Serge Rigault

Serge Rigault
Image illustrative de l’article Serge Rigault
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Paris
Décès (à 68 ans)
Paris
Palmarès
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple DF (Cadets) -
Double - - - -

Serge Hippolyte Rigault est un sportif complet, ancien espoir de tennis, skieur et grand amateur de chasse, né à Paris le et mort à Paris le .

BiographieModifier

Espoir du tennis françaisModifier

Fils du tennisman Hubert Rigault (plusieurs fois sélectionné au championnat de France[1] dont 1/4 finale contre Jean Borotra en 1927[2]), Serge Rigault est demi-finaliste à 14 ans au Championnat de France à Roland-Garros (cadets[3]) en 1944. Son jeu lui vaut de figurer dans le film Tennis[4] de Marcel Martin, consacré à l'Histoire du tennis et commenté par Jean Cocteau. La séquence "Le petit Rigault et Yvon Pétra" filme le jeune Serge Rigault jouant contre le champion Yvon Pétra, vainqueur du tournoi de Roland-Garros en août 1944.

Jean Cocteau a commenté ainsi : Admirez un futur champion, le petit Rigault, cette fois c'est David et Goliath... Goliath s'amuse. C'est d'un style fantaisiste qu'il lui renvoie les pierres de sa fronde... David n'en est pas moins vainqueur. Mais Yvon Pétra garde sa tête sur ses épaules.[5] Maurice Blein dans le journal sportif l’Auto, écrivait d’ici cinq à six ans, Serge Rigault sera peut-être un des chefs de file de la jeune génération[6]

Après Saint-Louis-de-Gonzague et l'École des Roches, Serge Rigault[7] fit ses études de droit à Paris. Plus tard, il continua la compétition, employé par la société British Petroleum qu'il représente dans les tournois de tennis, et joua longtemps sous les couleurs du Racing Club de France. Ses bisaïeux étaient l'écrivain et latiniste Hippolyte Rigault (1821-1858) et par sa mère, Jenny Ménage, le banquier Charles-Elie Ménage (1847-1909), fondateur de la banque André, Neuflize et Cie.

SkieurModifier

Ancien chasseur alpin et moniteur de ski de Chamonix, Rigault a figuré parmi les meilleurs skieurs de l'équipe Paris-Chamonix du Club alpin français (Ski-Club Alpin de Paris).

Grand amateur de chasseModifier

Il se distingua également comme amateur de chasse, sport qu’il pratiquait en France (Brière, Sologne), en Irlande et Écosse[8].

Le Bréviaire du Chasseur de Gastinne Renette mentionne Rigault, à « l'inséparable béret alpin, et au coup de fusil redoutable », pour ses doublés de bécassine des marais en Irlande[9]. Il était membre du Club International des Chasseurs de Bécassine dont la chasse est une des plus sportives car seuls les meilleurs chasseurs sont capables d'abattre ces volatiles en plein vol. Sa mère, Jenny Ménage, appartenait à la section féminine de la Société de tir Le Faisceau et avait remporté, à l'âge de 16 ans, l'épreuve au pistolet sur silhouette que le stand Gastinne Renette accueillait pour la première fois en 1927.

PalmarèsModifier

 
Henri Cochet, Serge Rigault, Bertrand Rigault, Yvon Petra - Roland Garros (août 1944)

Tennis

Ski alpin

  • Coupe Enerski (British Petroleum) - Serre Chevalier (France), 28 février 1953 - Slalom géant : S. Rigault 1re place en 1' 10s (temps de référence du moniteur 1' 15s[11])
  • Challenge national du Club Alpin Français - Saint Gervais (France), 7 et 8 février 1959 - descente Messieurs : S. Rigault 14ème place[12] en 2’ 27s 64 (1er temps du Ski-Club Alpin de Paris)
  • Coppa d'Oro,Trofeo Cervino - Breuil-Cervinia (Italie), 16-17 avril 1959 - Slalom géant : S. Rigault 30ème place[13] en 2' 23s 3 (les premiers Français de la compétition étaient Guy Périllat 3ème place en 1' 51s 6 et Jean Vuarnet 7ème place en 1' 53s 7)
  • Coupe Charles Viard, XIe Derby international des Citadins - Megève (France), 7 mars 1959 - course de descente : S. Rigault 35ème place (Ski-Club Alpin de Paris)
  • Coupe des améthystes, XIVe Derby international des Citadins - Megève (France), 10 mars 1962 - slalom géant : S. Rigault 29ème place (Ski-Club Alpin de Paris)

Notes et référencesModifier

  1. Classement ATP World Tour – Hubert Rigault 1928, et Tennis Archives
  2. Agent de change de profession, Hubert Rigault était capitaine de l'équipe de tennis du Cercle du bois de Boulogne (Tir aux pigeons). Quart de finaliste au championnat de France de 1927 : Le Matin 11 février 1927 - Jean Borotra bat Hubert Rigault 6-3, 6-4, abandon.
  3. a et b Gallica - journal Le Matin, 15/07/1944 (Serge Rigault - 1/2 de finale cadets)
  4. Cinémathèque française Film « Tennis » par Marcel Martin : séquence "Le petit Rigault (Serge Rigault) et Pétra" et commentée par Jean Cocteau
  5. Google Book et Gallica - Transcript des commentaires de Jean Cocteau dans "Jean Cocteau: Qui êtes-vous ?" par J. Touzot, Éditeur La Manufacture, 1990 (Page 378, Serge Rigault contre Yvon Petra) et "Une encre de lumière: textes retrouvés et textes inédits", par François de La Bretèque, Pierre Caizergues, Éditeur Centre d'études littéraires françaises du XXe, Université Paul Valéry, 1989 (Pages 98 et 101)
  6. L'Auto (principal quotidien sportif français) du 13 juillet 1944 – lien site Gallica [1]
  7. Serge Rigault a épousé Elisabeth de Plancke, fille d’Arthur de Plancke, dont deux enfants, Pernette Rivain et Prune Nouvion (Who's who in France 1987)
  8. En Irlande : Athlone, Ballina (Comté de Mayo), Glenbeigh, Glandore, Kilkenny, Headfort, Milford, Waterville (Irlande) et en Écosse : île de Benbecula et Glenshee
  9. « Le Bréviaire du Chasseur de Gastinne-Renette » de Gérard Desjeux aux Editions Garnier (1982) évoque Serge Rigault "à l'inséparable béret alpin, et au coup de fusil redoutable" : [...] la moyenne des bécasses tirées sur une année est de l'ordre de trois par chasseur mais vous pouvez avoir plus de chance certains jours. Un de mes amis, Serge Rigault à l'inséparable béret alpin et au coup de fusil redoutable, a fait deux doubles de bécasses devant lui à dix ans d'intervalle, le dernier en 1981, dans le sud-ouest de l'Irlande (p. 53)
  10. Résultats du Tournoi de Turin - coupe E. Bosco - 9-13 avril 1968
  11. Bulletin sportif n°4 - avril 1953 de la Société générale de huiles de pétrole British Petroleum "vainqueurs : Rigault dont la classe s'est manifestée dans des compétitions importantes au cours de la saison, s'est payé le luxe de battre de 5 secondes le moniteur qui a ouvert la piste du slalom géant !"
  12. Revue du Club Alpin Français – avril 1959, page 9 "Rigault nouveau venu, était 14e dans un excellent temps et classé 1er du S.C.A.P."
  13. Revue de Fédération italienne de ski, n°11 Mai 1959, page 315

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier