Semoir chinois (1637)
Herse et semoir en RDA (1965)
Semoir pneumatique présenté à la foire-exposition de Minsk (2007)
Semoir monograine : chaque élément comprend : la trémie (en jaune), les roues de terrage (cerclées de noir) cachant le disque ou soc entreur), le mécanisme de distribution, les roulettes de recouvrement et plombage des graines

Un semoir est une machine agricole employée pour réaliser les semis de graines. Les premiers semoirs sont apparus en Mésopotamie puis en Chine. En Europe, il fut inventé au XVIe siècle, l'utilisation en fut promue par Jethro Tull en 1700, puis Duhamel du Monceau en 1752 avec le Traité de la culture des terres.

En agricultureModifier

Les semoirs portés[1], semi-portés[2] ou traînés[3] (modèles selon le type de semoir et le type de parcelles) servent à semer les graines en lignes régulièrement espacées, à une profondeur réglable, avec une certaine densité, régulée par des organes de distribution. Ces trois points : largeur de l'interligne, profondeur, densité constituent les réglages de base du semoir. Ils sont dépendants de l'espèce et de la variété choisies, du contexte agronomique et climatique et des objectifs de l'agriculteur. Les céréales à paille sont généralement semées en lignes écartées d'environ 17 cm. Un semoir est composé d'une trémie (c'est la réserve de graines), d'un système de transfert, pneumatique ou mécanique, et d'un système de distribution et d'organes de mise en terre constitués soit par de petits socs, soit par des disques. Chacun de ces éléments de mise en terre traite une ligne de semis et est suspendu de façon indépendante pour s'adapter au relief. Les semoirs peuvent aussi comporter des organes de jalonnement (soit un traceur soit un GPS pour les plus récents) permettant de repérer les sillons déjà ensemencés.

Pour effectuer des semis direct sans labour dans le cas de technique culturale simplifiée, il existe différents modèles de semoirs spécifiques équipés d'organes spéciaux permettant d'enterrer les graines dans des conditions favorables. En particulier, chaque élément semeur doit disposer d'une pression au sol suffisante pour déposer la graine à la profondeur voulue. Ce sont donc des appareils plus lourds et robustes.

 
Semoir à bras, pour une seule ligne

Autrefois le mot semoir désignait un sac de toile (ou un tablier à vaste poche) où le semeur puisait le grain qu'il semait à la volée[4]. On appelle aussi, parfois, « semoirs » les épandeurs à engrais. Certains épandeurs à dispositif d'épandage centrifuge sont équipés de limiteurs de débit facilitant leur usage comme semoirs à la volée.

Semoirs multigrainesModifier

 
Semis de riz à la volée avec un appareil type « épandeur d'engrais »

Les semoirs multigraines (appelés aussi semoirs en ligne ou semoirs à céréales) sont des outils à disques (disques tirés ou poussés inclinés), à dents, ou à dents suivis d'un disque, permettant le semis régulier en lignes équidistantes et à profondeur uniforme de presque toutes les graines utilisées en grande culture. Le mode distribution peut être mécanique (par gravité) ou pneumatique (par flux d'air dans des tuyaux d'alimentation flexibles)[5].

Semoirs monograinesModifier

Pour des cultures d'inter-rang supérieur à 25 cm avec des plantes présentant un fort développement individuel (maïs, sorgho-grain, tournesol, betterave, féverole, soja, colza, chicorée...), on utilise un semoir monograines (ou semoir de précision) qui permet de disposer les graines une à une en ligne à un espacement régulier préalablement défini. La classification de ces semoirs tient compte du mode d'acheminement des graines entre les organes de distribution et les socs d'enterrage (distribution des graines par transfert mécanique ou le plus souvent pneumatique en raison de leur bonne adaptation à toute taille de graines). Les lignes de semis sont alors espacées de 40 à 80 cm. Ces semoirs ont permis de supprimer les opérations de repiquage (betteraves) et d'éclaircissage[5].

Semoirs mixtesModifier

Les semoirs mixtes permettent de semer des céréales et avec certaines modifications, des monograines[5].

CombinésModifier

Les semoirs sont souvent associés avec d'autres outils agricoles : cultivateurs, herses, dispositif de fertilisation ou de traitement, rouleaux-tasseurs.

En jardinage et en maraîchageModifier

Il existe de nombreux modèles de semoirs pour les petites surfaces :

  • certains sont à main, sous forme de seringue ou de poire permettant de semer les petites graines avec une grande précision;
  • d'autres modèles sont équipés de roulettes et permettent de semer avec un espacement et une profondeur régulière sur un rang;
  • les grandes exploitations maraîchères utilisent des semoirs semblables aux types agricoles précités mais avec des inter-rangs plus étroits (à partir de 5 cm) pour carottes, poireaux, oignons, persil, choux, radis, endives ...

NotesModifier

  1. Le système d'attelage du tracteur supporte la totalité du poids du semoir ou le semoir est intégré à un outil de travail du sol.
  2. L'attelage du tracteur supporte une partie du poids du semoir qui possède donc au moins un point au sol.
  3. L'essentiel du semoir de l'outil est supporté par le sol.
  4. Définition sur le site du CNRTL
  5. a b et c [PDF]Outils Agricoles, cours en ligne d'AgroParisTech, 8 mars 2005

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Art du semoir » (Jacques Lacombe, Arts et métiers mécaniques, tome 7, Panckoucke, Paris, 1782-1791, p. 348-353, texte intégral sur Gallica)

Sur les autres projets Wikimedia :