Ouvrir le menu principal

Sept-Îles (Côtes-d'Armor)

archipel des Côtes-d'Armor, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sept-Îles (homonymie).

Sept-Îles
ar Jentilez (br)
Vue des Sept-Îles depuis Trégastel.
Vue des Sept-Îles depuis Trégastel.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Côte de granit rose
Coordonnées 48° 53′ 00″ N, 3° 28′ 44″ O
Nombre d'îles 5
Île(s) principale(s) Île Bono
Île aux Moines
Point culminant non nommé (53 m sur île Bono)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Perros-Guirec
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Sept-Îles
Sept-Îles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Sept-Îles
Sept-Îles
Îles en France

Sept-Îles (en breton : ar Jentilez) est le nom d'un petit archipel situé au nord de la Bretagne, dépendant de la commune de Perros-Guirec.

C'est la plus ancienne et la plus importante réserve ornithologique privée de France. Elle fut créée en 1912 en réaction au massacre des macareux. Elle accueille essentiellement des oiseaux de mer, fous de Bassan, cormorans et alcidés (macareux, pingouins torda, guillemots de Troïl) et est également un site de reproduction du phoque gris.

Sommaire

Les îles de l'archipelModifier

 
Les Sept-Îles sur la table d'orientation de Perros-Guirec située au-dessus de la plage de Trestrignel.

Contrairement à ce que laisserait penser le nom français, l'archipel ne compte pas sept îles, mais cinq îles principales, ainsi qu'une multitude de rochers (les Costans) et un îlot (le Cerf). Le nom français vient d'une mauvaise copie du nom breton probable (sous une ancienne graphie Sentiles), francisé en Sept Îles par l'administration française. Les plus anciennes graphies sont Sicdelis, Sintelis du Ve siècle. Les guides touristiques s'efforcent néanmoins de trouver sept îles, et donnent le nom d'île à deux groupes d'écueils pour arriver au compte.

Sur l'île principale sont construits deux bâtiments principaux : le phare et le fort. Des travaux viennent d'avoir lieu dans le fort pour lui permettre d'être ouvert au public. Ces travaux, commandés par le Conservatoire du Littoral, ont été étudiés et suivis par l'architecte du patrimoine Régis Ribet.

On ajoute à celles-ci, pour arriver au chiffre de 7,

Autres îlots :

  • Île aux Rats (Enez ar Razhed)
  • ar Moudennoù

L’île de Tomé (Taveeg), beaucoup plus proche de la côte, ne fait pas partie de l'archipel géographiquement parlant, mais appartient géologiquement à ce groupe. (48° 50′ 08″ N, 3° 24′ 24″ O)

HistoireModifier

En 1910, la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest proposa aux amateurs de tir aux oiseaux des excursions de chasse dans l'archipel, visant notamment les macareux moines ; en deux ans leur nombre passa de 20 000 à 2 000 ; l'émotion et les protestations entraînèrent la création de la réserve naturelle ornithologique[1].

Réserve ornithologiqueModifier

Article détaillé : Réserve naturelle des Sept-Îles.

Galerie photosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Philippe Huel (ill. Renaud Marca), Les Sept-Îles, ar Jantilez, Arles, Actes Sud, coll. « Conservatoire du littoral », , 48 p. (ISBN 978-2-7427-2181-8)

Notes et référencesModifier

  1. Yann Lukas, "Breiz Bric à Brac", éditions Palantines, 2012, (ISBN 978-2-35678-074-4)