Serris

commune française du département de Seine-et-Marne

Serris
Serris
La place d'Ariane face à la gare du Val d'Europe.
Blason de Serris
Héraldique
Serris
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Descrouet
2020-2026
Code postal 77700
Code commune 77449
Démographie
Gentilé Serrissiens
Population
municipale
9 236 hab. (2018 en augmentation de 10,36 % par rapport à 2013)
Densité 1 649 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 44″ nord, 2° 47′ 16″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 133 m
Superficie 5,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Serris
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Serris
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Serris
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serris
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serris
Liens
Site web serris.fr

Serris [sɛʁis] Écouter est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Serris fait partie du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, appelé Val d'Europe, et de l'intercommunalité Val d'Europe Agglomération.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Localisation de la commune de Serris dans le département de Seine-et-Marne.

La commune est située à 50 kilomètres au nord de Melun, préfecture de la Seine-et-Marne, à 12 kilomètres à l'est de Torcy la sous-préfecture, à 39 kilomètres à l'est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, point zéro des routes de France, et à 35 kilomètres de l'échangeur de la porte de Bercy.

Le complexe de tourisme et de loisirs Disneyland Paris touche la commune par le nord.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Le relief de Serris est principalement un relief de plaine. La commune est située sur le plateau de Marne-la-Vallée, à l'ouest de la région naturelle de la Brie. Son altitude varie de 123 mètres à 133 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 128 mètres d'altitude (mairie)[1]. Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 2,9 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,6 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 722 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,9 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 1,1 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[3]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[5]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 27 km à vol d'oiseau[6], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[7] à 11,6 °C pour 1991-2020[8].

HydrographieModifier

Réseau hydrographiqueModifier

 
Carte des réseaux hydrographique et routier de Serris.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés :

  • le ru de la Folie, 9,81 km[9], qui conflue avec le ru de la Hotte ;
    • le ru du Gibet, 2,97 km[10], qui conflue avec le ru de la Folie ;
      • le fossé 01 du Bois Ripault, 1,36 km[11], qui conflue avec le ru du Gibet ;
  • le ru des Gassets, long de 5,01 km[12], affluent de la Gondoire ;
    • le ru des Longuiolles, 2,06 km[13], qui conflue avec le ru des Gassets.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 5,76 km[14].

Gestion des cours d'eauModifier

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[15].

La commune fait partie du SAGE « Yerres », approuvé le . Le territoire de ce SAGE correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[16]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[17].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[18],[19],[20].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Serris est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[21],[22],[23]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[24] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[27],[28].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (50 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (18,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,6% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (29,5% ), zones urbanisées (20% ), prairies (4% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,5% ), forêts (0,4 %)[29].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[30],[31],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

PlanificationModifier

La commune, en 2019, avait engagé l'élaboration d'un plan local d'urbanisme. Un plan local d'urbanisme intercommunal couvrant le territoire de la communauté de communes de la Bassée - Montois était en élaboration[32],[33].

QuartiersModifier

Bourg de Serris

Site le plus anciennement occupé, ancien village agricole, traversé par la rue Emile-Cloud (sud de la commune).

Quartier de la Gare

Quartier situé autour du centre commercial Val d'Europe ainsi que de la gare RER Val d'Europe (nord de la commune).

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 4 858 dont 18,5 % de maisons et 78,8 % d’appartements.

Parmi ces logements, 75,4 % étaient des résidences principales, 16,3 % des résidences secondaires et 8,3 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 39,8 % contre 58,3 % de locataires[34], dont 12,9 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 4] et 1,9 % logés gratuitement.

Voies de communication et transportsModifier

Voies de communicationModifier

  • La commune est desservie par l'Autoroute A4, qui la longe au sud, avec les sorties :
    • 12.1 : RD 345 - Val d'Europe : Marne-la-Vallée-Val d'Europe, Montévrain, Centre Commercial Régional (demi-échangeur, depuis et vers Paris), et
    • 13 : RD 231 - Val de Lagny : Marne-la-Vallée-Val de Lagny, Provins, Serris.
  • Au nord de la commune, se trouve la RD 344 (boulevard du Grand Fossé), boulevard circulaire autour des communes du Val d'Europe.

TransportsModifier

La commune est desservie par la ligne A du RER d'Île-de-France, depuis l’ouverture de la gare du Val d'Europe le , localisée au nord de la commune au sein du Centre urbain du Val d'Europe. À un kilomètre au nord de la commune se situe la gare de Marne-la-Vallée - Chessy, qui est desservie par le terminus de la branche A4 de la ligne A du RER depuis le , et la LGV Interconnexion Est depuis le .

La commune est aussi desservie par de nombreuses lignes de bus, ce sont :

ProjetsModifier

À l’avenir, la commune sera desservie par deux lignes de bus à haut niveau de service, circulant en site propre :

 
Gare du Val d'Europe

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Sarries en 1169[37] ; Seri en 1193[38] ; Apud Sarriis en 1239[39] ; Villa de Sarriis en 1250[40] ; Ceris en 1291[41] ; Sarriz en 1329[42] ; Serriz en 1350[43] ; Sarris en Brie en 1373[44] ; Serrys en 1531[45] ; Sarrye en 1564[46] ; Serriz en Brye en 1568[47] ; Sarry en Brie en 1672[45] ; Sarriz en Brye au XVIIe siècle[42] ; Sery en 1739[42] ; Saris en 1783[48] ; Sarris en 1784[49].

Toponyme classique de défrichement : Serris vient du latin saria, mot désignant le lieu où l'on entrepose le bois coupé. Le lieu-dit La Charbonnière entre Montévrain et Serris rappelle que le charbon de bois y fut produit.

HistoireModifier

 
Route de Serris à Lagny.

Un village au cœur d'un plateau agricoleModifier

Des fouilles archéologiques au site des Ruelles ont permis de mettre au jour des vestiges mérovingiens, avec un village, la ferme seigneuriale, le cimetière et la chapelle[50].

Au fil des temps, le petit village s'est développé autour de champs de blé et de betteraves sur le plateau de la Marne. On y produisait également du charbon de bois, notamment à l'ouest de la commune actuelle. Serris a gardé quelques traces de son passé agricole, avec des fermes aujourd'hui réhabilitées en logements et en équipements municipaux.

Au début du XVe siècle le village est totalement abandonné, à la suite des mouvements de guerre dans la région, et très certainement aussi à la suite des effets de la Peste noire de 1348 et de ses récurrences[51].

La première mairie-école, située au coin de la rue du Pont (Rue Emile Cloud) et la rue du Puits (rue de l’École) est acquise par la commune le . Elle ne comprenait que 2 pièces assez vétustes, couvertes de paille, un cellier, une grange et un jardin. Revendue à un particulier en 1856, elle est remplacée en 1865 par un édifice neuf comprenant l'école au rez-de-chaussée et au 1er étage, la salle des réunions municipales. Ce bâtiment a été intégré en 1994 dans le bâtiment actuel[50]. Serris possède également un lavoir datant de 1877.

L'église Saint-Michel de Serris a été consacrée le 6 octobre 1963 par Monseigneur Romain, grand vicaire de l'évêché de Meaux. Elle remplace l'ancienne église médiévale autour de laquelle s'était développée la première agglomération.

L'émergence d'un centre urbain à partir de la fin du XXe siècleModifier

 
Exemple d'urbanisation dans le centre-ville.

En 1987, Serris intègre le secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Tout d'abord, le complexe de loisirs de Disneyland Paris se développe à partir de 1992 au nord de Serris, sur la commune de Chessy.

Puis, au début des années 2000, le quartier urbain de Serris situé au nord de la commune commence son développement. Le centre commercial ouvre en octobre 2000, tout comme l'aquarium, et la gare RER du Val d'Europe est inaugurée en 2001. En 2016, le Syndicat d'agglomération nouvelle devient Val d'Europe Agglomération et en 2017, le centre commercial est entièrement rénové.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1994 dans l'arrondissement de Torcy du département de la Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie de 1793 à 1993 du canton de Crécy-la-Chapelle, année où elle intègre le canton de Thorigny-sur-Marne[52]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle devient le bureau centralisateur du canton de Serris.

Serris fait partie du secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée appelé Val d'Europe.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de Serris au tribunal de grande instance de Meaux, au tribunal d’instance de Lagny-sur-Marne et au tribunal administratif de Melun, tous rattachés à la cour d'appel de Paris[53].

IntercommunalitéModifier

Serris fait partie de Val d'Europe Agglomération avec 9 autres communes.

Elle est l'une des 5 communes historiques de l'intercommunalité avec Coupvray, Chessy, Bailly-Romainvilliers et Magny-le-Hongre.

S'en sont rajoutées en 2018 les communes de Villeneuve-le-Comte et de Villeneuve-Saint-Denis, puis en 2020 les communes d'Esbly, de Montry et de Saint-Germain-sur-Morin.

Tendances politiques et résultatsModifier

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de Serris sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Tendance politique - Début de mandat Fin de mandat
Municipales 2014 Commune de Serris Maire de Serris Philippe Descrouet UDI mars 2014 mars 2020
Départementales 2015 Canton de Serris Conseillers départementaux Arnaud de Belenet et Valérie Pottiez-Husson LR mars 2014 mars 2021
Législatives 2017 5e circonscription Député Patricia Lemoine Agir 2018

Élections présidentiellesModifier

Résultats des deuxièmes tours :

Élections législativesModifier

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennesModifier

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionalesModifier

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections départementalesModifier

Résultats des deuxièmes tours :

Élections municipalesModifier

Résultats des deuxièmes tours ou du premier tour si dépassement de 50 % :

Liste des mairesModifier

 
L'hôtel de ville (quartier de la Gare).
 
La mairie annexe (bourg de Serris).
Liste des maires successifs[50]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1791   Antoine Mauny    
1792   Georges Boutillier    
An II   Jean Nottaire    
An III   Louis Bigot    
1807 1808 Théodore Hardy    
1809 1816 Pierre Sainte Beuve    
1816 1821 Jean Michel Cottin    
1822 1842 Louis Bruno Papillon    
1843 1849 Honoré Ferdinand Coquelet    
1849 1850 Jean Pierre Morville    
1851 1858 Louis Quillard    
1858 1870 Louis Joseph Richė    
1871 1874 Louis Bourette    
1874 1896 Clotaire Thierry    
1896   Pierre Chambaux    
1897 1903 Alexandre Lamber    
1904 1919 Albert Benard    
1919 1944 Léon Bourette    
octobre 1944 avril 1945 Marcel Gosset    
1945 1965 Bertin Benard    
1965 1968 Émile Cloud    
novembre 1968 1977 Réjane Wroniak    
mars 1977 1979 Jacques Métivier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Martin Steffen   Agriculteur
mars 1989 juin 1995 Philippe Mancel    
juin 1995 avril 2014[63] Denis Gayaudon UDF puis
UDI-NC
Enseignant, maire honoraire
avril 2014[64] En cours
(au 28 mai 2020)
Philippe Descrouet UDI Chef d'entreprise
Président d'EpaFrance (2017 → )
Vice-président (2014 → 2020), puis président (2020 → ) de Val d'Europe Agglomération
Réélu pour le mandat 2020-2026

Distinctions et labelsModifier

La ville a été récompensée en 2019 par trois @@@ pour sa première participation au concours du label national Territoires, Villes et Villages Internet, pour avoir, selon le maire, « mis en place les services en ligne sur serris.fr, l’accès Internet en Wifi dans les équipements communaux ou encore la mise à disposition de Chromebook (des ordinateurs connectés) dans les écoles »[65].

Politique environnementaleModifier

 
Lac de Serris

.

La commune compte de nombreux espaces verts, ainsi que des lacs d'agrément non accessibles aux loisirs nautiques.[66].

On y trouve notamment :

  • le parc des communes ;
  • le parc andalou ;
  • le parc du centre urbain ;
  • le jardin des quais, la promenade boréale et le lac de Serris ;
  • le lac des Gassets.

Équipements et servicesModifier

Eau et assainissementModifier

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [67],[68].

Assainissement des eaux uséesModifier

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Serris est assurée par Val d'Europe Agglomération (CAVEA) pour la collecte et . Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [69],[70],[71]. La station d'épuration Equalia est quant à elle gérée par le SIA de Marne-la-Vallée (SIAM) qui a délégué la gestion à une entreprise privée, VEOLIA, dont le contrat arrive à échéance le [69],[72].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[73]. Val d'Europe Agglomération (CAVEA) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à la SAUR, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2027[69],[74].

Eau potableModifier

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par Val d'Europe Agglomération (CAVEA) qui en a délégué la gestion à la SAUR, dont le contrat expire le [69],[75].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[76]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[77].

En 2018, la commune comptait 9 236 habitants[Note 6], en augmentation de 10,36 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339347329309308300304298283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308318295286268264308297267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280261225196209209195160179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2072323044228982 3206 0616 5927 123
2013 2018 - - - - - - -
8 3699 236-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivitésModifier

EnseignementModifier

Les établissements scolaires de Serris sont situés dans l'Académie de Créteil.

L'école existe à Serris depuis 1835. On compte aujourd'hui 5 écoles dans la commune (Pierre-Perret, Jean-de-La-Fontaine, Robert-Doisneau, Jules-Verne et Henri-Matisse).

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, la ville possède un collège (collège Madeleine-Renaud) et le lycée Émilie du Châtelet (en), qui propose des sections internationales.

Pour l'enseignement supérieur, un pôle universitaire est situé dans le quartier de la gare, il comprend notamment l'Institut francilien d'ingénierie des services (IFIS), rattaché à l'Université Gustave-Eiffel, auquel s'ajoutera à horizon 2022 un Campus Tourisme[79].

ÉconomieModifier

 
CCI de Seine-et-Marne à Serris.
  • Le centre commercial Val d'Europe est situé à Serris. Il est l'un des plus importants du département. Il se compose de 190 boutiques et 31 restaurants, répartis sur 100 000 m2 de surface commerciale.
  • Une zone touristique internationale (ZTI), où les commerces de détail peuvent déroger au repos dominical des salariés, a été délimitée sur une partie du territoire de la commune par un arrêté du [80].
  • Depuis 2014, la CCI de Seine-et-Marne est implantée à Serris.

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2018, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 3 207 (dont 69 % imposés), représentant 8 354 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 24 670 euros[81].

EmploiModifier

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 9 492, occupant 4 867 actifs résidants. Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73,9 % contre un taux de chômage de 8,7 %. Les 17,4 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,4 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 2,6 % de retraités ou préretraités et 5,5 % pour les autres inactifs[82].

Secteurs d'activitéModifier

Entreprises et commercesModifier

En 2019, le nombre d’unités légales et d’établissements (activités marchandes hors agriculture) par secteur d'activité était de 900 dont 18 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 65 dans la construction, 281 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 57 dans l’Information et communication, 40 dans les activités financières et d'assurance, 35 dans les activités immobilières, 205 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 143 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 56 étaient relatifs aux autres activités de services[83].

En 2020, 216 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 160 individuelles.

Au , la commune disposait de 152 chambres d’hôtels dans un établissement et ne possédait aucun terrain de camping[84].

AgricultureModifier

Serris est dans la petite région agricole dénommée la « Brie boisée », une partie de la Brie autour de Tournan-en-Brie[Carte 3]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 7] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[85].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[86]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 6 en 1988 à 1 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 80 ha en 1988 à 15 ha en 2010[85]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Serris, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Serris entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[85],[Note 8]
Nombre d’exploitations (u) 6 2 1
Travail (UTA) 11 1 1
Surface agricole utilisée (ha) 480 41 15
Cultures[87]
Terres labourables (ha) 473 s s
Céréales (ha) 332 s s
dont blé tendre (ha) 188 s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 107 s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 57 s s
Élevage[85]
Cheptel (UGBTA[Note 9]) 0 0 0

Culture locale et patrimoineModifier

 
Place de Toscane.

Lieux et monumentsModifier

  • Vestiges mérovingiens.
  • Ferme des Communes des XIXe et XXe siècles[50], aujourd'hui salle de spectacle Alfred de Musset, centre culturel, maison des arts, médiathèque du bourg et école de musique.
  • Lavoir reconstruit en brique en 1877[50], rue de l'Église.
  • Église Saint-Michel-de-Serris, consacrée en 1963[50].
  • Pôle de l'enfance, architecture contemporaine (architectes : Philippe Ameller et Jacques Dubois).
  • Médiathèque intercommunale (quartier de la gare).
  • Aquarium Sea Life, inauguré en 2000.
  • Centre commercial du Val d'Europe, inauguré en 2000.
  • Le cinéma Studio 31 (art et essai), implanté depuis 2018 dans le quartier du Val d'Europe et le multiplexe Gaumont Disney Village, implanté depuis 1997, se situent sur la commune de Chessy, tout comme les parcs d'attraction depuis 1992 pour Disneyland et 2002 pour Walt Disney Studios.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jean Osmont (1655-1731) seigneur d'Amilly et du Tillet, propriétaire des terres du Grand Couternois et de la Commune, fermier général des carrosses et messageries royales de Normandie, Picardie et Flandres.

HéraldiqueModifier

  Blason
Parti: au 1er d'azur à saint Michel terrassant le démon avec sa lance croisetée, le tout d'or, au 2e d'argent au tronc écoté et alésé de gueules posé en bande entre deux burelles ondées d'azur[88].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1507 p. (ISBN 2-84234-100-7), « Serris », p. 1405–1406
  • Jean-Claude Corvisier, Le Val d'Europe et ses environs, collection Mémoire en images, Tours, Nouvelles Editions Sutton, oct. 2013 (ISBN 2-8138-0705-2)
  • Bernard Durand-Rival & Maurice Culot, Val d'Europe, vision d'une ville, Bruxelles, Editions des Archives d'architecture moderne, juin 2016 (ISBN 2-8714-3317-8)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  5. Le réseau de bus se donnomait Pep's jusqu’au .
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  7. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  8. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  9. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Serris - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

RéférencesModifier

  1. « Serris » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Plan séisme consulté le 1 juillet 2021 ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre Serris et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  8. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Folie (F4774700) » (consulté le ).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Gibet (F4774720) » (consulté le ).
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Bois Ripault (F4774730) » (consulté le ).
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Gassets (F6631000) » (consulté le ).
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Longuiolles (F6631500) » (consulté le ).
  14. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 25 juin 2018
  15. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le ).
  16. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le ).
  17. site officiel du Syndicat mixte pour l'assainissement et la gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  18. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Serris », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Liste des ZNIEFF de la commune de Serris », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Liste des espaces protégés sur la commune de Serris », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  25. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  26. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  27. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  30. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  31. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  32. « PLUi de la CC de la Bassée - Montois », sur cc-basseemontois.fr (consulté le ).
  33. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  34. Statistiques officielles de l'Insee.
  35. « Décrouvrez l'ensemble du réseau de bus Transdev couvert par le transporteur Transdev Marne-la-Vallée », sur www.transdev-idf.com (consulté le ).
  36. « Navette Disneyland Paris depuis les aéroports CDG/Orly », sur Magical Shuttle (consulté le ).
  37. Archives nationales, LL 1599, p. 31.
  38. Cartulaire de N.-D. de Paris, I, p. 109.
  39. Bibl. nat., ms. lat. 10944, fol. 112.
  40. Rôles des fiefs, 562.
  41. Inv. de l'abb. de Chelles, t. VIII.
  42. a b et c Archives nationales, S 1557.
  43. Bibl. nat., ms. lat. 10944, fol. 84.
  44. Archives nationales, P 158.
  45. a et b Archives nationales, S 2378b.
  46. Archives nationales, P 1651, n° 1883.
  47. Archives nationales, P 1652, n° 1911.
  48. Archives de la Seine-et-Marne, E 177.
  49. Archives de la Seine-et-Marne, C 44.
  50. a b c d e et f « Serris », Listes des mairies de Seine et Marne, Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le ).
  51. La peste Noire emporte de 30 à 50 % de la population européenne, selon les endroits, entre 1348 et la fin du Moyen Âge. "Les grands événements de l'histoire de France", éditions "France Loisirs" 1994, page 92 et 93
  52. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  53. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 15/03/2020.
  54. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/05/2020.
  55. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 » (consulté le ).
  56. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  57. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 » (consulté le ).
  58. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  59. Résultats de l’élection européenne 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/04/2020.
  60. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  61. Résultats de l’élection départementale 2015 pour Serris sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  62. a et b Résultats des élections de Serris sur le site du journal Le Monde. Consulté le 21/05/2020.
  63. « Le maire (UDI) laisse la tête de liste à son ancien adjoint à Serris », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il repart… Mais pas en pôle position. Denis Gayaudon, le maire (UDI) de Serris depuis 1995, sera de la bataille des élections municipales de mars prochain, mais en simple colistier. C'est Philippe Descrouet (UDI), son adjoint pendant treize ans, qui sera le candidat de la majorité sortante ».
  64. « A Serris, Philippe Descrouet remporte les élections au terme d’une campagne folle : À Serris on ne fait jamais rien comme les autres communes. Tout est plus compliqué », lance cet électeur avec un sourire fataliste. Il ne fait pas si bien dire. Après un premier tour palpitant où il a fallu compter à deux reprises les bulletins, le candidat UDI Philippe Descrouet est arrivé en tête », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. « A. M. : Pour sa première participation à l’obtention du label national Territoires, villes et villages Internet, la ville a été récompensée », Serris : la ville décroche trois @@@ pour ses efforts numériques, vol. Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. Parcs, lacs et jardins, site de la commune, [lire en ligne].
  67. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  68. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  69. a b c et d « Commune de Serris - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  70. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  71. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  72. « SIA de Marne-la-Vallée (SIAM) », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  73. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  74. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  75. « CA Val d'Europe Agglomération (CAVEA) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  76. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  77. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  79. Site EPAMARNE consulté le 27 mai 2020.
  80. Arrêté du 5 février 2016 délimitant une Zone touristique internationale Serris, « Val d'Europe », sur le site www.legifrance.gouv.fr.
  81. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2018», consultée le 1 juillet 2021.
  82. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consultée le 1 juillet 2021.
  83. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consultée le 1 juillet 2021.
  84. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», consultée le 1 juillet 2021.
  85. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Serris. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  86. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  87. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Serris. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  88. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=17496