Ouvrir le menu principal

Comté de Bitche

possession des ducs de Lorraine
(Redirigé depuis Seigneurie de Bitche)
Comté de Bitche
(de) Grafschaft Bitsch
(la) Comìtatus Bidecensis

XIe siècle – 1751

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Territoire du comté vers 1400 (en rose clair)
Informations générales
Statut Comté de Lorraine
Capitale Bitche
Langue francique rhénan de facto
Religion catholicisme
Histoire et événements
XIe siècle création
XIIe siècle première mention
ajout d'Achen à la seigneurie
XIIIe siècle perte de Montbronn au profit des Lichtenberg
1272 perte d'Achen au profit des Lützelstein
1275 perte de Reyersviller au profit des Fleckenstein
1297 unification avec la partie orientale du comté de Deux-Ponts
XIVe siècle perte de Schweyen au profit des Lichtenberg
1527 retour de Reyersviller dans le comté
1553 retour d'Achen dans le comté
1570 à 1604 litige entre duché de Lorraine et comté de Hanau-Lichtenberg
1606 retour de Schweyen dans le comté qui rejoint le bailliage d'Allemagne de Lorraine
1680 réunion au royaume de France par la chambre de Metz
1697 Traité de Ryswick qui rend le comté à la Lorraine
1751 devient le bailliage de Bitche du duché de Lorraine
1766 le duché de Lorraine est intégré définitivement au royaume de France
1790 création du district de Bitche et du département de la Moselle
Seigneur de Bitche
(1er) 1176-1206 Ferry Ier de Lorraine
(4e) 1276-1297 Ferry III de Lorraine
Comte de Deux-Ponts-Bitche
(1er) 1297-1321 Eberhard de Deux-Ponts
(De) 1540-1570 Jacques de Deux-Ponts-Bitche

La seigneurie ou le comté de Bitche (allemand : Herrschaft bzw. Grafschaft Bitsch) est un ancien comté ou seigneurie du duché de Lorraine et du Saint-Empire. Il relevait des ducs : le duc Ferry Ier, † 1206, avait d'abord été connu sous le nom de Ferry/Frédéric de Bitche.

En , le duc de Lorraine Ferry III vend la seigneurie de Bitche à Eberhard de Deux-Ponts, qui l'unifie avec la partie orientale des États de Deux-Ponts en « comté de Deux-Ponts-Bitche » ; le comté de Deux-Ponts venait d'un démembrement du comté de Sarrebruck, et ses comtes constituaient une branche cadette des comtes de Sarrebruck. Le Pays de Bitche redevient lorrain en et est brièvement intégré au royaume de France de à . Il est transformé en bailliage du duché de Lorraine en , qui devient définitivement français en avec l'annexion de la Lorraine par la France.

ToponymieModifier

HistoireModifier

XIIe-XIVe siècleModifier

 
Carte du comté à la fin du XIIe siècle.

La première mention du nom de Bitis se trouve dans une lettre datée du milieu de XIIe siècle et dans laquelle le duc de Lorraine, Ferry Ier demande au comte de Sarrewerden de respecter les limites ainsi que les habitants de sa seigneurie. Dans cette lettre écrite en lettres gothiques, mais en latin, les limites de cette seigneurie sont parfaitement établies (voir cette lettre dans Wikisource : Seigneurie de Bitche en 1196). Sur le Schlossberg, au nord du village de Lemberg, s'élevait le premier château de Bitche, ou Alt-Bitsch, mentionné sous la forme Bitis Castrum en 1172 dans un document où Ferry Ier se dénomme lui-même comme « Dominus de Bites » (seigneur de Bitche)[13],[14].

Au XIIe siècle toujours, le village d'Achen, possession des Lützelstein, est donné au fils du duc Ferry II de Lorraine (lui-même fils de Ferry Ier), Réginald ou Renaud, alors seigneur de Bitche et comte de Blieskastel, qui le réunit à la seigneurie. Mais en , le duc Mathieu II de Lorraine signe un traité par lequel il promet de rendre le village d'Achen au comte Hugues de Lützelstein dès qu'il aura recouvré la seigneurie. Dans la suite, le comte Hugues paraît être rentré de fait en possession d'Achen, puisque, en , il donne le patronage et la dîme du village à l'abbaye de Sturzelbronn.

À partir de la fin du XIIe siècle, les sires de Lichtenberg, notamment grâce à une politique territoriale efficace, accroissent leurs possessions, et certaines possessions de la seigneurie de Bitche passent dans leur seigneurie, notamment Montbronn (au XIIIe siècle) et Schweyen (au XIVe siècle)[15].

En , le village de Reyersviller est donné en gage par le duc Ferry III de Lorraine à Henri de Fleckenstein.

Au XIIIe siècle, la seigneurie de Bitche était le seul territoire du duc de Lorraine à se trouver dans le domaine linguistique allemand et du fait du morcellement des possessions des comtes de Deux-Ponts, elle se trouvait géographiquement isolée.

Le comte Eberhard Ier de Deux-Ponts-Bitche († 1321) proposa alors un accord d’échange au duc Ferry III (1240-1303). Cette transaction se fit par deux traités : celui du et celui du . À cette date, Eberhard Ier unit par union personnelle la seigneurie avec la partie orientale des États de Deux-Ponts ou bailliage de Lemberg (Palatinat), comme « comté de Deux-Ponts-Bitche ». Il crée aussi, dit-on, le second château de Bitche sur le rocher actuel de la ville de Bitche avant de mourir en .

XVe-XVIe siècleModifier

Article détaillé : Comté de Deux-Ponts-Bitche.

En , Balthazar, descendant d'Henri de Fleckenstein, vend Reyersviller au comte de Deux-Ponts-Bitche.

En , le comte Jacques (1510-1570 ; aussi seigneur de la moitié de Lichtenberg et d'Ochsenstein) succède à son frère, Simon V Wecker, et n'a, comme lui, qu'une fille pour héritière : Ludovica-Margaretha de Bitche-Lichtenberg, épouse de Philippe V de Hanau-Lichtenberg. Jacques est donc le dernier comte de Deux-Ponts-Bitche, la succession se faisant normalement en lignée mâle.

Le , le comte de Nassau-Sarrebruck cède le village d'Achen au comte Jacques. Le village retrouve ainsi le comté de Bitche.

Conflit autour de la succession du comté (1570-1604)Modifier

En , à la mort du comte Jacques/Jacob, une querelle s'éleva entre les maris des deux cousines héritières, Amélie (fille de Simon V Wecker et femme de comte Philippe Ier de Linange-Westerburg) et Louise-Marguerite (épouse du comte Philippe V de Hanau-Lichtenberg). Il y avait même une autre candidate à la succession, Elisabeth (1504-1575), sœur de Simon V Wecker et de Jacques de Deux-Ponts-Bitche et femme de Jean-Louis comte de Sulz (Grafen von Sulz), mais elle renonça ver 1573. Philippe V aurait pu s'imposer sans problème sur son rival Philippe Ier, s'il ne s'était pas rallié aux luthériens lorsque se répandit la réforme protestante, se faisant du duché de Lorraine catholique un ennemi. En fin de compte, Amélie de Bitche, fille de Simon Wecker, nièce de Jacques et épouse de Philippe Ier de Linange-Westerburg, vendit la terre de Bitche au duc de Lorraine Charles III (1543-1608) pour la somme de 50 000 écus.

Philippe V réclama alors l’héritage de son beau-père Jacques. Le duc de Lorraine le lui reconnut. Cependant, le nouveau seigneur protestant, voulut imposer sa religion à ses sujets selon la règle qui voulait à l’époque qu’on épousât la religion du souverain : cujus regio, ejus religio. Philippe y mit tant de vigueur, allant jusqu’à emprisonner le supérieur de l’abbaye de Sturzelbronn, qu’il incommoda le duc de Lorraine qui le convoqua devant les assises de Nancy. Philippe refusa de s’y rendre et fut déclaré félon. Le duc de Lorraine fit assiéger Bitche en juillet . Au bout de quelques jours, le château se rendit mais Philippe put s’enfuir. Les troupes du duc de Lorraine prirent même dans la foulée le château de Lemberg (Palatinat) et les villages environnants, obligeant la population à prêter serment au duc. Ainsi, cet épisode contribua à confirmer l’autorité du duc de Lorraine sur la région de Bitche.

Philippe V, ne pouvant rien contre la puissance des Guise, branche cadette ultra-catholique de la Maison de Lorraine, opta pour l'action juridique. Au terme des conclusions du procès devant la Chambre impériale, la maison de Lorraine pouvait revendiquer non seulement les terres issues du partage territorial de , mais aussi prétendre à l'héritage des fiefs que les comtes de Linange avaient rachetés en .

Nouveau maître, le duc Charles III engagea Bitche à deux princes catholiques : Jacques III de Bade-Hachberg (1562-1590), puis son cousin germain Charles II de Hohenzollern-Sigmarigen (1547-1606) (ce dernier vers 1591-1599/1604 ; il avait d'ailleurs épousé la veuve du premier, Elisabeth de Culemborg-Pallandt)[16],[17].

En , c'est finalement un accord qui vint régler le partage entre la maison d'Hanau-Lichtenberg et le duché de Lorraine : le bailliage de Lemberg (Palatinat) (avec Philippsbourg) passe aux Hanau-Lichtenberg (fondus plus tard dans la Maison de Hesse-Darmstadt), et les autres territoires, avec entre autres Schweyen qui fait son retour dans le comté, sont revenus à la Lorraine.

XVIIe-XVIIIe siècleModifier

 
Carte militaire du comté (1749).

En , le comté de Bitche rejoint alors le bailliage d'Allemagne, l'une des trois circonscriptions administratives du duché de Lorraine.

Vers , Sarreck, Fénétrange, Sarrewerden, Sarralbe, Sarreguemines et Bitche sont constitués par le duc de Lorraine Charles IV en un duché de « Sareland » au bénéfice de son fils adultérin, le prince de Vaudémont.

Le comté est réuni au royaume de France par la Chambre de Metz entre et , date à laquelle il retourne au duché de Lorraine grâce aux traités de Ryswick de 1697.

Lors de la suppression du bailliage d'Allemagne, en , le bailliage de Bitche est créé et une grosse partie du comté y est intégrée, à l'exception des villages d'Achen, Etting, Kalhausen, Obergailbach, Gros-Réderching et Weidesheim qui passent quant à eux dans le bailliage de Sarreguemines.

En , le duché de Lorraine et de Bar est intégré au royaume de France, devenant le grand-gouvernement de Lorraine-et-Barrois. Son histoire devient alors l'histoire d'une province française.

À la suite de la Révolution de , les entités territoriales de l'Ancien Régime sont supprimées, et Bitche devient le siège d'un district du département de la Moselle fraîchement créé. Montbronn y est aussi intégré, et le village perd ainsi son statut vieux de près de 600 ans d'enclave dans le pays de Bitche.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'or à un écusson de gueules[18].

CompositionModifier

Liste des seigneurs ou comtes de BitcheModifier

Maison de LorraineModifier

La terre du comté appartenait à la famille de Lorraine dès le commencement du XIe siècle. Les ducs de Lorraine en jouissaient donc déjà à l'époque, voir liste des ducs de Lorraine avant 1176.

Maison de Deux-PontsModifier

  • Eberhard de Deux-Ponts, de 1297 à 1321, après échange de la seigneurie avec le duc de Lorraine.
  • Simon Ier, de 1321 à 1355.
  • Jean Hanemann Ier, de 1355 à 1400.
  • Jean Hanemann II, de 1400 à 1418, règne les premières années conjointement avec son frère Simon III Wecker.
  • Frédéric, de 1418 à 1474, son frère Henri Ier épouse Cunégonde d’Ochsenstein et fonde la branche cadette des Deux-Ponts-Bitche-Ochsenstein.
  • Simon IV Wecker, de 1474 à 1499.
  • Renaut, de 1499 à 1532.
  • Simon V Wecker, de 1532 à 1540, ne laisse qu'une fille, Amélie (mariée à Philippe Ier de Linange-Westerburg), la succession passe donc à son frère.
  • Jacques, de 1540 à 1570, qui ne laisse lui aussi qu'une fille, Louise-Marguerite, qui épousera le comte Philippe V de Hanau-Lichtenberg.

Le titre de seigneur ou de comte de Bitche disparaît au retour du comté au duché de Lorraine: voir liste des ducs de Lorraine à partir de 1570.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • L'Académie, Mémoires de l'Académie impériale de Metz : les ruines du comté de Bitche, vol. 43, Metz, Académie nationale de Metz, , 662 p. (notice BnF no FRBNF32813131), chap. I-III (« les villages »), p. 158-161
  • (fr) Émile Auguste Nicolas Jules Bégin, Histoire des duchés de Lorraine et de Bar, et des trois évêchés, Meurthe, Meuse, Moselle, Vosges, Nancy, Vidart et Jullien, (lire en ligne), p. 81.
  • (fr) Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, vol. 3 : depuis l'entrée de Jules César dans les Gaules, jusqu'à la cession de la Lorraine, (lire en ligne), p. XI.
  • (de) Hans-Walter Herrmann (dir.), Geschichtliche Landeskunde des Saarlandes, vol. 2 - Von der fränkischen Landnahme bis zur französischen Revolution : Die Grafschaft Zweibrücken-Bitsch, Sarrebruck, , p. 323-332.
  • (de) Johann Georg Lehmann, Urkundliche Geschichte der Grafschaft Hanau-Lichtenberg, Mannheim, .
  • (de) Carl Pöhlmann, Abriss der Geschichte der Herrschaft Bitsch, .
  • Recueil de documents sur l'histoire de Lorraine, Nancy, A. Lepage, , 298 p. (notice BnF no FRBNF32849222), « Descriptions particulières des duché de Lorraine, comtez et seigneuries en dépendantes et notamment du comté de Bitche », p. 109-111, 140-142.
  • (de) Detlev Schwennicke, Europäische Stammtafeln, vol. XVII : Zwischen Maas und Rhein, Francfort, , p. 148-149.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. « Correspondance de René II duc de Lorraine et de Philippa de Gueldres », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  2. « Ensemble documentaire AnvilFr », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  3. (la) « Generalis Lotharingiae Ducatus Tabula », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  4. « Carte générale de Lorraine et Alsace », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  5. (la) « Generalis Lotharingiae Ducatus Tabula », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  6. (la) « Lotharingiae Tabula generalis », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  7. (la) « Mappa geographica ducatus Lotharingiae », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  8. « La Géographie Universelle », sur books.google.fr (consulté le 7 août 2016)
  9. « Estats entre la Nied la Sare et le Rhin », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  10. « Traité concernant la liberté du commerce et de peage », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  11. « Carte du Comté de Bitche », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  12. « Carte des frontières de la Lorraine », sur Europeana (consulté le 7 août 2016)
  13. « Acte de 1196 », sur Overblog (consulté le 4 avril 2016)
  14. « La terre de Bitche et le duché de Lorraine,p. 319-325, par Albert Eisele », sur Documents Irevues
  15. « Histoire de Schweyen », sur le site du Bitscherland (consulté le 4 avril 2016)
  16. « Bitche, p. 61 », sur Bitcherland, par Albert Grill, chez "Gens d'ici - Cheminements", 2006
  17. « Chambre des Comptes de Lorraine : Bitche, p. 326 et 332-333 », sur Archives départementales de la Meurthe antérieures à 1790
  18. Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868, Impr. nationale, Paris
  19. Les ruines du comté de Bitche, p. 158-161.
  20. Villages disparus d'Alsace : Wersingen, p. 60-61.
  21. Dénombrement du duché de Lorraine en 1594 par le président Alix, p. 109-111.

NotesModifier

(de)/(fr) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en allemand « Zweibrücken-Bitsch » (voir la liste des auteurs) et en français « Pays de Bitche » (voir la liste des auteurs).