Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Sans pitié (film, 1948)

film sorti en 1948
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sans pitié.
Sans pitié
Description de cette image, également commentée ci-après
John Kitzmiller et Carla Del Poggio

Titre original Senza pietà
Réalisation Alberto Lattuada
Scénario Federico Fellini, Tullio Pinelli et Ettore Maria Margadonna
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Durée 95 minutes
Sortie 1948

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sans pitié (titre original : Senza pietà) est un film italien réalisé par Alberto Lattuada, sorti en 1948.

Sommaire

SynopsisModifier

  • Livourne à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Une jeune femme italienne, Angela, sauve dans le bois de Tombolo un déserteur de l'armée américaine puis finit par l'aimer.

Dans un contexte particulièrement sordide et difficile, Angela et Jerry ne pourront réaliser leur désir de rejoindre, ensemble, le Nouveau Monde. Angela, fille-mère, répudiée par ses parents, contrainte de se prostituer afin d'échapper aux pressions de Pierluigi, un "caïd" de la contrebande et du proxénétisme, est, au terme d'une poursuite en camion, assassinée par ses acolytes. Désespéré, Jerry met fin à ses jours en s'immergeant aux côtés d'Angela.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Lattuada : à propos du filmModifier

  • « (...), j'ai été séduit par un sujet d'Ettore M. Margadonna qui s'intitulait Good bye, Othello. Il s'agissait de la rencontre d'un soldat noir et d'une prostituée blanche. Les interprètes étaient Carla Del Poggio et John Kitzmiller, un authentique soldat américain qui était venu en Italie pour la guerre. Il avait été séduit par notre pays et avait décidé d'y demeurer. Il y avait aussi Giulietta Masina, dont c'était la première apparition à l'écran. Senza pietà, écrit en collaboration avec Tullio Pinelli et Federico Fellini, était un des premiers films antiracistes, une sorte d'anticipation de tout un cinéma actuel (Jungle Fever, de Spike Lee, par exemple). Le film a obtenu un succès international (...). Aux États-Unis, il est arrivé dans une période d'intolérance et de racisme encore très dure, héritée du maccarthysme et de Little Rock. Il a fait l'effet d'une bombe ; la critique a été très sévère. » (Propos recueillis et traduits par Claire Cartier, in : CinémAction/ le néoréalisme italien, janvier 1994).

Voir aussiModifier