Ouvrir le menu principal

Sergueï Pogorelov
Image illustrative de l’article Sergueï Pogorelov
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Russie Russie
Naissance [1]
Lieu Volgograd, Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Date de décès (à 44 ans)
Lieu de décès Volgograd, Drapeau de la Russie Russie
Taille 1,97 m (6 6)
Poste Arrière gauche/droit (droitier)
Situation en club
Club actuel fin de carrière
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
0000-1999 Drapeau : Russie Kaustik Volgograd
1999–2000 Drapeau : Allemagne TBV Lemgo
2000–2001 Drapeau : Allemagne ThSV Eisenach
2001–2003 Drapeau : Espagne BM Ciudad Real
02-06/2003 Drapeau : France Grand Lyon HB
2003–2004 Drapeau : France Paris Handball
2004–2005 Drapeau : Espagne BM Altea
20052008 Drapeau : Espagne Algeciras BM
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
 ?–? Drapeau : Russie Russie 194 (446)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Sergueï Valentinovitch Pogorelov (en russe : Серге́й Валенти́нович Погоре́лов), né le à Volgograd (URSS, aujourd'hui en Russie et mort dans la même ville le [2], est un joueur de handball russe évoluant au poste d'arrière gauche ou, bien que droitier, d'arrière droit[2] et avec un certain succès puisqu'il a été élu meilleur arrière droit de l'Euro 1998[3].

Sélectionne à 194 reprises en équipe nationale de Russie, il a notamment remporté les trois compétitions majeures : il est champion d'Europe en 1996, champion du monde en 1997 et champion olympique en 2000.

BiographieModifier

Sergueï Pogorelov commence le handball dans le club de sa ville native, le Kaustik Volgograd qu'il quitte en 1999 pour l'Allemagne et le TBV Lemgo pour une saison puis le ThSV Eisenach entre 2000 et 2001. Il prend alors la direction du club espagnol du BM Ciudad Real avec lequel il remporte la Coupe des coupes en 2002. La saison suivante, s'il participe à la victoire lors de cette même Coupe des coupes et à l’avènement du club sur la scène nationale avec une victoire en Coupe du Roi et une deuxième place en Championnat, il est prêté à compter de la trêve internationale (Mondial 2003 en janvier) au club français du Grand Lyon HB[4], avec lequel il termine la saison en marquant 40 buts en 12 matchs[5], puis au Paris Handball pour la saison 2003-2004[6].

En 2004, il retourne à Ciudad Real, mais il n'entre plus dans les schémas tactiques de son coach[7]. S'il participe aux entraînements, il est invité à trouver un club et prend ainsi la direction du BM Altea en octobre puis du Algeciras BM où il évolue entre 2005 et 2008. Enfin, alors qu'il devait rejoindre le club macédonien du RK Metalurg Skopje en 2008, il quitte le club au bout d'une semaine et sans avoir passé la visite médicale[8] et termine alors sa carrière de joueur.

Il est retrouvé mort chez lui, le 24 avril 2019. Il avait 44 ans.

PalmarèsModifier

Sélection nationaleModifier

En clubModifier

Compétitions internationales
Compétitions nationales

Récompenses individuellesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Profil de Sergey Pogorelov en Coupes d'Europe », sur Site officiel de l'EHF, (consulté le 1er mai 2015)
  2. a et b « Sergueï Pogorelov nous a quitté », sur handnews.fr, (consulté le 24 avril 2019)
  3. a et b (en) « 3rd European Championship 1998 », sur Site officiel des championnats d'Europe (consulté le 1er mai 2015)
  4. « Communiqué de Presse de Grand Lyon HB », sur Handzone.net, (consulté le 1er mai 2015)
  5. « Sur la piste Pogorelov », sur Le Parisien.fr, (consulté le 1er mai 2015)
  6. « Sergueï Pogorelov revient en France », sur Handzone.net, (consulté le 1er mai 2015)
  7. « Reprise de la Liga : Barca, Cuidad et Portland San Antonio au départ », sur Handzone.net, (consulté le 1er mai 2015)
  8. (de) « Skopje: Pogorelov sollte verpflichtet werden », sur Archives du THW Kiel, (consulté le 1er mai 2015)
  9. (en) « Profil olympique de Sergey Pogorelov », sur sports-reference.com (consulté le 1er mai 2015)

Liens externesModifier