Servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Versailles

Servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Versailles
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 1868
par Mgr Mabile
Approbation pontificale 29 mars 1899
par Léon XIII
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Règle règle de saint Augustin
But assistance des jeunes, soin des orphelins et des malades.
Structure et histoire
Fondation 17 octobre 1866
Paris
Fondateur Pierre-Victor Braun
Abréviation S.S.C.J
Branche(s) sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Vienne
Liste des ordres religieux

Les servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Versailles sont une congrégation religieuse féminine hospitalière de droit pontifical. Depuis 2003, elles sont en fédération avec deux congrégations issues de leur institut : les sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie et les servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Vienne[1].

HistoriqueModifier

La congrégation est fondée le à la chapelle Notre-Dame-de-Grâce de Grenelle par l'abbé Pierre-Victor Braun (1825 - 1882), religieux de Saint Vincent de Paul pour fournir une assistance aux jeunes femmes de la campagne qui viennent travailler comme domestiques à Paris.

Les servantes sont reconnues comme institut religieux de droit diocésain en 1868 par Mgr Jean-Pierre Mabile, évêque de Versailles, elles choisissent donc de déplacer leur maison-mère à Versailles où elles arrivent le .

La guerre franco-allemande de 1870 fait fuir un groupe de sœurs vers l'Angleterre, elles sont chaleureusement accueillies par le cardinal Henry Edward Manning, archevêque de Westminster, qui leur donne une petite maison à Stratford. Après la fin de la guerre, certaines sœurs françaises retournent à Paris et rétablissent la congrégation et son œuvre.

Cependant, des différences de vision commencent à émerger entre les sœurs anglaises et françaises. Sur les conseils du cardinal Herbert Vaughan, en 1902, la majorité des sœurs anglaises choisissent de se séparer des servantes du Sacré-Cœur et de former une nouvelle congrégation. Elles prennent le nom de sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie. Une communauté est créé à Vienne pour gérer l'hôpital de cette ville qui déclare son indépendance de l'institut, laissant place à la congrégation des Servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Vienne en 1893. En 1954, les premières missions s'établissent en Guinée.

La congrégation reçoit le décret de louange le et ses constitutions sont définitivement approuvées le 1er mai 1934. Depuis 2003, les servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Versailles ainsi que les sœurs des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie et les servantes du Sacré-Cœur de Jésus de Vienne forment une fédération.

FusionModifier

  • 1974 : les consolatrices du Cœur de Jésus de Boussu-les-Mons en Belgique s'unissent aux servantes.

Activités et diffusionModifier

Les Servantes du Sacré-Cœur de Jésus se dédient à l'assistance des jeunes et le soin des orphelins et des malades.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est à Versailles.

En 2017, la congrégation comptait 97 sœurs dans 11 maisons[2].

Notes et référencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Siervas del Sagrado Corazón de Jesús de Versailles » (voir la liste des auteurs).