Semen Ier Loup de Vasconie

Semen Ier Loup est un duc de Vasconie de 812 à 816[1]. Son frère ainé, Sanche Ier Loup lui cède le pouvoir après douze années de règne.

Semen Ier Loup de Vasconie
Titre de noblesse
Duke of Gascony (en)
Biographie
Décès
Activité
Père
Fratrie
Sanche Ier Loup de Vasconie
Adalric de Vasconie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

HistoriqueModifier

Avant sa prise de pouvoirModifier

Depuis leur victoire à la bataille de Roncevaux de 778, les Vascons et les Euskariens de la Vasconie citérieure ont pris conscience de leur pouvoir et tendent à préserver leur autonomie[2]. Semen Ier Loup est le fils de Loup II.

Vasconie citérieure

Les Vascons avaient élevé au pouvoir, après la mort de Loup II, père de Semen Ier Loup, l'un de ses fils, Sanche Ier Loup qui reconnut la suzeraineté de Charlemagne et prit part, contre son sentiment mais par fidélité, à l'expédition organisée par le roi d'Aquitaine contre Barcelone en 801.

Mais cette reconnaissance fut de courte durée puisqu'en 802, Pampelune avait fait allégeance à l'émir de Cordoue Al-Hakam. Les Vascons prirent parti pour lui contre Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne, et reconnurent sa suzeraineté. En 806, les chroniques franques confirment cette reconnaissance mais quelques années auparavant se remirent sous la domination des Francs[1].

La mort du vascon Bergon, comte de Fezensac permet aux Francs de choisir un des leurs, Liuthard, mais rend très mécontents les Vascons qui se révoltèrent contre le nouveau comte en tuant une partie de ses hommes dont certains par le feu. Louis le Débonnaire appliqua la loi du talion en brûlant les principaux rebelles à la diète de Toulouse[1].

La Vasconie sous Semen Ier LoupModifier

Les Vascons sont de nouveau astreint à la soumission de Louis le Débonnaire et cela ne semble pas les satisfaire. Semen Ier Loup et ses hommes, des Euskariens des deux versants des Pyrénées, reprennent les armes quelque temps après et se révoltent contre les Francs. Au plaid annuel tenu à Toulouse en 812, Louis le Débonnaire exige « qu'on châtiât cet esprit de rébellion[3] », ce que l'assemblée décida comme par acclamation[1].

Une nouvelle expédition de Louis le Débonnaire, arriva jusqu'à Pampelune en passant par Dax puis par le difficile passage des Pyrénées. Son objectif est d'y raffermir son autorité chancelante. Selon son biographe Vita Hludovici Pii, dans la Vasconie transpyrénéenne, Louis était libre d'exiger toute futilité publique et particulière[4].

Après avoir séjourné à Pampelune, Louis retourne en Aquitaine par la route de Roncevaux et prend la précaution, cette fois-ci, afin de ne pas répéter la défaite de 778, de s'emparer comme otages des femmes et des enfants vascons qu'il ne libéra qu'une fois arrivé dans une zone sûre où son armée ne risquait plus d'embuscade.

Quand Louis le Pieux succède à Charlemagne en 814, la présence carolingienne sur la totalité de son immense territoire reste fragile. L'absence de Louis le Pieux dans la Marche hispanique, la Septimanie, la Vasconie et même le Toulousain se fait sentir. Cependant, à l'exception sans doute de la Vasconie, la légitimité carolingienne s'enracine[5].

En 816, se forme une coalition de seigneurs chrétiens contre les Musulmans d'Espagne. Les deux armées se heurtent lors de la bataille d’Abd-al-Krim qui dure treize jours. Son frère ainé Sanche Ier Loup ancien duc de Vasconie, est tué au cours de cette bataille, ainsi que son autre frère Garcia Loup, Comte de Dax. Garcia Ier Semen devient duc de Vasconie.

Arbre généalogiqueModifier

Ducs de Vasconie de 768 à 864

 
 
 
 
 
 
 
 
Ier- Loup II
(768-778)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Centulle Loup
 
 
 
 
 
IIe- Sanche Ier Loup
(801-812)
 
 
 
 
 
IIIe- Semen Ier Loup
(812-816)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ve- Loup III Centulle
(818-819)
 
VIe- Aznar Sanche
(820-836)
 
VIIe- Sanche II Sanche
(836-852)
 
Sancie
 
IVe- Garcia Ier Semen
(816-818)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Donat Loup
Premier comte de Bigorre
 
Centulle Loup
Premier vicomte de Béarn
 
 
 
 
 
VIIIe- Arnaud
(855-864)

AnnexeModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Jean de Jaurgain, La Vasconie : étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava & de Biscaye, de la vicomté de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne, t. 1, PyréMonde (Ed.Régionalismes), , 447 p. (ISBN 2846181446 et 9782846181846, OCLC 492934726, lire en ligne)
  2. Pierre Narbaitz, Nabarra : ou, Quand les Basques avaient des rois, Pampelune / Bayonne, Diffusion « Zabal », , 637 p. (ISBN 8439964927 et 9788439964926, OCLC 4807413)
  3. At succedente aestate accito populi sui generali conventu, retulit eis sibi delatum rumorem, guod quaedam Vasconum pars jam pridem in deditionem suspecta, nunc defectionem meditata, in rebellionem assurgeret, ad quórum reprimendam pervicaciam ire publica utilitas postularet. Vita Hludovici Pii, 812. Jaime del Burgo, “Historia de Navarra, la lucha por la libertad”, Ediciones Giner, 1978, p. 259
  4. Superato autem pene difficili Pyrenaearum transitu Alpium, Pampalonam descendit: et in illis quam diu visum est moratus locis, ea quae utilitati tam publicae quam privatae conducerent ordinavit. Vita Hludovici Pii, 812.
  5. Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingien Thèse de doctorat et de Ph. D., Université de Montréal / Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010, Martin Gravel.

Articles connexesModifier