Ouvrir le menu principal

Sana (Haute-Garonne)

commune française du département de la Haute-Garonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sana.

Sana
Sana (Haute-Garonne)
Église de Sana construite en 1878.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Cazères
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
Maire
Mandat
Pierrette Roquabert
2014-2020
Code postal 31220
Code commune 31530
Démographie
Gentilé Sanasiens
Population
municipale
250 hab. (2016 en augmentation de 11,61 % par rapport à 2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 44″ nord, 1° 00′ 43″ est
Altitude Min. 271 m
Max. 376 m
Superficie 2,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Sana

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Sana

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sana

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sana

Sana est une commune rurale française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à 55 km au sud de Toulouse dans le Comminges.

Son territoire est limitrophe de ceux de quatre communes :

Communes limitrophes de Sana[1]
Lescuns Mondavezan
Terrebasse  
Martres-Tolosane

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 274 hectares ; son altitude varie de 271 à 376 mètres[2].

HydrographieModifier

La commune de Sana est située dans la vallée de la Garonne, rive gauche, sur la basse terrasse : au pied du talus de cette terrasse dans la basse plaine coule le Bernès affluent de la Garonne. Ce petit ruisseau change de nom en entrant dans la commune de Cazères-sur-Garonne (il devient l'Ouride) et où il se jette dans le fleuve.

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés[3].

Risques naturels : Sana a souffert de la tempête en 1982 et d'inondations et coulées de boue en et .

Voies de communication et transportsModifier

Le territoire de la commune est notamment accessible par l sortie 22 de l'autoroute A64 et par le réseau Arc-en-ciel de Haute-Garonne.

la route principale, la D 10A traverse le centre-village depuis la commune de Martres-Tolosane jusqu'à celle de Lescuns.

UrbanismeModifier

La commune de Sana est située dans la vallée de la Garonne, rive gauche, sur la basse terrasse : au pied du talus de cette terrasse dans la basse plaine coule le Bernès, petit ruisseau qui change de nom en entrant dans la commune de Cazères-sur-Garonne (il devient l'Ouride) et où il se jette dans le fleuve. Sur la terrasse le château, le quartier de Choutic, l'église actuelle, la mairie et l'école. Depuis l'église, une route pentue conduit à la commune de Lescuns. C'est sur ce versant de coteau, quartier de Las Bordes, que s'est installée une clinique de soins de suite et de réadaptation appelée « Centre le Grand Selve ». Depuis l'église, une autre route descend vers la commune de Mondavezan. Le village n'est pas aggloméré : plusieurs hameaux se dispersent sur la terrasse.

ToponymieModifier

D'après E. Connac[4], la communauté s'appelait Sanars sur un document daté du . Les actes notariés du XVIe siècle la nomment tantôt Seners, Sanars, et même Save. Son étymologie est inconnue. Les noms des quartiers ne nous apprennent pas grand chose : seul le microtoponyme Les Baylacs peut indiquer qu'un bayle[Note 1] possédait un domaine en ce lieu, à moins que le toponyme n'ait été donné par de nouveaux habitants descendants d'un bayle.

HistoireModifier

À partir du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Sana faisait partie du diocèse de Rieux.

PréhistoireModifier

De la Préhistoire, jusqu'ici, il n'a été trouvé aucun vestige contrairement au territoire de Lescuns.

 
chapieau corinthien de la villa romaine de Sana ou de celle de Chiragan

AntiquitéModifier

 
Bas relief trouvé dans la villa romaine de Sana. Marbre blanc. Inachevé.
 
Sculpture médiévale qui a pu décorer l'église de Sana. En grès ; 8 cm de haut

C'est l'époque romaine qui a laissé un important vestige : une riche villa sur le rebord de la basse terrasse (lieu-dit le Bousquets) face aux Pyrénées. Le propriétaire, inconnu, devait être un proche du propriétaire, inconnu lui aussi, de la villa située au lieu-dit Chiragan au bord de Garonne à Martres-Tolosane. Cette riche famille de Sana, romanisée, était celle d'Aquitains, très certainement. En effet un autel votif trouvé dans la villa était dédié à la déesse Lahe, divinité topique[Note 2] évoquée aussi dans des communes proches ; cette déesse n'était pas celte ; de même que les nombreuses divinités indigènes vénérées dans le Comminges, elle témoigne d'un culte antérieur, celui des Aquitains.

En 2015, une exposition consacrée aux autels votifs des Pyrénées centrales et de leur piémont au musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges commentait ainsi les dédicaces : « Le laconisme des dédicaces et l'emploi très stéréotypé du formulaire témoignent de l'adoption figée d'une pratique cultuelle dont les usagers, qui eurent parfois maille à partir avec la grammaire latine, ne percevaient pas forcément tout le sens ». Il est probable que le propriétaire de Sana, ayant bénéficié des largesses et du soutien des Romains, ait voulu faire allégeance sans toutefois renoncer à un culte protecteur. La villa de Chiragan était prestigieuse : un palais peut-être impérial (ou de la famille impériale) pensent les archéologues. Sana est bien moins exceptionnelle, mais fouillée à la fin du XIXe siècle par Léon Joulin[5], elle est ornée de mosaïques polychromes, de revêtements de marbre, de colonnes de marbre (marbre blanc de Saint-Béat). La plupart des objets trouvés ont été donnés à des amateurs selon les pratiques de l'époque ou même vendus. Ainsi un fragment de bas-relief en marbre blanc ; ou deux chapiteaux en réemploi dans la ferme proche, qui, eux peuvent aussi provenir de Martres-Tolosane. Les thermes de cette villa devaient se trouver en contre-bas alimentés par une source qui ne se tarit jamais ; en témoignent de nombreux débris de tuile, de ciment gallo-romain rose, de marbre…

Cette villa daterait d'après Joulin de l'époque des Antonins, au Ier siècle, et aurait été occupée jusque sous le règne de Constantin au IVe siècle. Mais comme le site n'a pas été fouillé depuis les années 1890, il est difficile d'être affirmatif. Après les fouilles, le propriétaire a décidé de ne plus labourer cette parcelle pour stopper la dévastation de cet ensemble protégé par une couche de terre trop mince. La Société des études du Comminges reste vigilante.

Sana, comme Martres-Tolosane, se trouve à la limite sud du territoire des Volques Tectosages, peuple celte dont la capitale est Tolosa. En amont de Boussens, une autre cité, celle des Convènes, a pour capitale Lugdunum convenarum (actuelle Saint-Bertrand-de-Comminges). Ces peuples se sont toutefois formés par métissage : en aval de la cluse de Boussens, se sont mêlés Garumni ( comme l'écrit Jules César dans La guerre des Gaules), et Celtes puis Romains ou Italiens. En amont, les Convènes : un peuple aquitain qui a accueilli des groupes qui auraient suivi Pompée rentrant d'Espagne, d'après Strabon. Un « ramassis de brigands » dira saint Jérôme.

Moyen âgeModifier

Pendant cinq ou six siècles, Sana ne livre plus de vestiges. Puis il est plausible qu'à Sana comme dans toute la région un petit seigneur se soit taillé une minuscule seigneurie coincée entre les possessions des Templiers à Lescuns et les petites seigneuries de Martres-Tolosane, de Mondavezan, de Montoussi[6].

Un château, modeste, a dû être construit ; il en restait quelques vestiges il y a une cinquantaine d'années affleurant dans l'« orangerie du château » actuel[Note 3].

Temps modernesModifier

Cette seigneurie n'est confirmée qu'au XVIe siècle par des sources éparpillées et très succinctes. Elle est si peu rentable qu'elle passe de mains en mains en quelques années : au début du XVIe siècle, le seigneur de Seners était Bernard de Noé ; puis c'est une possession des Commenge, seigneurs de Péguilhan, une branche cadette des comtes de Comminges. Son fils Mathieu vend la seigneurie de Sana[Note 4] à Alexandre d'Arbas ; elle passe de main en main jusqu'au quand François de Tersac seigneur de Monberaud et de Palaminy l'achète. Dans son testament, il la décrit ainsi : "terre et seigneurie de Sana, metteries et autres dependances dicelle", Les Tersac, qui vivent dans leur château de Palaminy, garderont la seigneurie pendant environ 70 ans[7].

Dans les années 1660, elle est achetée par un capitoul de Toulouse, Pierre de Pélissier[8], descendant d'une vieille famille de marchands toulousains qui occupa régulièrement un siège du capitoulat. Il est fort probable que ce soit le nouveau seigneur qui construisit, tout près de la vieille tour ruinée, la maison actuelle qui porte le titre de « château ». Sur cette maison de maître très classique et très simple, avec un toit à quatre pans, une date est inscrite : 1672. Un jardin à la française avec des allées de hauts buis s'étend face aux Pyrénées. François succède à son père ; il a épousé la fille d'un autre Capitoul, Jeanne Coudougnan[Note 5] et rend hommage au roi le [9]; il signe tous ses actes « pellicier de sana ». Son fils Bonnaventure Ester rend hommage le [10]. Il gère très mal ses biens ; couvert de dettes, la seigneurie, le château avec ses meubles, tableaux, argenterie et ses archives[Note 6] ainsi que ses terres sont saisis puis achetés en 1780 par un homme de loi, Guillaume Duplan de Lansac de Bernin qui rend hommage au roi le [10].

Révolution française et EmpireModifier

Guillaume Duplan de Lansac de Bernin, originaire de la vallée du Larboust, est avocat au Parlement de Toulouse. Il vit à Castillon de Larboust ; à sa mort en 1805 son fils, Auguste, lui succède. Il est aussi avocat au Parlement et s'installe à Sana où il ne porte que le nom de Duplan. Il sera très souvent élu maire de la commune et participera activement à sa transformation.

Les Sanasiens et Sanasiennes

Le compoix de 1778[11] nous permet de connaître les habitants de Sana ; mais il occulte les Sanasiennes : les chefs de famille sont tous masculins à Sana à cette date, même dans le cas où la terre appartient à la femme. Cet ancêtre du cadastre répertorie les biens donc sont aussi exclus ceux qui ne possèdent rien et qui, de ce fait, ne paient pas la taille.

Sont cités :

  • le seigneur, noble Ester Bonneventure de Pelissier : ses terres dites « nobles » ne sont pas imposées mais il possède aussi une métairie et des terres imposables. Ses frères possèdent des terres et l'un d'entre eux une maison ;
  • les propriétaires de maisons et terres par quartier :
    • quartier de Choutic : le « chibalier » Bonneventure de Pélissier, Bernard Baylac, Baptiste Escaillas, Gabriel Paban, Jean Sénac, Gabriel Maumus, Philip Sourebille ;
    • quartier de l'église : Jean Baptiste Baylac dit Laroche ;
    • quartier des Baylacs : Étienne Baylac, Jean et Bernard Darnaud, François Contrastin, Bertrand Durrieu, Pierre Vital, Bernard Bournac, Jean Dignat, Jean Baylac ;
    • quartier des Micouleaux : Bernard Tachoires, Julien Brousset, Hugues Ruffat, Jean Ruffat, Jean Ajustron ;
    • quartier de Las Bordes : Joseph Périssé, Jacques Terré, Jean Sancan ;
    • quartier de Los Barraquets : Bertrand Drouet et Siméon Bonnefont ;
    • quartier de Menjuquet : Louis Abadie et Raymond Terré ;
  • soit 30 propriétaires de maisons et de terre ; avec leurs familles cela doit faire 120 à 150 habitants ; il faut y ajouter les métayers (une seule métairie citée à Maître Martin et celles des Pélissier qui ne paient pas la taille)) et les familles de brassiers[Note 7]. Le nombre d'habitants est estimé à 230 à 300 habitants, tous petits cultivateurs à l'exception des trois nobles.

Aucun n'est bien riche : celui qui paie le plus d'impôt c'est le seigneur (qui ne paie que pour les terres non nobles) : plus de 24 livres. Parmi les paysans trois familles Baylac sont les plus aisées (ou les moins pauvres) mais aussi Siméon Bonnefont, Jean Sancan, Bernard Tachoires. Ce sont tous de petits paysans ; les moins imposés n'ont suffisamment pas de terre pour vivre et sont aussi brassiers ; c'est le cas de la grande majorité des paysans de la région au XVIIIe siècle. Ils pratiquent une polyculture de subsistance : un peu de blé pour vendre et avoir ainsi quelque argent, du seigle, de l'orge, peut-être du maïs. Et de la vigne qui donne un vin à faible degré mais permet aussi d'avoir sa petite provision d'eau de vie. Quelques brebis pour le lait, les agneaux et la laine ; des vaches pour le travail ; et quelques unes pour le lait et les veaux. Des jardins et arbres fruitiers bien soignés apportent de la diversité dans l'alimentation. Les rendements sont très faibles et le manque de numéraire chronique malgré la fréquentation des marchés du Fousseret, de Martres-Tolosane ou de Cazères.

Les habitations sont dispersées et les maisons construites, peut-on supposer, en terre crue ou en pisé avec, au mieux, un soubassement en pierre. L'une d'entre elles, en terre, a fondu littéralement dans les années 1930 d'après les contemporains.

L'église, placée sous le patronage de saint Exupère, était dans un premier temps en dehors des hameaux à « la gleyze », champ situé à l'embranchement de la petite route Sana-Mondavezan (une croix en marque l'emplacement). À une date indéterminée, elle a été remplacée par une autre église construite derrière l'école actuelle d'après le plan cadastral de 1825[12]. Deux visites d'évêques[13] en dressent un tableau piteux : la première visitée le précise qu'elle est régulièrement inondée, qu'elle n'a pas de plafond et que ses murs sont fort humides ; des travaux doivent être engagés en urgence. Le , l'évêque rend compte de l'état de la nouvelle église : la partie sud menace ruine, la pluie tombe sur l'autel ; des travaux doivent être faits sinon l'église sera frappée d'interdit. Réparée, peut-on supposer, l'église durera plus d'un siècle encore.

Époque contemporaineModifier

La commune est créée comme toutes les communes de France en 1789. La Révolution n'apportera que peu de changements, la coutume persistant malgré les nouvelles lois qui imposent, théoriquement, l'égalité lors des successions. Il n'y a pas de vente de biens nationaux. Le maire et le conseil municipal élus ou nommés selon les périodes remplacent les consuls. Un document de 1831 déposé aux archives départementales donne la liste des électeurs censitaires : Tachoires Guillaume, Baylac Jean Augustin, Paban Gabriel, Baylac Hugues, Durrieu Jean Baptiste, Dignat Cizi, Terré Jean-Bertrand, Brousset Julien, Vital Jacques et Souroubille Pierre. Quatre sont dits propriétaires ; un maître valet (J-A Baylac) ; un charpentier (J.-B. Durrieu) et quatre sont dits « cultivateurs » G. Tachoires est élu maire, les autres conseillers.

Dans la série M des archives départementales de la Haute-Garonne, les élections municipales de 1840 à la fin du siècle témoignent d'une grande continuité dans le vote des Sanasiens : Auguste Duplan élu maire en 1846 est réélu en 1848 lors du premier vote au suffrage universel masculin, créé par la Deuxième République, et ainsi jusqu'en 1865. Après les deux mandats de Jacques Paban, Duplan inaugure la Troisième République en 1871 ; quelques semaines avant sa mort, lors des élections de 1881, il est remplacé par Jean Pierre Vital. La fin du siècle est marquée par la construction de la nouvelle église, élégante et enrichie d'un autel et d'une chaire de marbre blanc de Saint-Béat : une paroissienne, Jeanne Cazabon épouse de Jean Pierre Vital en a donné le terrain[14], Auguste Duplan en offre la construction avec pour maître d’œuvre l'abbé François de Moulor, un petit neveu qu'il avait installé dans la cure de Sana. L'église est consacrée en 1878. Quelques années plus tard, un autre chantier s'ouvre : les fouilles de la villa romaine. Et en 1980, lors d'un débroussaillage est découverte une cuve baptismale sculptée, brisée, cachée par les ronces au bord du mur de chevet de l'église. Restaurée, datée du XVe siècle, elle est replacée dans l'église actuelle.

La Monographie de 1885 précise que Jean-Marie Ducos est maire et Joseph Paban son adjoint. L'agriculture : Sur les terres peu fertiles « les habitants, pour donner plus de fertilité à leurs parcelles de médiocre rapport, les complantent d'ajoncs, arbustes épineux qu'ils coupent chaque trois ou quatre ans puis ils les réunissent en fagots qu'ils vendent aux fabricants de faïence martrais. Ces parcelles deviennent des fourrés qui servent de gîte au gibier. Telles sont les raisons pour lesquelles le territoire de Sana est si giboyeux. Aussi, à l'époque de la chasse, entend-on bien avant l'aurore le son du cor, ou la voix des chasseurs appelant tayau ». Les cultures principales : céréales, pommes de terre et vigne. L'instituteur relate une coutume peu connue dans la région « Un usage incongru... Lorsque de nouveaux mariés ou de nouvelles mariées partent de Sana ou y viennent y résider, on allume des feux sur le bord des chemins et afin de rendre la fumée plus désagréable, on mêle de la plume ou de la paille mouillée aux fagots d'ajoncs. Quel est le but de cet usage inconvenant je l'ignore. On fait aussi des caricatures représentant avec plus ou moins de goût la jeune personne évincée d'une autre dont on fait les publications de mariage. Au bas de la caricature est fixée une planchette portant diverses inscriptions qui font rire les passants ». Il précise que jusqu'en 1865, il n'y avait pas d'école ; les enfants allaient à Martres-Tolosane ou Mondavezan. En 1863, le conseil municipal demande l'affectation d'un instituteur. Il est nommé le . L'école est installée dans un local exigu ; l'appartement de l'instituteur n'a qu'une pièce. En 1879, le conseil municipal décide de construire une école. S'ouvre ainsi une période de constructions : école, église, presbytère[15].  

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[16],[17].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cœur de Garonne et du canton de Cazères. Avant le Sana faisait partie de la communauté de communes du canton de Cazères.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[18].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1930 Pierre Terré    
1930 1966 Pierre Périssé    
1966 1966 Jean-Louis Périssé    
1966 1971 Monsieur Clairac    
1971 1989 Roger Chaplet    
1989 2001 Madame Franco-Molina    
mars 2001[19] En cours
(au 8 août 2018)
Pierrette Roquabert[19] PS[20] Retraitée de la fonction publique[20]

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du canton de Cazères[21].

Une déchèterie intercommunale gérée par la communauté de communes est présente sur la commune de Mondavezan[22].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2016, la commune comptait 250 habitants[Note 8], en augmentation de 11,61 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
159147171182180173174181182
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
188180167164164184180183157
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
136138146140142137132115124
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
114120155171158175200221242
2016 - - - - - - - -
250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[27] 1975[27] 1982[27] 1990[27] 1999[27] 2006[28] 2009[29] 2013[30]
Rang de la commune dans le département 403 314 384 374 365 372 370 362
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

EnseignementModifier

Sana fait partie de l'académie de Toulouse.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

La commune de Sana compte une clinique spécialisée dans la sclérose en plaques, avec son centre Louis-Donat qui comptait quarante-trois patients en 2009[31].

SportsModifier

Les Sanasiens peuvent pratiquer le football, le basket-ball et la pétanque.

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le monument aux morts de 1914-1918 et 1939-1945 : une pierre dressée devant l'église présente la liste des tués (huit en 14-18, un en 39-45).

La commune dispose d'un lavoir construit au début du XXe siècle

Les monuments historiques les plus proches sont le château de Thèbe des XVIIe et XVIIIe siècles, l’église Saint-Vidian du XIVe siècle et le site archéologique de la villa gallo-romaine de Chiragan, tous trois situés à Martre-Tolosane.

Un peu plus loin, les coteaux sont riches de monuments historiques :

  • Aurignac : abri sou roche qui a donné son nom à une période de la Préhistoire, l'Aurignacien, château du comte de Comminges, musée forum aurignacien [32] ;
  • vallée de la Save, où fut découverte la célèbre Vénus de Lespugue ; la villa de Montmaurin est ouverte au public ;
  • Alan et le palais de l'évêque de Comminges ;
  • la grotte préhistorique du Maz d'Azilsituée guère plus loin ;
  • la via Garona (GR861) est un nouveau chemin de randonnée pédestre qui relie les sites de Saint-Jacques de Compostelle entre Toulouse (basilique Saint-Sernin) et Saint-Bertrand-de-Comminges (cathédrale Sainte-Marie) sur 170 kilomètres balisés. Elle traverse 41 communes, toutes sont situées en Haute-Garonne. Elle était empruntée au Moyen Âge par les pèlerins qui se rendaient à Compostelle en passant par le piémont pyrénéen[33].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Collectif Foyer rural de Mondavezan: "Mondavezan Passeurs de mémoire". 2017 . Édité par le Foyer rural . http://www.fr-mondavezan.fr
  • Renée Courtiade, Inventaire toponymique et archéologique des cantons de Cazères et du Fousseret (Haute-Garonne) pour la période gallo-romaine, université de Toulouse, DESS 1961.
  • Charles Higounet, Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne, Ed. L'Adret, réédition de 1984.
  • Léon Joulin, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane, Paris 1901.
  • Julie Massendarie, Carte archéologique de la Gaule. La Haute-Garonne (hormis le Comminges et Toulouse). Paris. Académie des inscriptions et belles lettres, 2006.
  • Paul Ourliac, Les pays de Garonne vers l'an mil, Éd Privat, 1993
  • René Souriac, Autonomie commingeoise et pouvoir d'État. 1540-1630, Association des amis des archives de la Haute-Garonne, 1992.
  • Maurice Vullier, Histoire de la famille Tersac de Monberaud.
  • Revue de Comminges en grande partie numérisée et en ligne sur Gallica.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le mot bayle est un nom de fonction. Il est issu du latin bajulus (chargé d’affaires) : officier de justice du pouvoir seigneurial, en Midi toulousain sous l'Ancien régime.
  2. Un dieu topique est un dieu qui règne sur un lieu et le protège, définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  3. Château : cette simple maison de maître porte le titre de château jusque dans les années 1920 puisque c'était la demeure du seigneur de Sana. En 2018 encore, c'est le toponyme du quartier.
  4. Vente avec faculté de rachat : le vendeur (mais aussi ses héritiers ou un acheteur) peut racheter le bien moyennant une somme d'argent. C'est une forme d'usure.
  5. Coudougnan : famille de notables de Montpellier, protestants. Jean de Coudougnan est le fils d'Ester de Cambacérès de la même famille que Jean-Jacques-Régis de Cambacérès.
  6. Papiers et parchemins des familles Pélissier et Coudougnan ont été déposés aux Archives départementales de la Haute-Garonne.
  7. Un brassier est une personne qui n'a que ses bras pour travailler ; un journalier.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-sana.html
  4. Émile Connac, Dictionnaire topographique du département de la Haute-Garonne, Manuscrit, , 4 volumes p..
  5. Léon Joulin, "Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane", Paris, 1901,, Paris, Librairie C. Klencksieck, , p 6, 13-14, 164-169.
  6. Charles Higounet, Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne., Saint-Gaudens, L'Adret, réédition 1984, 745 p..
  7. Maurice Vuillier, "Histoire de la famille Tersac de Monberaud", p 39.
  8. « Les Annales de Toulouse ».
  9. Archives départementales du Gers, cote C505.
  10. a et b Archives départementales du Gers, cote C506.
  11. Archives départementales de Haute-Garonne, cote 2E59.
  12. site des Archives départementales de Haute-Garonne
  13. Gabriel Manière, « La cuve baptismale de Sana et son contexte religieux paroissial » in Revue de Comminges de 1983, p. 485-490, en ligne sur Gallica.
  14. Archives départementales de Haute-Garonne, Archives communales. Délibérations.
  15. Monographie de 1885, Archives départementales de la Haute-Garonne, [lire en ligne].
  16. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  17. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031530.html.
  18. « Liste des maires de Sana », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 8 août 2018).
  19. a et b « Mairie de Sana », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de Haute-Garonne (consulté le 8 août 2018).
  20. a et b « La commune de Sana (31530) : les chiffres-clés », sur le site du quotidien Le Monde (consulté le 8 août 2018).
  21. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/index.html
  22. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/services/dechetterie.html
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  28. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  29. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  30. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  31. http://www.agesep31.com/agesep31.html
  32. http://www.aurignacien.com/.
  33. https://www.hautegaronnetourisme.com/ete/la-garonne/via-garona-0