Ouvrir le menu principal

Samuel Tyszelman

résistant, membre de l’Organisation spéciale
Samuel Tyszelman
Naissance
Puławy, (Pologne)
Décès (à 20 ans)
Châtenay-Malabry, France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Activité principale
Distinctions

Samuel Tyszelman était un militant communiste et résistant français, né le à Puławy (Pologne) et mort fusillé le (à 20 ans) à Châtenay-Malabry.

Sommaire

BiographieModifier

Samuel Tyszelman est le fils d'immigrants juifs polonais venus en France quand leur fils avait trois ans. Il interrompt ses études pour assister son père qui est chapelier. Il milite dans les Jeunesses communistes. À l'été 1941, il devient membre des Bataillons de la jeunesse.

Il est arrêté, de même qu'Henri Gautherot[1], lors de la manifestation qui se déroulait le sur les Grands boulevards[2],[3]. Il est condamné à mort, ainsi que son camarade, le pour « aide à l'ennemi, ayant pris part à une manifestation communiste dirigée contre les troupes d'occupation allemandes » et fusillé le à La Vallée-aux-Loups, chemin dit de l'Orme-Mort, à Châtenay-Malabry.

Deux jours plus tard, Pierre Georges (le colonel Fabien) venge Tyszelman en assassinant, pour la première fois en plein jour, un officier nazi le , lors de l'attentat du métro Barbès[1],[2],[4].

La mention « Mort pour la France » est apposée sur son acte de décès par avis ministériel du [3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Marc Ferro, Pétain, éd. Fayard, Paris, 1987, 789 p. (ISBN 2213018332 et 978-2213018331) ; rééd. Hachette littérature, coll. « Pluriel », Paris, 2009, 789 p. (ISBN 978-2-01-270518-0), p. 340.
  2. a et b « Ce jeudi 21 août 1941, 8 heures », L'Humanité, 23 août 1994, sur le site humanite.fr, consulté le 31 août 2014.
  3. a et b Notice biographique, Daniel Grason, Gérard Larue, maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr
  4. « Histoire, 1941 : l'attentat au métro Barbès, les débuts de la résistance en France », 18 août 2001. Repris de Jean Morawski, L'Humanité, sur le site lescommunistes.org, consulté le 28 septembre 2007.

BibliographieModifier

AnnexesModifier