Samsung C&T

entreprise du Groupe Samsung

Samsung C&T
logo de Samsung C&T
Logo de Samsung C&T
illustration de Samsung C&T
Siège social de Samsung C&T à Séoul

Création 1938
Fondateurs Lee Byung-chul
Forme juridique Société par actions
Action Bourse de Séoul (028260)
Siège social Samsung Town, Séoul
Drapeau de Corée du Sud Corée du Sud
Direction Lee Young-ho (co-PDG)
Koh Jung-suk (co-PDG)
Actionnaires Lee Jae-yong (17,5 %)
Autocontrôle (14,0 %)
KCC Corporation (9,10 %)
Activité Construction, mode, commerce et hôtellerie
Société mère Groupe Samsung
Filiales Samsung Everland
Samsung Foundation
Samsung Sports
Cheil Worldwide
Cheil Industries
Effectif 9 119 (2020)
Site web samsungcnt.com

Capitalisation 17,1 milliards de USD (novembre 2020)
Chiffre d'affaires en diminution 27,4 milliards de USD (2019)
Résultat net en diminution 0,93 milliard de USD (2019)

Samsung C&T est une entreprise du Groupe Samsung spécialisée dans la construction de bâtiments. Elle a été créée en 1938 et est surtout connue pour la construction du Burj Khalifa à Dubaï, plus haut gratte-ciel du monde depuis 2010, de la tour Taipei 101 à Taïwan, plus haut gratte-ciel entre 2004 et 2010, et des Tours Petronas en Malaisie, plus haut gratte-ciel entre 1998 et 2004.

Elle est aussi présente dans les secteurs du commerce, de la mode et de l'hôtellerie.

HistoireModifier

1938 à 1953 : premières annéesModifier

Samsung Sanghoe, qui deviendra plus tard le Groupe Samsung, est fondée en 1938 par Lee Byung-chul, à l'origine pour la vente de produits agricoles[1]. En 1948, le groupe se diversifie et se lance dans le secteur de l'industrie et de la construction, grâce à des investissements de Cho Hong-je, fondateur de Hyosung. Un an plus tard, en 1949, le chaebol devient premier dans ce secteur en Corée du Sud, notamment grâce à l'importante croissance économique de l'après-guerre et la demande de nouveaux logements[2]. Ce n'est qu'en 1951 que Samsung C&T est officiellement créée. L'entreprise se développe rapidement à l'international, avec l'ouverture de bureaux à Tokyo en .

1953 à 1996 : diversificationModifier

En , la division « mode » de Samsung C&T est créée, d'abord sous la filiale Cheil Industries, ensuite absorbée en 1999 et renommée « Samsung Fashion ». Plusieurs marques appartenant de vêtements sont lancés, comme Bean Pole, en 1989, ou encore 8 seconds, plus tard en 2012[3]. Elles suivent la tendance de la fast fashion, c'est-à-dire avec des collections régulièrement renouvelées

Samsung C&T est également présente sur le secteur du divertissement depuis , avec l'ouverture de clubs de golf en 1967 puis du parc d'attractions Everland Resort en , seizième parc le plus visité du monde en 2019, et de Caribbean Bay en , via la filiale Samsung Everland[4],[5].

L'entreprise continue ainsi de se développer à l'international, et ouvre des bureaux à Francfort en 1972 et Londres en 1973, et devient en la première société commerciale coréenne en export, avec 200 millions de dollars de chiffre d'affaires hors de Corée. Elle entre à la Bourse de Corée la même année. Durant les années 1980, l'entreprise voit une augmentation significative de son activité, et enregistre 1 milliard de dollars d'exports en 1988[6].

1996 à 2015 : projets majeursModifier

En 1998, Samsung Engineering & Construction – qui deviendra plus tard Samsung C&T[7] – achève son premier projet majeur : la construction de l'une des deux Tours Petronas, qui devient ainsi le plus haut gratte-ciel du monde jusqu'en 2004 et les plus hautes tours jumelles[8], avec une hauteur de 452 mètres pour 88 étages[9]. Il s'agit du premier bâtiment de l'entreprise faisant plus de 30 étages.

En 2000, la filiale Raemian est créée pour la construction d'appartements[10], et en 2014, Samsung C&T rachète le cabinet d'architectes Samoo Architects & Engineers[11]. Le secteur mode continue de se développer : plusieurs marques de luxe sont distribuées sur le magasin en ligne, dont Nina Ricci, Thom Browne, ou Colombo Via della Spiga, fondée en 1955 et rachetée en 2011[12].

En 2004, Emaar Properties sélectionne Samsung C&T comme principal maître d'œuvre pour la construction du Burj Khalifa[13].

En 2008, les bureaux de Samsung C&T déménagent à la Samsung Town, construite par l'entreprise elle-même et constituée de plusieurs tours d'environ 150 mètres chacune[14].

2015 à aujourd'hui : restructurationModifier

Cheil Industries est réorganisée en , et devient alors filiale de Samsung Everland, la division des divertissements de Samsung C&T. En 2015, la fusion de Cheil Industries et Samsung C&T est annoncée par Lee Jae-yong, alors président de facto du Groupe Samsung. Cette mesure doit permettre d'augmenter les revenus de l'entreprise jusqu'à 4 trilliards de wons[15], mais aussi d'étendre le contrôle de la famille de Lee Kun-hee sur les filiales du groupe, au détriment des actionnaires[16]. Ces derniers s'y opposent donc, avançant également le fait que le taux de reprise des actions serait désavantageux pour les possesseurs de titres de Samsung C&T[17]. Plusieurs analystes confirment une surévaluation de la valeur de Cheil Industries[18].

Le , l'assemblée générale de cette dernière se réunit, et vote la fusion, effective le . En conséquence, Samsung C&T perd 10,8 % de sa valeur à la bourse de Corée[19], mais devient, après la fusion, la quatrième capitalisation en Corée du Sud[20]. En 2018, Eliott Associates, l'un des fonds d'investissement possédant le plus de parts, porte plainte et demande un dédommagement de 770 millions de dollars à Samsung C&T, ainsi qu'un arbitrage de la Commission des Nations unies pour le droit commercial international[21],[22]. En 2020, aucune sanction n'est prise contre l'entreprise, mais plusieurs membres de la direction de Samsung, dont Lee Jae-yong, ainsi que la présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, sont ciblés pour corruption[23].

En 2020, Samsung C&T se classe premier pour la vingt-troisième année consécutive d'après l'Indice National de Satisfaction Client de Corée dans la catégorie « appartements »[24]. À la mort de Lee Kun-hee le , l'entreprise augmente de 17 % en bourse[25].

ActivitésModifier

ConstructionModifier

ModeModifier

Samsung C&T distribue plusieurs marques de vêtements de luxe, dont celles de Tory Burch[26], Giuseppe Zanotti, Comme des Garçons[27], Ann Demeulemeester et 8 seconds[28].

CommerceModifier

DivertissementModifier

Samsung C&T possède plusieurs complexes de divertissement : des parcs d'attractions, dont l'Everland Resort, géré par la filiale Samsung Everland, un zoo, un parc aquatique, des clubs de golfs, des restaurants, mais aussi des musées, comme le Leeum et le Musée d'Art Ho-Am, tous deux gérés par la Fondation Samsung[29].

ProjetsModifier

Tours PetronasModifier

 
Les deux Tours Petronas, celle de gauche ayant été construite par Samsung C&T.

En 1992, le gouvernement malaysien, souhaitant achever la construction des Tours Petronas en moins de six ans, lance un appel d'offres international. Parmi les six entreprises retenues après une première sélection, Samsung C&T se classe première, bien qu'elle ne réponde pas au critère d'avoir aux moins une construction de plus de 50 étages à son actif. Afin de construire les deux tours en même temps, deux maîtres d'œuvres sont sélectionnés : un consortium japonais mené par Hazama Corporation pour la tour une, et un groupe coréen dirigé par Samsung Engineering & Construction – plus tard absorbé par Samsung C&T –, pour la deuxième tour.

Malgré son manque d'expérience sur des projets de taille similaire, Samsung C&T est connue pour son expertise notamment sur la fabrication du béton de ciment[30]. Les matériaux de la tour devant supporter des pressions de 80 MPa et une masse de 300 000 t, du béton à haute résistance, aussi utilisé dans les ponts, autoroutes ou sites de stockage de déchets radioactifs, est sélectionné pour constituer les 104 piliers de 4,6 mètres de large retenant les tours[31]. Ces matériaux sont capables de résister deux fois à la pression des 88 étages des tours, jusqu'à 170 MPa après 30 jours de refroidissement à température ambiante[32],[33]. En conséquences, Samsung C&T détient, entre 1993 et 2007, le record du coulage de béton le plus long, de 54 heures avec en moyenne un camion se déversant toutes les trois minutes[34].

Samsung est également chargé de la construction du « Skybridge », le pont reliant les deux tours aux 41e et 42e étages. En , un mois après son installation, la tour devient le plus haut gratte-ciel du monde[35]. En 2003, elles perdent leur titre au profit de la Tapei 101, également construite par Samsung C&T[36].

Burj KhalifaModifier

En 2004, l'entreprise d'immobilier et promoteur Emaar Properties lance un appel d'offres pour la construction de la tour « Burj Dubaï ». En , date de cloture des candidatures, une dizaine d'entreprises se sont proposées[37]. En , la Samsung Corporation, qui deviendra plus tard Samsung C&T, est sélectionnée qui principal contracteur et maître d'œuvre, et remporte un accord de 306 millions de dollars[38], avec l'aide de BESIX et Arabtec[39]. Une partie des ingénieurs concevant la structure sont fournis par Samsung Engineering[40].

Merdeka 118Modifier

En 2015, Samsung C&T remporte un contrat pour la construction de la tour Merdeka 118 à Kuala Lumpur[41], qui devrait devenir en 2022 le deuxième plus haut gratte-ciel du monde, derrière le Burj Khalifa[42].

FinancesModifier

ActionnairesModifier

Samsung C&T est cotée à la Bourse de Corée, à environ 21,67 trilliards de wons en , soit environ 20 milliards de dollars, ce qui en fait la quatrième capitalisation en Corée. Le cours de l'action est relativement stable entre 2015 et 2020, en restant généralement compris entre 100 et 140 000 wons. Le price-earnings ratio en 2020 est de 19.9, et les dividendes sont de 2 000 wons par action. En , l'entreprise annonce retirer 250 millions de dollars d'actions afin d'augmenter les dividendes de 60 à 70 %. Elle se dévalue de manière importante, mais retrouve son niveau en [44]. À la mort de Lee Kun-hee, chairman du Groupe Samsung, en , la capitalisation de Samsung C&T augmente de 17 % en bourse, en prévision d'une restructuration lors de la succession à Lee Jae-yong, son fils[45].

Ce dernier est le premier actionnaire de l'entreprise, avec 17,5 % des parts. 14 % sont en autocontrôle boursier, et la KCC Corporation, une entreprise coréenne de produits chimiques, est troisième avec 9,10 % du capital. L'entreprise reste majoritairement sous le contrôle de la famille Lee, qui la préside et possède plus de 32 % de ses actions[46].

Notes et référencesModifier

  1. Rang-Ri Park-Barjot, « Samsung : Lee Byung Chull, créateur d’un modèle mondial (1938-1987) », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, no 8,‎ (ISSN 1760-4761, DOI 10.4000/framespa.878, lire en ligne, consulté le )
  2. (en-US) « An Unpromising Recovery: South Korea's Post-Korean War Economic Development: 1953-1961 », sur Association for Asian Studies (consulté le )
  3. (en) « Brands », sur Samsung Fashion (consulté le )
  4. « Samsung Everland Resort », sur Barco, (consulté le )
  5. (en) « These Were the World's Most Popular Theme Parks in 2019 », sur Travel + Leisure (consulté le )
  6. (en) Binod Kumar Patro, « Marketing Strategies of Samsung Construction and Trading » [PDF], sur researchgate.net, (consulté le )
  7. « Le conglomérat Samsung se réorganise pour préparer la succession de son patriarche de 72 ans - Construction navale (civile ou militaire) », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en-GB) « Tallest twin buildings », sur Guinness World Records (consulté le )
  9. « Petronas Twin Tower 2 - The Skyscraper Center », sur www.skyscrapercenter.com (consulté le )
  10. (en-US) Samsung C et T. Global PR Manager, « Raemian Twenty Consecutive Years of Unsurpassed Consumer Satisfaction », sur Samsung C&T Newsroom, (consulté le )
  11. (ko) « 삼성물산(주) », sur terms.naver.com (consulté le )
  12. FashionNetwork com FR, « Samsung investit dans le luxe avec Colombo Via della Spiga », sur FashionNetwork.com (consulté le )
  13. (en) « Emaar names contractor for $1 billion Burj Dubai », sur arabianbusiness.com, (consulté le )
  14. « Samsung C&T Corporation HQ - The Skyscraper Center », sur www.skyscrapercenter.com (consulté le )
  15. (en) « New Samsung C&T to be launched today », sur koreatimes, (consulté le )
  16. (ko) Kang Ji-nam, « ‘합병’ 예선 치른 뒤엔 ‘돈 버는 경영자’ 본선 혈투 », sur shindonga.donga.com,‎ (consulté le )
  17. (ko) 헤럴드경제, « 엘리엇과 지분대결, 삼성물산 '소액주주에 절절한 호소'광고 », sur biz.heraldcorp.com,‎ (consulté le )
  18. (en) « Samsung C&T : proposed merger with Cheil Industries » [PDF], sur issgovernance.com, (consulté le )
  19. (en-US) Aaron Back, « Samsung’s Win Over Elliott Leaves Investors at a Loss », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  20. 발데루, « Samsung C&T devient la quatrième capitalisation boursière en Corée », sur Agence de presse Yonhap,‎ (consulté le )
  21. Zone Bourse, « Fusion chez Samsung: un fonds américain réclame 770 millions de dollars à Séoul | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  22. Étienne Goetz, « Le redoutable activiste Elliott s’attaque à Samsung », sur Les Echos, (consulté le )
  23. (en) Jin Young-tae et Kim Hyo-jin, « Korean prosecutors drop charges against Elliott over Samsung merger », sur pulsenews.co.kr (consulté le )
  24. (en) « Samsung C&T’s Raemian Apartments Rank 1st for 23rd Year in NCSI », sur Businesskorea, (consulté le )
  25. (en) The Korea Herald, « Late Samsung chairman’s stocks rise further in value », sur www.koreaherald.com, (consulté le )
  26. Marc Karimzadeh, « Samsung's fashion evolution », sur cfda.com (consulté le )
  27. (en-US) Samsung C et T. Global PR Manager, « Your Ultimate Guide to Korea Part 1: The Cool Kids’ Day Out in Seoul », sur Samsung C&T Newsroom, (consulté le )
  28. (en-US) « Korean fast fashion brand "8 Seconds" is catching up with ZARA », sur Retail in Asia, (consulté le )
  29. (en) « Samsung C&T Corp - Company Profile and News », sur Bloomberg.com (consulté le )
  30. « ETE Readymix gains the trust of the world’s renowned Samsung C&T via sealed partnership. », sur etereadymix.com.sa (consulté le )
  31. (en) C. H. Thornton, H. Mohamad, U. Hungspruke et L. M. Joseph, « THE PETRONAS TWIN TOWERS AND HIGH-PERFORMANCE CONCRETE », Sciences Engineering Medicine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « High Performance Concrete », sur www.sciencedirect.com (consulté le )
  33. (en) C. K. Y. Leung, « Concrete as a Building Material », dans Encyclopedia of Materials: Science and Technology, Elsevier, (ISBN 978-0-08-043152-9, lire en ligne), p. 1471–1479
  34. (en-US) « The history and construction of the Petronas Twin Towers », sur mm2h (consulté le )
  35. (en) « Petronas Twin Towers | buildings, Kuala Lumpur, Malaysia », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  36. (en) « Taipei 101 | building, Taipei, Taiwan », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  37. (en) « Bids in for Burj Dubai », sur MEED, (consulté le )
  38. (en-GB) « Samsung to build tallest building », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. (en) « Emaar names contractor for $1 billion Burj Dubai », sur arabianbusiness.com, (consulté le )
  40. (en) « Role of contractors is changing, says Samsung C&T », sur Construction Week, (consulté le )
  41. Gabriel Grésillon et Yann Rousseau, « Cette nuit en Asie : Samsung devrait construire le second plus haut gratte-ciel du monde », sur Les Echos, (consulté le )
  42. (en) Bernama, « World's second tallest tower, Merdeka 118 project on track after MCO delays | New Straits Times », sur NST Online, (consulté le )
  43. Zone Bourse, « SAMSUNG C&T CORPORATION : Actionnaires Dirigeants et Profil Société | A028260 | KR7028260008 | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le ).
  44. (en) The Korea Herald, « Samsung C&T to cancel $250m worth treasury stocks », sur www.koreaherald.com, (consulté le )
  45. (en) Saheli Roy Choudhury, « Shares of Samsung Electronics and affiliates mostly higher after chairman's death », sur CNBC, (consulté le )
  46. (en) MarketScreener, « SAMSUNG C&T CORPORATION : Shareholders Board Members Managers and Company Profile | KR7028260008 | MarketScreener », sur www.marketscreener.com (consulté le )