Ouvrir le menu principal

Section des Lombards

section révolutionnaire de Paris

ReprésentantsModifier

Elle était représentée à la Commune de Paris par[2]. :

TerritoireModifier

Secteur entre les rues Saint-Martin et Saint-Denis, depuis la tour Saint-Jacques jusqu’à la rue aux Ours.

LimitesModifier

La rue Saint-Martin, à droite, depuis la rue aux Ours, jusqu’à la rue Saint-Jacques-la-Boucherie : la rue Saint-Jacques-la-Boucherie, à droite, jusqu’à la rue Saint-Denis : la rue Saint-Denis, à droite, jusqu’à la rue aux Ours : la rue aux Ours, à droite de la rue Saint-Denis à la rue Saint-Martin[3].

IntérieurModifier

Les rues Salle-au-Comte, Quincampoix, de Venise, Aubry-Boucher, Trousse-Vache, Oignard, des Trois-Maures, des Cinq-Diamants, des Lombards, de la Vieille-Monnaie, de la Heaumerie, Mariveau, des Écrivains, d'Avignon, etc., et généralement toutes les rues, culs-de-sacs ; places, etc. enclavés dans cette limite.

LocalModifier

La section des Lombards se réunissait dans l’église Saint-Jacques-la-Boucherie, dont le seul vestige conservé est son clocher : la Tour Saint-Jacques.

PopulationModifier

14 800 habitants, dont 560 économiquement faibles. La section comprenait 2 500 citoyens actifs.

9 Thermidor an IIModifier

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section des Lombards soutint la Convention nationale, sauf Lelièvre qui prêta serment à la Commune de Paris.

Le commandant de la Garde nationale de la section des Lombards, Chatelin, sera lui aussi guillotiné le 11 thermidor an II.

ÉvolutionModifier

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier des Lombards (6e arrondissement de Paris)[4].

Lien externeModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. Plan avec les sections révolutionnaires de Paris
  2. Nicolas Appert, le futur inventeur de la conserve alimentaire, en sera président en 1793.
  3. Procès-verbal de l’Assemblée nationale, t. 22, Paris, Baudouin, 1789, p. 60.
  4. Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris, de Félix et Louis Lazare, 1855.