Scotto-Canadiens

Description de l'image Flag of Scottish Canadians.png.
Populations significatives par région
Drapeau du Canada Canada 4 719 850 (2006)[1]
Autres
Régions d’origine Écosse
Langues Anglais canadien, gaélique canadien, scots
Religions Christianisme
Ethnies liées Écossais

Les Scotto-Canadiens sont les Canadiens d'ascendance écossaise. Au début du XXIe siècle, c'est le troisième groupe ethnique le plus important au Canada.

OrigineModifier

Les ancêtres des Scotto-Canadiens sont originaires de l'Écosse et majoritairement de la région des Highlands.

Il ne faut pas les confondre avec les Scots d'Ulster, qui sont des Écossais originaires d'Irlande (Scotch-Irish en anglais), mais les deux groupes ethniques partagent en commun les mêmes traditions puisqu'ils font partie des Gaels.

HistoireModifier

ImmigrationModifier

Entre le XVIIIe et XIXe siècle, un nombre important d'Écossais ont immigré au Canada pour des raisons politiques et religieuses. Durant les clearances qui ont affecté les Highlands autant que les Lowlands et la famine de pomme de terre dans les Highlands, des milliers de fermiers de type crofters et cotters se font expulser de leurs terres et immigrent en Amérique du Nord ou en Australasie.

Les immigrants écossais s'installent dans les Maritimes où ils vivent de façon traditionnelle en communauté isolée. 1773 est marqué par la première importante vague immigratoire écossaise en Nouvelle-Écosse via Pictou qui est surnommé "le lieu de naissance de la Nouvelle-Écosse". Au fil des années, la diaspora s'éparpille sur l'île du Cap-Breton où on y parle seulement gaélique écossais. Ailleurs dans les Maritimes, l'Île-du-Prince-Édouard a été fortement influencée par les Écossais particulièrement grâce à John MacDonald de Glenaladale[2] qui débarqua sur l'île avec 210 colons[3] en 1772 et Thomas Douglas, 5e comte de Selkirk qui offrira des terres agricoles à des fermiers victimes des clearances en 1803. Tandis qu'au Nouveau-Brunswick, la région attira de nombreux commerçants écossais dès 1764 quand William Davidson de Caithness s'y installa.

En 1781, des loyalistes donc la plupart écossais sont expulsés des États-Unis pendant la guerre d'indépendance. Ceux-ci trouvent refuge dans les colonies de l'Amérique du Nord britannique notamment dans la province de Québec, le comté de Glengarry (aujourd'hui les cantons de Glengarry Nord et Glengarry Sud) ainsi que les Maritimes.

Entre 1867 et les années 1920, le gouvernement canadien espérait développer l'économie dans l'ouest canadien alors peu peuplé du pays. Il a installé des bureaux dans des villes d'Irlande et d'Écosse, et des agents ont parcouru le territoire en collant des affiches attrayantes, en donnant des conférences, en distribuant des brochures et en essayant individuellement de persuader les agriculteurs et les travailleurs des vertus de la vie au Canada. Bien que de nombreuses personnes aient accepté d'émigrer, les agents ont dû faire face à la concurrence des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande, de l'Australie et de l'Afrique du Sud, et les opposants à l'émigration ont mis en garde contre les difficultés au Canada.

InfluenceModifier

CulturelleModifier

Le Canada a hérité de la culture écossaise.

On peut citer notamment l'île du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse où on trouve une forte concentration culturelle. Pour perpétuer les traditions dans la région, l'institution éducative à but non lucratif Gaelic College[4] (Colaisde na Gàidhlig en gaélique écossais) se donne pour mission de transmettre la culture écossaise en différents programmes.

Drapeaux et armoiriesModifier

La plupart des drapeaux ou armoiries nationales ou provinces possèdent des symboles attribuables au drapeau et aux armoiries de l'Écosse:

D'autres symboles comme la licorne héraldique ou le chardon sont présents sur certaines armoiries du pays.

ÉvénementsModifier

Highland gamesModifier

Les highland games se sont développés à l'extérieur de l'Écosse au cours du XIXe siècle. Les premiers jeux en sol canadien ont lieu à Glengarry en 1819 avec la fondation de la Highland Society, mais se sont rapidement dissouts par la suite[5].

Suite aux jeux permanents du Caledonian Club à l'Île-du-Prince-Édouard en 1838, les éditions ont émergé à travers le pays. En 1997, un timbre de Postes Canada rend hommage aux highland games[6].

Le 31 juillet 2004, les jeux de Glengarry, à Glengarry Nord, se sont inscrits dans le livre des Records Guinness pour la plus grande danse des Highlands à laquelle 505 anciens et récents danseurs de la McCulloch School of Dance ont participé[7].

Tartan DayModifier

Le Tartan Day (Journée du Tartan en français) est célébré au Canada depuis 1986, précisément le 6 avril. Cette journée, commémorant la déclaration d'Arbroath, a été introduite par les Néo-écossais Bill Crowell et Jean MacKaracher-Watson[8].

Personnalités nommablesModifier

À l'internationalModifier

La ville de Waipu en Nouvelle-Zélande a été fondée à l'arrivée de 800 colons et presbytériens scotto-canadiens et scotto-australiens sous l'invitation du révérend Norman McLeod. La plupart des habitants sont de descendance scotto-canadienne de Pictou et St. Ann en Nouvelle-Écosse.

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/dp-pd/hlt/97-562/pages/page.cfm?Lang=E&Geo=PR&Code=01&Table=2&Data=Count&StartRec=1&Sort=3&Display=All&CSDFilter=5000
  2. Parcs Canada, « Capitaine John MacDonald de Glenaladale (1742–1810) », sur gcnws, (consulté le 12 décembre 2019)
  3. « Biography – MacDONALD OF GLENALADALE, JOHN – Volume V (1801-1820) – Dictionary of Canadian Biography », sur www.biographi.ca (consulté le 12 décembre 2019)
  4. (en-US) « Colaisde na Gàidhlig / The Gaelic College », sur Colaisde na Gàidhlig / The Gaelic College (consulté le 22 décembre 2019)
  5. « Jeux des Highlands | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le 22 décembre 2019)
  6. « Highland Games - Canada Postage Stamp », sur postagestampguide.com (consulté le 22 décembre 2019)
  7. (en-GB) « Largest Highland dance », sur Guinness World Records (consulté le 22 décembre 2019)
  8. (en) « Tartan Day in Canada | Scotland.org », sur Scotland (consulté le 22 décembre 2019)

Articles connexesModifier