Service militaire volontaire en France

En France, le service militaire volontaire (SMV) a été créé par le président de la République François Hollande le 1er juillet 2015.

L'idée d'un service militaire volontaire pour les jeunes de 18 à 25 ans s'inspire du service militaire adapté (SMA) qui existe en outre-mer depuis 1961.

GénéralitésModifier

Pendant 6 à 12 mois, le SMV propose aux jeunes un parcours d'insertion vers l'emploi. Celui-ci comporte une formation à la vie en collectivité dans un cadre militaire (mode de vie militaire en uniforme et en caserne, entrainement physique, formation civique et citoyenne) et une formation professionnelle comportant notamment l'obtention du permis de conduire. Les jeunes volontaires reçoivent une gratification à hauteur de 344 euros par mois pour les Volontaires stagiaires (non diplômés ou titulaires d’un diplôme inférieur au BEP, CAP ou baccalauréat) et de 740 euros pour les Volontaires experts (titulaires d’un BEP, CAP ou baccalauréat), équivalents de moniteurs. Tous les volontaires sont nourris, logés et bénéficient des droits et avantages du statut militaire.

Le service militaire volontaire est ouvert à tous les jeunes de 18 à 25 ans (garçon ou fille) de nationalité française et résidant en France métropolitaine. Pour postuler il faut être en règle vis-à-vis de la Journée défense et citoyenneté (JDC, anciennement JAPD), avoir un casier judiciaire compatible avec l’exercice du métier militaire et être déclaré apte médicalement.

Les trois régiments du service militaire volontaire et le détachement de Châlons-en-Champagne dépendent du commandement terre pour le territoire national (COM TN) de l'Armée de terre. Depuis l'automne 2017, l'Armée de l'air et la Marine nationale disposent également chacune d'un centre.

Le SMV en chiffresModifier

Depuis son ouverture, le SMV a formé 1874 jeunes volontaires, dont 843 en 2017.

62 % d'entre eux étaient sans diplôme à leur entrée dans la structure.

72 % d'entre eux trouvent un emploi (pour la deuxième promotion au 1er mars 2018) à l'issue de leur formation, dont:

  • 56 % d' "Emplois durables" en CDI ou CDD d'une durée supérieure à 6 mois
  • 40 % d' "Emplois de transition" en CDD d'une durée inférieure à 6 mois
  • 4 % de "Sorties positives" en reprise de cursus scolaire ou en formation

La rétribution des Volontaires Stagiaires (VS) s'élève à 344€/mois, tandis que celle des Volontaires Experts (VE) est de 740€/mois.

La formation d'un stagiaire coûte 25.000€ par an, pour un coût social évité de 73.000€[1].

73 % des Volontaires obtiennent leur permis de conduire.

Le coût global du programme pour 2017 a été de 18.8 millions d'euros.

Les régiments et unités du SMVModifier

D'abord dénommés « centres du service militaire volontaire », les 3 premiers établissements relevant de l'Armée de terre ont reçu l'appellation de régiment ainsi que la garde d'un drapeau ou d'un étendard.

Centre Ouverture Branche Drapeau et traditions
1er régiment du service militaire volontaire de Montigny-lès-Metz 15 octobre 2015 Armée de terre 2e régiment du génie
2e régiment du service militaire volontaire de Brétigny-sur-Orge (implanté sur l'ancienne base aérienne 217) 3 novembre 2015 Armée de terre 10e régiment d'artillerie de marine
3e régiment du service militaire volontaire de La Rochelle 13 janvier 2016 Armée de terre 57e régiment d'infanterie
Détachement du 1er régiment du service militaire volontaire de Châlons-en-Champagne 16 janvier 2017[2] Armée de terre
Centre du service militaire volontaire d'Ambérieu-en-Bugey (implanté sur la base aérienne 278) automne 2017 Armée de l'air
Centre du service militaire volontaire de Brest 6 novembre 2017 Marine nationale

Notes et référencesModifier

  1. Estimations par le CNRS et Goodwill
  2. Service Militaire Volontaire : la caserne Février à Châlons-en-Champagne reprend du service reportage France 3 Grand Est du 16 janvier 2017.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier