Ouvrir le menu principal

Sanja Iveković

artiste, vidéaste
Sanja Ivekovic
Sanja Ivekovic.JPG
Sanja Iveković en mai 2012 (photographe: François Besch)
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
ZagrebVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement

Sanja Iveković née en 1949 à Zagreb, est une artiste croate féministe.

BiographieModifier

De 1968 à 1971, Sanja Iveković fait des études de graphisme à l'école des Beaux Arts de Zagreb (en) de l'université de Zagreb[1].

En 1978, elle co-fonde avec Dalibor Martinis la galerie Podroom[2]. En 1994, elle est également cofondatrice d'Electra, un centre d'art féministe à Zagreb.

ŒuvresModifier

Son oeuvre est éminemment politique et féministe. Elle est une des premières à s'intéresser aux problématiques du genre, du féminisme et des discriminations. Elle exploite l’iconographie audiovisuelle, celle de la presse féminine mais aussi de la publicité[2] pour réaliser des œuvres, telle que, qui questionnent les représentations du corps et les injonctions de la société,

Avec Sweet Violence en 1974, c'est à la société de consommation et au capitalisme qu'elle s'attaque. Sweet Violence est aussi le titre de la première grande rétrospective de son travail à New York, en 2012[3].

Elle est principalement reconnue à partir de la réalisation avec Dalibor Martinis de la vidéo intitulée Chanoyu, récompensée d'un prix au Locarno video festival en 1986[4].

Notes et référencesModifier

  1. « Sanja Ivekovic », sur AWARE : Archives of Women artists, Research and Exhibitions (consulté le 24 mai 2019)
  2. a et b (en-GB) Tate, « Sanja Iveković », sur Tate (consulté le 24 mai 2019)
  3. « Sanja Iveković: Sweet Violence », sur The Museum of Modern Art (consulté le 24 mai 2019)
  4. « Sanja Iveković, Dalibor Martinis. Chanoyu. 1983 | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le 24 mai 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :