Ouvrir le menu principal

Sapogne-et-Feuchères

commune française du département des Ardennes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Feuchères.

Sapogne-et-Feuchères
Sapogne-et-Feuchères
Le village de Sapogne, en venant de Feuchères.
Blason de Sapogne-et-Feuchères
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Nouvion-sur-Meuse
Intercommunalité Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Frédéric Gillet
2014-2020
Code postal 08160
Code commune 08400
Démographie
Gentilé Sapognards
Population
municipale
516 hab. (2016 en diminution de 1,34 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 39″ nord, 4° 47′ 47″ est
Altitude Min. 149 m
Max. 300 m
Superficie 10,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sapogne-et-Feuchères

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Sapogne-et-Feuchères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sapogne-et-Feuchères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sapogne-et-Feuchères
Liens
Site web www.sapogne-feucheres.fr

Sapogne-et-Feuchères est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est. Ses habitants sont appelés les Sapognards.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Sapogne-et-Feuchères est située au sud-est de Charleville-Mézières.

 
Situation de Sapogne-et-Feuchères.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 071 ha. Son altitude varie entre 149 m et 300 m. Le village est situé sur une colline d’environ 200 mètres de haut.

La commune est bordée au sud par la forêt de Mazarin et à l'ouest par la forêt domaniale d'Élan.

HydrographieModifier

Le ruisseau de Sapogne prend sa source sur le territoire de la commune. C'est un affluent du canal des Ardennes.

Voies de communication et transportsModifier

La commune est traversée par la route départementale D 12, du sud-ouest vers le nord-est, en provenance de Vendresse et en direction de Donchery.

ToponymieModifier

Sapogne-et-Feuchères doit son nom à l’herbe à savon, la saponaire.

HistoireModifier

En 1828, la commune de Sapogne, instituée par la Révolution française, absorbe celle commune de Feuchères, située au nord-ouest de Sapogne, et prend son nom actuel de Sapogne-et-Feuchères[1].

À gauche de l’église se trouve le monument aux morts qui abrite les noms de 34 soldats morts pendant la guerre de 1914-1918. Les corps de ceux qui ont été retrouvés et reconnus ont été rapatriés vers le cimetière.[réf. nécessaire]

Le , lors de la bataille de France, Sapogne-et-Feuchères est prise par les Allemands du Panzer-Regiment 4 (2. Panzer-Division de Rudolf Veiel) qui a franchi le canal des Ardennes à Pont-à-Bar[2]. Modèle:Articlole connexe

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Charleville-Mézières du département des Ardennes. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la première circonscription des Ardennes.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Flize[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nouvion-sur-Meuse.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la petite communauté de communes du Pays des Sources au Val de Bar, créée fin 1995.

Celle-ci fusionne avec ses voisines pour former le la « communauté d’agglomération de Charleville-Mézières-Sedan » par l’arrêté préfectoral du , effectif au [3], qui prend ultérieurement le nom d'Ardenne Métropole, et dont est désormais membre la commune.

Celle-ci est bien une communauté d'agglomération, et non une métropole, au sens du code général des collectivités territoriales.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1810   Jean-Pierre Joseph Seÿler    
1844   Jean-Baptiste Gilmer    
1853   Nicolas Remy    
    Léon Baudry[réf. nécessaire]    
    Robert Rennesson[réf. nécessaire]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Claude Donnet[5]    
mars 2014 En cours Frédéric Gillet    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 516 habitants[Note 1], en diminution de 1,34 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405440486521739775836811808
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
826800874889838802756777782
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
740617590559526418464392402
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
435450473504491523516--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune dispose d'une école primaire publique et d'une cantine-garderie (20 élèves en 2017)[9].

ÉconomieModifier

Le village possède une ancienne usine de chaises Saint-Joseph avec sa haute cheminée. Le village a compté jusque 3 fabriques de chaises : l'usine Saint-Joseph, l'usine Gilmer et l'usine Fuzelier Foulque. L'usine Fuzelier Foulque a fabriqué des chaises dès sa création. L'usine Gilmer a d'abord été une scierie. L'usine Saint-Joseph, qui a fonctionné jusque la fin des années 1960 a été d'abord un moulin à farine, puis une scierie, puis une fabrique de chaises. Plus de la moitié des Sapognards y travaillaient en tant que pailleuses pour les femmes ou bien charpentiers, bûcherons, etc. pour les hommes[10].

Le village bénéficie également de beaucoup de champs pour l’élevage et l’agriculture.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église du XIe siècle : édifiée vers le XIe-XIIe siècle, elle possède un clocher carré. Deux objets y sont classés : une cuve baptismale du XIIe siècle et un christ en bois du XVIe.[réf. nécessaire] On y trouve aussi un chemin de croix avec un magnifique vitrail Philippe II Auguste et un confessionnal. Sur un socle de bois a été édifiée une reproduction de Jeanne d’Arc en pierre. D’autres statues y sont « exposées ». On y trouve également d’autres vitaux simples composés de carrés colorés emboîtés. Au bout du chemin de croix se trouve la loge du curé.
  • Le monument aux morts abrite de nombreux soldats de la Première Guerre mondiale.
  • Usine Saint-Joseph, qui fabriquait des chaises très réputées[réf. nécessaire] jusqu'à la fin des années 1960.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Parti : au 1) mi-parti de menu vair de six cloches par tire, au 2) d'argent au lion d'azur ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé d'une feuilles de scie alésée d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

La scie représente le village, car l’industrie du bois était très importante de 1798 à 1962.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 308-311
  3. « Arrêté no 2013/207 du 23 avril 2013 portant création de la Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières / Sedan », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Ardennes, Charleville-Mézières,‎
  4. « Les maires de Sapogne-et-Feuchères », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 12 octobre 2019).
  5. Préfecture des Ardennes [réf. non conforme] consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Ministère de l'Éducation nationale, École primaire publique de Sapogne-et-Feuchères
  10. « Sapogne et Feuchères », Revue historique ardennaise,‎ , p. 256