Ouvrir le menu principal

Senuc

commune française du département des Ardennes

Senuc
Senuc
La mairie.
Blason de Senuc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Hervé Lahotte
2014-2020
Code postal 08250
Code commune 08412
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2016 en augmentation de 11,56 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 47″ nord, 4° 50′ 22″ est
Altitude Min. 102 m
Max. 213 m
Superficie 13,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Senuc

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Senuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senuc

Senuc est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

GéographieModifier

Senuc est une commune du sud-est des Ardennes, appartenant au canton de Grandpré. Elle se trouve à la limite de la forêt de l'Argonne et voit l'Aire et l'Aisne se rejoindre.

HistoireModifier

Un prieuré dépendant de l'abbaye Saint-Remi de Reims est attesté à Senuc depuis le XIe siècle. On y honorait un saint local, Oriculus (saint Oricle) qui, d'après Flodoard, aurait été massacré par les Huns au Ve siècle, avec ses sœurs Oricula et Basilica. Le saint, décapité céphalophore, lava sa tête à une fontaine qui devint un lieu de pèlerinage - et qu'on identifie aujourd'hui au lavoir du village. Puis, sa tête entre les mains, il gagna le tombeau qu'il s'était d'avance préparé. Ses reliques auraient été relevées par l'archevêque Seulfus entre 922 et 925. - (cf. Vie des Saints et des Bienheureux... par les RR. PP. bénédictins de Paris, tome XI, 1954, pp. 591–992).
L'église possède une intéressante statue du saint en bois peint du XVIIe siècle.

Le village est occupé lors de la Première Guerre mondiale alors que de violents combats secouent la région et disloquent totalement la forêt d'Argonne.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Gestapo y avait installé un commandement dans le château du village. Lors de sa présence, un événement marquant de l'histoire du village se déroula : la capture de cinq hommes à l'aube de la Libération. Deux d'entre eux étaient des jeunes hommes d'une vingtaine d'années, dont Lucien Dauffy, FFI, qui fut torturé, une semaine durant, avant que le commandement allemand ne décidât que tous soient exécutés. Lors du peloton, les soldats abattirent les trois personnes qui étaient au milieu, laissant la vie sans le savoir aux deux jeunes du groupe, qui réussirent à s'enfuir.

Un mémorial, situé vers le lieu-dit la Forge, commémore leur martyre, ainsi qu'une manifestation, le 25 août de chaque année.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Hervé Lahotte[1] MNR Agent technique
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 164 habitants[Note 1], en augmentation de 11,56 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
489566597640706801763746721
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
625612541520547505449416377
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
338323305285307286234206219
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
177168150142150149156164-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Oricle : Cette église est décrite ainsi [6]
    « Église de style ogival des XIVe et XVe siècle. Le chœur, les transepts et les inscriptions doivent être regardés comme les parties importantes du monument. Cette église qui dépendait autrefois du prieuré de Senuc, se compose d'une nef principale à trois travées, et de deux bas-côtés; le tout plafonné en bois. Chœur et transepts à voûte ogivale avec nervures cylindriques. Piliers cylindriques sans chapiteaux. Le chœur se termine carrément; il est percé au fond, d'une assez belle fenêtre ogivale. Celle de gauche a été reconstruite. Portail ogival simple. Contreforts simples. »
  • Le Mémorial des fusillés du bois de la Forge : En ce lieu, le 29 août 1944, trois résistants patriotes furent fusillés par l'occupant.
  • Les trois lavoirs du village

Personnalités liées à la communeModifier

  • Oricle de Reims (Ve siècle) saint catholique romain qui serait mort à Senuc, décapité par les Vandales.
  • Arthur Henriet (1866-1954), anarchiste puis député communiste né à Senuc.

HéraldiqueModifier

  Blason D'or au chevron d'azur accompagné en chef de deux roses de gueules et en pointe d'une grappe de raisin de pourpre tigée et feuillée de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Édouard de Barthélemy, Cartulaires de l'Abbaye royale de Notre-Dame de Signy, et du Prieuré de Saint-Oricle de Senuc, communication faite à l'Académie de Reims, Reims : impr. coopérative, 1879 [2]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Archéologie statistique monumentale du diocèse de Reims : département des Ardennes - II- Monuments historiques proprement dits, par J. Hubert de Charleville, dans les Travaux de l'Académie nationale de Reims, Reims, 1853, vol.17-18, p.252 [1]

Liens externesModifier