Scholastique Daivier

Dame Scholastique Daivier (au civil Marie-Antoinette Daivier) est une moniale cistercienne belge née le à Anderlues (Belgique) et morte en 1805 à l'abbaye de Soleilmont, Gilly (Belgique). Elle fut la dernière abbesse d'Ancien Régime de Soleilmont.

Scholastique Daivier
Image dans Infobox.
Portrait daté de 1780 (signé P.D.B.)
Fonction
Abbesse
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Gilly[1]
Autres informations
Religion
Ordre religieux

BiographieModifier

Baptisée à sa naissance 'Marie-Antoinette', Scholastique Daivier est la cadette d'une famille de huit enfants. Elle est la fille de Jean Daivier (cultivateur) et Marie-Antoinette Ducarme. Se destinant à la vie monastique, elle fut admise à l'abbaye de Soleilmont où elle fit profession solennelle, le sous le nom de sœur Scholastique.

À la suite du décès de Dame Bernarde l'Evêque, abbesse de Soleilmont, le , l'élection de celle qui lui succéderait eut lieu le . Scholastique Daivier fut élue, devenant ainsi la vingtième abbesse de l'abbaye Notre-Dame de Soleilmont. Avant de recevoir les lettres patentes, Dame Daivier dut promettre, le , de payer une pension de 300 florins par an au profit des personnes désignées par son Altesse Royale Marie-Thérèse.

Dame Scholastique choisit pour blason : d'azur sur un calvaire ou croix de sable posée sur un tertre semblable, sur lequel s'élèvent, à droite et à gauche, trois brins d'herbe recourbés aussi de même; coupé d'azur; chapé d'argent au chevron d'or accompagné de deux étoiles du même en chef et d'un oisillon de même empointe.

L'installation de l'abbesse eut lieu le . Le père-abbé de l'abbaye d'Aulne, Dom Joseph Scrippe, communiqua les lettres patentes de sa majesté impériale et royale Marie-Thérèse.

De graves événements se passèrent sous l'abbatiat de Scholastique Daivier : la Révolution française et ses conséquences. Dame Daivier les géra de manière exemplaire. Il ne faut pas oublier que l'abbaye de Lobbes, l'abbaye d'Aulne ainsi que l'abbaye d'Aywiers n'existent plus. Elles furent supprimées - et les religieuses expulsées - par les révolutionnaires français. Cela semblait bien être la fin de la vie monastique dans les Pays-Bas méridionaux. Au contraire de beaucoup d'autres l'abbaye de Soleilmont renaquit de ses cendres et aujourd'hui encore, continue la tradition monastique féminine.

Après 29 ans à la tête de l'abbaye de Soleilmont, Dame Daivier avait donné l'exemple du courage. Les persécutions n'avaient pu l'abattre. Vers 16h, le 27 Thermidor de l'an 13 de la république française (le ), Scholastique Daivier âgée de 75 ans s'éteignit. Elle fut enterrée sous le chœur de l'église abbatiale.

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • Notices historiques (les Abbesse de Soleilmont) de Ignace Van Spilbeeck (Chanoine)
  • Régistre des baptêmes de l'église d'Anderlues
  • Archives Daivier