Ouvrir le menu principal

Seigneurie de la Côte-de-Beaupré

seigneurie du Québec

Seigneurie de la Côte-de-Beaupré
Image illustrative de l’article Seigneurie de la Côte-de-Beaupré
Mont Raoul-Blanchard, depuis la route 138 à Saint-Tite-des-Caps
Localisation
Coordonnées 47° 18′ 18″ nord, 70° 53′ 20″ ouest
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Géographie
Superficie 159 200 ha
Altitudes mini. m — maxi. 1 181 m
Compléments
Statut Seigneurie
Administration Séminaire de Québec

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

(Voir situation sur carte : Capitale-Nationale)
Seigneurie de la Côte-de-Beaupré

La Seigneurie de la Côte-de-Beaupré[1], aussi surnommée Terres du Séminaire, est un vaste domaine privé situé dans la région de la Capitale-Nationale, au Québec. Le territoire forme une large bande parallèle au fleuve Saint-Laurent à l'intérieur du massif des Laurentides, entre Stoneham, au nord de la ville de Québec, et la rivière du Gouffre à Saint-Urbain[2]. Formée en 1636, cette ancienne seigneurie de la Nouvelle-France appartient au Séminaire de Québec depuis 1680.

GéographieModifier

 
Plan de 1750 de la partie est de la Seigneurie de Beaupré (secteur Baie-Saint-Paul)

La superficie de la Seigneurie de Beaupré est 1 592 km2, ce qui est supérieur à celle de 55 États du monde[3].

Elle fait partie de dix municipalités locales et de trois municipalités régionales de comté (MRC) : La Jacques-Cartier, La Côte-de-Beaupré ainsi que Charlevoix-Est. S'étalant sur approximativement 85 km de longueur par 20 km de largeur, son sommet est le mont Raoul-Blanchard, lequel s'élève à 1 181 mètres et est situé au nord des localités de Saint-Tite-des-Caps et de Petite-Rivière-Saint-François

Dans sa partie la plus à l'ouest, elle est située tout juste au sud de la Forêt Montmorency (propriété de l'Université Laval) puis de la Réserve faunique des Laurentides[4].

HistoireModifier

La seigneurie de Beaupré est créée le par la Compagnie de la Nouvelle-France à Paris. De 1662 à 1668, François de Montmorency-Laval, alors vicaire apostolique de la Nouvelle-France, entreprend d'acheter les parts des associés propriétaires de la seigneurie[5].

À l'origine, la seigneurie comprenait l'Île d'Orléans, mais Mgr de Laval échange celle-ci en 1675 contre l'Île Jésus (maintenant Laval). Le , ce dernier fait don de la seigneurie au Séminaire de Québec.[2].

Dans le système établi par Mgr de Laval, les paroisses de la Côte-de-Beaupré avaient une dîme à payer au Séminaire. Le deuxième évêque de Québec, Mgr de Saint-Vallier, modifie toutefois le lien entre le Séminaire et les curés des paroisses, les libérant de leur obligation. Peu à peu, le Séminaire se départ des fermes et des villages de la Côte-de-Beaupré, conservant les terres et forêts au nord[2]

 
Vue de Château-Richer, du Cap-Tourmente et de la pointe de l'Île d'Orléans (1787)

Pendant presque trois siècles, le Séminaire utilise les terres de la seigneurie comme source d'approvisionnement alimentaire et énergétique. On y pratique l'agriculture et on y produit de la farine et des produits laitiers. À l'origine, on y récoltait principalement du bois de chauffage, notamment pour chauffer tous les pavillons du Séminaire.

Ce n'est qu'au début du XXe siècle, avec le développement de l'industrie papetière, que l'exploitation forestière prend une tournure plus commerciale[6]. En 1905, le Séminaire signe un contrat d'approvisionnement d'une durée de 50 ans avec la Sainte-Anne Power Company pour du bois de sciage. Cette dernière érige en 1914 un barrage sur Rivière Sainte-Anne ainsi qu'un moulin écorceur[7]. Cette compagnie a éventuellement été intégrée au sein de l'Abitibi-Price[7].

Le Séminaire conserve une grande partie de ces fermes jusque dans les années 1970. À titre d'exemple, l'actuelle Réserve nationale de faune du cap Tourmente est vendue en 1969 au Service canadien de la faune[8]. Le Séminaire conserve cependant un vaste territoire forestier au nord de la Côte-de-Beaupré et de la MRC de Charlevoix.

Encore aujourd'hui la Seigneurie de Beaupré est une source de revenus pour le Séminaire de Québec. Ces bénéfices sont surtout générés par l'exploitation forestière et éolienne. Le consortium Boralex/Gaz Métro y exploite depuis 2005 deux parcs éoliens d'une puissance totale de 272 MW[9]. La Seigneurie fait également office de pourvoirie en accordant des droits d'accès à son territoire pour environ 200 clubs de chasse et pêche ainsi que certains organismes et entreprises de villégiature[2].

Notes et référencesModifier

  1. « Seigneurie de la Côte-de-Beaupré », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 26 juin 2016)
  2. a b c et d « Séminaire de Québec: le legs de la Côte-de-Beaupré », sur Le Soleil, (consulté le 12 mai 2019)
  3. Benoît Grenier, « Persistances seigneuriales », Continuité, no 138,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  4. « La Forêt Montmorency, station expérimentale de l'Université Laval, a inauguré le 18 juin un sentier de vulgarisation en foresterie », sur Université Laval, Le Fil,
  5. http://www.seminairedequebec.org/seigneurie-de-beaupre/
  6. Eric Alvarez, « Les terres du Séminaire: une Mission qui porte fruit depuis 350 ans », sur La Forêt à Coeur,
  7. a et b Lise Buteau, « La Côte-de-Beaupré : sa trame événementielle », Histoire Québec, vol. 11, no 3,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  8. « La Côte-de-Beaupré : un parcours patrimonial exceptionnel » [PDF], sur Société du patrimoine et d’histoire de la Côte-de-Beaupré,, p. 20
  9. « Énergie éolienne : Boralex et Gaz Métro remportent des contrats pour 272 MW - Parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré », sur Parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré (consulté le 2 juin 2019)

AnnexesModifier