Sayyid (arabe : sayyid, سـيّد, pluriel sāda, سادة; parfois transcrit Seid[1] ou Sid ; « seigneur / maître ») est un titre honorifique traditionnellement appliqué gens reconnus descendants du prophète de l'Islam[2], Mahomet. Le mot signifie littéralement « seigneur », « prince » ou « maître », et il est aussi fréquemment donné à des musulmans de haut rang.

GénéalogieModifier

Les Sayyid sont tous descendants de l'union de la fille du prophète de l'Islam, Fatima Zahra avec son cousin et beau-fils Ali ibn Abi Talib. Ils sont eux-mêmes descendants des Quraysh (qui descendraient d'Ismaël, fils du prophète Abraham).

JurisprudenceModifier

La jurisprudence islamique prévoit que ni les « gens de la maison » (Ahl-ul-bayt) ni les descendants directs de Mahomet par l’un des douze imams (Sayyid) ne peuvent percevoir d’aumône (Zakat). Ils peuvent toutefois percevoir l’aumône de fin du Ramadan (Zakat al-Fitr) d’un autre sayyid. Dans l'Islam chiite, ils peuvent recevoir une part de l'impôt appelé Khoms avec l’autorisation des juristes appelés Marja`-e Taqlid.

Appellation selon les régions linguistiquesModifier

Langue Transcription Région d'utilisation
Arabe Sayyid, Sayid, Sidi Monde arabe
Persan Sayyed, Sayed, Seyyed (Seyyede pour les femmes) Iran, Afghanistan, Azerbaïdjan et Turkestan
Turc Seyed, Seyit, Seyyid, Sayed Turquie, Azerbaïdjan et Turkestan
Ourdou, Punjabi Syed Pakistan et Inde
berbère Sid Maghreb
Gujarati Syedna Pakistan, Inde
Autres Saiyed, Siyyid

Il y a deux types de sayyid :

Dans le monde arabe, généralement les Hassani sont appelés chérifs.

AfghanistanModifier

En Afghanistan, les Sayyids (Sâda ou Sadat) sont reconnus comme un groupe ethnique. Les Sayyids du nord vivent généralement dans les régions de Balkh et Kunduz; tandis qu'à l'est, on les rencontre dans la province de Nangarhar. Si la plupart des Sadat sont sunnites, on rencontre aussi des chiites dans la province de Bamiyan[3].

Le , s'adressant au rassemblement Sadat dans le palais présidentiel, le président Ashraf Ghani a déclaré qu'il publierait un décret sur l'inclusion du groupe ethnique Sadat dans la nouvelle carte d'identité nationale électronique (e-NIC), déclarant que cette mention serait désormais obligatoire[4],[5].

Exemples de familles SayyidModifier

Ancêtre Titre Arabe Surnom Arabe Titre Perse
Ali ibn Abi Talib Allawi[6] Allawi[6] Alavi[6]
Hasan ben Ali al-Hashimi or al-Hassani al-Hashimi or al-Hassani Hashemi, Hassani, or Tabatabai
Husayn ibn Ali al-Hussaini al-Hussaini[7] Hosseini
Ali ibn Husayn Zayn al Abidin al-Abidi al-Abidi Abedi
Zayd ibn Ali ach-Chahid az-Zaidi al-Zaidi Zaidi ou Zeidi
Muhammad al-Baqir al-Baqiri al-Baqiri Baqeri
Jafar as-Sadiq al-Ja'fari al-Ja'fari Jafari
Musa al-Kazim al-Mousawi al-Mousawi Mousavi ou Kazemi
Idris Al Awwal al-Idrisi al-Idrisi
Ali ar-Rida ar-Ridawi al-Ridawi ou al-Radawi Razavi, Rizavi, Rizvi
Muhammad at-Taqi at-Taqawi al-Taqawi Taqavi
Ali al-Hadi an-Naqawi al-Naqawi Naqavi

Notes et référencesModifier

  1. Bouillet Chassang, Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, Paris, Hachette, 1878 (26e éd.) (lire en ligne), p. 1737b
  2. (en) Paul Dresch, Tribes, Government, and History in Yemen, Oxford/New York/Toronto etc., Oxford University Press, , 480 p. (ISBN 0-19-827790-3, lire en ligne), p. 140
  3. (en) « Ethnic Identity and Genealogies », sur Program for Culture and Conflict Studies – Naval Postgraduate School (consulté le )
  4. (en) « President Ghani to Issue Legislative Decree on Recognizing 'Sadat' as Ethnic Group », sur ariananews.af, Ariana News, (consulté le )
  5. (en) Azizullah Hamdard, « Ghani decrees mentioning Sadat tribe in electronic ID card »  ,
  6. a b et c Il y a débat[réf. nécessaire] pour savoir si les Allawi, Alavi sont sayyid : en effet, ils ne sont pas les descendants de Fatima Zahra bint Mohammad, mais des autres épouses d’`Alî, et ne comptent ainsi pas au nombre des descendants de Mahomet.
  7. Autres, El-Husseini, Husseini, et Hussaini.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier