Ouvrir le menu principal

Saosnes

commune française du département de la Sarthe

Saosnes
Saosnes
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Gilles Frénéhard
2014-2020
Code postal 72600
Code commune 72326
Démographie
Gentilé Saugonatien
Population
municipale
211 hab. (2016 en augmentation de 1,44 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 33″ nord, 0° 16′ 45″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 171 m
Superficie 11,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Saosnes

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Saosnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saosnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saosnes

Saosnes est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 211 habitants[Note 1].

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Saosnes est une commune rurale située dans la campagne du Saosnois, faisant partie du département de la Sarthe et de l'arrondissement de Mamers. Le bourg de Saosnes est à 5 km au sud-ouest de Mamers, 20 km au sud-est d'Alençon et 35 km au nord du Mans.

Géologie et relief, hydrographieModifier

La superficie de la commune est de 1 125 ha ; son altitude varie entre 104 et 171 m[1]. Le bourg de Saosnes est situé à l'ouest du territoire de la commune dans sa partie basse tandis que le lieu-dit de Montrenault est situé à l'est plus en hauteur. Les deux bourgs sont distants de 2 km.

Au sud du bourg de Saosnes passe la Saosnette, petite rivière qui traverse l'étang de Guéchaussé et qui est un affluent de la Bienne. Le lieu-dit de Montrenault est arrosé au sud-est de deux petits ruisseaux donnant naissance à celui des Moires[2].

Lieux-dits et écartsModifier

La commune est composée de nombreux lieux-dits dont notamment Montrenault, ancienne commune, absorbée par Saosnes en 1810[3], ainsi que Gué-Chaussée, les Marais, la Butte, la Cour, Villeneuve, Ville-Cauve, les Grandes-Maisons, le Prieuré, la Prévoté, la Cochardière, les Monts-Josson, Bellevue, les Buis, Blanche-Lande, etc.

Voies de communication et transportsModifier

La route départementale 300 (de Mamers au Mans, par Ballon) traverse le bourg de Montrenault. Le reste de la commune est parsemé d'un réseau de routes et chemins communaux.

ToponymieModifier

Sagona, Saconia, Sonnes avant 1801, puis Saone et enfin Saosnes, en référence à Saugonna la déesse gauloise des eaux[réf. à confirmer][4].

Pour l'ancienne commune de Montrenault : Mons Renaldi, Monte Reginaldi puis Mont-Regnault et enfin Mont-Renault probablement en référence à Regnault, seigneur de cette paroisse au XIIe siècle[2].

HistoireModifier

Saosnes fut la première capitale du Saosnois, chef-lieu du Pagus Sagonensis au IIIe siècle puis de la baronnie du Saosnois au XIIe siècle. La place forte de Saosnes semble avoir été détruite lors des invasions normandes. Elle fut remplacée par celle de Saint-Rémy-du-Plain vers le Xe siècle, tout en conservant une importance stratégique.

En 1098, le comte du Perche et seigneur du Saosnois, Robert II Talvas, fait réparer les forteresses de Saosnes et de Guéchaussée[5]. Il fait également édifier une ligne de fortifications de 16 km entre les places fortes de Saint-Rémy-du-Plain et de Peray en passant par Saosnes, suivant une frontière féodale[6]. Ce rempart est connu sous le nom de « Fossés-Robert » ou « fossés de Robert le Diable ».

La bataille de Saint-Rémy-du-Plain, livrée par les Bourguignons aux Armagnacs en 1412, eut lieu en partie sur le territoire de Saosnes[7].

Les places fortes de Saosnes sont démantelées et mises hors de service probablement avant le XIVe siècle car elles ne font pas partie de celles qui sont occupées par les Anglais en 1417 lors de la guerre de Cent Ans[7].

La commune absorbe Mont-Renault qui compte 183 habitants par décret impérial du 9 février 1810. De mémoire d'anciens[évasif], les maires de Saosnes et Mont-Renault auraient joué pour déterminer le nom de la commune nouvelle. Saosnes aurait gagné et Montrenault est maintenant un lieu-dit.

À la fin du XIXe siècle, des traces des Fossés-Robert subsistent et sont encore visibles près des fermes de la Bélière et de Mont-Josson, ces vestiges sont décrits par l'historien Gabriel Fleury[8]. Les dernières traces du fossé sont détruites en 1982[9].

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Noël Thébault    
1796 1796 Michel Charpantier    
1796 1800 Chamroux    
1800 1808 Victeur Grouas    
1808 1859 François Morineau    
1859 1875 Gabriel Jean Jacques Triger    
1877 1877 Alexandre Triger    
1877 1880 Principe Lenoir    
1880 1891 Auguste Chamroux    
1891 1892 Louis Vannier    
1892 ? Alphonse Lacroix    
? mars 2001 Georges Jarry    
mars 2001 En cours Gilles Frénéhard[10] SE Responsable commercial de magasin
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires de Montrenault
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1796 Michel Fontaine    
1796 1800 Marin Le Veau    
1800 ? Michel Fontaine    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2016, la commune comptait 211 habitants[Note 2], en augmentation de 1,44 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %). La population de Saosnes est passée de 335 habitants en 1806 à 600 en 1821 (absorption de Mont-Renault en 1810). Son apogée est atteint en 1851 avec 630 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
284335335600518611581600630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608577526508468437413366342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
341348323307307290278309309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
278265206185181189193208211
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Commune agricole : culture céréalière, élevage de vache laitière et pisciculture.

Lieux et monumentsModifier

  • Étang de Gué Chaussée : zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de deuxième génération. Il étend ses 29 hectares sur la commune de Saosnes et celle des Mées. Il présente des intérêts écologique (insectes, oiseaux), fonctionnels (zone migratoire) et aussi paysager. Selon Léon de La Sicotière dans Excursion dans le Sonnois (1840) : « L'étang de Guéchaussée forme une sorte d'oasis de fraicheur et de verdure, au milieu de l'aridité de la plaine. Il est fort étendu, mais peu profond et rempli d'arbres marécageux. Il doit à cette circonstance d'être fréquenté par une grande quantité d'oiseaux aquatiques, et de jouir d'un certain renom parmi les chasseurs. »
  • Motte castrale avec ruines.
  • Église Saint-Hilaire (XIe, XIIIe et XIXe siècles). Horloge de 1900. Fresques et statues polychromes protégées par de petites chapelles. Retable richement décoré.
  • Église Saint-Julien des XIe ou XIIe, XVIe et XIXe siècles, avec son clocher incrusté en façade. Le portail, les petites ouvertures et leurs arcs en plein cintre dénotent le style roman de la construction. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1994[14].
  • La Cour de Saosnes, maison rebâtie peu avant 1789, ancienne possession des moines de l'abbaye de Perseigne[15].

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liéesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. a et b Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 4 : Mar-Sab, Le Mans, Monnoyer, (lire en ligne), p. 190-191
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Office de tourisme de Mamers et du Saosnois - Le Saosnois » (consulté le 29 novembre 2009)
  5. Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 5 : Sai-Sao, Monnoyer, (lire en ligne), p. 753
  6. "Les fossés de Robert le Diable" Dessin de Gabriel Fleury, 1887
  7. a et b Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 5 : Sai-Sao, Le Mans, Monnoyer, (lire en ligne), p. 754
  8. Gabriel Fleury, « Les fortifications du Maine : de l'origine des châtelliers ou des fortifications en terre », Revue historique et archéologique du Maine,‎
  9. Gérard Louise, La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe s. ) : étude historique et archéologique, , p. 48
  10. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints élus », Le Maine libre, (consulté le 5 avril 2014).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Église de Montrenault », notice no PA00132774, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 5 : Sai-Sao, Le Mans, Monnoyer, (lire en ligne), p. 750

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :