Scuola dei Calegheri (Venise)

scuola dans Venise
Scuola dei Calegheri
Scoletta dei Calegheri
Campo San Toma- Scoleta dei calegheri (Venice).jpg
La scoletta dei Callegheri (Campo San Tomà)
Présentation
Type
Style
Localisation
Adresse
Coordonnées

La Scuola de Sant'Aniano dei Calegheri  abritait l’école de dévotion et de charité de l’art des cordonniers de Venise. Elle est située sur le Campo San Tomà dans le sestiere de San Polo.

Statue de dévotion au-dessus de l’entrée
Bas-relief représentant Saint Marc guérissant Saint Aniano, patron des Calegheri.(1479)

HistoriqueModifier

La Scuola dei Calegheri (ou La scoletta dei Callegheri) est probablement née vers la seconde moitié du XIIIe siècle. À partir de 1446, la corporation eut le privilège d'offrir chaque année à la fête de la Sensa, une paire de sabots à la dogaresse.

Le bâtiment abrite maintenant une bibliothèque de quartier.

L'art des callegheri et zavateriModifier

L'art des calegheri (calzolai) et des zavateri[1] rassemblait les artisans cordonniers de nationalité non-allemands (qui eux avaient leur propre schola).

Dans le capitolare Veneziano dei Calegheri du sont signalés les différents types de chaussures produites à la main, comme les sabots en bois (patitos ou zoccoli), les pantoufles (ciabatte) et les chaussures (stivallo). Le mariegola date de 1446.

L'art des cordonniers fut sous-divisé en cinq branches (colonnelli) :

  • les socholari ou cocholarri : produisant des sabots;
  • les patinari : produisant des patins ou semelles de bois adaptées au pied;
  • les calegheri : produisant des chaussures et bottes neuves;
  • les zavatteri ou ciabbattini di arte vechia : réparaient les chaussures utilisées;
  • les solarii : produisant des semelles de cuir utilisées en substitution des chaussures.

D'après un recensement de 1773, l'art comportait 338 capimaestri, 181 garzoni, 653 ouvriers, 340 boutiques, 22 postes fermés et 165 postes d'expédition (inviamenti).

L'art des callegheri tedeschiModifier

 
Bas-relief des callegheri tedeschi

Les cordonniers allemands avaient leur propre schola.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier