Dans la mythologie romaine, Sarritor (du latin «sarrio», sarcler) était le dieu du sarclage et du désherbage.

Cette divinité mineure est une des nombreuses divinités agricoles associées à Cérès et invoquées dans les indigitamenta, recueil d'invocations rituelles conservés par les pontifes, connu seulement par des citations éparses[1]. Ces rituels devaient être célébrés par un flamine mineur, le flamen cerialis[2]. Chaque action humaine était décomposée en une suite d'actions élémentaires, avec pour chacune un esprit spécialisé que l'on invoquait[3].

Sarritor apparaît dans la liste des douze agents des indigitamenta énumérés par Fabius Pictor[4], tandis que Varron le nomme par une forme verbale sarrire[5]. Le flamine l'invoquait après avoir offert un sacrifie à Tellus, la Terre Mère, et à Cérès, entre l'invocation d’Occator (le hersage) et celle de Subruncinator (le binage)[3].

RéférencesModifier

  1. « Le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Daremberg et Saglio, article Indigitamenta », sur Université Toulouse Jean Jaurès, (consulté le )
  2. « Le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Daremberg et Saglio, article Flamen », sur Université Toulouse Jean Jaurès, (consulté le )
  3. a et b Pierre Boyancé, « Les origines de la religion romaine », Etudes sur la religion romaine, École Française de Rome, 1972. pp. 1-16. (Publications de l'École française de Rome, 11), passage p. 3
  4. Le passage de Fabius Pictor est perdu, mais évoqué par le grammairien Servius dans ses Commentaires des Géorgiques de Virgile, 1, 21
  5. Jean Bayet, « Les Feriae Sementiuae et les indigitations dans le culte de Cérès et de Tellus », Revue de l'histoire des religions, tome 137, no 2, 1950, p. 172-206, [1], passage= 180-181.