Serviteur de Dieu

Serviteur ou servante de Dieu, titre donné à une personne en début de procédure de canonisation

Dans l'Église catholique, un serviteur de Dieu (ou au féminin : une servante de Dieu), indique une personne décédée reconnue comme ayant eu une piété, une ferveur religieuse et/ou un dévouement remarquables. C'est le premier titre de distinction accordé par l'Église avant ceux plus importants de vénérable, bienheureux et saint.

Thérèse Rodon i Asencio, religieuse catholique, « servante de Dieu », premier degré de son procès de canonisation par l'Église catholique.

Progressivement, l'appellation « serviteur de Dieu » a revêtu un caractère canonique (juridique) très précis, devenant un titre donné à un fidèle catholique décédé pour qui l'évêque diocésain a ouvert un procès en béatification, sur lequel statuera le Saint-Siège ; cet usage est fixé notamment par l'article 4 § 2 de l'Instruction Sanctorum Mater de la Congrégation papale pour les causes des saints () : « Le fidèle catholique dont a été entreprise une cause de béatification et de canonisation est appelé serviteur de Dieu »[1].

TraditionsModifier

Le titre de « serviteur de Dieu » (ou « servante de Dieu ») est répandu depuis la tradition chrétienne la plus antique. En tant que tel, quoique sans aucune notion juridique, il existe aussi dans le judaïsme et l'islam[2]. Toutefois, son usage le plus courant aujourd'hui est celui qu'en donne l'Église catholique.

Dans la Bible et la liturgie catholique, le titre de servus Dei (et ses synonymes : minister, famulus…), ancilla au féminin, est utilisé, notamment dans les Psaumes, dans des versets repris par la liturgie et appliqués à n'importe quel fidèle. En particulier : « Salvum fac servum tuum, Deus meus, sperantem in te : mon Dieu, sauve ton serviteur qui s'appuie sur toi » (Ps. 85, 2).

Ainsi, dans l'ancien rituel des exorcismes, le prêtre officiant était désigné du titre de « serviteur de Dieu », et devait se désigner lui-même au cours du rituel comme : « ut indignissimo servo tuo… : et à moi, ton serviteur très indigne », et l'utilisait même pour la personne tourmentée : « Deus… respice super hunc famulum tuum : Dieu… Regarde ton serviteur ici ».

Première étape du procès de canonisationModifier

« Serviteur de Dieu » est la première étape dans un processus qui conduit à être ensuite déclaré « Vénérable (Serviteur de Dieu) », à la suite d'un décret, du seul ressort du Saint-Siège, dit « décret d'héroïcité des vertus » ou, s'il y a lieu, de martyre, puis honoré par le titre de « bienheureux » lors de l'aboutissement positif du procès de béatification, après une confirmation de miracles attribués à la personne honorée. Enfin, en dernière étape, vient l'aboutissement positif du procès de canonisation, et la personne décédée ainsi honorée reçoit le titre perpétuel de « saint ».

ExemplesModifier

Un exemple d'ouverture d'un procès de béatification est disponible sur le site du diocèse du Mans : le procès de béatification de la « Servante de Dieu », l'impératrice Zita de Bourbon-Parme a été ouvert le par l'évêque du Mans. Celui-ci avait reçu du Saint-Siège une autorisation en ce sens, du fait des liens spirituels très forts qui unissaient Zita à l'Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes (située dans ce diocèse), où elle passait plusieurs mois chaque année[3].

Le procès de béatification de Jean-Paul Ier[4] a été ouvert : l'intéressé a depuis le le titre de « vénérable »[5]. En 2021, une guérison miraculeuse obtenue par son intercession a été reconnue, ce qui ouvre la voie à la béatification. Le miracle attribué au pontife est survenu le 23 juillet 2011 à Buenos Aires (Argentine) et concerne une fillette de onze ans alors hospitalisée depuis plusieurs mois et dont le pronostic vital était engagé. La patiente a guéri de manière inexpliquée d’une « encéphalopathie inflammatoire aiguë sévère, d’une épilepsie réfractaire maligne et d’un choc septique » [6].

Pie XII est lui aussi « vénérable » depuis le . Parmi les autres papes récents, Jean XXIII et Jean-Paul II ont été canonisés le , et Paul VI l'a été le .

Figurent également dans cette liste de « Serviteurs de Dieu » (par ordre chronologique de décès) :

Notes et référencesModifier

  1. http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/csaints/documents/rc_con_csaints_doc_20070517_sanctorum-mater_fr.pdf
  2. Les prénoms Abdias et Abdallah signifient « servant de Dieu » respectivement en hébreu et en arabe.
  3. Diocèse du Mans « Copie archivée » (version du 10 juillet 2011 sur l'Internet Archive) : Béatification de l'impératrice Zita (URL contrôlée le 26 juin 2010).
  4. http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/csaints/documents/rc_con_csaints_doc_20031123_papa-luciani_it.html
  5. « Le pape Jean Paul Ier reconnu vénérable », Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Jean Paul Ier reconnu bienheureux », sur Aleteia, (consulté le )
  7. http://beatificationdevan.org
  8. « Ouverture de la cause de béatification de la fondatrice des Focolari », Radio vatican,‎ (lire en ligne)