lors de la Grande Dépression de 1929, l’effondrement de la bourse de New York ayant entraîné la chute des exportations de soie[2]. Désireuse d'aider financièrement sa famille, elle quitte les bancs de l'école à l'âge de 14 ans pour entrer à la Nikkatsu grâce à l'entremise de son beau-frère, le réalisateur Hisatora Kumagai[2],[3].

Elle apparaît pour la première fois sur les écrans dans N'hésitez pas jeunesse de Satoshi Taguchi (ja) en 1935[4],[n 2]. Le personnage qu'elle interprète dans ce premier film se prénomme Setsuko, et c'est ainsi que la Nikkatsu lui attribue le nom de scène de Setsuko Hara[5]. Dans ses premières apparitions, elle campe une adolescente espiègle et débrouillarde et devient vite la lycéenne préférée des japonais[3]. Elle n'a pas 16 ans lorsqu'en 1936 Sadao Yamanaka lui offre un rôle d'importance dans Kōchiyama Sōshun[3], une adaptation résolument moderne d'une pièce de kabuki de Kawatake Mokuami[6]. Elle incarne la tenancière d'une petite échoppe d'amazake poussée vers la prostitution à cause de dettes engendrées par les méfaits de son frère et qui ne doit son salut qu'au sacrifice d'un aigrefin et d'un rōnin[6].

Les années de guerre et le cinéma de propagande : 1937-1945Modifier

 
Setsuko Hara dans La Fille du samouraï (1937).

Le cinéaste allemand Arnold Fanck, qui visite en 1936 le studio de la J.O. (ja)[n 3] à Kyoto pendant le tournage de Kōchiyama Sōshun, remarque Setsuko Hara. Après avoir un temps envisagé Kinuyo Tanaka, c'est elle qu'il choisit pour le rôle titre de son film La Fille du samouraï (1937)[7]. Avec sa beauté exotique et ses grands yeux, elle est différente des actrices alors en vogue au Japon[2]. Cette production germano-japonaise propagandiste, co-dirigée par Mansaku Itami, est destinée à familiariser le public allemand avec le Japon. Elle y tient le rôle d'une jeune femme qui tente vainement de se jeter dans un volcan quand son fiancé de retour de Berlin tombe amoureux d'une journaliste allemande[3].

Fort du succès du film au Japon, elle part cette même année en Europe et aux États-Unis pour promouvoir le film. Elle est accompagnée par son beau-frère Hisatora Kumagai et le voyage qui la mène du Mandchoukouo, à Berlin et dans plusieurs villes allemandes, puis à Paris, New York, Los Angeles et Hollywood, dure quatre mois[2]. En Allemagne, elle est accueillie comme une invitée officielle par Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande[3],[8], épisode de grand malaise pour la jeune femme qui ne comprend pas très bien ce qu'on attend d'elle[8]. Mais elle a aussi l’occasion de rencontrer partout où elle va des personnalités éminentes du cinéma, comme Jean Renoir à Paris, Josef von Sternberg et Marlene Dietrich, avec qui elle dîne à Hollywood[2],[9]. Son retour, juste avant que n'éclate la guerre, est triomphal et la jeune comédienne est qualifiée par le magazine féminin Fujokai[n 4] de « star mondiale » et de « premier espoir du cinéma japonais »[3].

En 1937 commence la seconde guerre sino-japonaise et le la loi sur le cinéma qui vise à placer toute la création cinématographique sous le contrôle du gouvernement est mise en application au Japon[10]. Dès lors, Setsuko Hara se retrouve propulsée à l'affiche d'une dizaine de films de propagande militariste voulu par le Japon du début des années 1940[3]. Ainsi la retrouve-t-on dans La Bataille navale à Hawaï et au large de la Malaisie (1943) de Kajirō Yamamoto, réputé pour son impressionnante reproduction du bombardement de Pearl Harbor[11], Les Kamikazes de la tour de guet (1943) de Tadashi Imai ou encore Vers la guerre décisive dans le ciel (1943) de Kunio Watanabe[12].

Devenue l'icône d'un cinéma nippon prompt à exalter le nationalisme et l'impérialisme pendant la Seconde Guerre mondiale, Setsuko Hara incarnera pourtant, dès la capitulation, les souffrances d’un peuple victime de la politique belliciste de ses dirigeants[13].

L'après guerreModifier

Dès 1945, l'armée d'occupation américaine entreprend la démocratisation des médias et de l'industrie cinématographique du Japon[14],[15]. Un bureau spécial est créé, la Section d'information et d'éducation civiques (Civil Information and Education Section ou CI&E) qui compte au nombre de ses tâches l'examen des scénarios nouveaux et le compte rendu des produits achevés afin d'encourager la production de films faisant la promotion de la démocratie[16].

Dans ce contexte, Akira Kurosawa lui offre dans Je ne regrette rien de ma jeunesse en 1946, un rôle de grande amoureuse qui, toute sa vie, devra assumer les conséquences tragiques de son mariage avec un militant pacifiste radical[13]. Se concentrant sur une décennie de la vie d'une femme prise dans la répression politique du régime militariste de la fin des années 1930, le film, sans doute le plus féministe de Kurosawa[9], permet à Setsuko Hara d'exprimer de manière convaincante une large palette de ses talents, tour à tour lycéenne insouciante, femme au foyer inquiète, prisonnière, veuve puis leader de la réforme agricole[9]. Ce film va considérablement changer l'image de l'actrice et la propulser à nouveau au devant de la scène[12].

Elle arrête subitement sa carrière en 1962, et mène ensuite une vie retirée à Kamakura (dans le quartier de Jōmyōji), refusant d'être photographiée ou d'accorder la moindre interview. Pour cette raison, le critique Donald Richie, spécialiste du cinéma japonais, l'a surnommée la « Greta Garbo du Japon ».

On peut supposer que cette interruption brutale est liée à la relation très intime que Setsuko Hara semble avoir entretenue avec Yasujirō Ozu : celui-ci est en effet décédé en 1963, et ses cendres reposent au Engaku-ji à Kita-Kamakura.

Elle tourne dans plus de 110 films de 1935 à 1962[4].

Setsuko Hara meurt le d’une pneumonie[9],[8].

FilmographieModifier

La filmographie de Setsuko Hara est établie à partir de la base de données JMDb[4].

Les années 1930Modifier

Les années 1940Modifier

Les années 1950Modifier

Les années 1960Modifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

PostéritéModifier

Setsuko Hara a servi d'inspiration au film d'animation Millennium Actress (2001) de Satoshi Kon[20],[21].

Du au , le National Film Archive of Japan consacre une vaste rétrospective de vingt-trois de ses films à l'occasion du centenaire de sa naissance[22],[23].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. Tsukimidai (ja) (月見台?) : quartier de Yokohama situé à Hodogaya-ku, l'un des 18 arrondissements que compte cette ville.
  2. N'hésitez pas jeunesse (ためらふ勿れ若人よ, Tamerafu nakare wakōdo yo?) : la traduction française du titre du film provient du film documentaire Setsuko Hara, la disparue de Pascal-Alex Vincent
  3. J.O. Studio (J.O.スタヂオ?) : société de production de cinéma créée en 1933. La lettre J qui compose l'acronyme J.O. vient de Jenkins, le nom du système d'enregistrement du son utilisé par la société de production et le O du nom de son fondateur Yoshio Osawa
  4. Fujokai (婦女界?, litt. « Le Monde des femmes »), magazine mensuel féminin créé en 1910, il a été publié jusqu'en 1952.

RéférencesModifier

  1. (ja) « 原節子 » [« Setsuko Hara »], sur kinenote.com (consulté le )
  2. a b c d e et f Itakura Kimie, « Centenaire de l’actrice légendaire Hara Setsuko : pourquoi la muse d’Ozu a pris si subitement sa retraite : Interview de Taeko Ishii », sur nippon.com, (consulté le ).
  3. a b c d e f et g Carlotta, p. 21.
  4. a b et c (ja) « Filmographie », sur JMDb (consulté le ).
  5. P.A. Vincent, p. 1 min 20 s.
  6. a et b « Hommage à Sadao Yamanaka » (version du 17 septembre 2011 sur l'Internet Archive), sur mcjp.fr, .
  7. (en) Iris Haukamp, A Foreigner’s Cinematic Dream of Japan: Representational Politics and Shadows of War in the Japanese-German Coproduction New Earth (1937), Bloomsbury Publishing, , 272 p. (ISBN 9781501343551, lire en ligne), p. 63.
  8. a b et c Didier Péron, « Setsuko Hara, star du cinéma japonais, muse d'Ozu, est morte à 95 ans », sur liberation.fr, (consulté le ).
  9. a b c et d (en) Ronald Bergan, « Setsuko Hara obituary », sur theguardian.com, (consulté le ).
  10. Tadao Satō, t. I, p. 208.
  11. Tadao Satō, t. I, p. 236.
  12. a et b Carlotta, p. 22.
  13. a et b Samuel Douhaire, « La plus grande star du cinéma japonais d'après-guerre, vue chez Ozu, Kurosawa ou Naruse, n'avait plus tourné depuis 1962. », sur telerama.fr, (consulté le ).
  14. Max Tessier, p. 33.
  15. Tadao Satō, t. II, p. 11.
  16. Donald Richie, p. 134.
  17. (ja) « 4e cérémonie des prix du film Mainichi - (1949年) », sur mainichi.jp (consulté le ).
  18. (ja) « 6e cérémonie des prix du film Mainichi - (1951年) », sur mainichi.jp (consulté le ).
  19. (ja) « 1951年 第2回 ブルーリボン賞 », sur allcinema.net (consulté le ).
  20. Mathieu Macheret, « « Millennium Actress » : une traversée éblouissante de l’âge d’or du cinéma japonais », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  21. (ja) 小原篤, « さよならの季節 », sur asahi.com,‎ (consulté le ).
  22. (ja) « 生誕100年 映画女優 原節子 » [« Setsuko Hara Retrospective at Her Centenary »], sur nfaj.go.jp (consulté le ).
  23. « Setsuko Hara Retrospective at Her Centenary - Programme » [PDF], sur nfaj.go.jp (consulté le ).

Voir aussiModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

VidéographieModifier

  • [P.A. Vincent] Pascal-Alex Vincent, Setsuko Hara, la disparue (film documentaire de 15 minutes), Arte France développement, .  

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :